ORADOUR : Quelles sources pour étudier le village martyr ?

 

Un second volet de la journée d’échanges à Oradour-sur-Glane s’est proposé de s’arrêter sur les fonds d’archives disponibles pour étudier l’histoire du village.

 

Michel Sarter vient de prendre ses fonctions de directeur, en septembre 2021, aux archives de la Haute Vienne à Limoges

Il souligne que les fonds disponibles sont particulièrement riches et ont été pour la plupart consultés par de nombreux chercheurs depuis leurs créations.
Fonds contemporain, les archives sont classées par ordre de versement des administrations dans la série W. Ils ne répondent donc pas à un classement raisonné.

Les archives départementales de Haute-Vienne

Un ensemble d’archives a été produit durant l’Occupation et dans l’immédiat après-guerre. Ils peuvent servir  à l’étude du massacre tels les fonds 33W38 sur la recherche des crimes de guerre, les rapports des préfets (185W) sur la période de l’Occupation tout  comme l’instruction policière et judiciaire suite au crime (993W et 1517W4).  Le contexte de l’Occupation peut être appréhendé avec d’autres sources telles celles du préfet régional (185W), les correspondances entre préfets et sous-préfets (986W141) puis à la Libération, celles du commissaire de la République (186W). A noter aussi des fonds liés à l’existence de réfugiés en Haute-Vienne. Ils étaient nombreux à Oradour, ceux concernant les réfugiés du Bas-Rhin sont classés en 1R229.
De même la reconstruction d’un nouveau village et l’instruction des dommages de guerre ont généré de nombreuses archives qui peuvent être consultées sous les cotes 900W pour la construction d’un nouveau village, 993W en ce qui concerne les dommages de guerre .

Michel Sater apporte aussi un point de vue critique sur les richesses de son institution. S’il souligne la fiabilité, la neutralité et le plus souvent l’objectivité des sources administratives, de fait, elles ne peuvent à elles seules raconter l’histoire d’Oradour. Il est nécessaire de compléter par des sources privées, des témoignages de survivants, de membres de l’association, etc. Et de ce point de vue, les fonds privés s’avèrent assez rares aux Archives départementales, recueillis au gré des dons ou dépôts, mais de façon plus marginale.
 Par ailleurs, le fonctionnement général de versement des fonds par ordre d’arrivée dans le service ne permet pas toujours d’avoir une vision claire des fonds existants sur l’histoire d’Oradour.

Des fonds restent encore fermés à la consultation et pas des moindres pour la connaissance historique.

La mairie d’Oradour-sur-Glanne

Faute de classement et d’espace dédié à Oradour, elles s’avèrent difficiles d’accès pour les chercheurs. Et à ce jour, aucune procédure de versement aux Archives départementales n’est envisagée.
De même, l’association des Familles qui a entrepris un important travail visant à rassembler les fonds de chaque président de l’association reste à ce jour inaccessible aux chercheurs.

La seconde intervention de l’après-midi complète fort à propos celle des Archives départementales. En effet, Sandra Gibouin, documentaliste du Centre de la Mémoire d’Oradour depuis 2001, présente les fonds créés de toute pièce lors de la création du Centre, inauguré en 1999.

Le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane

Le centre de documentation a été intégré au projet du centre dès les origines de sa conception à la fin des années 1980, notamment après le décès en 1988 de Marguerite Rouffanche, seule rescapée de l’église. A l’époque, c’est Jean-Jacques Fouché, chargé de mission de 1994 à 1999 et premier directeur du CMO qui  a élaboré le premier fonds de base du centre, autour de l’histoire de la guerre, des autres villes « martyres » dans le monde, et surtout bien sûr de l’histoire et de la mémoire d’Oradour. L’ existence de ce centre de documentation témoigne de la volonté des créateurs du CMO, le Conseil général de la Haute Vienne d’en faire un lieu de conservation également dédié au travail de recherche, enrichissant la fonction de centre d’interprétation du CMO.  Parmi les chercheurs qui ont récemment travaillé au CMO, on peut citer le britannique Robert Pike, auteur de Silent Village. Life and death in occupied France, History Press, 2021 (voir https://www.robertpike.co.uk/)

La collection est constituée de fonds photographiques et iconographiques (1 500 photos papier), de témoignages réunis dans une base de données, d’articles de presse nationale et internationale, de la documentation relative au CMO et bien-entendu, à l’histoire du village martyr et du nouveau bourg (3500 ouvrages et 800 périodiques). 
A la différence des archives départementales, l’une des grandes richesses de ce fonds est l’existence d’archives familiales données par certains habitants, ce qui montre que le CMO s’est imposé localement comme un lieu-ressource. Ces fonds sont classés sous forme de dossiers documentaires.
Le centre de documentation reçoit régulièrement chercheurs et étudiants français et étrangers, dont des volontaires du service civique allemands et autrichiens qui aident au classement de la documentation. Les grands chantiers du centre sont aujourd’hui la numérisation des fonds et l’enrichissement du catalogue.

Enfin, la journée se termine par le souhait commun des Archives départementales et du CMO de renforcer leurs collaborations à travers plusieurs projets.
Le premier serait d’obtenir le soutien des professionnels des archives pour contribuer à la formation aux techniques archivistiques des personnels du CMO.
 Un second projet pourrait être autour de  la création d’un répertoire des sources disponibles sur l’histoire et la mémoire d’Oradour.

Il est aussi envisagé de présenter au public un livre précieux conservé aux Archives départementales.

Page de titre du livre d’or conservé aux Archives départementales de Haute-Vienne.


 En 1949, en pleine Guerre froide, l’Union des intellectuels pour la Paix, d’obédience communiste, vient en pélerinage à Oradour, le 12 juin1 se déroule sous l’égide de Frédéric Joliot-Curie une cérémonie « nationale d’hommage aux victimes et d’espoir pour les vivants, d’appel à la paix mondiale et de dénonciation de l’hégémonisme américaine ».  C’est à cette occasion que Louis Aragon remet à la municipalité un  livre d’or  constitué de textes et d’œuvres d’artistes parmi lesquels des noms prestigieux : Pablo Picasso, Fernand Léger, Boris Taslitzki, Paul Colin, etc. Propriété de la municipalité, il est conservé dans le coffre-fort des Archives départementales sans qu’un contrat de dépôt n’ait été clairement établi… Avant les années 1990. Il est dorénavant envisagé d’exposer au sein du CMO le précieux document afin qu’il puisse être vu du public. Une réflexion quant aux modalités d’exposition et de conservation est en cours.

  1. Voir à ce sujet l’article de Pascal Plas : Oradour au carrefour de la guerre froide, Le pèlerinage pour la Paix de l’Union des intellectuels, essai d’instrumentalisation d’un lieu de mémoire in Sylvie Le Clech, Michel Hastings. La France en guerre froide. Nouvelles questions, Editions Universitaires de Dijon, p. 137-144, 2015, 978-2-36441-109-8. Disponible sur : https://shs.hal.science/halshs-02457432  []

Le projet VILMA (villes et villages martyrs) : les axes de recherche

Partant d’un travail déjà engagé sur le site d’Oradour-sur-Glane dans le cadre de l’ANR RUINES, nous proposons de l’élargir à une recherche multisituée, pluridisciplinaire et comparative sur les « villages martyrs » d’Europe (situés principalement en France, Italie, Grèce, République tchèque). Le projet vise à favoriser l’émergence d’un réseau de chercheurs européens, notamment historiens, géographes et muséologues, et de partenaires institutionnels et associatifs impliqués dans la réflexion mais aussi dans l’action sur ce patrimoine hérité de la Seconde Guerre mondiale et objet de valorisations touristiques, dont la mise en œuvre pose de nombreuses questions. La conservation de ces lieux-symboles du traumatisme guerrier ne va en effet pas de soi (aussi bien au plan culturel qu’au plan matériel ou environnemental), pas plus que la transmission aux générations nées bien après 1945. L’enjeu de la recherche est à la fois de préciser les conditions et les modalités d’émergence d’une catégorie – voire d’un statut – de « village martyr », et ses trajectoires historiques et géographiques ; sa réception et ses usages par les habitants de ces lieux ; il s’agit aussi de croiser les expériences et les projets novateurs dans la mise en valeur de ce patrimoine.

Le projet s’articule autour de cinq axes :

1. Histoire d’une catégorie

Il s’agit de s’interroger sur l’apparition – à la fin du XIXe siècle – et sur l’évolution de l’expression “villes/villages martyr-es” pour désigner des lieux érigés en symbole d’un traumatisme guerrier. On s’attachera à identifier les auteurs et le contexte d’utilisation de l’expression. On dessinera le périmètre d’usage de l’expression, qui excède peut-être un contexte guerrier. On montrera les évolutions de ces usages et la transposition de l’expression dans différentes langues.

Publié en 1945, dans la collection Témoignages des éditions Bière de Bordeaux.

2. Construire et reconstruire lE village martyr

Comment un lieu est-il érigé en symbole d’un traumatisme guerrier ? La pétrification d’un paysage urbain ou villageois (on laissera de côté les grandes villes) autour d’une signification univoque tout entier orientée par une destruction violente suppose un processus dynamique qu’il s’agit d’éclairer : des écrits, des œuvres artistiques ou cinématographiques concourent à cette forme de reconstruction culturelle, mais aussi des pratiques rituelles et commémoratives qui transforment les victimes en martyrs.

Oradour-sur-Glane, février 2022. © Mathilde Greuet.

Ce processus culturel et politique peut échouer, ce qui signifie que le lieu de guerre n’accède pas à cette forme de reconnaissance, ou bien il y accède tardivement. On s’attachera à comprendre en quoi ce processus vise à définir l’identité des bourreaux ou victimes, posant in fine le problème de la responsabilité, voire de la culpabilité.

3. Diversité et vulnérabilités patrimoniales

Site de l’ancien village de Lidice en République tchèque. 2009. © Peter Stehlik

En Europe, où ils sont nombreux, les villages martyrs constituent un patrimoine matériel d’une grande diversité, inégalement protégé et vulnérable dans un contexte environnemental et politique changeant. A Oradour-sur-Glane (France), la fragilité des ruines du village martyr (monument historique depuis 1946) pose de véritables défis de conservation qui s’inscrivent dans des enjeux techniques et politiques, indissociables d’une réflexion sur la place de ce patrimoine dans les sociétés contemporaines. Ailleurs, traces et ruines sont moins visibles dans le paysage, en raison des choix de reconstruction (Vassieux-en-Vercors ; Distomo, Grèce), de la monumentalisation de sites devenus inhabités (Lidice, République Tchèque) ou encore de leur « revégétalisation » (Montesole, Italie) conduisant à la création d’espaces protégés tant pour leur biodiversité que pour leur valeur historique. Quelle diversité des processus de patrimonialisation, de mémorialisation et d’aménagement selon les contextes nationaux, régionaux ou locaux ? En quoi la géohistoire contrastée de la patrimonialisation des villages martyrs révèle-t-elle bien des clivages politiques, disparités économiques et inégalités sociales qui caractérisent l’espace européen ?

4. Habiter un village martyr

La Chapelle-en-Vercors, La cour des fusillés, juin 2022. © Mathilde Greuet.

La désignation d’un lieu en village martyr est potentiellement problématique pour les habitants qui continuent à avoir des perceptions différentes du lieu. Mais elle est aussi porteuse d’opportunités, en termes de mise en valeur ou de mise en tourisme du lieu. Ces opportunités ne sont pas toujours conciliables (mise en mémoire vs mise en tourisme) : quels choix sont-ils opérés ? Selon quelle temporalité ? La transformation en ville/village martyr-e implique finalement une recomposition des identités communautaires autour de la figure victimaire qui peut aller jusqu’à la personnification collective. La mise en mémoire du lieu prolonge-t-elle le traumatisme ou contribue-t-elle à en résoudre les tensions par des formes de réconciliation ? Comment « habite »-t-on touristiquement un tel lieu ?

5. Circulations

La désignation d’un lieu en ville ou village martyr-e est un label, une ressource symbolique, économique ou politique. Cela induit des hiérarchies, voire des concurrences entre les lieux de guerre. Existe-t-il des modèles de village martyr plus prégnants que d’autres ? Quelles sont les formes de circulation des discours, des acteurs, des objets et des pratiques entre villes et villages martyrs en Europe, et dans le monde ? Les localités « martyres » s’associent-elles, forment-elles un réseau cohérent ? Ces circulations sont-elles limitées aux aires culturelles et religieuses faisant place au martyrologe (chrétienne, islamique, etc.) ou s’étendent-elles au-delà ?

Mémorial dédié aux victimes du massacre de Distomo© , A. Hertzog, 2021.

Une approche interdisciplinaire

Le projet convoque de plusieurs disciplines et s’inscrit à la croisée de plusieurs champs de recherche : histoire des guerres et conflits des XIXe et XXe siècles, histoire des occupations, des politiques de terreur et d’extermination ; mémoire des conflits et des violences ; traumatisme et résilience ; histoire des reconstructions ; histoire des politiques de mémoire.

Le projet associe la démarche historique – généralement bien menée déjà à l’échelle de chacun des principaux cas étudiés – et des approches relevant des sciences sociales du monde contemporain (géographie, sociologie, anthropologie) ou encore des sciences du patrimoine bâti ou environnemental (car il y a évidemment une écologie du village martyr à considérer), ou de la muséologie (principes d’exposition, pratiques de visite et de guidage). L’enjeu est notamment de renouveler et d’élargir le regard sur la question de la « résilience » et de la reconstruction, matérielle mais aussi sociale, des villages martyrs, d’interroger la cohabitation entre les populations demeurées sur place (souvent à courte distance du village détruit) et le site monumentalisé en lieu de mémoire et de visite. Ces lieux sont en effet objets d’appropriation à plusieurs échelles, y compris celle des habitants, victimes du massacre ou leurs descendants, ils sont d’une part des lieux fantômes, désertés (mais aussi visités), où se conserve une mémoire matérielle de la destruction, mais aussi des lieux où se reconstruit une communauté sociale, une urbanité, et cette dualité fait leur spécificité.

Une approche multisituée et comparée

Dans un bref article de synthèse publié dans l’encyclopédie en ligne « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », Alexandra Goujon, politiste qui a elle-même travaillé sur des exemples biélorusses, conclut ainsi : « En Europe, la mémoire des villages brûlés pendant la Seconde Guerre mondiale est très contrastée d’un pays à un autre, d’une région à une autre, en raison de leur traitement historiographique et des choix politiques opérés après la guerre. […] Ces disparités ne favorisent pas une mémoire commune des villages brûlés en Europe sans parler d’un travail historique pan-européen qui fait défaut. »

Le projet engage ce travail pan-européen à partir d’une réflexion croisée et d’une approche comparée des villages martyrs dans différents pays.

Le projet a reçu le soutien de la MSH Paris-Saclay et de l’ANR Ruines.


Villes et villages martyrs : les études in situ

Le village d’Oradour, été 2015. Photographie Ouest-France, S. Brommel

Les séminaires sur les terrains : penser le village martyr in situ 

Plusieurs séminaires in situ sont organisés entre février 2022 et février 2023 dans les différents pays selon une organisation partagée. Cette approche de terrain, permet de saisir la diversité des enjeux contemporains des processus de patrimonialisation des villages martyrs, de cerner les besoins des acteurs de terrain et d’imaginer les moyens de dissémination et de diffusion des résultats de la recherche les plus pertinents.

Ce séminaire multisitué a plusieurs objectifs :


1/ Permettre la rencontre et le travail collaboratif des chercheurs du consortium ; renforcer les coopérations scientifiques et intersectorielles ; provoquer de nouvelles rencontres et opportunités de collaborations ; élargir le réseau des chercheurs.

2/ Confronter et interroger les méthodes de recherches en ouvrant le champ des possibles et en privilégiant l’approche sensible (études paysagères, observations, parcours muséographiques, photographie, entretiens collectifs…). Questionner ce que signifie débattre in situ ; questionner ce qui change lorsque les échanges scientifiques se déploient hors l’université ; interroger les effets du terrain sur les échanges.

3/ Permettre des interactions et des échanges entre chercheurs acteurs locaux, acteurs « outsiders » et « insiders », et la confrontation de point de vue sur différents sur les cas d’étude : acteurs culturels, gestionnaires de lieux de mémoire, associations, entrepreneurs… afin de mieux définir les objectifs de la recherche et les méthodologies de travail sur le terrain, ainsi que les spécificités liées à chaque cas.

4/ Permettre aux chercheurs de soumettre leurs propositions à discussion en vue de rédiger une réponse inclusive à un appel à projet européen. Permettre aux chercheurs de mettre leurs théories à l’épreuve de terrains différents et de se confronter à d’autres voix/parole ; élaborer un langage commun, à la croisée des disciplines, des historiographies et des cultures mémorielles nationales.

Ces séminaires peuvent donc être vus comme autant d’étapes dans un processus de recherche collaboratif ; ils contribuent à la construction d’une « communauté » de recherche et d’action transnationale et pluridisciplinaire dans l’étude et la compréhension des villages martyrs.


LES ORGANISATEURS-TRICES ET CONTRIBUTEURS-TRICES

AUDEVAL Aurélie, professeure junior d’histoire contemporaine, UMR IRHIS (Lille) , coordinatrice du carnet de recherche ANR RUINES

DOGLIANI Patrizia, professeure d’histoire contemporaine, Université de Bologne ; coordinatrice séminaire MARZABOTTO, Italie, 30 sept-2 oct 2022.

GRANET Anne-Marie, professeure d’histoire contemporaine, UMR LAHRHA (Grenoble) ; coordinatrice séminaire VASSIEUX VERCORS 16-18 juin 2022.

HERTZOG Anne, MCF Géographie, PLACES (CY Université, Cergy), coordinatrice des séminaires DISTOMO et LIDICE et porteuse du projet.

MALANDAIN Gilles, professeur d’histoire contemporaine, CHCSC (Versailles-Saint-Quentin), coordinateur des séminaires et porteur du projet.

MICHONNEAU Stéphane, professeur d’histoire contemporaine, UMR IRHIS (Lille) ; coordinateur ANR RUINES.

PAPAIOANNOU Georgios, Associate professor in Archeology and Museum Studies, Université ionienne (Corfou) ; coordinateur séminaire DISTOMO, Grèce, 2023.

PASSERA Françoise, ingénieure d’étude, HisTeMé, Université Caen Normandie, coordinatrice du carnet de recherche ANR RUINES.

ROBERT Babeth, directrice du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane (CMO) ; coordinatrice séminaire ORADOUR SUR GLANE, 12-13 février 2022.

LE CALENDRIER

Février 2022 : Oradour-sur-Glane
Juin 2022 : les villages du Vercors
Septembre 2022 : Marzabotto
Janvier-février 2023 : Distomo
Avril-mai 2023 : Lidice



30.09-2.10. 2022 : MARZABOTTO

A l’occasion des commémorations du 77e anniversaire du massacre de Marzabotto, le collectif VILMA se rend sur les lieux. Un programme organisé par Patrizia Dogliani réunit des élus d’Oradour-sur-Glane et de Marzabotto se déroule sur trois jours. Il donnera lieu à quelques billets après notre retour.

lécharger l’affiche

Giornate internazionali di Montesole 2022
Journées internationales de Montesole 2022

Venerdì, 30 settembre 2022/ Vendredi 30 septembre

ore 15 – 16 : arrivo dei partecipanti a Marzabotto
15-16 h : arrivée des participants à Marzabotto

ore 15 – 18 : visita ai luoghi dell’eccidio e incontro con i soggetti di Monte Sole e le autorità comunali presso la Fondazione Scuola di Pace.
15-18h : Visite des lieux du massacre et rencontre avec les autorités municipales de Monte Sole à l’Ecole de la Paix.


Sabato, 1 ottobre 2022/Samedi 1er octobre

ore 9.00 – 10.0 presentazione alla cittadinanza e agli ospiti stranieri dell’Arc

ore 9.00 – 10.00    CASA DELLA MEMORIA DI MARZABOTTO. Presentazione alla cittadinanza e agli ospiti stranieri dell’Archivio del Comitato – Centro di documentazione a cura del Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto. 9h-10h : Présentation de la Maison de la Mémoire de Marzabotto du centre de documentation par le Comité régional pour les hommeurs aux morts de Marzabotto..

ore 10.00 – 13.00. BIBLIOTECA COMUNALE DI MARZABOTTO
Workshop internazionale Monte Sole-Oradour-sur-Glane : esperienze a confronto. / Atelier international : Monte Sole et Oradour-sur-Glane : expériences comparées.

Coordina / Coordinateur : Carlo de Maria (Université de Bologne)

Patrizia Dogliani (Università di Bologna).” Introduzione ai lavori: stabilire un confronto tra luoghi e memorie degli eccidi della Seconda Guerra mondiale in Italia e in Francia”. Patrizia Dogliani (Université de Bologne) “Introduction. Etablir une comparaison entre les lieux et les mémoires des massacres de la Seconde Guerre mondiale en Italie et en France .”

Babette Robert (Direttrice Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane), La creazione e le attività del Centro museale e di documentazione d’Oradour. Babette Robert (directrice du centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane. La création et les activités du Musée et du centre de documentation d’Oradour.

Stéphane Michonneau (Università di Lille) – Presentazione del programma di ricerca francese ed internazionale RUINES, 2020-2024. Stéphane Michonneau (Université de Lille) – Présentation du programme de recherche français et international RUINES, 2020-2024.

Anne Hertzog (Università di Cergy-Pontoise) – Turismo e memoria nella elaborazione del patrimonio culturale di un villaggio-martire.
Anne Hertzog (Université de Cergy-Pontoise) – Tourisme et mémoire dans l’élaboration du patrimoine culturel d’un village-martyr

Carlo Arrighi (Università di Bologna) – Monte Sole–Oradour-sur-Glane, uno sguardo comparato: primi passi di una ricerca.
Carlo Arrighi (Université de Bologne) – Monte Sole – Oradour-sur-Glane, un regard comparatif : premiers pas d’une recherche

Federico Chiaricati (Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), “Metterei «La comunità di Monte Sole nella transizione tra guerra e dopoguerra. L’impatto socioeconomico della strage, della guerra e dell’occupazione».
Federico Chiaricati du Comité régional d’honneur aux morts de Marzabotto. “La communauté de Marzabotto dans la transition entre guerre et après-guerre, l’Ompact socio-économique du massacre, de la guerre et de l’Occupation”.

Eloisa Betti (Università di Bologna – Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), “La costruzione di un luogo della memoria: Monte Sole dall’abbandono a simbolo internazionale di pace”.
Eloisa Betti (Université de Bologne, comité régional pour les honneurs aux morts de Marzabotto. “La construction d’un lieu de mémoire : Monte Sole, de l’abandon à un symbole international de paix”.

Massimo Rossi (Ente Parchi Emilia Orientale), Il ruolo del Parco Storico di Monte Sole per la preservazione dei luoghi.
Massimo Rossi (Emilia Orientale Park Authority), Le rôle du parc historique de Monte Sole pour la préservation des lieux.

Elena Monicelli (Scuola di Pace di Monte Sole), Educazione alla pace : l’azione della Scuola di Pace di Monte Sole.
Elena Monicelli, Ecole de la Paix de Monte Sole, “L’éducation à la paix : l’action de l’école de la Paix de Montesole”.

Tito Menzani (Coordinatore Didattica, Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), L’attività didattica con le scuole di Monte Sole. Tito Menzani, coordinateur pédagogique du Comité régional pour les honneurs aux morts de Marzabotto. Les activités pédagogiques avec les écoles.

ore 14.30 – 16.30 : BIBLIOTECA COMUNALE DI MARZABOTTO.
Tavola rotonda con i luoghi della memoria italiani.
Table ronde sur les lieux de mémoire italiens

Coordina / Coordinatrice : Andrea Marchi (Comité Régional d’Honneur aux Morts de Marzabotto).
Con la partecipazione di amministratori e rappresenti dei luoghi della memoria italiani (Montesole, Sant’Anna di Stazzema, Casa Cervi, Risiera di San Sabba, Fossoli) e delle associazioni familiari.
Avec la participation d’administrateurs et de représentants de lieux de mémoire italiens : Montesole, Sant’Anna di Stazzema, Casa Cervi, Risiera di San Sabba, Fossoli et d’associations familiales.

ore 18- 19. Proposte per progettualità europee condivise

Coordina: Patrizia Dogliani (Università di Bologna)/ Coordination : Patrizia Dogliani (Université de Bologne.

Partecipano: Aurelie Audeval (Université de Lille), Françoise Passera (Université de Caen), François Rouquet (Université de Caen), Gilles Malandain (Université de Versailles), Jerome Grévy (Université de Poitiers), Anna-Marie Granet (Université de Grenoble), Pierre Louis Fillet (direttore del Museo di Vassieux,  Vercors), Benoit Sadry (Presidente  dei familiari delle vittime di Oradour-sur-Glane).


Domenica, 2 ottobre 2022/ Dimanche 2 octobre

ore 9 – 12 partecipazione degli invitati stranieri ed italiani alle iniziative di commemorazione dell’eccidio .
9h-12h00 : Participation des invités à la commémoration du massacre.

14-15. 09. 2022 : Être au lieu. Journées d’études

L’ANR RUINES  poursuit le développement d’un programme de recherche autour des usages politiques et sociaux des ruines de guerre, dans le but d’explorer la relation de nos sociétés à leurs passés violents et à leurs traces matérielles. Dans une logique pluridisciplinaire, la ruine, regardée en France du XVIe s. à nos jours, y est saisie à travers des approches théoriques et méthodologiques variées – enquête ethnographique, numérisation, études archivistiques ou encore études spatiales. Les chercheurs impliqués y questionnent en particulier le vécu des ruines de guerre, principalement dans leur dimension paysagère, ainsi que les imaginaires et les politiques qui leur sont associés dans différents contextes.

L’ambition des journées Être au lieu est d’interroger et de discuter les éléments idéels et matériels constitutifs d’un lieu, faisant condition de l’expérience, et plus particulièrement donnant accès à des processus collectifs de transmission mémorielle. En questionnant les modalités pratiques d’une entrée dans l’histoire par le lieu, l’intention est d’appréhender les formes de rapports de l’individu à l’histoire, de la communion sensible à l’analyse critique. Cet objectif théorique se concrétise avec l’ouverture d’un projet de conception d’un dispositif numérique muséal conçu pour accompagner les visiteurs dans le parcours du village d’Oradour-sur-Glane (application « Oradour ici maintenant »), chargé de surcroit des souhaits de conservation en direction des jeunes générations non liées à la guerre, de lutter contre les discours négationnistes, prendre le relai par le verbe de traces du massacre qui s’effacent (traces d’incendie du village lavées par les pluies) tout en laissant l’espace pour chacun d’aborder l’histoire à sa manière.

Afin de saisir dans la diversité et la labilité de leurs expressions les rapports aux lieux et à l’histoire,  les journées “Être au lieu” proposent de réunir des intervenants d’horizons variés, dégagés des exigences propres aux Mémoriaux de guerre. La perspective est d’enrichir nos visions respectives, traversées en filigrane par la question de l’imaginaire. Imaginaire historique, anachronisme, dérive, constituent ainsi quelques pistes de réflexion que nous aimerions développer. Les échanges auront pour retombée immédiate l’élaboration de la méthode d’évaluation de l’application « Oradour Ici Maintenant », en questionnant les critères de succès ainsi que les intentions fondamentales de ce type de médiation. Ces journées constitueront par ailleurs le point de départ d’un séminaire déroulé en 4 séances, donnant lieu à la publication d’un ouvrage.

Le déroulé des journées prévoit une journée d’étude précédée d’une demi-journée de visite du village et du Centre de la Mémoire afin que chaque intervenant ait la possibilité de faire résonner son discours théorique avec la spécificité du lieu.

Nous vous espérons nombreux à ce rendez-vous,

Cécile Barbier, Nicolas Canova, Stéphane Michonneau et Babeth Robert

Pour tout renseignement ou nous informer de votre venue canovanicolas@yahoo.fr

QUELQUES LECTURES AUTOUR DE LA NOTION DE VILLAGE MARTYR

Pour entamer le travail sur l’histoire de la catégorie « village-ville martyr-e », je vous propose une courte présentation de quelques textes.

Le premier est l’article de Gérald Sawicki « De la violence de guerre à la victimisation. Les villes et les villages martyrs de Lorraine pendant la Première Guerre mondiale », paru en 2017 dans lequel l’auteur décrit l’usage du terme de martyr associé à certains villages détruits par les Allemands durant la Première Guerre mondiale. L’auteur montre en quoi l’usage du terme de « martyr » sert la propagande de guerre anti-allemande et s’ancre dans la « culture de guerre ». Il montre la circulation du terme dans les sphères du pouvoir et s’intéresse aux supports matériels et visuels qui véhiculent localement ou plus largement ce « statut » de ville/village martyr comme les cartes postales ou les monuments. Il montre également en quoi le terme se charge d’une valeur d’exemplarité et d’universalité (les villages martyrs ne renvoient pas qu’à des drames locaux, mais leur « sens » a une portée universelle). Il évoque un « statut » des villages martyrs mais demeure flou sur les conditions de l’acquisition de ce statut « officiel ». « Badonviller, Nomeny et Gerbéviller en acquirent officiellement le statut, non sans difficultés. Il ne fut « au mieux qu’un titre régional limité à la Lorraine ». Enfin, il décrit les « liturgies du souvenir », pratiques commémoratives et mémorielles figeant localement cette représentation dans un contexte global changeant.

Référence : Sawicki Gérald, « De la violence de guerre à la victimisation. Les villes et les villages de Lorraine pendant la Première Guerre mondiale », Histoire@Politique, n° 32, mai-août 2017 [en ligne, www.histoire-politique.fr]



Le second texte est un ouvrage consacré aux villes martyres belges, paru en 2014, à l’occasion des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, initiative éditoriale politico-scientifique soutenue par des municipalités soucieuses d’établir un martyrologe. Les auteurs tentent une définition des villes martyres à partir de 3 critères :

  1. être une ville ou une agglomération urbaine
  2. où les civils ont souffert de violences extrêmes lors de l’invasion des Allemands en 1914 (villes ayant été le théâtre en août 1914 de « violences commises à l’égard de leurs habitants » et « l’objet d’une volonté de destruction globale ») et
  3. où la mémoire est « continuellement entretenue jusqu’à aujourd’hui » par des traces matérielles et des cérémonies commémoratives (Tixhon et Derez, p. 5).

Tixhon, Axel et Derez, Mark, Visé, Aerschot, Andenne, Tamines, Dinant, Louvain, Termonde. Villes martyres. Belgique, août 1914, Namur, Presses universitaires de Namur, 2014.

Karla  Vanraepenbusch apporte une critique à cette définition dans une recension (disponible sur le site contemporeana.be) qui, souligne-t-elle, « fait la liaison entre l’ancienneté de l’appellation et la nouvelle définition faussement évidente ». Elle écrit :

« Des articles de presse de l’époque démontrent que, déjà pendant la guerre, le statut de ‘ville martyre’ était attribué aussi bien aux villes du front qu’aux villes frappées en 1914, et même à des entités comme Anvers, Malines et Charleroi. Marius Vachon, cité dans l’ouvrage (p. 3) comme étant le premier à avoir employé l’expression de ‘villes martyres’, l’accordait, en Flandre, non seulement à Aerschot, Louvain et Termonde, mais aussi à Malines, Anvers, Nieuport, Dixmude et Ypres. »


Le dernier texte est l’ouvrage de Patrick Naef, consacré aux villes des Balkans après la guerre d’ex-Yougoslavie paru en 2014, ouvrage issu de son doctorat. L’anthropologue a pour objectif « d’analyser les dynamiques qui amènent un lieu à acquérir les conditions d’une ville martyre ».  Notant que les médias qualifient généralement des villes comme « martyres » des villes en guerre, l’auteur interroge la pérennité post-guerre de cette désignation. « La question est d’établir dans quelle mesure ces lieux, par les processus de mémorialisation qui leur sont attachés, connaissent toujours ces conditions de ville martyre une fois la guerre terminée ». Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur dresse un cadre conceptuel : « Le concept de ville martyre, écrit-il, représente avant tout une abstraction – un cadre d’analyse –, dans la mesure où une ville martyre n’existe pas en soi. »

Naef Patrick, La ville-martyre: guerre, tourisme et mémoire en ex-Yougoslavie, ed. Slatkine, 2016 ISBN: 9782051027649. PDF intégral en ligne.

 Patrick Naef définit ainsi 3 mécanismes contribuant à faire d’un lieu, une ville martyre :

« Le premier est lié au paysage mémoriel de ces villes, qui devrait être entièrement centré sur un trauma précis, tel qu’une guerre, un massacre ou encore un siège. En d’autres termes, les musées, les mémoriaux et autres représentations symboliques du lieu devraient être totalement orientés sur cet événement historique et traumatique ».

« Deuxièmement, ces villes doivent être érigées en symboles du trauma qui leur est attaché […] »

« Finalement, la condition de ville martyre implique la production de représentations liées à la notion de martyre, en opposition par exemple avec celle de résistance. Doss (2010) constate que les victimes sont aujourd’hui commémorées autant, si ce n’est plus, que les héros. Dans son ouvrage sur le village martyr d’Oradour-sur-Glane, Bennett-Farmer avance que le statut de martyr implique d’être dépourvu de capacité de résistance face à l’ennemi ».

S’intéressant au sens des mots, l’auteur souligne le « glissement du statut de victime vers celui de martyr peut aussi être mis en lien à la dimension religieuse qui accompagne cette notion, que certains comme Bennett-Farmer assimilent principalement à la doctrine chrétienne. Baillie confirme d’ailleurs cette vision à propos de Vukovar et ses nombreux symboles catholiques (croix, monuments, processions, rites), qu’elle assimile à des marqueurs territoriaux ».
Interrogeant l’ensemble des acteurs, des processus et des représentations (tourisme, etc) qui ensemble contribuent à « produire » la « ville martyre » (les « leviers qui poussent un lieu à acquérir les conditions d’une ville martyre »), l’auteur souhaite également présenter certaines conséquences de ces processus, « afin d’évaluer, écrit-il, dans quelle mesure ces conditions de ville martyre peuvent mener à une prolongation symbolique du conflit ». Le contexte post-yougoslave, marqué par des divisions permanentes, mène, selon l’auteur, à « des représentations conflictuelles entre un groupe martyr, symbolisé par son appartenance à la ville martyre, face à un autre, considéré comme l’agresseur ou le bourreau. […] ainsi, les conflits de mémoire liés à ces statuts peuvent perpétuer des cycles de violence bien après la fin officielle d’une guerre. »


Enfin, pour information, un dernier document, publié pendant la Première Guerre mondiale :

Vachon Marius, Les Villes martyres de France et de Belgique : statistique des villes et villages détruits par les Allemands dans les deux pays, avec 41 vues de villes et de monuments historiques avant et après leur incendie (Paris : Payot, 1915), pp. 111-163. Consultable en ligne sur le site Internet de la Bibliothèque royale: http://uurl.kbr.be/1045218





Les Ruines de guerre : Écrire, figurer, recomposer (XIX-XXe s.)

Jeudi 14 octobre 2021

Ruines de l’architecture et architecture des ruines
Nanterre Université, bâtiment Max Weber (W), salle 1, RDC

9h – Accueil
9H30 – Ouverture du colloque par L. Campa, P. Hyppolite, S. Michonneau

          Présidence : Stéphane Michonneau

9h45
Conférence inaugurale de Alain Schnapp auteur d’Une histoire universelle des ruines. Des origines aux lumières, 2020. 
« Triste issue de la guerre » (Venantius Fortunatus) : les ruines de guerre de Sumer aux « Lumières »                                                                                                                                                    

10h30 Discussion

11h 
« Strasbourg : la représentation des paysages de ruines d’une ville bombardée (1870-1944) »
José Manuel López Torán,Université́ de Castilla-La Mancha (Espagne) – à distance

11h30
« Stalingrad, après la bataille : choix urbanistiques et usage mémoriel des ruines »
Fabien Bellat, École d’architecture Paris Val de Seine

12h
Discussion                                                                                                                                                                         

Présidence : Laurence Campa

14h30
« Repenser les bâtiments détruits par faits de guerre dans les Hauts-de-France au XXème siècle : la mise en tourisme des ruines »
Mathilde Greuet, IRHiS, Université de Lille

15h
« Visiter les ruines de Sedan après la débâcle (1870-1914) »
Gilles Malandain, Université de Poitiers

15h30 £
« Apprendre en imaginant plutôt qu’en réfléchissant. Ce que les visiteurs retirent de leur visite guidée des vestiges d’une bataille (le cas du Circuit du Souvenir de l’Office du Tourisme du Pays du Coquelicot) »
Nathanaël Wadbled, Université de Tours                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

Vendredi 15 octobre 2021
Nanterre Université, bâtiment Paul Ricoeur (L), salle des conseils, 4ème étage

L’écriture des ruines

                                                                     Présidence : Laurence Campa

9h30
« Témoignage de la destruction pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine »
Brent Patterson, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

10h
« Palmyre, des vestiges aux décombres : ou comment les monuments (re)deviennent ruines »
Ava Rastegar, architecte HMONP                                                                                                                                                                                 

10h30 Discussion

11h
« Elément descriptif et instrument de dénonciation : les ruines dans les reportages antifascistes de la guerre d’Espagne »
Anne Mathieu, Université de Lorraine                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                       
11h 30
« La médiatisation des musées en ruine après la Seconde Guerre mondiale »
Nathalie Simonnot, École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles                                                                                                                                                                      

12h – Discussion

Présidence : Pierre Hyppolite

14h30
« Ruines où les vers passent tour à tour : construction, préservation et reconstruction poétique des ruines de la Première Guerre mondiale »                                                                              
Julia Ribeiro S. C. Thomaz, Université de Paris Nanterre – EHESS

15h
« Gravats d’une autre rive » (Pascal Quignard)
François Berquin, Université du Littoral Côte d’Opale

15h30 Discussion

16h – 17h                                                                                                                                                             Rencontre avec Pierre Lepape à propos de son livre Ruines, Éditions Verdier, 2020.

Samedi 16 octobre 2021

                   ENSA Paris Malaquais, site des Beaux-Arts, 14, rue Bonaparte, Paris 75006, amphi 2 des loges

L’artialisation des ruines

9h15 – Accueil du colloque à l’ENSA Paris Malaquais

Présidence : Frédérique Villemur

 9h30
« Regard cinématographique sur la mise en ruines à Berlin : la deuxième destruction des villes allemandes » 
Jeanne Yapaudjian, Sorbonne-Université                                                                                                                                                  

10h
“… And from the ashes we arise. Ruins and/as the dawn of a new era in the early post-WWII Czechoslovak and Italian documentaries”
Andrea Průchová Hrůzová, Institut for Contemporary History, Czech Academy of Science, Prague, (Tchéquie) et Paolo Villa, Università degli Studi di Udine (Italie)

10h30 Discussion

11h
« La ville détruite dans le néoréalisme italien : entre paysage politisé et motif esthétique »
Enrico Gheller, Université de Caen Normandie

11h 30
« Entre écritures du désastre et figures de la rédemption : ruines de guerre ou l’involontaire saisie déconstructrice de l’architecture »                                                                                                                                                                                                      
Jean-Pierre Vallier, architecte DPLG, École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Malaquais                                                                                                                                                   

12h – Discussion

Présidence Jean-Pierre Vallier

13h30
« Le tribunal imaginaire des ruines à l’écran (1936-1964). (Faire) juger les survivants de la guerre à l’aune du pharmakon de la ruine » 
Sylvain Louet, Université́ Paris 3 Sorbonne nouvelle                                                                                                                                                       

14h  
« L’immersion dans les ruines au-delà de l’émotion » 
Emmanuelle Danchin, SIRICE (Sorbonne Université, Identités, Relations internationales et civilisations de l’Europe)

14h30 Discussion        

15h
« Anne et Patrick Poirier. La ruine, victime et mémoire des temps » Étienne David,Université Paris 8                                                                                                                                                                                                                                                                   

15h30
« Anselm Kiefer à Barjac : du site comme ruines, l’atelier »
Frédérique Villemur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier

16h – Discussion

16h 30 – Clôture du colloque

Lien de connexion ZOOM.US pour l’ensemble du symposium

https://us02web.zoom.us/j/84732851983?pwd=YzBXYStIUDZuQjN3KzhNQ3hIYmtaZz09

ID de réunion : 847 3285 1983
Code : 830786

Revue Tierce : “Obsidionalités. Mémoire et représentations des sièges militaires”

Gustave Doré, “L’énigme”.

L’objet de ce dossier est le siège militaire, pris comme objet de représentation (voire de création artistique) et d’une mémoire spécifique, en particulier dans l’espace et dans la communauté qui l’ont subi – la « mémoire obsidionale » des assiégés, vaincus ou vainqueurs. Les cas d’étude et les contextes varient bien sûr : des villes, françaises (Poitiers, La Rochelle, Lille et Verdun), italiennes (Turin, Rome), ou espagnoles (Saragosse et d’autres), mais aussi une forteresse du Canada français (Louisbourg) et une oasis du sud algérien (Zaatcha), ainsi que les cités du Proche-Orient médiéval telles que les imagine Gustave Doré dans les années 1870. Les sièges et les représentations dont il est question se situent essentiellement entre les guerres de religion et le second XIXe siècle, avant les grandes ruptures du XXe siècle, même si des résurgences mémorielles plus contemporaines – et plus ou moins « vives » – sont prises en compte. En dépit de l’indéniable rupture révolutionnaire, il y a là une vraie cohérence chronologique, aussi bien dans l’histoire de la guerre que dans celle des cultures mémorielles.

TIERCE est la revue online du laboratoire CRIHAM Poitiers-Limoges : https://tierce.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=406

Deux séminaires en Allemagne….

  1. Ruinen aus der Sicht der Kulturwissenschaften (Ringvorlesung) / Ruins from the Perspective of Cultural Studies and Humanities: Materiality in Decay, Re-Uses, Re-Interpretations (lecture series) :
    https://www.hsozkult.de/event/id/event-96219

2. „Erbe in Trümmern. Schadensbild, Transformation und HeritageMaking in kriegszerstörten Städten um 1945“ 
https://www.uni-bamberg.de/kdwt/news/artikel/symposium-erbe-in-truemmern/

am 20.05.2021 ab 09:00 Uhr. Hiermit bestätige ich Ihnen die Teilnahme mit dem Hinweis auf die folgenden Zugangsmöglichkeiten
Uhrzeit: 20.Mai.2021 09:00 AM Amsterdam, Berlin, Rom, Stockholm, Wien

https://www.uni-bamberg.de/kdwt/arbeitsbereiche/denkmalpflege/tagung-erbe-in-truemmern/

Meeting-ID: 960 4599 3889
Kenncode: Erbe#5


Poétique et politique de la ruine au cinéma et au théâtre depuis 1945

Poetics, Politics and the Ruin in Cinema and Theatre since 1945

Colloque international organisé dans le cadre du projet Temps réinventés : cinéma, antiquités, archéologie (ICAAR) du labex Labes Les passés dans le présent en partenariat avec l’Université d’Oxford. 2 APRIL 2021 (OXFORD) / 22 NOV. 2021 (PARIS-NANTERRE). 

https://calenda.org/857361

Argumentaire

L’antiquité a été largement mobilisée en Europe dans l’entre-deux guerres – le classique servant la cause d’un « retour à l’ordre » de plus en plus perçu comme nécessaire après les hérésies avant-gardistes – et elle a été au coeur, grâce à des manipulations inédites orchestrées par le pouvoir, des idéologies fasciste et nazie qui ont mené au désastre de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. L’objet premier de ce colloque est d’étudier la manière dont les processus artistiques et les oeuvres théâtrales et cinématographiques européennes enregistrent les répercussions historiques et artistiques de ce traumatisme, dans la manière dont elles réinventent l’antiquité, et plus précisément dans la manière dont elles en travaillent les ruines, tant poétiquement que politiquement. Le colloque s’inscrit donc à la fois dans le champ des études de réception de l’antiquité et des études théâtrales et cinématographiques, mais aimerait également pouvoir dialoguer avec l’archéologie, la philosophie esthétique, les sciences politiques, l’anthropologie, la théorie des médias. Le cadre chronologique va de 1945 à nos jours, car l’on retrouve évidemment des traces de ce processus bien au-delà de l’immédiat après-guerre dans les oeuvres et les démarches des artistes européens qui recourent à l’antique pour questionner le contemporain, et cela au rythme des événements politiques, économiques et sociaux.

Université Paris Nanterre / INHA, 22 novembre 2021

horaires à préciser

Nature et anthropoèce

Modération | Respondent: Clare Finburgh-Delijani, Goldsmiths University of London, Theatre Studies

  • De la ruine comme métamorphose cinématographique de la vanité : Robinson in Ruins, à la recherche d’une image « naturelle » (Marianne de Cambiaire, Université d’Aix-Marseille, Études cinématographiques)
  • La ruine antique comme véhicule d’un renouvellement descriptif de la figuration du paysage au cinéma (Pollet, Huillet et Straub, Robbe-Grillet) (Lucas Lei, Université Paris Nanterre, Études cinématographiques)

Reprise et répétition

Modération: Joanna Paul, Open University, Classical Studies

  • Singing Ruins: cinema and musical iterability in Philip Glass’Orphée (1993) (Zoë Jennings, University of Oxford, Classics)
  • Le Mépris : un Solde de l’Olympe ? (Marc Cerisuelo, Université Gustave Eiffel, Études cinématographiques, Esthétique)
  • Par-delà la ruine, retrouver la question de l’être : une remontée de l’Ister avec Hölderlin et Heidegger (David Barison et Daniel Ross, The Ister, 2004) (Marie Eve Loyez, Université Paris Nanterre, Université de Montréal, Études cinématographiques)

Corps et lisibilité

Modération: Barbara Le Maître, Université Paris Nanterre, Études cinématographiques

  • Saxa loquuntur : (il)lisibilité des ruines chez Pasolini (Anne-Violaine Houcke, Université Paris Nanterre, Études cinématographiques, Réception de l’Antiquité)
  • From Fragmentation to Deconstruction: Ancient Myth on Contemporary Stage (Malgorzata Budzowska, University of Lodz, theatre studies, classical reception)
  • Quelqu’un a-t-il déjà entendu soupirer des pierres ? (W. Herzog). Du corps à la ruine (et retour) (Jeremy Hamers et Lison Jousten, Université de Liège, Études cinématographiques)

Plénière

Modération: Fiona Macintosh, University of Oxford, APGRD, Classical Reception

Organisatrices

  • Anne-Violaine Houcke, HAR (Histoire des Arts et des Représentations), Université Paris Nanterre
  • Estelle Baudou, APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama), University of Oxford

Comité scientifique

  • Estelle Baudou (University of Oxford) 
  • Anne-Violaine Houcke (University of Paris Nanterre)
  • Barbara Le Maître (University of Paris Nanterre) 
  • Fiona Macintosh (University of Oxford)

Modalités de participation

La première journée du colloque aura lieu sur Zoom. Merci d’écrire à apgrd@classics.ox.ac.uk pour toute question ou pour vous inscrire.

École thématique

Traces et représentations du passé dans les monuments et le patrimoine, XIXe-XXIe siècle (Europe-Amérique latine)

Huellas y representaciones del pasado en los monumentos y el patrimonio, siglos XIX-XXI (Europa – América Latina)

Casa de Velázquez, Madrid, 17-21 mai 2021

L’École thématique sera précédée, le 16 mai 2021, par une journée d’études franco-allemande.

Coord. : Claire BARBILLON (Université de Poitiers / École du Louvre), Jérôme GRÉVY (Université de Poitiers), Thomas KIRCHNER (Centre allemand d’histoire de l’art), François-René MARTIN (École du Louvre, École nationale supérieure des beaux-arts de Paris), Stéphane MICHONNEAU (Université de Lille).
Org. : ANR RUINES (Maison européenne des sciences de l’homme et de la société, Lille), CRIHAM EA4270 (Université de Poitiers et de Limoges), École du Louvre (Paris), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Centre allemand d’histoire de l’art (Paris)
Coll. : Ambassade de France en Espagne, Ambassade d’Allemagne en Espagne.

Inscription obligatoire : https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/huellas-y-representaciones-del-pasado-en-los-monumentos-y-el-patrimonio-siglos-xix-xxi-europa-am/

Présentation

Les traces du passé constituent les buttes-témoins (des témoins) d’événements historiques à jamais révolus : elles rendent présent ce qui appartient au passé et l’incarnent de manière non intentionnelle. Elles sont parfois l’objet d’un réinvestissement symbolique qui les désigne en marques, caractérisées par une signature intentionnelle de la part d’un acteur identifiable. Ce marquage est toujours une forme d’appropriation symbolique et spatiale  – a minima, un droit de présence, a maxima, l’affirmation d’une revendication – de la trace matérielle, c’est-à-dire une production de signes.

Les marques produites par les groupes sociaux et les individus sont d’une très grande variété. On peut cependant les regrouper sous deux grands types : les inscriptions graphiques ou imagées, plutôt éphémères et fragiles, et les constructions monumentales, généralement pérennes. Sans exclure les premières, nous nous intéressons ici aux formes durables, en excluant les marquages ne s’opérant pas à partir d’une trace (par exemple, un monument aux morts communal n’a que rarement de lien avec une trace ou un vestige de guerre). Ces interventions relèvent de deux grands types d’opération : la conservation, la monumentalisation et la patrimonialisation de certaines traces d’une part, la démolition ou l’effacement plus ou moins intentionnel d’autres traces d’autre part. Ainsi, patrimonialisation et démolition doivent être pensées de manière dialectique.

Le cadre géographique et temporel retenu recouvre toute l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècle), jusqu’à l’actualité. L’aire étudiée recouvre l’Europe dans un sens large (“de l’Atlantique à l’Oural”) et le monde ibéro-américain dans son ensemble (donc Brésil compris). Les Caraïbes sont également incluses. L’enjeu est ici d’historiciser les usages des traces et des monuments selon les périodes considérées et de les situer dans un contexte local précis afin d’en repérer d’éventuelles singularités. Le jeu des circulations, des imitations dans l’espace euro-américain fera l’objet d’une attention particulière.

L’atelier doctoral s’articulera autour des axes suivants :

1. La reconnaissance des traces

Les traces du passé peuvent être visibles ou pas : dans tous les cas, elles supposent un processus de recherche et d’identification, qu’elles soient matérielles ou immatérielles.  Peut-on parler d'”invention des traces” ? Quelle est la valeur et le sens de cette démarche que l’on pourrait qualifier peut-être d’archéologique, d’antiquaire plus sûrement ? Toutes les traces ne font pas l’objet d’une attention. Que signifient l’effacement, l’abandon voire la destruction intentionnelle des traces ?

2. Donner sens aux traces

Les traces sont l’objet d’une resignification, notamment à travers des expressions artistiques : l’architecture, la sculpture mais aussi les représentations graphiques. Les traces marquées peuvent être également activées par des commémorations. Enfin, elle peuvent être réinvesties comme patrimoine, à condition de prendre en compte la dilatation de la notion de patrimoine au cours du temps, par rapport à la notion de monuments historiques développée au XIXe siècle. Quels sont les formes artistiques et les modes d’instrumentalisation des traces ? Qui sont les acteurs de ces opérations de (re)signification des traces ?

3. Représenter le passé

Les opérations de marquage impliquent des représentations sélectives du passé. Quels types de langages artistique ou historiographique sur le passé sont-ils élaborés ? En quoi sont-ils à la fois créateurs d’identités sociales et instaurateurs de légitimités politiques ? Dans quel mesure les récits historiques, au sens strict du terme, c’est-à-dire produits par des professionnels des questions du passé, participent-ils de la construction des mémoires de ces lieux ? Comment les oeuvres artistiques s’approprient et mettent en scène ce passé ?

4. Transferts et circulation monumentales

Il peut également exister des formes, des manières de faire, des acteurs propres à l’aire étudiée, à l’époque considérée. Peut-on repérer des modèles selon les époques ou les espaces étudiés ? Quelles sont les circulations en jeu dans l’espace euro-américain ? Répondent-elles nécessairement à une vision européocentriste et diffusionniste ? La question de la modernité dans les monuments pourra être abordée. Existe-t-il des monuments abstraits ? Le Monument à la mémoire de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht de Mies van der Rohe (1926), détruit par les Nazis est un cas emblématique. 

5. Contre-monuments, anti-monuments

Un lien existe entre la mise en mémoire et le cadre spatial dans lequel elle se déploie. Récemment, ce lien a pu être remise en question par les contre-monuments (Jochan Gertz), des anti-monuments (Dani Karavan à Port-Bou) ou encore par l’attention portée à des paysages de mémoire vides de trace, comme ceux de la Kolyma. Quelles sont les stratégies d’appropriation de l’espace mise en œuvre ? En quoi les contre-monuments, ou des anti-monuments remettent-ils en question la question de la monumentalité ? Un paysage peut-il faire mémoire ? La mémoire a-t-elle toujours besoin de traces pour se fixer, se construire ?

6. Vandalisme, destructions, remplacements

Le vandalisme ou les destructions monumentales sont d’actualité, lorsque leur contenu politique et mémoriel ne semble plus correspondre aux attentes des sociétés contemporaines (monuments aux esclavagistes, aux découvreurs, etc.). D’autres monuments sont déplacés, remplacés (monuments équestres de Franco). L’art contemporain prend une part active dans ces opérations de resignification. Ces gestes ne sont-ils pas des atteintes au patrimoine monumental ? Jusqu’à quel point la resignification d’un monument est-elle possible ? Souhaitable ? Pourquoi les monuments cristallisent-ils ces débats ? Comment certains d’entre eux sont devenus polémiques ?

Appel a communications

Les ruines de guerre : écrire, figurer, recomposer (XXe et XXIe siècles).

14-15-16 octobre 2021, Univ. Paris-Nanterre

La ruine de guerre caractérise une évolution particulière du paradigme ruiniste qui a peu de rapport avec « l’attrait des ruines ». Ces ruines chaudes et fumantes, ces débris concassés, posent des questions nouvelles d’usage, de poétique, d’esthétique.

L’architecture des ruines 

Les ruines antiques ou médiévales révélaient le geste créatif de leur architecture. Brest, Le Havre, Coventry, Dresde, Hambourg, Berlin, Hiroshima, Nagasaki, etc, autant de noms qui appellent des images de ville en ruine qui ont fait l’objet de programme de reconstruction, à l’identique ou moderniste, effaçant le traumatisme de leur destruction (Sebald). Que reste-t-il de la présence de ces ruines en négatif dans le palimpseste urbain ? Comment entretient-on la mémoire des ruines absentes ? Le bombardement de Strasbourg pose, dès 1870, la question de l’inscription de ces ruines nouvelles dans l’histoire universelle des ruines. Les bombardements, dont la violence s’intensifia de conflits en conflits, inaugurent un nouveau paradigme des ruines. Leur typologie change. Le vestige n’est plus une forme identifiable mais une structure déformée dans un amas de poussière et de décombres. Les images de ruines sont, aujourd’hui, celles de Homs, Daraa, Kobané, Mossoul, Beyrouth, etc. On interrogera ce nouveau « régime ruiniste » que constituent les villes et les quartiers à l’image spectrale, inhabitables mais souvent occupés.

L’écriture des ruines

Quelles sont les caractéristiques des œuvres littéraires et artistiques nées dans l’expérience des ruines ? On s’intéressera aux pratiques d’écriture, dans leur diversité, qui, en particulier, à partir de la Première Guerre mondiale ont permis de rendre compte des ruines fumantes : poèmes, carnets d’écrivains, d’artistes, journaux de soldats, de civils anonymes, etc. Comment ces œuvres expriment, par le texte, le croquis, l’expérience des ruines ? Dans quelle mesure est-elle in-dissociable du renouveau de l’expression littéraire et artistique au lendemain des conflits du XXe et XXIe siècles (journaux de tranchées, « roman des ruines », Trümmerliteratur, Nouveau roman, littérature de reportage, blogs…) ? Quels usages les écrivains, les plasticiens ont-ils faits de ces ruines ? Il s’agira d’étudier, à la lumière de l’histoire contemporaine, les dispositifs littéraires et artistiques propres à la désolation en mettant l’accent sur leur dimension écrite (documentaire, memorabilia), poétique (continu/discontinu), esthétique, à travers le processus de (dé)matérialisation ou de (dé)fictionnalisation dont elles sont l’objet.

L’artialisation des ruines

Les ruines font partie de notre environnement géographique, rural, urbain. Elles contribuent par leur présence à sa transformation en un haut-lieu de mémoire (Oradour-sur-Glane), d’exposition (MAC, Lisbonne), d’expression artistique (Walker Evans, Anne et Patrick Poirier, Anselm Kiefer, Charles Simonds, etc). On s’interrogera sur ce processus paradoxal d’artialisation, en lien avec l’écriture du paysage ruiné ou sa mise en ruine artificielle, monumentale ou sculpturale, in situ ou in visu, en prenant en compte les médiations photographiques, filmiques, artistiques dont elle fait l’objet (cartes postales en forme de tableaux, bandes dessinées, sites en ligne, contre-utopies, uchronies architecturales, jeux vidéos, etc).

L’archéologie, la sociologie, l’architecture, les arts plastiques, la littérature, le cinéma, la photographie seront mobilisés pour penser ces « paysages de ruines » leur évolution, leur transformation. Ces rencontres interdisciplinaires permettront de prendre la mesure des diverses formes d’occupation, de patrimonialisation et de représentation des ruines de guerre.

Le colloque est organisé par l’équipe ILHAM ((Interférence de la Littérature, de l’Histoire, des Arts et des Médias, EA 1586, CSLF) de l’université de Paris Nanterre dans le cadre de l’ANR Ruines (Les usages politiques et sociaux des ruines de guerre entre résilience, commémoration et patrimoine) coordonnée par Stéphane Michonneau (IRHiS – université de Lille, https://ruines.hypotheses.org ) et porté par la Maison Européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS , Lille).

Les propositions de contribution seront examinées par le comité scientifique du colloque et sont à envoyer par courriel, avant le 15 mars 2021, aux adresses suivantes :

laurence.campa@parisnanterre.fr
stephane.michonneau@univ-lille.fr
nicolas.beaupre@uca.fr
pierre.hyppolite@parisnanterre.fr

Comité scientifique :

Nicolas Beaupré, MCF HDR histoire contemporaine, Université de Clermont Auvergne
Annette Becker, Pr. émérite histoire contemporaine, Université de Paris Nanterre
Laurence Campa, Pr. littérature XXe, Université Paris Nanterre
Pierre Hyppolite, MCF littérature XXe, Université de Paris Nanterre
Stéphane Michonneau, Pr. histoire contemporaine, Université de Lille
Jean-Pierre Vallier, architecte, professeur ENSA de Paris-Malaquais
Frédérique Villemur, Pr. histoire de l’art, ENSAM de Montpellier

3.2.2021 : Recueillir un témoignage pour écrire l’histoire

Séminaire de formation dans le cadre de l’ANR Ruines. Visioconférence organisée par l’Université de Caen Normandie, le 3 février 2021, de 9h à 12h et 13 h 30 à 16 h 30.

Ce séminaire a pour objectif de donner aux participants, (étudiants ou chercheurs du projet) les éléments essentiels pour conduire des entretiens oraux avec des témoins. Ces entretiens et ces récits de vie doivent être réalisés selon quelques principes méthodologiques en vigueur en histoire et en anthropologie. Ces principes sont importants pour pouvoir constituer des entretiens qui puissent permettre de bâtir une connaissance sur le sujet mais aussi et surtout de constituer des archives sonores qui devront être conservées pour fonder une collection patrimoniale pouvant être réutilisée à l’avenir, soit pour de nouvelles recherches, soit pour de la valorisation.

Le déroulé de ce séminaire est conçu dans une dimension essentiellement pratique. Il consistera à donner les principes de la méthode de l’entretien par les récits de vie, à partir d’expériences de recherche et formation à la recherche. A partir d’exemple de collectes déjà réalisées qui seront repris tout au long des étapes de la journée, seront envisagés les points à suivre, les erreurs à éviter et la réalisation d’une première campagne d’entretiens ainsi que les principes de conservation des entretiens.

La session est prévue en 2 fois 3 heures qui suivront le principe de la réalisation des entretiens (avant, pendant, après), précédé d’une introduction générale rappelant les rapports mémoire-histoire dans la construction respective de ces récits. Il serait bon qu’au terme des premières expériences de collecte soit prévu un deuxième temps de partage d’expérience pour la suite du projet.

1 – la mémoire et le témoignage : un matériau pour l’historien

2 – L’entretien : précautions et méthode = Avant, Pendant l’entretien

3 – le traitement des sources recueillies : Transcription et mise en fiches, Conservation – problèmes juridiques.

Anne Marie Granet

Les ruines de guerre du Chemin des Dames

Le Chemin des Dames fait partie des sites emblématiques de la Première Guerre mondiale. Il représente particulièrement l’année 1917 et la lassitude des combattants grâce à la célèbre Chanson de Craonne. Situé dans l’Aisne, ce secteur est encore mal défini géographiquement. Sur le site internet dédié, il s’étend du Moulin de Laffaux à Corbeny, entre les vallées de l’Aisne et de l’Ailette. Mais dans les guides touristiques d’après-guerre, les itinéraires incluent également Anizy-le-Château et Pinon à l’ouest, Coucy-le-Château et Soissons au Sud. Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons au secteur comprenant Pinon, le Fort de Condé et le Chemin des Dames tel que défini par les structures culturelles actuelles.

Dans ce périmètre, on trouve encore de nombreuses ruines, causées par la Première Guerre mondiale principalement, mais aussi des vestiges et ruines de la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi ces ruines ont-elles été préservées et quel est leur rôle actuel sur le territoire qu’elles occupent ? Ces deux questions demandent à ce que l’on s’intéresse à l’histoire des ruines du Chemin des Dames, qui s’est déroulée avec trois périodes principales pour aboutir à faire, aujourd’hui, des ruines de guerre un élément local important de la valorisation du territoire.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, treize départements ont été touchés par les dommages de guerre. L’Aisne est particulièrement marquée par les combats qui y ont eu lieu de 1914 à 1918 et par les fortifications de la ligne Hindenburg. En 1918, vingt-neuf villages du secteur ont disparu. La Reconstruction se met en place en même temps que le tourisme mémoriel. Des visites sont organisées pour permettre aux anciens combattants et à leur famille de venir se recueillir sur les zones de combat. La monstration des ruines permet aussi de témoigner de la barbarie des combats et doit permettre à la France de toucher des dommages de la part de l’Allemagne vaincue. Cet argent attendu devait permettre de relever les ruines. En effet, après de nombreuses discussions au cours de la guerre, il a été décidé de ne pas garder de preuves des destructions comme souvenirs figés de la guerre, mais plutôt de reconstruire pour relancer l’économie. Pourtant des ruines y échapperont car, dans certains secteurs, la destruction est telle que la reconstruction est jugée impossible ou trop coûteuse. Ainsi, en 1923, Courtecon, Crandelain et Malval, Vauclair et la Vallée Foulon, Verneuil-Courteconne, Vendresse et Troyon disparaissent de la carte.

Leurs noms sont attachés à d’autres communes et les ruines délaissées. En 1930, c’est Craonne qui est définitivement abandonné par la municipalité et confié aux Eaux et Forêts qui doivent conserver les vestiges de l’ancien village. De 1917 à 1930, les ruines du secteur sont valorisées par les guides touristiques et mémoriels, alors qu’elles sont lentement effacées par la Reconstruction.

Suite à la Seconde Guerre mondiale et aux destructions qu’elle engendre dans l’ensemble du pays, l’intérêt pour la guerre et ses ruines est moindre. À cela, il faut ajouter l’image négative renvoyée par le Chemin des Dames dans l’histoire française : le secteur représente l’échec de l’offensive Nivelle, les mutineries et de grandes victoires allemandes. Jusqu’à la fin des années 1980, ce sont seulement les chercheurs et passionnés locaux qui s’intéressent à l’histoire du Chemin des Dames. Pourtant, en 1987, le Père René Courtois, qui entretient le site de l’abbaye de Vauclair, édite un ouvrage qui propose un itinéraire de découverte du Chemin des Dames pour répondre à la demande touristique dont il est le témoin. Quelques années plus tard, en 1995, le département de l’Aisne organise progressivement une mise en valeur du secteur autour de la Caverne du Dragon qui centralise les actions. Une signalétique est mise en place et deux circuits sont créés. Finalement, en 1998, Lionel Jospin fait à nouveau entrer les mutinés dans la mémoire collective, ce qui participe à lever le tabou qui les entoure. Ce tabou levé, l’histoire du Chemin des Dames est plus facile à mettre en valeur car elle perd son caractère honteux grâce à la reconnaissance des politiques. Les années 1990 sont également marquées par un regain d’intérêt pour les sites ayant une valeur historique, patrimoniale ou mémorielle grâce à l’ouvrage Les lieux de mémoires de Pierre Nora. Le regain d’intérêt pour le Chemin des Dames à cette période correspond bien aux thèses de Pierre Nora, pour qui la disparition des acteurs d’un événement accélère la mise en valeur des sites qui en portent la mémoire. Ainsi, du fait des décès des anciens combattants, des évolutions historiographiques et de la réhabilitation des mutinés, le Chemin des Dames ne représente plus uniquement un passé honteux dans l’histoire de France, mais aussi un laboratoire de recherches qu’il est désormais possible de valoriser.

Si les années 1990 permettent au Chemin des Dames de devenir un lieu de mémoire, c’est l’événement Centenaire qui redonne une impulsion à la valorisation du secteur. Pour autant, dans le guide papier Michelin Les champs de bataille : Le Chemin des Dames édité à cette occasion en 2014, il est intéressant de constater qu’aucune ruine de guerre n’est sélectionnée dans la rubrique « à voir en priorité ». En plus de cette édition de guide touristique, de nouveaux lieux de mémoire sont créés, comme le site du Jardin du Moulin de Laffaux qui présente des monuments mémoriels et des vestiges des guerres mondiales.

Tout au long du Centenaire, des événements et des sites mémoriels sont mis en place, avec notamment la création de Jardins de la Paix autour de l’ancien Craonne. La Caverne du Dragon est devenue le centre du Chemin des Dames, une nouvelle signalétique a été mise en place et le CRID 14-18, créé en 2005, a publié de nombreuses recherches sur l’histoire du secteur et de sa mise en valeur pour l’occasion. Le Centenaire est donc l’apogée des actions autour du Chemin des Dames. Pour autant, les ruines semblent relativement oubliées dans l’ensemble des sites proposés. L’ancien Craonne et l’Abbaye de Vauclair sont valorisés, mais les autres villages disparus restent absents de l’imaginaire collectif. Ils font l’objet de visites guidées particulières organisées par la Caverne du Dragon et ont désormais un itinéraire dédié, mais à l’exception du fort de Condé, ils ne font pas partie des « principaux sites » définis par le site internet officiel. La préférence est donnée à des monuments, des points de vue et des jardins, éléments créés pour permettre la commémoration. Les ruines, bien que témoins directs de la guerre, ne sont pas choisies en premier lieu par ces sites. Pourtant, de plus en plus, les ruines apparaissent comme un vecteur local du développement touristique et mémoriel.

Nous l’avons vu, le développement touristique du secteur du Chemin des Dames est fortement tributaire des événements politiques et historiographiques. Or, depuis 2018 et la fin du Centenaire, un grand nombre de collectivités issues des treize départements dévastés pendant la Grande Guerre mettent en valeur leur patrimoine d’après-guerre, notamment les édifices de la Reconstruction. C’est le cas de grandes villes proches du Chemin des Dames comme Saint-Quentin (02) et Reims (51).

En France, les ensembles ruineux ont tendu à disparaître après les guerres mondiales. À l’exception des villages Morts pour la France de la région de Verdun, peu de villages détruits sont conservés en état et valorisés. De ce fait, le secteur du Chemin des Dames bénéficie d’un patrimoine rare puisqu’on peut y observer plusieurs ensembles ruineux. Il est facile de mettre en valeur les ruines en même temps que les bâtiments issus de la Reconstruction, ce qui permet de donner une image plus globale de l’après-guerre aux visiteurs. Les ruines ont un potentiel touristique fort qui semble être sous exploité dans l’Aisne. En effet, on constate que l’Abbaye de Vauclair est un site particulièrement apprécié des touristes pour son aspect bucolique, romantique et mémoriel. L’attrait pour les ruines pourrait permettre une meilleure mise en valeur des villages disparus du Chemin des Dames, à condition que des infrastructures de base comme des parkings soient systématiquement installées à proximité des sites. Le potentiel touristique est d’autant plus fort qu’il pourrait aller de paire avec le travail de recherches du CRID 14-18 qui souhaite faire progresser les connaissances sur la guerre et ses conséquences selon une nouvelle approche culturelle. Celle-ci pourrait passer par l’histoire locale des ruines et de leur présence sur le territoire.

Les ruines valorisées permettent aussi de dire la “petite histoire”, celle du village dans la Grande Guerre. Certaines communes mettent d’ailleurs elles-mêmes en valeur ce patrimoine grâce à des panneaux explicatifs, comme à comme à Pargny-Filain ou Soupir, voire même des circuits de découverte comme à Pinon.

De cette manière, l’histoire propre du village est mise en avant, ce qui permet une valorisation particulière par rapport à l’ensemble du secteur du Chemin des Dames, mais aussi la création d’une identité pour les populations grâce à la mise en valeur d’une histoire commune et singulière. En effet, expliquer l’histoire des ruines amène aussi à expliquer l’histoire politique de la commune, les choix urbanistiques, culturels et architecturaux. En expliquant pourquoi les ruines ont été conservées, que ce soit parce que le démembrement était trop coûteux ou pour préserver des souvenirs de la destruction due à la guerre, on explique l’identité de la commune et les choix sur lesquels elle s’est bâtie. Cela permet notamment aux populations de se (re)connaître une histoire commune, ce qui est la base d’un groupe social. Pour les touristes, une telle mise en valeur permet de mieux comprendre le territoire bouleversé et les choix qui ont été offerts aux populations de réfugiés lors de leur retour dans leur région d’origine à l’issue de la guerre. La destruction des treize départements envahis est difficile à appréhender, mais des territoires comme le Chemin des Dames donnent à voir et imaginer l’ampleur des dégâts et la difficulté du retour. Les ruines pourraient donc être la base d’une nouvelle identité territoriale, qui pourrait créer un lien fort avec les villes de la Reconstruction dans le cadre de nouveaux circuits touristiques et mémoriels. Les exemples de l’abbaye de Vauclair et de l’arboretum de l’ancien Craonne montrent qu’il existe une demande touristique mais aussi un attrait pour les traces du passé et leur compréhension de la part des populations locales. Cependant, la création de cette identité commune dans ce secteur rencontre quelques obstacles.

En effet, le Chemin des Dames est divisé par plusieurs découpages territoriaux. Il est partagé entre deux communautés de communes, une communauté d’agglomération et trois cantons. Le secteur comporte deux offices du tourisme, celui de Laon et celui de Soissons, bien que la Caverne du Dragon permette une gestion du secteur au plus proche des sites. Ce découpage territorial ne permet pas une homogénéité du secteur du Chemin des Dames, puisque les budgets sont différents selon les collectivités. De même, la division du secteur entre deux offices du tourisme ne facilite pas la mise en valeur de l’ensemble des sites sur les territoires du Soissonnais et du Laonnois. Cette difficulté empêche la création d’une identité forte sur l’ensemble du secteur. En effet, le découpage administratif crée une multitude de signalétiques sur le territoire. Ainsi, on constate des volontés d’unification au sein des communautés de communes par exemple, mais cela n’est pas maintenu sur l’ensemble des sites. De même, la gestion des espaces est partagée sans uniformité. Aux découpages territoriaux, il faut ajouter les acteurs comme l’Organisation National des Forêts (ONF) qui a remplacé les Eaux et Forêts. L’ONF gère certains sites comme l’arboretum du vieux Craonne et les zones rouges boisées. Les acteurs de la culture et du tourisme n’ont pas encore réussi à créer une méthode commune pour la signalisation des sites. Il peut donc être difficile d’appréhender le secteur en tant que touriste ou pèlerin mémoriel.

Le découpage territorial n’est pas la seule difficulté de mise en valeur que connaît le Chemin des Dames. Comme nous l’avons vu précédemment, la valorisation du terrain s’est faite en plusieurs temps. Cependant, les nouveautés ont majoritairement été ajoutées aux différents sites. Ainsi, sur certains lieux, on trouve des panneaux anciens datant parfois des années 1960, auxquels s’ajoutent ceux mis en place dans les années 1990 avec le regain d’intérêt et les panneaux du Centenaire installés de 2014 à 2018. Le touriste se trouve ainsi face à une accumulation d’informations dont certaines sont obsolètes ou répétitives. Ces éléments ajoutent des difficultés pour la valorisation des ruines dans ce secteur.

Dans les années 1920, les ruines du Chemin des Dames ont été préservées du fait de l’abandon des villages de la Zone Rouge. La vocation touristique et mémorielle a été alors mise en place par le simple maintien des noms par rattachement à d’autres communes et l’élévation de monuments commémoratifs. Les ruines n’étaient pas considérées comme porteuses de mémoire dans les après-guerre. Par contre, aujourd’hui, les ruines sont reconnues par les populations locales et mises en valeur par des signalétiques et des panneaux explicatifs. Elles sont créatrices d’une identité locale et porteuses de l’histoire du territoire. Pourtant, elles sont encore écartées des sites touristiques et mémoriels principaux alors que ces ruines encore présentes aujourd’hui, pourraient trouver une vraie place de témoin dans l’ensemble actuel du secteur du Chemin des Dames.

Mathilde Greuet, doctorante à l’Université de Lille.

Remerciements à Guy Marival pour la visite des sites organisée par ses soins en juin 2020 et le prêt d’ouvrages scientifiques.

Usages politiques et sociaux des ruines de guerre, 16e-20e siècles

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search