Archives par mot-clé : Usages sociaux

Appel à communication /Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)

Proposition de colloque international

Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)
Mémorial de Caen, 25-26-27 septembre 2024

Aujourd’hui, le spectacle terrible des destructions de l’Ukraine réveille dans toute l’Europe le souvenir des paysages de guerre des conflits antérieurs des guerres napoléoniennes à la guerre de l’ex-Yougoslavie, etc. La Normandie fut l’une de ces régions particulièrement dévastées par la guerre – Caen, Falaise, Saint-Lô « capitale des ruines » en 1945-, mais où le souvenir du Débarquement a masqué celui des destructions alliées, soulignant par la même que le rapport aux ruines est variable et historiquement construit.

Le colloque se propose justement d’explorer le rapport que les sociétés d’après-guerre entretiennent avec les vestiges du conflit et les marques de la violence guerrière. À travers les usages politiques, sociaux, économiques, culturels mais aussi mémoriels de ces vestiges particuliers, c’est la relation à un passé traumatique qui est visée : nous émettons l’hypothèse que les ruines de guerre ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en permettent la formulation en en balisant les modalités d’expression.

Pendant quatre ans, le programme de recherche Ruines (ANR 2019) a rassemblé une vingtaine de chercheurs aux horizons disciplinaires divers, autour de quatre laboratoires dont Histémé de l’université de Caen. Si la Normandie de l’été 1944 a constitué un terrain de recherche privilégié, il ne fut pas le seul (Oradour-sur-Glane, plateau du Vercors, Lorraine, ruines de la Première Guerre mondiale dans le Nord). La comparaison appliquée principalement entre les cas français s’est d’emblée efforcée d’établir des liens avec des chercheurs étrangers. Ainsi, le colloque se propose d’une part de présenter les principaux résultats du programme Ruines et d’autre part, d’élargir la réflexion dans une perspective résolument transnationale, prélude – nous l’espérons – à de nouvelles initiatives de recherche.

D’une part, la notion de ruines de guerre qui semble évidente demande à être interrogée : ces ruines ont des origines diverses liées aux conditions et aux circonstances de la destruction, elles-mêmes liées à l’évolution des formes de la guerre. Elles sont des vestiges de guerre mais tous les vestiges de guerre ne sont pas nécessairement des ruines (blockhaus, citadelles militaires, tranchées, trous de mines, postes d’observation, etc.)1 , même si ces derniers peuvent le devenir avec le temps : on peut alors parler d’enruinement.

D’autre part, les ruines de guerre présentent des similitudes avec d’autres édifices du même genre : ruines archéologiques, ruines de catastrophes naturelles, ruines reconstituées des jardins romantiques, etc. Il s’agira donc de cerner cette notion sans chercher à naturaliser les ruines par leur taille ou leur origine mais en historicisant leurs contenus par le biais d’une analyse des usages sociaux et des pratiques auxquelles elles donnent lieu. Enfin, on peut considérer que les ruines sont l’envers des entreprises de reconstruction qui tendent à en effacer la présence : en fait, les reconstructions sont fortement déterminées par les ruines et entretiennent avec ces dernières des rapports ambigus (réemploi, conservation, intégration des ruines dans le bâti, etc.). Quelle place et quel rôle sont ainsi assignés à ces traces du passé dans les reconstructions et les remises en ordre succédant aux conflits ?

Le colloque est articulé en 3+1 parties qui structureront chacune état des acquis et perspectives de recherche.

  1. L’expérience des ruines et de la destruction
  2. Les usages des ruines de guerre dans la guerre et l’après-guerre
  3. La patrimonialisation et la mise en tourisme des ruines de guerre.
  4. Acteurs et actualité : Une dernière partie est réservée à la prise de parole d’acteurs engagés dans les divers usages des vestiges ruineux. Il portera une attention spécifique au cas ukrainien.

Durée : 2,5 jours

Comité scientifique

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS)

Modalités de soumission des réponses 

Avant le le 5 février 2024, Une proposition d’environ 3000 signes, à envoyer à :
François Rouquet : francois.rouquet@unicaen.fr
et Stéphane Michonneau : stephane.michonneau@u-pec.fr
Pour une sélection définitive par le Comité scientifique le 15 février__________________________

Call for papers for an international congres

European war ruins and their uses
(19th – 21st century)

Caen Memorial, 25-26-27 September 2024

Proposal (max. 3,000 characters) to be sent before 2 February 2024 to :
Stephane.michonneau@u-pec.fr
Francois.rouquet@unicaen.fr

Today, the terrible sight of the destruction in Ukraine awakens memories throughout Europe of the war landscapes of earlier conflicts, from the Napoleonic Wars to the war in former Yugoslavia, etc. Normandy was one of the regions particularly devastated by the Second World War – Caen, Falaise, Saint-Lô, the “capital of ruins” in 1945 – but where the memory of the D-Day landings masked that of the Allied destruction, underlining the fact that the relationship with ruins is variable and historically constructed.

The aim of the conference is to explore the relationship that post-war societies have with the vestiges of conflict and the marks of war violence. Through the political, social, economic, cultural and memorial uses of these particular vestiges, the relationship with a traumatic past will be explored.  We hypothesise that the ruins of war do not precede the expression of an internalised trauma, but enable it to be formulated by marking out the ways in which it is expressed.

For four years, the Ruins research programme (ANR 2019) has brought together around twenty researchers from a variety of disciplinary backgrounds in four laboratories, including Histémé at the University of Caen. Although Normandy during the summer of 1944 was a key research area, it was not the only one (others included Oradour-sur-Glane, the Vercors plateau, Lorraine, and the ruins of the First World War in the North). The comparison drawn from the French cases has from the outset endeavoured to establish links with foreign researchers. The aim of the conference is both to present the main results of the Ruins programme and to broaden the debate from a resolutely transnational perspective, as a prelude – we hope – to new research initiatives.

On the one hand, the notion of war ruins, which may seem uncontested, actually needs to be questioned: these ruins have various origins linked to the conditions and circumstances of the destruction, which are themselves linked to the evolution of the forms of warfare. They are remnants of war, but not all remnants of war are necessarily ruins (e.g. blockhouses, military citadels, trenches, mine holes, observation posts, etc.), even if they can become ruins over time.

On the other hand, the ruins of war have similarities with other buildings of the same kind: archaeological ruins, the ruins of natural disasters, the reconstructed ruins of romantic gardens, and so on. The idea is not to naturalise ruins by their size or origin, but to historicise their content by analysing the social uses and practices to which they give rise. Finally, we might consider that ruins are the flip side of reconstruction projects that tend to erase their presence: in fact, reconstructions are strongly determined by ruins and have an ambiguous relationship with them (reuse, conservation, integration of ruins into buildings, etc.). What place and what role are assigned to these traces of the past in post-conflict reconstruction and reorganisation?

The conference is divided into 3+1 parts, each of which will focus on the state of the art and research prospects.

  1. The experience of ruins and destruction
  2. The uses of war ruins in war and post-war period
  3. The heritage and tourism of war ruins.
  4. Actors and current events: A final section will be devoted to the views of actors involved in the various uses of ruinous remains. Specific attention will be paid to the Ukrainian case.

Duration: 2.5 days

Scientific Advisory Board :

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS


 

  1. Exemple, pour la Normandie, un inventaire de ces vestiges, coordonné par la DRAC et le laboratoire HisTeMé, est en phase de finition. Voir : https://sgm.hypotheses.org/147 []

[Podcast] Urbex et guerres – Entretien avec Nicolas Offenstadt

Par Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau deux doctorants de l’Université de Caen.

Aujourd’hui, nous avons interrogé Nicolas Offenstadt (MCF HDR à Paris 1 – Panthéon Sorbonne) pour parler d’urbex et de guerres. Des creutes de 1914-1918 à l’école de la défense civile de la RDA, en passant par des locaux de la Luftwaffe, les lieux abandonnés sont les témoins du passé dont l’exploration urbaine (urbex) permet de découvrir les traces.

Merci pour votre écoute !

Références citées dans le podcast :

OFFENSTADT Nicolas, Le Pays Disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock, 2018, édition de poche revue et complété, Paris, Gallimard, 2019, 474 p. + Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 256 p.

OFFENSTADT Nicolas, Urbex. Le phénomène de l’exploration urbaine décrypté, Paris, Albin Michel, 2022.

LE GALLOU Aude, Géographie des lieux abandonnés. De l’urbex au tourisme de l’abandon : perspectives croisées à partir de Berlin et Détroit, thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2021.

AUDIN Judith, « Traces d’usine, traces ouvrières à Pékin : explorations urbaines à Jiaohuachang et à Fatou », Entreprises et histoire, n°103, juin 2021, pp. 185-93.

EDENSOR Tim, Industrial Ruins: Spaces, Aesthetics and Materiality, Oxford Berg Publishers, 2005.

 

Musique du générique : Ona, Poison [https://www.musicscreen.be/musique-libre-de-droit-jingles1.html]

Illustration : Caserne soviétique à Gransee, 2022. [Nicolas Offenstadt]

14-15. 09. 2022 : Être au lieu. Journées d’études

L’ANR RUINES  poursuit le développement d’un programme de recherche autour des usages politiques et sociaux des ruines de guerre, dans le but d’explorer la relation de nos sociétés à leurs passés violents et à leurs traces matérielles. Dans une logique pluridisciplinaire, la ruine, regardée en France du XVIe s. à nos jours, y est saisie à travers des approches théoriques et méthodologiques variées – enquête ethnographique, numérisation, études archivistiques ou encore études spatiales. Les chercheurs impliqués y questionnent en particulier le vécu des ruines de guerre, principalement dans leur dimension paysagère, ainsi que les imaginaires et les politiques qui leur sont associés dans différents contextes.

L’ambition des journées Être au lieu est d’interroger et de discuter les éléments idéels et matériels constitutifs d’un lieu, faisant condition de l’expérience, et plus particulièrement donnant accès à des processus collectifs de transmission mémorielle. En questionnant les modalités pratiques d’une entrée dans l’histoire par le lieu, l’intention est d’appréhender les formes de rapports de l’individu à l’histoire, de la communion sensible à l’analyse critique. Cet objectif théorique se concrétise avec l’ouverture d’un projet de conception d’un dispositif numérique muséal conçu pour accompagner les visiteurs dans le parcours du village d’Oradour-sur-Glane (application « Oradour ici maintenant »), chargé de surcroit des souhaits de conservation en direction des jeunes générations non liées à la guerre, de lutter contre les discours négationnistes, prendre le relai par le verbe de traces du massacre qui s’effacent (traces d’incendie du village lavées par les pluies) tout en laissant l’espace pour chacun d’aborder l’histoire à sa manière.

Afin de saisir dans la diversité et la labilité de leurs expressions les rapports aux lieux et à l’histoire,  les journées “Être au lieu” proposent de réunir des intervenants d’horizons variés, dégagés des exigences propres aux Mémoriaux de guerre. La perspective est d’enrichir nos visions respectives, traversées en filigrane par la question de l’imaginaire. Imaginaire historique, anachronisme, dérive, constituent ainsi quelques pistes de réflexion que nous aimerions développer. Les échanges auront pour retombée immédiate l’élaboration de la méthode d’évaluation de l’application « Oradour Ici Maintenant », en questionnant les critères de succès ainsi que les intentions fondamentales de ce type de médiation. Ces journées constitueront par ailleurs le point de départ d’un séminaire déroulé en 4 séances, donnant lieu à la publication d’un ouvrage.

Le déroulé des journées prévoit une journée d’étude précédée d’une demi-journée de visite du village et du Centre de la Mémoire afin que chaque intervenant ait la possibilité de faire résonner son discours théorique avec la spécificité du lieu.

Nous vous espérons nombreux à ce rendez-vous,

Cécile Barbier, Nicolas Canova, Stéphane Michonneau et Babeth Robert

Pour tout renseignement ou nous informer de votre venue canovanicolas@yahoo.fr

Les traces de la Seconde Guerre mondiale : étude de cas dans la région caennaise

Étudiant en master 1 patrimoine à l’UFR Histoire et Sciences sociales de l’Université de Caen-Normandie, Thibault Mestre a réalisé son mémoire sous la direction de François Rouquet. Stéphane Michonneau faisait partie du jury de la soutenance qui s’est déroulée le X dernier.

La Seconde Guerre mondiale, par son ampleur, son industrialisation et sa violence a laissé derrière elle, des séquelles matérielles et émotionnelles profondes. Certaines d’entre elles nous apportent un nouvel éclairage sur cette période, d’autres, à l’inverse, conforment ou remettent en question l’histoire des sources écrites. Voyant leur intégrité de plus en plus menacée, historiens et archéologues en ont fait leur principal objet d’études et de préoccupations ces dernières années, par le lancement de campagnes d’inventorisation, l’élaboration de projets collectifs de recherche et la multiplication des fouilles archéologiques en lien avec cette période. Ainsi, ce mémoire, en superposant les cadres d’analyse, a tenté d’approcher et de comprendre la complexité et les enjeux dont les traces font preuve. La démarche est simple : reconceptualiser leur nature en apportant un regard plus globalisant de ce qu’elles sont (propriétés physiques et symboliques) et de ce qu’elles imposent (enjeux mémoriels, marques du passé…) pour mieux pouvoir aborder leur diversité.

À l’échelle du littoral Nord-Ouest de la France, les traces physiques de la Seconde Guerre mondiale varient en fonction de leur type, de leur datation chronologique, de la zone géographique où elles sont implantées et des événements ou acteurs dont elles sont issues. Encore aujourd’hui dans l’imaginaire collectif, ces vestiges physiques sont très souvent assimilés et réduits aux restes du mur de l’Atlantique. Et pour cause : cette ligne de défense, longue de 5 000 km est le fruit d’une présence plus importante des Allemands sur le territoire français, d’une logique d’implantation territoriale liée à la défense du IIIe Reich et d’une mobilisation matérielle et humaine conséquente. Or, grâce aux dernières découvertes archéologiques régionales, la standardisation et l’homogénéité des défenses qui ont longtemps caractérisé l’Atlantikwall sont remises en question. De plus, le débarquement des Alliés et la mise en place de leurs infrastructures nécessaires pour la poursuite de leur campagne militaire, ont laissé des vestiges d’une tout autre nature. Il ne faut pas non plus oublier la population civile normande qui, au milieu de ce No man’s land, a dû faire preuve d’adaptabilité pour survivre. De cette période violente ont émergé des préoccupations urgentes, conséquences directes et indirectes de la guerre, en matière de reconstruction des villes, de relogement des sinistrés et d’infrastructures élémentaires pour répondre aux besoins urgents de la population, qu’il a fallu nécessairement prendre en compte.

Façade encore visible d’un ancien bunker allemand situé sur le quai Hippolyte Lefèbvre à Mondeville. Bien qu’il y en ait existé plusieurs, cette défense allemande fait partie des derniers blockhaus allemands encore debout dans la région caennaise. La partie intérieure de l’édifice est inaccessible car il se situe dans une zone privée appartenant à une entreprise. ©T. Mestre

Notre travail, à partir de l’établissement de ces principaux axes de recherche, s’est focalisé sur un carrefour stratégique aux multiples spécificités : la région caennaise. Verrou de la Normandie, arrière-garde du mur de l’Atlantique, lieu d’accumulation de la brutalité de guerre et espace martyr, notre zone d’étude, de par ses particularités, représentait un laboratoire de traces multiples qui pouvait répondre à notre objectif d’élargissement de la notion de trace. Les vestiges que nous y avons trouvés témoignent de l’évolution du conflit et s’étendaient sur une chronologie de 5 ans, de 1942 à 1947. Dans un premier temps, la région fut une zone de relais et de commandement pour les Allemands grâce à la présence d’aménagements défensifs légers et de blockhaus anti-aériens, de commandement et de cantonnement des soldats dont le bunker opérationnel de la 716e division d’infanterie du général allemand Wilhelm Richter, sur lequel a été construit le célèbre Mémorial de Caen en est le plus illustre exemple. La ville fut sujette par la suite, durant les mois de juin, juillet et août 1944 à des bombardements et des affrontements parfois d’une grande intensité afin de faciliter la pénétration et la libération progressive de la ville par les forces canadiennes et britanniques faisant émerger un nouveau type de trace que nous avons nommés « cicatrices de guerre », qui correspondent à ces trous d’obus, ces impacts de balles, ces ruines… qui marquent toujours le paysage urbain actuel. Une fois la ville aux cent clochers totalement délivrée par les Alliés, les traces de leur passage, contrairement aux traces de l’Occupation, ont été reconsidérées grâce à un processus mémoriel associé à la célébration de la Libération qui s’est développé durant les années d’après-guerre. Leurs caractéristiques sont ainsi d’une tout autre forme : quelques restes d’infrastructures diverses ( piles de pont de la Royal Canadien Engineers à proximité de l’hippodrome, camp de prisonniers de Fleury-sur-Orne… ), de nombreux monuments commémoratifs, des noms de rues…


Piles du pont du Tickell bridge érigées par le « Royal Canadian Engineers 386 » du 19 au 27 août 1944 comme il l’est inscrit sur le vestige ( situé sur la rive gauche, à proximité du canal de l’Orne, en dessous de l’actuel hippodrome de Caen ). Le numéro visible désigne le nom de code du 2nd Battalion des RCE qui était directement attaché au 21e groupe d’armées, composé de Britanniques et de Canadiens. Ce pont était un triple pont Bailey qui a été démonté en 1965-66 pour laisser place à la passerelle actuelle. Phot
©T. Mestre

D’autres témoignages matériels de cette époque ont fait l’objet d’un traitement similaire à partir des années 1990 : ceux de la population civile, victime de la guerre et soucieuse de survivre en s’abritant dans les carrières refuges de Caen puis en habitant les ruines ou les nouveaux logements provisoires fournis par l’aide des pays étrangers. Enfin, c’est suite à ce siège opéré par les Alliés que la ville a dû préparer les futures fondations de sa renaissance pour faire place à un nouvel urbanisme et une nouvelle modernité tout en conservant ou en détruisant certaines pages de son Histoire. Encore aujourd’hui sont observables ces nouveaux quartiers d’urgence d’après-guerre dans le quartier Saint-Paul à Caen, à Colombelles ou encore à Fleury-surOrne où s’alignent les réputées « maisons suédoises » qui offrent toujours un certain confort de vie. Ainsi, la région caennaise a connu l’ensemble des facettes de la guerre et de ses conséquences desquelles l’adaptation était de mise. Car plus qu’une matérialité, la trace se manifeste aussi par sa symbolique.

Maisons suédoises (actuelle rue de Stockholm) à Caen. Fournies entre 1946 et 1948 par la Suède, ces logements jumelés en bois malgré les aménagements dont elles ont pu faire l’objet, sont encore aujourd’hui habités et ce, pour la qualité de leurs matériaux, leur modernité, leur confort, leur loyer modeste… notamment dans le quartier Saint-Paul à Caen, à Colombelles (actuelle rue Jules Guesde par exemple) ou encore à Fleury-sur-Orne ( actuelle rue Pierre Curie… ). Document réalisé à partir de la fonctionnalité Street View mise à disposition par Google Maps.

Invisible aux yeux de certains, marqueur physique et émotionnel pour d’autres, elle nous rappelle l’attachement personnel aux choses du passé, le vécu. La légitimité de la trace repose ainsi d’abord à travers la préoccupation qu’on lui accorde. C’est donc par son observation minutieuse et le franchissement de ses caractéristiques physiques que nous comprenons tous les intérêts qu’elle représente et qui sont constitutifs de son essence. Au cours de nos exemples comparatifs, nous avons vu que le choix de leur intégrité et de leur expressivité dépendaient de la manière dont elles étaient perçues et utilisées : symbole victorieux ou défaitiste, trophée de l’héroïsme allié ou reliques d’un sacrifice, expression de la paix ou de la guerre… Véritables vecteurs de mémoire, les traces, par leurs mises en scène contribuent à l’entretien d’une histoire individuelle ou collective, en complémentarité ou en contradiction avec l’histoire des sources écrites. Mais cette continuité mémorielle qui s’exerce par la remémoration, est différente en fonction des espaces géographiques sur lesquels les traces s’inscrivent et est corrélée avec l’histoire que les acteurs de la mémoire ont voulu spécialement garder de leur territoire.

Quelle que soit leur incarnation physique ou abstraite, la multiplicité de leurs approches et de leurs natures constitue autant de difficultés aussi bien dans leur identification, leur étude et leur protection. Car un constat frappant a pu être observé au cours du développement de notre étude, celui de la disparition inquiétante et progressive des traces du passé, qui étaient pourtant encore visibles ces dernières années. C’est bien dans ces perspectives précédemment mentionnées que notre travail s’inscrit, à savoir, sauver ce potentiel patrimoine pendant qu’il est encore temps et élargir cette ambition en dehors de la région de Normandie. Cette tâche nécessite un travail collaboratif de plusieurs champs disciplinaires : géographie, sociologie, l’histoire des mentalités, philosophie, archéologie et toutes ses dérives ( archéologie du bâti, archéologie du sous-sol… ) et même les sciences qui relèvent de la littérature. Par conséquent,  envisager des perspectives d’avenir pour ces vestiges singuliers ou communs revient à protéger la conservation de cette histoire dépositaire, si précieuse pour l’étude des événements passés et donc préserver l’héritage politique, économique, sociale et culturelle d’une guerre, celle de la Seconde Guerre mondiale.