USAGES POLITIQUES

Coordinateur du programme Usages politiques :
Jérôme Grévy, professeur d’histoire contemporaine, université de Poitiers/ CRIHAM
Ses publications sur HAL

Monument aux morts d’Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne)

La question des usages politiques et de la reconstruction. Les projets de transformation des ruines en monuments commémoratifs, en mémoriaux, sont fréquents ; les réalisations effectives sont plus rares (Inglis 1998). Les ruines sont le lieu d’élaboration d’un discours écrit et imagé sur la guerre de la part des autorités qui se manifeste dans des pratiques religio-touristico-patriotiques d’un genre nouveau. Peu coûteuses, immédiatement disponibles, les ruines sont les lieux privilégiés des politiques de mémoire d’après-guerre (Oradour, cathédrale de Coventry, Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche à Berlin, etc.). Tout en signifiant efficacement le désastre passé de la guerre, les ruines isolées soulignent par contraste l’effort de la reconstruction : elles sont souvent considérées comme les points d’origine d’une époque nouvelle, comme en témoigne le film de Roberto Rosselini, Allemagne, année zéro, tourné en 1947. Les ruines de guerres sont à la fois des “ground zero” et des “Stunde Null”. Cesusages politiques appartiennent à la fois au répertoire classique des commémorations monumentales tout en inaugurant des modes d’hommage originaux. Mais si bon nombre de reconstructions mettent en scène les ruines de guerre, elles peuvent aussi les effacer, pour rétablir le fil rompu de l’histoire avec les temps antérieurs à la destruction : la reconstruction partielle du château de Heidelberg, au XIXe siècle, vise à effacer la guerre de Trente ans aux yeux d’un nationalisme allemand naissant. À Varsovie, la reconstruction à l’identique de la vieille ville vise à renouer les fils d’une histoire où la guerre est une parenthèse à refermer. À Berlin en revanche, le Stadtschloss, resté en ruines après la guerre est totalement détruit en 1950. En Normandie, les vestiges de guerre alliés, bien que peu nombreux, font l’objet d’une attention plus importante que leurs équivalents allemands et dans une moindre mesure, que les vestiges civils qui témoignent des bombardements alliés. De même, si l’arasement des ruines se fait au nom de considérations techniques et juridiques (difficulté de conservation, danger des éboulements, droit d’anastylose de dix ans en France), il participe parfois d’entreprise révisionniste de l’histoire (Guernica, ghetto de Varsovie).

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search