Archives par mot-clé : Ruines

Appel à communication /Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)

Proposition de colloque international

Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)
Mémorial de Caen, 25-26-27 septembre 2024

Aujourd’hui, le spectacle terrible des destructions de l’Ukraine réveille dans toute l’Europe le souvenir des paysages de guerre des conflits antérieurs des guerres napoléoniennes à la guerre de l’ex-Yougoslavie, etc. La Normandie fut l’une de ces régions particulièrement dévastées par la guerre – Caen, Falaise, Saint-Lô « capitale des ruines » en 1945-, mais où le souvenir du Débarquement a masqué celui des destructions alliées, soulignant par la même que le rapport aux ruines est variable et historiquement construit.

Le colloque se propose justement d’explorer le rapport que les sociétés d’après-guerre entretiennent avec les vestiges du conflit et les marques de la violence guerrière. À travers les usages politiques, sociaux, économiques, culturels mais aussi mémoriels de ces vestiges particuliers, c’est la relation à un passé traumatique qui est visée : nous émettons l’hypothèse que les ruines de guerre ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en permettent la formulation en en balisant les modalités d’expression.

Pendant quatre ans, le programme de recherche Ruines (ANR 2019) a rassemblé une vingtaine de chercheurs aux horizons disciplinaires divers, autour de quatre laboratoires dont Histémé de l’université de Caen. Si la Normandie de l’été 1944 a constitué un terrain de recherche privilégié, il ne fut pas le seul (Oradour-sur-Glane, plateau du Vercors, Lorraine, ruines de la Première Guerre mondiale dans le Nord). La comparaison appliquée principalement entre les cas français s’est d’emblée efforcée d’établir des liens avec des chercheurs étrangers. Ainsi, le colloque se propose d’une part de présenter les principaux résultats du programme Ruines et d’autre part, d’élargir la réflexion dans une perspective résolument transnationale, prélude – nous l’espérons – à de nouvelles initiatives de recherche.

D’une part, la notion de ruines de guerre qui semble évidente demande à être interrogée : ces ruines ont des origines diverses liées aux conditions et aux circonstances de la destruction, elles-mêmes liées à l’évolution des formes de la guerre. Elles sont des vestiges de guerre mais tous les vestiges de guerre ne sont pas nécessairement des ruines (blockhaus, citadelles militaires, tranchées, trous de mines, postes d’observation, etc.)1 , même si ces derniers peuvent le devenir avec le temps : on peut alors parler d’enruinement.

D’autre part, les ruines de guerre présentent des similitudes avec d’autres édifices du même genre : ruines archéologiques, ruines de catastrophes naturelles, ruines reconstituées des jardins romantiques, etc. Il s’agira donc de cerner cette notion sans chercher à naturaliser les ruines par leur taille ou leur origine mais en historicisant leurs contenus par le biais d’une analyse des usages sociaux et des pratiques auxquelles elles donnent lieu. Enfin, on peut considérer que les ruines sont l’envers des entreprises de reconstruction qui tendent à en effacer la présence : en fait, les reconstructions sont fortement déterminées par les ruines et entretiennent avec ces dernières des rapports ambigus (réemploi, conservation, intégration des ruines dans le bâti, etc.). Quelle place et quel rôle sont ainsi assignés à ces traces du passé dans les reconstructions et les remises en ordre succédant aux conflits ?

Le colloque est articulé en 3+1 parties qui structureront chacune état des acquis et perspectives de recherche.

  1. L’expérience des ruines et de la destruction
  2. Les usages des ruines de guerre dans la guerre et l’après-guerre
  3. La patrimonialisation et la mise en tourisme des ruines de guerre.
  4. Acteurs et actualité : Une dernière partie est réservée à la prise de parole d’acteurs engagés dans les divers usages des vestiges ruineux. Il portera une attention spécifique au cas ukrainien.

Durée : 2,5 jours

Comité scientifique

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS)

Modalités de soumission des réponses 

Avant le le 5 février 2024, Une proposition d’environ 3000 signes, à envoyer à :
François Rouquet : francois.rouquet@unicaen.fr
et Stéphane Michonneau : stephane.michonneau@u-pec.fr
Pour une sélection définitive par le Comité scientifique le 15 février__________________________

Call for papers for an international congres

European war ruins and their uses
(19th – 21st century)

Caen Memorial, 25-26-27 September 2024

Proposal (max. 3,000 characters) to be sent before 2 February 2024 to :
Stephane.michonneau@u-pec.fr
Francois.rouquet@unicaen.fr

Today, the terrible sight of the destruction in Ukraine awakens memories throughout Europe of the war landscapes of earlier conflicts, from the Napoleonic Wars to the war in former Yugoslavia, etc. Normandy was one of the regions particularly devastated by the Second World War – Caen, Falaise, Saint-Lô, the “capital of ruins” in 1945 – but where the memory of the D-Day landings masked that of the Allied destruction, underlining the fact that the relationship with ruins is variable and historically constructed.

The aim of the conference is to explore the relationship that post-war societies have with the vestiges of conflict and the marks of war violence. Through the political, social, economic, cultural and memorial uses of these particular vestiges, the relationship with a traumatic past will be explored.  We hypothesise that the ruins of war do not precede the expression of an internalised trauma, but enable it to be formulated by marking out the ways in which it is expressed.

For four years, the Ruins research programme (ANR 2019) has brought together around twenty researchers from a variety of disciplinary backgrounds in four laboratories, including Histémé at the University of Caen. Although Normandy during the summer of 1944 was a key research area, it was not the only one (others included Oradour-sur-Glane, the Vercors plateau, Lorraine, and the ruins of the First World War in the North). The comparison drawn from the French cases has from the outset endeavoured to establish links with foreign researchers. The aim of the conference is both to present the main results of the Ruins programme and to broaden the debate from a resolutely transnational perspective, as a prelude – we hope – to new research initiatives.

On the one hand, the notion of war ruins, which may seem uncontested, actually needs to be questioned: these ruins have various origins linked to the conditions and circumstances of the destruction, which are themselves linked to the evolution of the forms of warfare. They are remnants of war, but not all remnants of war are necessarily ruins (e.g. blockhouses, military citadels, trenches, mine holes, observation posts, etc.), even if they can become ruins over time.

On the other hand, the ruins of war have similarities with other buildings of the same kind: archaeological ruins, the ruins of natural disasters, the reconstructed ruins of romantic gardens, and so on. The idea is not to naturalise ruins by their size or origin, but to historicise their content by analysing the social uses and practices to which they give rise. Finally, we might consider that ruins are the flip side of reconstruction projects that tend to erase their presence: in fact, reconstructions are strongly determined by ruins and have an ambiguous relationship with them (reuse, conservation, integration of ruins into buildings, etc.). What place and what role are assigned to these traces of the past in post-conflict reconstruction and reorganisation?

The conference is divided into 3+1 parts, each of which will focus on the state of the art and research prospects.

  1. The experience of ruins and destruction
  2. The uses of war ruins in war and post-war period
  3. The heritage and tourism of war ruins.
  4. Actors and current events: A final section will be devoted to the views of actors involved in the various uses of ruinous remains. Specific attention will be paid to the Ukrainian case.

Duration: 2.5 days

Scientific Advisory Board :

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS


 

  1. Exemple, pour la Normandie, un inventaire de ces vestiges, coordonné par la DRAC et le laboratoire HisTeMé, est en phase de finition. Voir : https://sgm.hypotheses.org/147 []

20.03.2023 Le dessous des images : Les décombres et la survivante

Présenté par Sonia Devillers avec le commentaire historique de Stéphane Michonneau.

Voir le document

Le 14 janvier 2023, un missile russe percute un immeuble de la ville de Dnipro. Cette attaque, qui visait des habitations, a fait de nombreuses victimes civiles. On peine à croire ce qu’on voit : une jeune femme miraculée se distingue au milieu des ruines…

Signe de vie au milieu du chaos de la guerre, la jeune femme semble résumer le sort des civils ukrainiens. Dans le flot continu d’images de combats et de destructions, ce cliché a suscité une grande émotion. L’auteur de la photo, Arsen Dzodzaev, nous décrit le contexte dramatique de cette prise de vue. L’historien Stéphane Michonneau analyse la représentation des ruines et des survivants dans l’iconographie de la guerre. 

Web séminaires 2023 : demandez le programme !

 

Rappel : les séminaires se déroulent désormais le vendredi matin de 10h30 à 12h.

 

27 janvier : Les pèlerinages étatsuniens à Bois-Beleau au lendemain de la Première guerre mondiale
par Heather Warfield (Concord University).
La conférence sera en langue anglaise


24 Février : Cartographier les destructions de guerre : le programme UrbanMetaMapping par Frauke Michler (Bamberg Universität)

 


31 Mars : Les ruines des guerre de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation par Antoine Coutelle (CRIHAM-Poitiers)


28 Avril : Les objets d’Oradour : itinéraire d’une assiette par Cécile Barbier (Craft, Univ. de Genève)


16 Mai : Munitions non explosées et pollutions : le retour perpétuel de la Grande Guerre par Olivier Saint Hilaire (Iris, EHESS)


30 Juin : Les larmes et le sang. Les villages martyrs entre victimisation et héroïsation (1938 à nos jours) par Stéphane Michonneau (université de Lille)

Voici le lien permanent : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

Documentaire : “Ruines. Les blessures de la guerre”

 

Pour voir le film : suivre le lien

Un documentaire réalisé par Cédric Gruat en 2021.

En parallèle de leur cortège de destins broyés, les conflits armés ont ravagé, depuis plus d’un siècle, des villes entières, de l’Europe au Proche-Orient. Tout en images d’archives, une réflexion puissante sur l’utilisation par les belligérants de l’effarant spectacle de la désolation. 

Au cours de la Première Guerre mondiale, la France est le pays le plus touché par les destructions. Les vues des villes réduites en miettes (Reims, Arras…) sont instrumentalisées par le gouvernement pour dénoncer la “barbarie” de l’ennemi. Avec la généralisation des raids aériens, la Seconde Guerre mondiale s’accompagne d’un changement d’échelle dans la dévastation. Durement frappé par les bombes alliées, le territoire allemand devient en 1945 le plus vaste champ de ruines d’Europe, de Cologne à Dresde en passant par Berlin. Alors que les femmes s’attellent au déblaiement, les décombres deviennent un décor naturel pour la réalisation de films de fiction. Plus près de nous dans le temps, il y eut Beyrouth, au Liban, dévasté par la guerre civile (1975-1990). Puis est venu le chaos en Syrie. Avec la révolution qui y éclate en 2011, les destructions, provoquées par les bombardements du régime, changent de nature : elles ne sont plus un simple effet collatéral du conflit, mais le résultat d’une stratégie. En anéantissant des villes entières comme Alep, Bachar el-Assad a décidé de chasser une partie de son peuple, tout en rendant les conditions d’un retour impossibles. 

Incompréhension et effroi 
Des appartements soufflés, des immeubles effondrés, des villes réduites en cendres… Ici, en noir et blanc, des rideaux ondulent sur des façades éventrées, là, en couleurs, des monceaux de pierres encombrent des rues autrefois arpentées par des piétons insouciants. Entre incompréhension et effroi, les destructions sont devenues l’image même de la guerre. Mais que faire de ces ruines ? Que signifie vivre parmi les décombres ? Faut-il les conserver pour garder intacte la mémoire des souffrances endurées ? Faut-il les déblayer et reconstruire ? Quels sont les usages politiques et esthétiques de ce spectacle de la désolation ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles le film de Cédric Gruat (Drôle de guerre1945 – Le temps du retour), entièrement constitué d’archives (films d’actualités et amateurs, photos), tente de répondre, en analysant les grandes déflagrations qui ont ravagé l’Europe et le Proche-Orient aux XXe et XXIe siècles. 

 

 

 

 

20-21.10.22 : Quelles trajectoires pour les ruines de guerre ?

Journées d’étude : Lire la ruine dans le paysage : les enjeux autour de l’enfrichement et de l’enruinement



Au fil des siècles, les marges frontalières ont conservé de multiples traces des nombreux affrontements qui ont émaillé leur histoire. La permanence des ruines au sein des paysages, camouflées ou effacées par les phases de reconstruction, rappelle une histoire troublée par de nombreux épisodes de guerre de même que le rapport complexe de notre société au passé. Cette journée d’études cherche à questionner la place actuelle des ruines de guerre au sein des territoires et des paysages. Il ne s’agit plus d’observer les ruines chaudes et fumantes, telles qu’elles peuvent encore apparaître dans les témoignages et archives, mais d’analyser les trajectoires de
résiliences, de rémanences prises par les ruines refroidies des guerres. Ces trajectoires et la place prise par les scories du passé peuvent s’inscrire dans des logiques multiples d’enfrichement, d’érosion, d’hybridation ou se réinscrire dans une dimension mémorielle et monumentale en lien ou non avec la reconstruction. Les usages sociaux qui découlent alors des formes prises par les ruines traduisent une
appropriation, une perception, qu’il convient également d’observer et d’analyser pour
comprendre les trajectoires actuelles et futures autour des ruines de guerre.

Nous retiendrons trois axes d’échange durant cette cession d’études
Lire la ruine de guerre… après la guerre

La permanence de la ruine de guerre dans les paysages, fait d’elle un élément constitutif du cadre de vie des populations parfois bien longtemps après le conflit. Le récit du conflit s’estompe plus rapidement que les traces de celuici. Il y a donc une perte du signifié. Mise en scène, la ruine constitue des éléments totémiques, des repères, voire des géosymboles du cadre de vie des habitants. Cependant il peut s’agir également de sites délaissés, marginalisés, devenus des espaces indéfinis et inappropriés pour les hommes. Lieux en jachère, les ruines abandonnées ne sont toutefois pas dépourvues d’usages et s’inscrivent dans des pratiques exploratoires, de loisirs. Ainsi un éventail de trajectoires se dessine dans les lectures et les appropriations des ruines de guerre par les habitants, les collectivités territoriales….

L’hybridation de la ruine : le géopatrimoine
Reconstructions, recyclages, reconversions effacent partiellement ou totalement la ruine de guerre. Cependant celleci connaît un processus d’altération par enfrichement, enruinement et érosion, qui façonne un paysage complexe, parfois post
apocalyptique, le plus souvent inscrit dans une logique de cicatrisation par phytoremédiation. Ainsi se dessine un paysage environnementale ou morphologique particulier qui traduit la réinscription de la ruine dans son milieu (urbain, agricole, forestier) à toutes les échelles du paysage (micropaysage, paysage lieu, paysage panorama…). Ce processus d’hybridation entre la ruine et l’environnement atténue et
cicatrise la perception « brute » des vestiges. Ces derniers perdent partiellement leur forme identifiable, héritée du conflit, et constituent désormais une structure déformée
par le temps. Celleci traduit une fossilisation morphologique de la ruine de guerre. Dans un certain nombre de situation, la perception de cette hybridation permet d’inscrire la ruine comme un élément d’un géopatrimoine, c’est à dite d’objets recouvrant des réalités physiques multiformes (formes de relief, sols, rivière, lacs,
nappes souterraines…) dont certaines sont aujourd’hui sujettes à une reconnaissance patrimoniale ou à des pratiques artialisantes.

Sur les ruines : comment conserver et écrire les mémoires ?

Ce troisième temps cherche à analyser les trajectoires de « fabrique » des lieux ruinés.Nous retiendrons en particulier les pratiques mémorielles et les processus de reconstruction.

Ainsi les débris concassés par la guerre constituent des terrains propices au marquage mémoriel. Ce marquage avec la mise en scène patriotique ou l’essor du tourisme de mémoire permet de développer une approche pédagogique. Ainsi les ruines conservent un signifié, ce qui permet de préserver un récit mémoriel de la guerre.Cependant la question de l’aménagement, de la préservation peut se confronter à des nouveaux usages des lieux sans qu’il y ait toujours une rupture fonctionnelle.
D’autre part, la reconstruction qui recouvre les ruines, les fait disparaître à première vue, réapproprie l’espace perturbé et déconstruit par la guerre : elle remet de l’ordre dans le désordre de la ruine par les choix opérés. Cependant, elle n’efface pas totalement les traces des ruines et permet d’intégrer ou de réintégrer certains éléments ruinés dans le paysage afin de délivrer un message. Ainsi un cycle de destructions/reconstructions participe à la conservation de la ruine sous d’autresformes.
La journée d’étude est organisée par les équipes du LOTERR (Laboratoire d’Observation des Territoires, EA 7304), du CRUHL (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, EA 3945), de 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, EA 3478) de l’université de Lorraine (NancyMetz). Elle s’inscrit dans le cadre
de l’OHM Pays de Bitche au titre du Labex DRIIHM, programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR11LABX0010 et de l’ANR « Ruines » (portant(référence ANR19CE270002) coordonnée par Stéphane Michonneau (IRHiS université de Lille,
https://ruines.hypotheses.org ) et porté par la Maison Européenne
des sciences de l’homme et de la société (MESHS , Lille).

La journée d’étude s’organisera en deux temps.

Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes
(20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est
prévue.

Coordination scientifique : D. Mathis, E. Chiffre, L. Jalabert, F. Hein, D. Harmand, S. Michonneau

Les 20 et 21 octobre, dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche (LabEx DRIIHM ANR-11-LABX-0010) et de l’ANR “Ruines” (ANR-19-CE27-0002), les équipes du LOTERR, du CRUHL, de 2L2S et de l’Université de Lorraine, organisent deux journées d’étude traitant des  trajectoires pour les ruines de guerre.
Les journées s’organiseront en deux temps.
– Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes (20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est prévue.
– Le second temps est programmé au coeur du Pays de Bitche dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche et le soutien de la SHAL. Il permettra de poursuivre les échanges académiques avec plusieurs interventions.
Les communications feront l’objet d’une publication après évaluation au sein d’un numéro spécial suivant les thématiques au sein de la Revue Géographique de l’Est et des Annales de l’Est.

Villes et villages martyrs : les études in situ

Le village d’Oradour, été 2015. Photographie Ouest-France, S. Brommel

Les séminaires sur les terrains : penser le village martyr in situ 

Plusieurs séminaires in situ sont organisés entre février 2022 et février 2023 dans les différents pays selon une organisation partagée. Cette approche de terrain, permet de saisir la diversité des enjeux contemporains des processus de patrimonialisation des villages martyrs, de cerner les besoins des acteurs de terrain et d’imaginer les moyens de dissémination et de diffusion des résultats de la recherche les plus pertinents.

Ce séminaire multisitué a plusieurs objectifs :


1/ Permettre la rencontre et le travail collaboratif des chercheurs du consortium ; renforcer les coopérations scientifiques et intersectorielles ; provoquer de nouvelles rencontres et opportunités de collaborations ; élargir le réseau des chercheurs.

2/ Confronter et interroger les méthodes de recherches en ouvrant le champ des possibles et en privilégiant l’approche sensible (études paysagères, observations, parcours muséographiques, photographie, entretiens collectifs…). Questionner ce que signifie débattre in situ ; questionner ce qui change lorsque les échanges scientifiques se déploient hors l’université ; interroger les effets du terrain sur les échanges.

3/ Permettre des interactions et des échanges entre chercheurs acteurs locaux, acteurs « outsiders » et « insiders », et la confrontation de point de vue sur différents sur les cas d’étude : acteurs culturels, gestionnaires de lieux de mémoire, associations, entrepreneurs… afin de mieux définir les objectifs de la recherche et les méthodologies de travail sur le terrain, ainsi que les spécificités liées à chaque cas.

4/ Permettre aux chercheurs de soumettre leurs propositions à discussion en vue de rédiger une réponse inclusive à un appel à projet européen. Permettre aux chercheurs de mettre leurs théories à l’épreuve de terrains différents et de se confronter à d’autres voix/parole ; élaborer un langage commun, à la croisée des disciplines, des historiographies et des cultures mémorielles nationales.

Ces séminaires peuvent donc être vus comme autant d’étapes dans un processus de recherche collaboratif ; ils contribuent à la construction d’une « communauté » de recherche et d’action transnationale et pluridisciplinaire dans l’étude et la compréhension des villages martyrs.


LES ORGANISATEURS-TRICES ET CONTRIBUTEURS-TRICES

AUDEVAL Aurélie, professeure junior d’histoire contemporaine, UMR IRHIS (Lille) , coordinatrice du carnet de recherche ANR RUINES

DOGLIANI Patrizia, professeure d’histoire contemporaine, Université de Bologne ; coordinatrice séminaire MARZABOTTO, Italie, 30 sept-2 oct 2022.

GRANET Anne-Marie, professeure d’histoire contemporaine, UMR LAHRHA (Grenoble) ; coordinatrice séminaire VASSIEUX VERCORS 16-18 juin 2022.

HERTZOG Anne, MCF Géographie, PLACES (CY Université, Cergy), coordinatrice des séminaires DISTOMO et LIDICE et porteuse du projet.

MALANDAIN Gilles, professeur d’histoire contemporaine, CHCSC (Versailles-Saint-Quentin), coordinateur des séminaires et porteur du projet.

MICHONNEAU Stéphane, professeur d’histoire contemporaine, UMR IRHIS (Lille) ; coordinateur ANR RUINES.

PAPAIOANNOU Georgios, Associate professor in Archeology and Museum Studies, Université ionienne (Corfou) ; coordinateur séminaire DISTOMO, Grèce, 2023.

PASSERA Françoise, ingénieure d’étude, HisTeMé, Université Caen Normandie, coordinatrice du carnet de recherche ANR RUINES.

ROBERT Babeth, directrice du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane (CMO) ; coordinatrice séminaire ORADOUR SUR GLANE, 12-13 février 2022.

LE CALENDRIER

Février 2022 : Oradour-sur-Glane
Juin 2022 : les villages du Vercors
Septembre 2022 : Marzabotto
Janvier-février 2023 : Distomo
Avril-mai 2023 : Lidice