Archives par mot-clé : Définitions

QUELQUES LECTURES AUTOUR DE LA NOTION DE VILLAGE MARTYR

Pour entamer le travail sur l’histoire de la catégorie « village-ville martyr-e », je vous propose une courte présentation de quelques textes.

Le premier est l’article de Gérald Sawicki « De la violence de guerre à la victimisation. Les villes et les villages martyrs de Lorraine pendant la Première Guerre mondiale », paru en 2017 dans lequel l’auteur décrit l’usage du terme de martyr associé à certains villages détruits par les Allemands durant la Première Guerre mondiale. L’auteur montre en quoi l’usage du terme de « martyr » sert la propagande de guerre anti-allemande et s’ancre dans la « culture de guerre ». Il montre la circulation du terme dans les sphères du pouvoir et s’intéresse aux supports matériels et visuels qui véhiculent localement ou plus largement ce « statut » de ville/village martyr comme les cartes postales ou les monuments. Il montre également en quoi le terme se charge d’une valeur d’exemplarité et d’universalité (les villages martyrs ne renvoient pas qu’à des drames locaux, mais leur « sens » a une portée universelle). Il évoque un « statut » des villages martyrs mais demeure flou sur les conditions de l’acquisition de ce statut « officiel ». « Badonviller, Nomeny et Gerbéviller en acquirent officiellement le statut, non sans difficultés. Il ne fut « au mieux qu’un titre régional limité à la Lorraine ». Enfin, il décrit les « liturgies du souvenir », pratiques commémoratives et mémorielles figeant localement cette représentation dans un contexte global changeant.

Référence : Sawicki Gérald, « De la violence de guerre à la victimisation. Les villes et les villages de Lorraine pendant la Première Guerre mondiale », Histoire@Politique, n° 32, mai-août 2017 [en ligne, www.histoire-politique.fr]



Le second texte est un ouvrage consacré aux villes martyres belges, paru en 2014, à l’occasion des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, initiative éditoriale politico-scientifique soutenue par des municipalités soucieuses d’établir un martyrologe. Les auteurs tentent une définition des villes martyres à partir de 3 critères :

  1. être une ville ou une agglomération urbaine
  2. où les civils ont souffert de violences extrêmes lors de l’invasion des Allemands en 1914 (villes ayant été le théâtre en août 1914 de « violences commises à l’égard de leurs habitants » et « l’objet d’une volonté de destruction globale ») et
  3. où la mémoire est « continuellement entretenue jusqu’à aujourd’hui » par des traces matérielles et des cérémonies commémoratives (Tixhon et Derez, p. 5).

Tixhon, Axel et Derez, Mark, Visé, Aerschot, Andenne, Tamines, Dinant, Louvain, Termonde. Villes martyres. Belgique, août 1914, Namur, Presses universitaires de Namur, 2014.

Karla  Vanraepenbusch apporte une critique à cette définition dans une recension (disponible sur le site contemporeana.be) qui, souligne-t-elle, « fait la liaison entre l’ancienneté de l’appellation et la nouvelle définition faussement évidente ». Elle écrit :

« Des articles de presse de l’époque démontrent que, déjà pendant la guerre, le statut de ‘ville martyre’ était attribué aussi bien aux villes du front qu’aux villes frappées en 1914, et même à des entités comme Anvers, Malines et Charleroi. Marius Vachon, cité dans l’ouvrage (p. 3) comme étant le premier à avoir employé l’expression de ‘villes martyres’, l’accordait, en Flandre, non seulement à Aerschot, Louvain et Termonde, mais aussi à Malines, Anvers, Nieuport, Dixmude et Ypres. »


Le dernier texte est l’ouvrage de Patrick Naef, consacré aux villes des Balkans après la guerre d’ex-Yougoslavie paru en 2014, ouvrage issu de son doctorat. L’anthropologue a pour objectif « d’analyser les dynamiques qui amènent un lieu à acquérir les conditions d’une ville martyre ».  Notant que les médias qualifient généralement des villes comme « martyres » des villes en guerre, l’auteur interroge la pérennité post-guerre de cette désignation. « La question est d’établir dans quelle mesure ces lieux, par les processus de mémorialisation qui leur sont attachés, connaissent toujours ces conditions de ville martyre une fois la guerre terminée ». Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur dresse un cadre conceptuel : « Le concept de ville martyre, écrit-il, représente avant tout une abstraction – un cadre d’analyse –, dans la mesure où une ville martyre n’existe pas en soi. »

Naef Patrick, La ville-martyre: guerre, tourisme et mémoire en ex-Yougoslavie, ed. Slatkine, 2016 ISBN: 9782051027649. PDF intégral en ligne.

 Patrick Naef définit ainsi 3 mécanismes contribuant à faire d’un lieu, une ville martyre :

« Le premier est lié au paysage mémoriel de ces villes, qui devrait être entièrement centré sur un trauma précis, tel qu’une guerre, un massacre ou encore un siège. En d’autres termes, les musées, les mémoriaux et autres représentations symboliques du lieu devraient être totalement orientés sur cet événement historique et traumatique ».

« Deuxièmement, ces villes doivent être érigées en symboles du trauma qui leur est attaché […] »

« Finalement, la condition de ville martyre implique la production de représentations liées à la notion de martyre, en opposition par exemple avec celle de résistance. Doss (2010) constate que les victimes sont aujourd’hui commémorées autant, si ce n’est plus, que les héros. Dans son ouvrage sur le village martyr d’Oradour-sur-Glane, Bennett-Farmer avance que le statut de martyr implique d’être dépourvu de capacité de résistance face à l’ennemi ».

S’intéressant au sens des mots, l’auteur souligne le « glissement du statut de victime vers celui de martyr peut aussi être mis en lien à la dimension religieuse qui accompagne cette notion, que certains comme Bennett-Farmer assimilent principalement à la doctrine chrétienne. Baillie confirme d’ailleurs cette vision à propos de Vukovar et ses nombreux symboles catholiques (croix, monuments, processions, rites), qu’elle assimile à des marqueurs territoriaux ».
Interrogeant l’ensemble des acteurs, des processus et des représentations (tourisme, etc) qui ensemble contribuent à « produire » la « ville martyre » (les « leviers qui poussent un lieu à acquérir les conditions d’une ville martyre »), l’auteur souhaite également présenter certaines conséquences de ces processus, « afin d’évaluer, écrit-il, dans quelle mesure ces conditions de ville martyre peuvent mener à une prolongation symbolique du conflit ». Le contexte post-yougoslave, marqué par des divisions permanentes, mène, selon l’auteur, à « des représentations conflictuelles entre un groupe martyr, symbolisé par son appartenance à la ville martyre, face à un autre, considéré comme l’agresseur ou le bourreau. […] ainsi, les conflits de mémoire liés à ces statuts peuvent perpétuer des cycles de violence bien après la fin officielle d’une guerre. »


Enfin, pour information, un dernier document, publié pendant la Première Guerre mondiale :

Vachon Marius, Les Villes martyres de France et de Belgique : statistique des villes et villages détruits par les Allemands dans les deux pays, avec 41 vues de villes et de monuments historiques avant et après leur incendie (Paris : Payot, 1915), pp. 111-163. Consultable en ligne sur le site Internet de la Bibliothèque royale: http://uurl.kbr.be/1045218