6.10.2023 : Les ruines aux rendez-vous de l’histoire à Blois

Carte Blanche à ANR Ruines

Les ruines de guerre : lieu de rencontre
des vivants et des morts

Les ruines sont souvent des lieux d’ensevelissement des morts de la guerre que les (sur)vivants côtoient au quotidien. Mais ces ruines sont aussi la métaphore des corps meurtris et déchirés par la violence. Elles incarnent de manière déplacée les absents, rappellent et dénoncent la brutalité de ces disparitions. C’est pourquoi elles sont aussi le lieu où surgissent des fantômes qui manifestent la présence-absence des morts.
Les pratiques sociales des vivants dans les ruines reflètent cette relation complexe nouée avec les morts, sous-tendue par la nécessité d’entretenir tant les souvenirs pluriels et intimes que les mémoires partagées de la destruction.
Après avoir recontextualisé historiquement la relation de nos sociétés contemporaines aux ruines de guerre depuis le XIXe siècle, la Carte Blanche en approfondira différents aspects : comment les vivants survivent-ils au milieu des ruines qui demeurent dans l’après-guerre, parfois plusieurs décennies après le conflit ? Que fait-on de ces ruines qui sont aussi des linceuls ? Comment traite-t-on les objets rescapés de la destruction qui sont les derniers témoins de la présence des morts ? Que fait-on des corps retrouvés, parfois en lambeaux ? Ont-ils leur place dans les cimetières ? Comment commémore-t-on ces morts ? Pourquoi ces ruines sont-elles souvent des lieux d’apparition de formes fantomatiques ? Comment patrimonialise-t-on aujourd’hui ces lieux, comment les met-on éventuellement en tourisme ?
Répondront à ces questions des chercheurs associés dans un programme ANR sur les pratiques sociales et politiques des ruines de guerre en Europe à l’époque contemporaine.

Modérateur

Gilles MALANDAIN

Professeur des universités, université de Poitiers

Intervenants

Aurélie AUDEVAL

Chaire de professeur junior
Université de Lille

Anne HERTZOG

Maîtresse de conférences
Université de Cergy-Pontoise

Stéphane MICHONNEAU


Professeur des universités
Université de Paris-Est Créteil, Val de marne

Babeth ROBERT

Directrice du Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane

Après la bataille

Que reste-t-il d’une bataille sur le lieu où elle s’est déroulée? Peu de choses assurément, même si l’empreinte spatiale des grands combats de l’ère industrielle est plus évidente, des dégâts environnementaux aux grands monuments postérieurs. Pourtant, les sites de combat de toutes les époques suscitent de l’intérêt, de la curiosité, voire un véritable engouement. Un tourisme spécifique s’est développé, dont les racines remontent loin. Aux yeux de ces visiteurs, les champs de bataille portent une part irréductible de la mémoire des guerres et celle-ci s’y inscrit d’une manière de plus en plus massive à travers de multiples usages sociaux, culturels, politiques, pédagogiques. Dans ce volume, une vingtaine de chercheurs et chercheurs explorent cette histoire des lieux de mémoire, du XVIe siècle à nos jours. Leurs articles font varier les échelles et les démarches, et transporteront le lecteur des guerres ‘Italie à la guerre du Pacifique et du Québec à la Lorraine, en passant par le Portugal ou la Normandie.

TABLE DES MATIERES

Première partie. Régime mémoriel de l’époque moderne

« Prenez vostre violon et sonnez-moy toujours […] la Défaitte des Suisses » : mémoires et usages mémoriaux des champs de bataille chez Brantôme. Benjamin Deruelle

Battlefields, Images and Cultures of Remembrance in the Thirty Years War. Peter H. Wilson et Claire Gantet

Les fantômes du champ de bataille de Malplaquet, de 1709 à nos jours.
Catherine Denys

« Le principal théâtre de Mars ». Un « tourisme de champ de bataille » précoce dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle (1715-1775).
Gerrit Verhoeven

Deuxième partie. Creuset de la nation : le tournant du xixe siècle

« Un pèlerinage au champ de bataille de Fontenoy » : la bataille mémorielle autour du 11 mai 1745 dans la presse irlandaise (1840-1914). Pierre-Louis Coudray

The Magic of Trafalgar: Battlefield History as Myth. Andrew Lambert

Localiser pour célébrer ? Quelques observations sur les lieux de combat de 1810 au Portugal. Valeria Pansini

Des champs de bataille de 1870-1871 aux champs de mémoire religieux.
Xavier Boniface

Les champs de bataille, nouveaux « monuments historiques » dans l’Europe du XIXe siècle. Gilles Malandain

La mémoire étiolée du parc des Champs-de-Bataille de Québec. Lorsque vainqueurs et vaincus ne forment qu’un ! Dany Fougères

Troisième partie. Le second XXe siècle : une diversification des usages ?

Paysage de guerre, enjeux et défis géopolitiques du champ de bataille.
Philippe Boulanger

Appropriation du champ de bataille par l’acte artistique : exploiter les traces de lieux bouleversés. Aurélie Michel et Susanne Müller

Itinéraire mémoriel sur les champs de bataille normands. Aperçu sur les usages sociaux du Débarquement et de la Bataille de Normandie, 1944-2019. Françoise Passera

Invitation au voyage sur les champs de bataille perdus de la Seconde Guerre mondiale. Réflexions sur le Retour à l’île de Mindoro d’Ôoka Shôhei, ancien soldat japonais. Naoko Seriu

War Walks with Clio. The role of historical battlefields in military education. Wim Klinkert

La mémoire des champs de bataille aériens. Jérôme de Lespinois

Conclusions. Stéphane Michonneau

Pour commander l’ouvrage

30.06.23 : Les déchets de guerre : une histoire environnementale, économique, et anthropologique du désobusage, 1914-2019

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

Olivier Saint-Hilaire est doctorant à l’EHESS, sous la direction de Geneviève Massard-Guilbaud (EHESS, Cired) et Pascal Marichalar (CNRS, Iris) .

Le projet de thèse

Ce projet de thèse en sciences sociales propose une approche globale des pollutions industrielles causées par les munitions et les destructions de munitions de la Grande Guerre et de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’éclairer un sujet très peu étudié jusqu’ici : le nettoyage des champs de bataille, la récupération des projectiles non éclatés et le désobusage industriel des munitions des guerres 1914-1918 et 1939-1945.

Cette thèse a pour but de comprendre quels sont les impacts sociaux, économiques, sanitaires et environnementaux des guerres sur le long terme à travers l’étude des diverses politiques publiques et le recours à l’initiative industrielle privée pour “désarmer” les sols dans les sorties de guerre. Les objectifs de cette étude sont d’identifier et de caractériser :

  • les pollutions industrielles, les sites pollués liées à l’enfouissement, à l’immersion ou à la destruction de munitions
  • les acteurs et les pratiques du désobusage
  • l’ensemble des modes de gestion des sols pollués et des “déchets de guerre” ainsi que les solutions de remédiation mises en œuvre depuis un siècle en prenant compte de leur évolution dans la longue durée

L’enjeu de cette étude à la fois environnementale, économique et anthropologique est de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire des pollutions concernées et donner une nouvelle perspective aux politiques de dépollution actuelles et à venir, en les confrontant aux politiques suivies depuis plus d’un siècle, et prévenir l’émergence de nouveaux sites pollués.

En savoir plus : Le dernier mort de 1914-1918 n’est pas encore né par Olivier Saint-Hilaire

Voir aussi le site de l’association “Robin des bois” qui mène un travail assidu depuis la fin des années 1980.

10.23 :Les pèlerinages sur le front occidental de la Première Guerre mondiale : de la fin de la guerre aux pratiques contemporaines.

APPEL A CONTRIBUTION

 

19 et 20 octobre 2023, Caverne du Dragon Musée du Chemin des Dames / Château-Thierry (Aisne – France)

Organisation : Université de Lille, Conseil départemental de l’Aisne
Avec le soutien de la Région des Hauts-de-France, la ville de Château-Thierry, le VDK, l’ABMC, la CWGC, la DMCA.

Comité d’organisation : Stéphane Michonneau, Université de Lille, Franck Viltart, Département de l’Aisne, Heather Warfield, Antioch University (USA).
Comité scientifique : Philippe Nivet, Gilles Malandain, Anne Hertzog, Laurent Veyssière, Franck Viltart, Heather Warfield, Stéphane Michonneau.

La Première Guerre mondiale a duré quatre ans et s’est déroulée sur pas moins de onze théâtres d’opérations à travers le monde. Des millions de personnes y ont perdu la vie. Le long du front occidental, de la côte belge à la frontière franco-suisse, les soldats se sont battu le long d’un front étroit de 1914 à 1918. C’est finalement le front occidental qui a causé le plus de pertes humaines et où s’est décidée l’issue de la guerre. Pendant la guerre elle-même, au gré des gains territoriaux, les soldats sont retournés dans les cimetières provisoires où leurs camarades étaient tombés. Dès la fin de la guerre et durant les décennies qui ont suivi, des dizaines de milliers d’anciens combattants, de familles de défunts et de délégations officielles ont entrepris des pèlerinages sur les champs de bataille à la recherche de proches disparus dans un vaste mouvement d’hommage collectif ou individuel sans précédent dans l’histoire.
Pour les aider dans leur voyage, des guides de pèlerinage au front ont été publiés, nous donnant un aperçu des itinéraires, des objectifs et des prescriptions à l’égard de ses pèlerins du souvenir. Parmi les pèlerinages de grande envergure documentés dans des guides ou des témoignages connus, citons les célèbres Guides illustrés Michelin des champs de bataille, le pèlerinage d’Ypres de 1925 (voir The Immortal Salient : An Historical Record and Complete Guide for Pilgrims to Ypres), le pèlerinage de l’American Legion de 1927 (The American Legion Official Program and Guide Book), le pèlerinage de la Royal British Legion de 1928 (The Story of an Epic Pilgrimage : The Battlefields Pilgrimage) ou encore le pèlerinage de Vimy de 1936 (Guide Book of The Pilgrimage to Vimy and the Battlefields). En plus de ces pèlerinages organisés, les membres des familles se sont rendus sur les champs de bataille et dans les cimetières dans le cadre de leur processus de deuil et pour donner un sens à la mort de leurs proches. Parmi les exemples de ces pèlerinages, citons les pèlerinages des Mères de l’étoile d’or des États-Unis en 1930-1933. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux soldats vont également visiter les cimetières et les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Si le deuil fut un phénomène qui a marqué les sociétés de l’entre-deux-guerres, de nombreux descendants de vétérans de la Première Guerre mondiale continuent de rechercher aujourd’hui des informations sur leurs ancêtres et sur les conditions dans lesquels ils ont combattu, se distinguant du flux de touristes qui continuent de visiter les lieux de mémoire. Ainsi, les pèlerinages, dans leurs spécificités, se poursuivent vers des sites faisant l’objet d’aménagements renouvelés depuis les commémorations du centenaire, tels que les vestiges des champs de bataille, les ruines, les cimetières, les mémoriaux. Les nouveaux pèlerins (re)découvrent les paysages, l’histoire de ces sites et les multiples conséquences de la guerre, pour les territoires comme leurs habitants.  
Les pèlerinages contemporains sur le front occidental s’inscrivent aussi dans une tendance plus large de croissance des pèlerinages dans le monde entier. Au-delà de leur signification historique, les sites de pèlerinage sont réimaginés par des individus en quête de sens, d’un lien avec l’histoire et leur propre récit familial, d’une quête spirituelle ou même d’une amélioration de leur santé et de leur bien-être. Le développement des pèlerinages induit des pratiques touristiques qui impactent fortement le développement socio-économique et culturel des régions concernées. Les pèlerinages sont devenus très tôt une ressource de mise en valeur des territoires dont il faut comprendre les caractéristiques et mesurer les évolutions au cours du XXe et XXIe siècles. Traditionnellement du ressort des études religieuses et littéraires, la recherche sur les pèlerinages englobe désormais l’histoire, la sociologie, la géographie, l’anthropologie et la psychologie.
Sur la base de ses différentes approches, le colloque se propose d’aborder différents thèmes propres aux pèlerinages sur les traces de la Grande Guerre, de l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, sur le front occidental.

Propositions (2000 mots max) à envoyer AVANT LE 1er JUIN 2023 à :
Stephane.michonneau@univ-lille.fr et franckviltart@hotmail.com

31.03 Les ruines de guerre de religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Par Antoine Coutelle, CRIHAM-Poitiers

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

 

Les destructions provoquées par les conflits religieux que connait le royaume de France au XVIe et au début du XVIIe siècles sont investies de sens pluriels. A la fois marqueurs de la victoire ou de la défaite d’un camp contre un autre, traces visibles regardées comme l’expression de la volonté de Dieu, conséquences de gestes iconoclastes ou d’actions violentes symboliques de la lutte contre l’hérésie, leurs significations varient. La persistance ou l’effacement des ruines traduisent la capacité d’une communauté à se reconstruire dans un contexte de guerre civile. Le recensement des indices matériels de ces destructions nécessite une réflexion sur les sources disponibles et permet ensuite d’envisager une typologie des ruines et de leurs usages. Ces usages entremêlent, au fil du temps, l’interprétation de la providence divine, l’instrumentalisation politique puis, par étapes, la patrimonialisation et la mise en mémoire des affrontements religieux.

* * *

[Podcast] Urbex et guerres – Entretien avec Nicolas Offenstadt

Par Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau deux doctorants de l’Université de Caen.

Aujourd’hui, nous avons interrogé Nicolas Offenstadt (MCF HDR à Paris 1 – Panthéon Sorbonne) pour parler d’urbex et de guerres. Des creutes de 1914-1918 à l’école de la défense civile de la RDA, en passant par des locaux de la Luftwaffe, les lieux abandonnés sont les témoins du passé dont l’exploration urbaine (urbex) permet de découvrir les traces.

Merci pour votre écoute !

Références citées dans le podcast :

OFFENSTADT Nicolas, Le Pays Disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock, 2018, édition de poche revue et complété, Paris, Gallimard, 2019, 474 p. + Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 256 p.

OFFENSTADT Nicolas, Urbex. Le phénomène de l’exploration urbaine décrypté, Paris, Albin Michel, 2022.

LE GALLOU Aude, Géographie des lieux abandonnés. De l’urbex au tourisme de l’abandon : perspectives croisées à partir de Berlin et Détroit, thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2021.

AUDIN Judith, « Traces d’usine, traces ouvrières à Pékin : explorations urbaines à Jiaohuachang et à Fatou », Entreprises et histoire, n°103, juin 2021, pp. 185-93.

EDENSOR Tim, Industrial Ruins: Spaces, Aesthetics and Materiality, Oxford Berg Publishers, 2005.

 

Musique du générique : Ona, Poison [https://www.musicscreen.be/musique-libre-de-droit-jingles1.html]

Illustration : Caserne soviétique à Gransee, 2022. [Nicolas Offenstadt]

27.01.2023 : Les pèlerinages états-uniens à Bois-Belleau au lendemain de la Première guerre mondiale

Le web séminaire de la nouvelle année 2023 accueille une chercheuse américaine (au nom prédestiné !) Heather Warfield, chercheuse en psychologie de l’université Concord. Elle s’intéresse aux dimensions psychologiques et thérapeutiques des voyages de pèlerinage. Ses recherches se sont concentrées sur le front occidental de la Première guerre mondiale et notamment le site de la bataille du Bois de Belleau, dans l’Aisne.

 

 

Cérémonie commémorative du 100e anniversaire de la bataille de Bois Belleau, en juin 2018.

Sa conférence sera en langue anglaise.

Le lien de connexion : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

 

Web séminaires 2023 : demandez le programme !

 

Rappel : les séminaires se déroulent désormais le vendredi matin de 10h30 à 12h.

 

27 janvier : Les pèlerinages étatsuniens à Bois-Beleau au lendemain de la Première guerre mondiale
par Heather Warfield (Concord University).
La conférence sera en langue anglaise


24 Février : Cartographier les destructions de guerre : le programme UrbanMetaMapping par Frauke Michler (Bamberg Universität)

 


31 Mars : Les ruines des guerre de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation par Antoine Coutelle (CRIHAM-Poitiers)


28 Avril : Les objets d’Oradour : itinéraire d’une assiette par Cécile Barbier (Craft, Univ. de Genève)


16 Mai : Munitions non explosées et pollutions : le retour perpétuel de la Grande Guerre par Olivier Saint Hilaire (Iris, EHESS)


30 Juin : Les larmes et le sang. Les villages martyrs entre victimisation et héroïsation (1938 à nos jours) par Stéphane Michonneau (université de Lille)

Voici le lien permanent : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

30.11.2022 : Web Séminaire : “Les ruines d’Oradour-sur-Glane, une trace pour le droit et pour l’histoire”

 

Par Andrea Erkenbrecher, docteure en histoire contemporaine, a soutenu sa thèse en 2017 “Oradour et les Allemands” , consacré à l’après-Oradour vu du côté allemand. Elle cherche à analyser comment la société allemande et notamment ses institutions judiciaires et politiques ont appréhendé le massacre commis par des soldats de la Waffen SS en 1944. Elle interroge notamment la question des poursuites pénales, des indemnisations, des reconnaissances officielles de l’Etat allemand face au crime.

 

Oradour et les Allemands - Erkenbrecher, Andrea

 

 

Documentaire : “Ruines. Les blessures de la guerre”

 

Pour voir le film : suivre le lien

Un documentaire réalisé par Cédric Gruat en 2021.

En parallèle de leur cortège de destins broyés, les conflits armés ont ravagé, depuis plus d’un siècle, des villes entières, de l’Europe au Proche-Orient. Tout en images d’archives, une réflexion puissante sur l’utilisation par les belligérants de l’effarant spectacle de la désolation. 

Au cours de la Première Guerre mondiale, la France est le pays le plus touché par les destructions. Les vues des villes réduites en miettes (Reims, Arras…) sont instrumentalisées par le gouvernement pour dénoncer la “barbarie” de l’ennemi. Avec la généralisation des raids aériens, la Seconde Guerre mondiale s’accompagne d’un changement d’échelle dans la dévastation. Durement frappé par les bombes alliées, le territoire allemand devient en 1945 le plus vaste champ de ruines d’Europe, de Cologne à Dresde en passant par Berlin. Alors que les femmes s’attellent au déblaiement, les décombres deviennent un décor naturel pour la réalisation de films de fiction. Plus près de nous dans le temps, il y eut Beyrouth, au Liban, dévasté par la guerre civile (1975-1990). Puis est venu le chaos en Syrie. Avec la révolution qui y éclate en 2011, les destructions, provoquées par les bombardements du régime, changent de nature : elles ne sont plus un simple effet collatéral du conflit, mais le résultat d’une stratégie. En anéantissant des villes entières comme Alep, Bachar el-Assad a décidé de chasser une partie de son peuple, tout en rendant les conditions d’un retour impossibles. 

Incompréhension et effroi 
Des appartements soufflés, des immeubles effondrés, des villes réduites en cendres… Ici, en noir et blanc, des rideaux ondulent sur des façades éventrées, là, en couleurs, des monceaux de pierres encombrent des rues autrefois arpentées par des piétons insouciants. Entre incompréhension et effroi, les destructions sont devenues l’image même de la guerre. Mais que faire de ces ruines ? Que signifie vivre parmi les décombres ? Faut-il les conserver pour garder intacte la mémoire des souffrances endurées ? Faut-il les déblayer et reconstruire ? Quels sont les usages politiques et esthétiques de ce spectacle de la désolation ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles le film de Cédric Gruat (Drôle de guerre1945 – Le temps du retour), entièrement constitué d’archives (films d’actualités et amateurs, photos), tente de répondre, en analysant les grandes déflagrations qui ont ravagé l’Europe et le Proche-Orient aux XXe et XXIe siècles. 

 

 

 

 

27.10.2022 : Web séminaire de RUINES

Le séminaire mensuel de Ruines a lieu tous les derniers mercredis du mois, de 10h à 12h. Il est en visioconférence :

Lien Zoom

Stéphane Michonneau et Aurélie Audeval accueillent deux géographes de l’université de Lorraine :

Déterritorialisation et re-territorialisation autour de la Ligne Maginot en Lorraine

par Denis Mathis LOTERR, Université de Lorraine et Emmanuel Chiffre université de Lorraine

20.10.22 : Patrimoines et patrimonialisation. Les inventions du capital historique XIXe-XXIe siècles

Programme :

9h45 : Gilles Malandain (historien, UVSQ-CHCSC) :
Introduction

10h : Eric Letonturier (sociologue, maître de conférences à l’université Paris Cité) :
Le patrimoine militaire : risques et conditions de la réception de la culture des armées.

11h : François Lagrange (historien, chef du service de la recherche et de la valorisation du Musée de l’Armée) :
Vu du musée de l’Armée : essai de typologie des patrimonialisations militaires.

12h : Anne Hertzog (géographe, maîtresse de conférences à l’université CY Cergy Paris):
Musées et patrimoine militaire: quelques exemples européens

14h30 : Mathilde Greuet (doctorante en histoire, Lille et Amiens) :
Repenser les ruines des fortifications des guerres mondiales dans les Hauts-de-France : une mémoire de la violence guerrière ?

15h30 : Jean-Luc Leleu (historien, CNRS, Université Caen Normandie) :
Appropriation mémorielle et processus de patrimonialisation des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie.
 

UVSQ – bâtiment Vauban, salle 524
47 Boulevard Vauban, 78280 Guyancourt
Contacts :
stephane.olivesi@uvsq.fr
acambre@orange.fr
gilles.malandain@uvsq.fr

20-21.10.22 : Quelles trajectoires pour les ruines de guerre ?

Journées d’étude : Lire la ruine dans le paysage : les enjeux autour de l’enfrichement et de l’enruinement



Au fil des siècles, les marges frontalières ont conservé de multiples traces des nombreux affrontements qui ont émaillé leur histoire. La permanence des ruines au sein des paysages, camouflées ou effacées par les phases de reconstruction, rappelle une histoire troublée par de nombreux épisodes de guerre de même que le rapport complexe de notre société au passé. Cette journée d’études cherche à questionner la place actuelle des ruines de guerre au sein des territoires et des paysages. Il ne s’agit plus d’observer les ruines chaudes et fumantes, telles qu’elles peuvent encore apparaître dans les témoignages et archives, mais d’analyser les trajectoires de
résiliences, de rémanences prises par les ruines refroidies des guerres. Ces trajectoires et la place prise par les scories du passé peuvent s’inscrire dans des logiques multiples d’enfrichement, d’érosion, d’hybridation ou se réinscrire dans une dimension mémorielle et monumentale en lien ou non avec la reconstruction. Les usages sociaux qui découlent alors des formes prises par les ruines traduisent une
appropriation, une perception, qu’il convient également d’observer et d’analyser pour
comprendre les trajectoires actuelles et futures autour des ruines de guerre.

Nous retiendrons trois axes d’échange durant cette cession d’études
Lire la ruine de guerre… après la guerre

La permanence de la ruine de guerre dans les paysages, fait d’elle un élément constitutif du cadre de vie des populations parfois bien longtemps après le conflit. Le récit du conflit s’estompe plus rapidement que les traces de celuici. Il y a donc une perte du signifié. Mise en scène, la ruine constitue des éléments totémiques, des repères, voire des géosymboles du cadre de vie des habitants. Cependant il peut s’agir également de sites délaissés, marginalisés, devenus des espaces indéfinis et inappropriés pour les hommes. Lieux en jachère, les ruines abandonnées ne sont toutefois pas dépourvues d’usages et s’inscrivent dans des pratiques exploratoires, de loisirs. Ainsi un éventail de trajectoires se dessine dans les lectures et les appropriations des ruines de guerre par les habitants, les collectivités territoriales….

L’hybridation de la ruine : le géopatrimoine
Reconstructions, recyclages, reconversions effacent partiellement ou totalement la ruine de guerre. Cependant celleci connaît un processus d’altération par enfrichement, enruinement et érosion, qui façonne un paysage complexe, parfois post
apocalyptique, le plus souvent inscrit dans une logique de cicatrisation par phytoremédiation. Ainsi se dessine un paysage environnementale ou morphologique particulier qui traduit la réinscription de la ruine dans son milieu (urbain, agricole, forestier) à toutes les échelles du paysage (micropaysage, paysage lieu, paysage panorama…). Ce processus d’hybridation entre la ruine et l’environnement atténue et
cicatrise la perception « brute » des vestiges. Ces derniers perdent partiellement leur forme identifiable, héritée du conflit, et constituent désormais une structure déformée
par le temps. Celleci traduit une fossilisation morphologique de la ruine de guerre. Dans un certain nombre de situation, la perception de cette hybridation permet d’inscrire la ruine comme un élément d’un géopatrimoine, c’est à dite d’objets recouvrant des réalités physiques multiformes (formes de relief, sols, rivière, lacs,
nappes souterraines…) dont certaines sont aujourd’hui sujettes à une reconnaissance patrimoniale ou à des pratiques artialisantes.

Sur les ruines : comment conserver et écrire les mémoires ?

Ce troisième temps cherche à analyser les trajectoires de « fabrique » des lieux ruinés.Nous retiendrons en particulier les pratiques mémorielles et les processus de reconstruction.

Ainsi les débris concassés par la guerre constituent des terrains propices au marquage mémoriel. Ce marquage avec la mise en scène patriotique ou l’essor du tourisme de mémoire permet de développer une approche pédagogique. Ainsi les ruines conservent un signifié, ce qui permet de préserver un récit mémoriel de la guerre.Cependant la question de l’aménagement, de la préservation peut se confronter à des nouveaux usages des lieux sans qu’il y ait toujours une rupture fonctionnelle.
D’autre part, la reconstruction qui recouvre les ruines, les fait disparaître à première vue, réapproprie l’espace perturbé et déconstruit par la guerre : elle remet de l’ordre dans le désordre de la ruine par les choix opérés. Cependant, elle n’efface pas totalement les traces des ruines et permet d’intégrer ou de réintégrer certains éléments ruinés dans le paysage afin de délivrer un message. Ainsi un cycle de destructions/reconstructions participe à la conservation de la ruine sous d’autresformes.
La journée d’étude est organisée par les équipes du LOTERR (Laboratoire d’Observation des Territoires, EA 7304), du CRUHL (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, EA 3945), de 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, EA 3478) de l’université de Lorraine (NancyMetz). Elle s’inscrit dans le cadre
de l’OHM Pays de Bitche au titre du Labex DRIIHM, programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR11LABX0010 et de l’ANR « Ruines » (portant(référence ANR19CE270002) coordonnée par Stéphane Michonneau (IRHiS université de Lille,
https://ruines.hypotheses.org ) et porté par la Maison Européenne
des sciences de l’homme et de la société (MESHS , Lille).

La journée d’étude s’organisera en deux temps.

Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes
(20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est
prévue.

Coordination scientifique : D. Mathis, E. Chiffre, L. Jalabert, F. Hein, D. Harmand, S. Michonneau

Les 20 et 21 octobre, dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche (LabEx DRIIHM ANR-11-LABX-0010) et de l’ANR “Ruines” (ANR-19-CE27-0002), les équipes du LOTERR, du CRUHL, de 2L2S et de l’Université de Lorraine, organisent deux journées d’étude traitant des  trajectoires pour les ruines de guerre.
Les journées s’organiseront en deux temps.
– Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes (20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est prévue.
– Le second temps est programmé au coeur du Pays de Bitche dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche et le soutien de la SHAL. Il permettra de poursuivre les échanges académiques avec plusieurs interventions.
Les communications feront l’objet d’une publication après évaluation au sein d’un numéro spécial suivant les thématiques au sein de la Revue Géographique de l’Est et des Annales de l’Est.

14.10.22 : Traces et commémorations des guerres

Journée d’études  organisée par Jérôme Lévy et Antoine Coutelle du laboratoire du CRIHAM, Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie, à l’université de Poitiers

Dans le cadre du programme ANR Ruines, et des masters Science politique et Histoire, Civilisations, patrimoines de l’université de Poitiers.

• Vendredi 14 octobre 2022 – 9h / 17h à l’ Université de Poitiers

En lien avec les recherches menées par une équipe interdisciplinaire de plusieurs universités, cette rencontre se propose d’examiner le rapport de la société avec les destructions commises lors de guerres, du XVIe au XIXe siècle. L’historiographie s’est en effet longtemps contentée de préciser les
dates et les lieux des batailles, mais il convient de s’interroger sur le processus qui les a fait entrer dans la mémoire collective. En effet, les débats érudits ne suffisent pas à créer des symboles. Le rôle de l’école et des manuels dans la construction du passé national est bien connu, mais la réflexion ici
amorcée porte sur le rôle des pouvoirs publics. Quels lieux emblématiques ont été retenus ? Les ruines ont-elles été conservées ou effacées ? Quels ont été les gardiens ? Des monuments ont-ils été dressés ? Quelles ont été les modalités des commémorations ? Cette rencontre examinera successivement trois moments cruciaux : les guerres de religion, les guerres révolutionnaires et la guerre franco-prussienne de 1870-71.

Programme

Matinée

Antoine Coutelle (Criham, Université de Poitiers)
Les ruines des guerres de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Pierre-Jean Souriac (Lahra, Université de Lyon III)
Le sort des murailles des villes huguenotes sous le règne de Louis XIII

Didier Poton (CRHIA, Université de La Rochelle)
Les lieux de la mémoire huguenote des guerres et de la persécution

Nabila Oulebsir (Criham, Université de Poitiers)
Détenus politiques face aux ruines antiques de Lambèse (1848-1861)

Après-midi

Hugues Marquis (Criham, Université de Poitiers)
Les ruines de guerre de la Révolution sur le territoire français, entre Histoire et Mémoire

Jean-Clément Martin (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne)
Conserver et détruire. Ruines et guerres de Vendée

Jérôme Grévy (Criham, Université de Poitiers)
Les traces de la défaite

Contact

Jérôme Grévy et Antoine Coutelle
jerome.grevy@univ-poitiers.fr, antoine.coutelle@univ-poitiers.fr

14.10.22 : Histoires, natures et usages des paysages et ruines de guerre dans l’espace septentrional

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

 

Les régions situées entre la Seine, le Rhin, la Meuse et la mer constituent sans conteste l’un des champs de batailles de l’Europe depuis le XVIe siècle. De la guerre de Quatre-vingt ans au Second Conflit mondial, les nombreuses campagnes militaires et batailles qui s’y sont déroulées ont provoqué destructions et modifications de paysages. Les divers moyens de défense (châteaux, places fortes, lignes fortifiées…) édifiés pour garantir l’intégrité de ces territoires étant souvent mis à mal, la conquête et la démolition de ces infrastructures constituent des trophées dont l’iconographie est relayée par la propagande. Après des périodes plus ou moins longues d’accommodement et d’immortalisation des dévastations de guerre à travers l’art, ces ruines sont régulièrement effacées grâce à la résilience des populations qui reconstruisent les villes et réaménagent les campagnes jusqu’à la prochaine invasion. Ainsi, certaines villes, comme Anvers, Maastricht, Lille ou Metz, et quelques champs de bataille, à l’exemple du chemin des Dames, connaissent plusieurs épisodes guerriers dont les traces se superposent, complexifiant la lecture des paysages et interrogeant le choix de l’oubli ou de la progressive conservation des ruines et des polémo-paysages.

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de l’Agence Nationale de la Recherche RUINES (les usages politiques et sociaux des ruines entre résilience, commémoration et patrimoine) coordonné par Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). Ce programme se développe en trois thématiques :

  1. La question du vécu quotidien des ruines étudiant les formes de résilience des sociétés meurtries et les usages multiples dont les vestiges font l’objet entre appropriation personnelle et matérialisation d’un traumatisme collectif ;
  2. La question des usages politiques et de la reconstruction, interrogeant l’élaboration des discours et la transformation des ruines en monuments commémoratifs et en mémoriaux, visant à transmettre le souvenir des dévastations aux générations suivantes ou au contraire à le dissimuler voire l’effacer ;
  3. La patrimonialisation des ruines constitue une nouvelle pratique sociale, largement motivée par le développement du tourisme de mémoire. Reconstitutions historique (Living history), spectacles son et lumière, tournage de film d’époque et pèlerinages font de ces vestiges des ressources économiques de première importance dont la mise en scène nécessite un regard critique.

Ainsi, cette première journée d’études sur l’histoire, les natures et les usages des paysages et ruines de guerre de l’espace septentrional s’inscrit dans un cycle de réflexion tandis que la deuxième, qui se déroulera à Ypres, s’intéressera à la conservation, la gestion et la valorisation des traces de guerres et la troisième, en Lorraine, portera sur leur invisibilisation.

Lors de ce premier événement, les chercheurs en sciences humaines et les professionnels du tourisme seront amenés à s’interroger sur l’évolution de l’usage des ruines et des paysages de guerre de ces territoires longtemps disputés et régulièrement traversés par les armées depuis le XVIe siècle. Outre des approches locales et thématiques permettant la compréhension de l’originalité de certains vestiges et de leur inscription dans les paysages, les intervenants sont incités à des réflexions comparatives de ces matérialisations du phénomène guerrier, tant chronologiques que géographiques avec une vision transfrontalière.

Trois axes seront développés durant cette première journée :

Axe 1. La création du paysage et de la ruine de guerre. Si les batailles, les bombardements, les exactions et les sabotages provoquent des destructions, certains espaces et bâtiments sont choisis pour être conservés en l’état à l’issue des conflits. Il importe donc de s’interroger sur les critères de ces fossilisations à plusieurs échelles. Si les dégâts matériels sont un critère évident, comme le champ de bataille de Verdun pour la Première Guerre mondiale, dans quelles mesures d’autres éléments comme l’impact historique, les tragédies humaines ou les enjeux politiques et économiques sont-ils décisifs ?

Axe 2. La temporalité du paysage et de la ruine de guerre. Faut-il attendre la fin de la bataille ou de la guerre pour que se développe une reconnaissance du site ou des édifices détruits ? Durant la Première Guerre mondiale, les cas de la cathédrale de Reims et des villages morts pour la France permettent de mettre en évidence les chronologies différentes de la reconnaissance de ces destructions. Par ailleurs, il importe de s’interroger sur la durée de la fossilisation des lieux en fonction du but de leur conservation.

Axe 3. Les débats liés à la reconstruction dans les zones dévastées par les guerres. Rebâtir, réutiliser et se réapproprier des terrains comporte des risques immédiats puis à plus long terme mais soulève également la question des conflits d’usage. La reconstruction sur les ruines est-elle systématiquement une reconstitution imposant la destruction matérielle et mémorielle de la ruine ? Par ailleurs, relever sur les champs de bataille ne provoque-t-il pas une perte de sens du paysage et donc de sa mémoire ?

Comité d’organisation

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctorantes IRHiS, ULille

Philippe Diest, Enseignant-chercheur Histoire contemporaine, Institut Catholique de Lille, affilié IRHIS

History, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area. “

Areas located inbetween the Seine, the Rhin, the Meuse and the North sea have undoubtly been one of the main battlefields in Europe since the XVIth century. From the Eighty Years’ War to World War II, the many military campaigns and battles that took place there resulted in destruction and landscape modification. The various means of defense (castles, strongholds, fortified lines, etc.) built to guarantee the integrity of these territories being often undermined, the conquest and demolition of these infrastructures constitute trophies whose iconography is relayed by the propaganda. After varyious periods of accommodation and immortalisation of the war’s devastation through art, these ruins are regularly erased thanks to the resilience of the populations who rebuild the cities and redevelop the countryside until the next invasion. Thus, some cities, such as Antwerp, Maastricht, Lille or Metz, and some battlefields, such as the Chemin des Dames, have experienced several warlike episodes whose traces overlap, making it more difficult to read the landscapes and questioning the choice of oblivion or the progressive ruins’ conservation and landscapes modeled by acts of war.

This Study Day is part of the program of the Agence Nationale de la Recherche RUINES (the political and social uses of ruins amoung resilience, commemoration and heritage) coordinated by Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). This program is developed around three themes:

  1. The question of the daily experience of ruins, studied thanks to the forms of battered societies’ resilience and the multiple uses of which the buildings’ remains are the subject of personal appropriation and the materialization of a collective trauma;
  2. The question of political uses and reconstruction, questioning the conception of speeches and the transformation of ruins into commemorative monuments and memorials, aimed at transmitting the memory of the devastations to subsequent generations or, on the contrary, to conceal it or even erase it;
  3. The patrimonialization of the ruins constitutes a new social practice, largely motivated by the tourism of memory’s development. Living history, Sound and Light shows, shooting of period films and pilgrimages make these remains of major economic resources, the staging of which requires a critical look.

Thus, the Study Day on the history, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area is part of a cycle of reflection. A second day, which will take place in Ypres, will focus on the conservation, management and enhancement of traces of war. A third day in Lorraine will focus on their invisibilisation.

During this first event, researchers in the human sciences and tourism professionals will be asked to wonder about the evolution of the use of ruins and war landscapes of these territories long disputed and regularly crossed by the armies since the Sixteenth century. In addition to local and thematic approaches allowing the understanding of certain vestiges’ originality and their inscription in the landscapes, the speakers are encouraged to comparative reflections of these materializations of the warrior phenomenon, both chronological and geographical with a cross-border vision.

Three axes will be developed during this day:

Axe 1. The creation of the landscape and the ruin of war. While battles, bombardments, abuses and sabotage cause destruction, certain spaces and buildings are chosen to be preserved as they are after the conflicts. It is therefore important to question the criteria for these fossilizations on several scales. If material damages are an obvious criterion, like the Verdun battlefield for World War I, to what extent are other elements such as historical impact, human tragedies or political and economic issues decisive?

Axe 2. The temporality of the landscape and the ruin of war. Should we wait until the end of the battle or the war for recognition of the site or the destroyed buildings to develop? During World War I, the cases of the cathedral of Reims and of the villages which died for France make it possible to highlight the different chronologies of the recognition of this destruction. In addition, it is important to question the duration of the fossilization of places depending on the purpose of their conservation.

Axe 3. The debates related to reconstruction in areas devastated by war. Rebuilding, reusing and reclaiming land involves immediate and then longer-term risks, but also raises the issue of conflicts of use. Is reconstruction on the ruins systematically a reconstruction requiring the material and memorial destruction of the ruin? Moreover, does not picking up on the battlefields cause a loss of sense of the landscape and therefore of one’s memory?

Organizing Committee

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctoral students IRHiS, ULille

Philippe Diest, Lecturer in Contempory History, Institut Catholique de Lille

 

 

Usages politiques et sociaux des ruines de guerre, 16e-20e siècles

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search