MISE EN PATRIMOINE

Coordinatrice de l’équipe Patrimoines  : Anne-Marie Grannet-Abisset, professeure d’histoire contemporaine, Université de Grenoble/LARHRA
Ses publications sur HAL

Mise en carte postale des ruines du village de Pillon, dans la Meuse, détruit lors de la Première Guerre mondiale.

Cette question concerne la patrimonialisation des ruines, largement motivée par le développement du tourisme de guerre (Heinich 2009). Les ruines de guerre, investies dans un premier temps de valeur mémorielle et politique, gagnent avec le temps une valeur surtout patrimoniale (Bullock Verpoest 2011). Les ruines sont alors les décors privilégiés de nouvelles pratiques sociales très variées: reconstitutions historique (Living history), spectacles son et lumière,tournage de film d’époque, pèlerinages, aménagements en des centres d’interprétation, etc. Ces réappropriations, inspirées parfois par une vision idéologique du passé comme au Puy-du-Fou (Boursier 2005), font des ruines des ressources économiques de première importance. Cette patrimonialisation peut donner naissance à des «paysages de guerre» de grande étendue (Oradour, Belchite) mais fragiles, à cause de l’usage touristique intensif. Elle peut également toucher toute sorte de vestiges de guerre qui n’étaient pas des ruines mais sont désormais envisagées comme telles (les blockhaus de la mer du Nord, les anciennes fortifications de Lille ou de Boulogne-sur-Mer converties en espaces verts). Ces usages évolutifs forment un continuum qui détermine la mutation de ces espaces et conditionne pour partie les actions de restauration ou de mise en valeur et les théories qui les sous-tendent (Détry 2000). Ces pratiques sociales influent sur l’approche et le traitement des ruines. Ainsi, à la séquence d’intervention traditionnelle préconisée par la Charte d’Athènes en 1931 puis celle de Venise en 1964 (relevé / diagnostic / préconisation / mise en œuvre de la restauration) succède pour les architectes du Service des monuments historiques, un traitement concomitant mobilisant de nouvelles méthodes (recherches en laboratoires sur les matériaux, chimie, biologie, réalité augmentée, reconstitutions 3D, scanner et laser) (Prunet 2000, Veschambre 2008). Sur ce point, le dialogue que le projet RUINES a noué avec l’École du Louvre (dont la directrice est partie prenante) est tout à fait fondamental. A contrario, l’absence de patrimonialisation cache un désir d’effacement ou d’oubli de la tragédie guerrière qui est un autre mode de résilience. Après les guerres de Religion, la destruction des ruines recouvre une damnatio memoriaequi est la clé des traités de pacification. La mise en patrimoine recouvre donc un large éventail de solutions pratiques (restauration, reconstitution, intégration des ruines à de nouveaux bâtiments, réintégrations des lacunes, etc.), tardivement normé, toujours ouvert et fluctuant selon les circonstances historiques et sociales (Crivello 2013, Goetschel 2018). Elle est aussi un processus politique et social qui mobilise de nombreux acteurs, souvent en conflit les uns contre les autres. La patrimonialisation contribue à forger de nouveaux territoires qu’ont analysé les géographes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search