10.23 :Les pèlerinages sur le front occidental de la Première Guerre mondiale : de la fin de la guerre aux pratiques contemporaines.

APPEL A CONTRIBUTION

 

19 et 20 octobre 2023, Caverne du Dragon Musée du Chemin des Dames / Château-Thierry (Aisne – France)

Organisation : Université de Lille, Conseil départemental de l’Aisne
Avec le soutien de la Région des Hauts-de-France, la ville de Château-Thierry, le VDK, l’ABMC, la CWGC, la DMCA.

Comité d’organisation : Stéphane Michonneau, Université de Lille, Franck Viltart, Département de l’Aisne, Heather Warfield, Antioch University (USA).
Comité scientifique : Philippe Nivet, Gilles Malandain, Anne Hertzog, Laurent Veyssière, Franck Viltart, Heather Warfield, Stéphane Michonneau.

La Première Guerre mondiale a duré quatre ans et s’est déroulée sur pas moins de onze théâtres d’opérations à travers le monde. Des millions de personnes y ont perdu la vie. Le long du front occidental, de la côte belge à la frontière franco-suisse, les soldats se sont battu le long d’un front étroit de 1914 à 1918. C’est finalement le front occidental qui a causé le plus de pertes humaines et où s’est décidée l’issue de la guerre. Pendant la guerre elle-même, au gré des gains territoriaux, les soldats sont retournés dans les cimetières provisoires où leurs camarades étaient tombés. Dès la fin de la guerre et durant les décennies qui ont suivi, des dizaines de milliers d’anciens combattants, de familles de défunts et de délégations officielles ont entrepris des pèlerinages sur les champs de bataille à la recherche de proches disparus dans un vaste mouvement d’hommage collectif ou individuel sans précédent dans l’histoire.
Pour les aider dans leur voyage, des guides de pèlerinage au front ont été publiés, nous donnant un aperçu des itinéraires, des objectifs et des prescriptions à l’égard de ses pèlerins du souvenir. Parmi les pèlerinages de grande envergure documentés dans des guides ou des témoignages connus, citons les célèbres Guides illustrés Michelin des champs de bataille, le pèlerinage d’Ypres de 1925 (voir The Immortal Salient : An Historical Record and Complete Guide for Pilgrims to Ypres), le pèlerinage de l’American Legion de 1927 (The American Legion Official Program and Guide Book), le pèlerinage de la Royal British Legion de 1928 (The Story of an Epic Pilgrimage : The Battlefields Pilgrimage) ou encore le pèlerinage de Vimy de 1936 (Guide Book of The Pilgrimage to Vimy and the Battlefields). En plus de ces pèlerinages organisés, les membres des familles se sont rendus sur les champs de bataille et dans les cimetières dans le cadre de leur processus de deuil et pour donner un sens à la mort de leurs proches. Parmi les exemples de ces pèlerinages, citons les pèlerinages des Mères de l’étoile d’or des États-Unis en 1930-1933. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux soldats vont également visiter les cimetières et les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Si le deuil fut un phénomène qui a marqué les sociétés de l’entre-deux-guerres, de nombreux descendants de vétérans de la Première Guerre mondiale continuent de rechercher aujourd’hui des informations sur leurs ancêtres et sur les conditions dans lesquels ils ont combattu, se distinguant du flux de touristes qui continuent de visiter les lieux de mémoire. Ainsi, les pèlerinages, dans leurs spécificités, se poursuivent vers des sites faisant l’objet d’aménagements renouvelés depuis les commémorations du centenaire, tels que les vestiges des champs de bataille, les ruines, les cimetières, les mémoriaux. Les nouveaux pèlerins (re)découvrent les paysages, l’histoire de ces sites et les multiples conséquences de la guerre, pour les territoires comme leurs habitants.  
Les pèlerinages contemporains sur le front occidental s’inscrivent aussi dans une tendance plus large de croissance des pèlerinages dans le monde entier. Au-delà de leur signification historique, les sites de pèlerinage sont réimaginés par des individus en quête de sens, d’un lien avec l’histoire et leur propre récit familial, d’une quête spirituelle ou même d’une amélioration de leur santé et de leur bien-être. Le développement des pèlerinages induit des pratiques touristiques qui impactent fortement le développement socio-économique et culturel des régions concernées. Les pèlerinages sont devenus très tôt une ressource de mise en valeur des territoires dont il faut comprendre les caractéristiques et mesurer les évolutions au cours du XXe et XXIe siècles. Traditionnellement du ressort des études religieuses et littéraires, la recherche sur les pèlerinages englobe désormais l’histoire, la sociologie, la géographie, l’anthropologie et la psychologie.
Sur la base de ses différentes approches, le colloque se propose d’aborder différents thèmes propres aux pèlerinages sur les traces de la Grande Guerre, de l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, sur le front occidental.

Propositions (2000 mots max) à envoyer AVANT LE 1er JUIN 2023 à :
Stephane.michonneau@univ-lille.fr et franckviltart@hotmail.com

20.03.2023 Le dessous des images : Les décombres et la survivante

Présenté par Sonia Devillers avec le commentaire historique de Stéphane Michonneau.

Voir le document

Le 14 janvier 2023, un missile russe percute un immeuble de la ville de Dnipro. Cette attaque, qui visait des habitations, a fait de nombreuses victimes civiles. On peine à croire ce qu’on voit : une jeune femme miraculée se distingue au milieu des ruines…

Signe de vie au milieu du chaos de la guerre, la jeune femme semble résumer le sort des civils ukrainiens. Dans le flot continu d’images de combats et de destructions, ce cliché a suscité une grande émotion. L’auteur de la photo, Arsen Dzodzaev, nous décrit le contexte dramatique de cette prise de vue. L’historien Stéphane Michonneau analyse la représentation des ruines et des survivants dans l’iconographie de la guerre. 

31.03 Les ruines de guerre de religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Par Antoine Coutelle, CRIHAM-Poitiers

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

 

Les destructions provoquées par les conflits religieux que connait le royaume de France au XVIe et au début du XVIIe siècles sont investies de sens pluriels. A la fois marqueurs de la victoire ou de la défaite d’un camp contre un autre, traces visibles regardées comme l’expression de la volonté de Dieu, conséquences de gestes iconoclastes ou d’actions violentes symboliques de la lutte contre l’hérésie, leurs significations varient. La persistance ou l’effacement des ruines traduisent la capacité d’une communauté à se reconstruire dans un contexte de guerre civile. Le recensement des indices matériels de ces destructions nécessite une réflexion sur les sources disponibles et permet ensuite d’envisager une typologie des ruines et de leurs usages. Ces usages entremêlent, au fil du temps, l’interprétation de la providence divine, l’instrumentalisation politique puis, par étapes, la patrimonialisation et la mise en mémoire des affrontements religieux.

* * *

24-28.05.2023 : DÌSTOMO, ÉTUDE D’UN MASSACRE ET DE SA MÉMOIRE

Dans le cadre du projet VILMA, après les visites d’Oradour, des villages du Vercors, de Marzabotto (Italie) et Lidice (Tchéquie), les chercheurs se retrouvent à Dìstomo, en Grèce.

Le 10 juin 1944, à quelques milliers de kilomètres du village d’Oradour-sur-Glane, se déroule un massacre perpétré, là aussi, par des unités SS de l’armée du Reich.

Mémorial du massacre de Distomo (wikicommons)

Les troupes de la division Edelweiss s’arrêtent à Dìstomo, un village de quelque huit cents habitants situé en Béotie, au nord-ouest d’Athènes. Accusant les populations de couvrir les attaques partisanes et d’avoir usé de tirs de mortiers, de mitrailleuses et de fusils contre les unités allemandes, les soldats de la Waffen-ss entreprennent des représailles envers les habitants du village, avec une violence inouïe : 218 hommes, femmes et enfants sont exécutés sur le champ.

Le commandant de l’opération, Fritz Lautenbach n’a jamais été arrêté et celui commandant l’assaut ,Hans Zampel, a été extradé vers la Grèce en 1953 mais il ne semble pas avoir été finalement jugé.

En 1997, quatre parents de victimes portent plainte et obtiennent de la justice grecque 28 millions que l’Allemagne est condamnée à verser. Mais le jugement n’a pas été exécuté, nécessitant l’accord du ministre de la Justice grecque. Depuis, les plaignants ont porté l’affaire devant les tribunaux allemands. Sans résultat, l’Allemagne plaidant son immunité internationale d’Etat. L’affaire s’enlise, malgré l’intervention de la justice italienne et la Cour internationale de justice de La Haye.

Un documentaire :

https://www.youtube.com/watch?v=EQ5d7_czyBc
Extrait de la liste des noms des victimes gravés sur le Mémorial de Distomo (Wikicommons)

En savoir plus

Voir l’article très complet de Nicholas Petropulos, Ph. D. Sociologist : “THE DISTOMO SLAUGHTER: MEMORY, POLITICS AND THE STRUGGLE FOR CLOSURE”, (A WORKING DOCUMENT)

K. Kralova, ” Breaking out of Silence: Victims of the 1944 Distomo Massacre in Greek-German Relations”, Südosteuropa Mitteilungen, 2021, 2/3, p. 81-92

Sites Web :

Mémories of the occupation in Greece
Stories about WWII. Enriching our knowledge about WWII