14.10.22 : Histoires, natures et usages des paysages et ruines de guerre dans l’espace septentrional

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

 

Les régions situées entre la Seine, le Rhin, la Meuse et la mer constituent sans conteste l’un des champs de batailles de l’Europe depuis le XVIe siècle. De la guerre de Quatre-vingt ans au Second Conflit mondial, les nombreuses campagnes militaires et batailles qui s’y sont déroulées ont provoqué destructions et modifications de paysages. Les divers moyens de défense (châteaux, places fortes, lignes fortifiées…) édifiés pour garantir l’intégrité de ces territoires étant souvent mis à mal, la conquête et la démolition de ces infrastructures constituent des trophées dont l’iconographie est relayée par la propagande. Après des périodes plus ou moins longues d’accommodement et d’immortalisation des dévastations de guerre à travers l’art, ces ruines sont régulièrement effacées grâce à la résilience des populations qui reconstruisent les villes et réaménagent les campagnes jusqu’à la prochaine invasion. Ainsi, certaines villes, comme Anvers, Maastricht, Lille ou Metz, et quelques champs de bataille, à l’exemple du chemin des Dames, connaissent plusieurs épisodes guerriers dont les traces se superposent, complexifiant la lecture des paysages et interrogeant le choix de l’oubli ou de la progressive conservation des ruines et des polémo-paysages.

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de l’Agence Nationale de la Recherche RUINES (les usages politiques et sociaux des ruines entre résilience, commémoration et patrimoine) coordonné par Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). Ce programme se développe en trois thématiques :

  1. La question du vécu quotidien des ruines étudiant les formes de résilience des sociétés meurtries et les usages multiples dont les vestiges font l’objet entre appropriation personnelle et matérialisation d’un traumatisme collectif ;
  2. La question des usages politiques et de la reconstruction, interrogeant l’élaboration des discours et la transformation des ruines en monuments commémoratifs et en mémoriaux, visant à transmettre le souvenir des dévastations aux générations suivantes ou au contraire à le dissimuler voire l’effacer ;
  3. La patrimonialisation des ruines constitue une nouvelle pratique sociale, largement motivée par le développement du tourisme de mémoire. Reconstitutions historique (Living history), spectacles son et lumière, tournage de film d’époque et pèlerinages font de ces vestiges des ressources économiques de première importance dont la mise en scène nécessite un regard critique.

Ainsi, cette première journée d’études sur l’histoire, les natures et les usages des paysages et ruines de guerre de l’espace septentrional s’inscrit dans un cycle de réflexion tandis que la deuxième, qui se déroulera à Ypres, s’intéressera à la conservation, la gestion et la valorisation des traces de guerres et la troisième, en Lorraine, portera sur leur invisibilisation.

Lors de ce premier événement, les chercheurs en sciences humaines et les professionnels du tourisme seront amenés à s’interroger sur l’évolution de l’usage des ruines et des paysages de guerre de ces territoires longtemps disputés et régulièrement traversés par les armées depuis le XVIe siècle. Outre des approches locales et thématiques permettant la compréhension de l’originalité de certains vestiges et de leur inscription dans les paysages, les intervenants sont incités à des réflexions comparatives de ces matérialisations du phénomène guerrier, tant chronologiques que géographiques avec une vision transfrontalière.

Trois axes seront développés durant cette première journée :

Axe 1. La création du paysage et de la ruine de guerre. Si les batailles, les bombardements, les exactions et les sabotages provoquent des destructions, certains espaces et bâtiments sont choisis pour être conservés en l’état à l’issue des conflits. Il importe donc de s’interroger sur les critères de ces fossilisations à plusieurs échelles. Si les dégâts matériels sont un critère évident, comme le champ de bataille de Verdun pour la Première Guerre mondiale, dans quelles mesures d’autres éléments comme l’impact historique, les tragédies humaines ou les enjeux politiques et économiques sont-ils décisifs ?

Axe 2. La temporalité du paysage et de la ruine de guerre. Faut-il attendre la fin de la bataille ou de la guerre pour que se développe une reconnaissance du site ou des édifices détruits ? Durant la Première Guerre mondiale, les cas de la cathédrale de Reims et des villages morts pour la France permettent de mettre en évidence les chronologies différentes de la reconnaissance de ces destructions. Par ailleurs, il importe de s’interroger sur la durée de la fossilisation des lieux en fonction du but de leur conservation.

Axe 3. Les débats liés à la reconstruction dans les zones dévastées par les guerres. Rebâtir, réutiliser et se réapproprier des terrains comporte des risques immédiats puis à plus long terme mais soulève également la question des conflits d’usage. La reconstruction sur les ruines est-elle systématiquement une reconstitution imposant la destruction matérielle et mémorielle de la ruine ? Par ailleurs, relever sur les champs de bataille ne provoque-t-il pas une perte de sens du paysage et donc de sa mémoire ?

Comité d’organisation

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctorantes IRHiS, ULille

Philippe Diest, Enseignant-chercheur Histoire contemporaine, Institut Catholique de Lille, affilié IRHIS

History, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area. “

Areas located inbetween the Seine, the Rhin, the Meuse and the North sea have undoubtly been one of the main battlefields in Europe since the XVIth century. From the Eighty Years’ War to World War II, the many military campaigns and battles that took place there resulted in destruction and landscape modification. The various means of defense (castles, strongholds, fortified lines, etc.) built to guarantee the integrity of these territories being often undermined, the conquest and demolition of these infrastructures constitute trophies whose iconography is relayed by the propaganda. After varyious periods of accommodation and immortalisation of the war’s devastation through art, these ruins are regularly erased thanks to the resilience of the populations who rebuild the cities and redevelop the countryside until the next invasion. Thus, some cities, such as Antwerp, Maastricht, Lille or Metz, and some battlefields, such as the Chemin des Dames, have experienced several warlike episodes whose traces overlap, making it more difficult to read the landscapes and questioning the choice of oblivion or the progressive ruins’ conservation and landscapes modeled by acts of war.

This Study Day is part of the program of the Agence Nationale de la Recherche RUINES (the political and social uses of ruins amoung resilience, commemoration and heritage) coordinated by Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). This program is developed around three themes:

  1. The question of the daily experience of ruins, studied thanks to the forms of battered societies’ resilience and the multiple uses of which the buildings’ remains are the subject of personal appropriation and the materialization of a collective trauma;
  2. The question of political uses and reconstruction, questioning the conception of speeches and the transformation of ruins into commemorative monuments and memorials, aimed at transmitting the memory of the devastations to subsequent generations or, on the contrary, to conceal it or even erase it;
  3. The patrimonialization of the ruins constitutes a new social practice, largely motivated by the tourism of memory’s development. Living history, Sound and Light shows, shooting of period films and pilgrimages make these remains of major economic resources, the staging of which requires a critical look.

Thus, the Study Day on the history, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area is part of a cycle of reflection. A second day, which will take place in Ypres, will focus on the conservation, management and enhancement of traces of war. A third day in Lorraine will focus on their invisibilisation.

During this first event, researchers in the human sciences and tourism professionals will be asked to wonder about the evolution of the use of ruins and war landscapes of these territories long disputed and regularly crossed by the armies since the Sixteenth century. In addition to local and thematic approaches allowing the understanding of certain vestiges’ originality and their inscription in the landscapes, the speakers are encouraged to comparative reflections of these materializations of the warrior phenomenon, both chronological and geographical with a cross-border vision.

Three axes will be developed during this day:

Axe 1. The creation of the landscape and the ruin of war. While battles, bombardments, abuses and sabotage cause destruction, certain spaces and buildings are chosen to be preserved as they are after the conflicts. It is therefore important to question the criteria for these fossilizations on several scales. If material damages are an obvious criterion, like the Verdun battlefield for World War I, to what extent are other elements such as historical impact, human tragedies or political and economic issues decisive?

Axe 2. The temporality of the landscape and the ruin of war. Should we wait until the end of the battle or the war for recognition of the site or the destroyed buildings to develop? During World War I, the cases of the cathedral of Reims and of the villages which died for France make it possible to highlight the different chronologies of the recognition of this destruction. In addition, it is important to question the duration of the fossilization of places depending on the purpose of their conservation.

Axe 3. The debates related to reconstruction in areas devastated by war. Rebuilding, reusing and reclaiming land involves immediate and then longer-term risks, but also raises the issue of conflicts of use. Is reconstruction on the ruins systematically a reconstruction requiring the material and memorial destruction of the ruin? Moreover, does not picking up on the battlefields cause a loss of sense of the landscape and therefore of one’s memory?

Organizing Committee

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctoral students IRHiS, ULille

Philippe Diest, Lecturer in Contempory History, Institut Catholique de Lille

 

 

ORADOUR : Quelles sources pour étudier le village martyr ?

 

Un second volet de la journée d’échanges à Oradour-sur-Glane s’est proposé de s’arrêter sur les fonds d’archives disponibles pour étudier l’histoire du village.

 

Michel Sarter vient de prendre ses fonctions de directeur, en septembre 2021, aux archives de la Haute Vienne à Limoges

Il souligne que les fonds disponibles sont particulièrement riches et ont été pour la plupart consultés par de nombreux chercheurs depuis leurs créations.
Fonds contemporain, les archives sont classées par ordre de versement des administrations dans la série W. Ils ne répondent donc pas à un classement raisonné.

Les archives départementales de Haute-Vienne

Un ensemble d’archives a été produit durant l’Occupation et dans l’immédiat après-guerre. Ils peuvent servir  à l’étude du massacre tels les fonds 33W38 sur la recherche des crimes de guerre, les rapports des préfets (185W) sur la période de l’Occupation tout  comme l’instruction policière et judiciaire suite au crime (993W et 1517W4).  Le contexte de l’Occupation peut être appréhendé avec d’autres sources telles celles du préfet régional (185W), les correspondances entre préfets et sous-préfets (986W141) puis à la Libération, celles du commissaire de la République (186W). A noter aussi des fonds liés à l’existence de réfugiés en Haute-Vienne. Ils étaient nombreux à Oradour, ceux concernant les réfugiés du Bas-Rhin sont classés en 1R229.
De même la reconstruction d’un nouveau village et l’instruction des dommages de guerre ont généré de nombreuses archives qui peuvent être consultées sous les cotes 900W pour la construction d’un nouveau village, 993W en ce qui concerne les dommages de guerre .

Michel Sater apporte aussi un point de vue critique sur les richesses de son institution. S’il souligne la fiabilité, la neutralité et le plus souvent l’objectivité des sources administratives, de fait, elles ne peuvent à elles seules raconter l’histoire d’Oradour. Il est nécessaire de compléter par des sources privées, des témoignages de survivants, de membres de l’association, etc. Et de ce point de vue, les fonds privés s’avèrent assez rares aux Archives départementales, recueillis au gré des dons ou dépôts, mais de façon plus marginale.
 Par ailleurs, le fonctionnement général de versement des fonds par ordre d’arrivée dans le service ne permet pas toujours d’avoir une vision claire des fonds existants sur l’histoire d’Oradour.

Des fonds restent encore fermés à la consultation et pas des moindres pour la connaissance historique.

La mairie d’Oradour-sur-Glanne

Faute de classement et d’espace dédié à Oradour, elles s’avèrent difficiles d’accès pour les chercheurs. Et à ce jour, aucune procédure de versement aux Archives départementales n’est envisagée.
De même, l’association des Familles qui a entrepris un important travail visant à rassembler les fonds de chaque président de l’association reste à ce jour inaccessible aux chercheurs.

La seconde intervention de l’après-midi complète fort à propos celle des Archives départementales. En effet, Sandra Gibouin, documentaliste du Centre de la Mémoire d’Oradour depuis 2001, présente les fonds créés de toute pièce lors de la création du Centre, inauguré en 1999.

Le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane

Le centre de documentation a été intégré au projet du centre dès les origines de sa conception à la fin des années 1980, notamment après le décès en 1988 de Marguerite Rouffanche, seule rescapée de l’église. A l’époque, c’est Jean-Jacques Fouché, chargé de mission de 1994 à 1999 et premier directeur du CMO qui  a élaboré le premier fonds de base du centre, autour de l’histoire de la guerre, des autres villes « martyres » dans le monde, et surtout bien sûr de l’histoire et de la mémoire d’Oradour. L’ existence de ce centre de documentation témoigne de la volonté des créateurs du CMO, le Conseil général de la Haute Vienne d’en faire un lieu de conservation également dédié au travail de recherche, enrichissant la fonction de centre d’interprétation du CMO.  Parmi les chercheurs qui ont récemment travaillé au CMO, on peut citer le britannique Robert Pike, auteur de Silent Village. Life and death in occupied France, History Press, 2021 (voir https://www.robertpike.co.uk/)

La collection est constituée de fonds photographiques et iconographiques (1 500 photos papier), de témoignages réunis dans une base de données, d’articles de presse nationale et internationale, de la documentation relative au CMO et bien-entendu, à l’histoire du village martyr et du nouveau bourg (3500 ouvrages et 800 périodiques). 
A la différence des archives départementales, l’une des grandes richesses de ce fonds est l’existence d’archives familiales données par certains habitants, ce qui montre que le CMO s’est imposé localement comme un lieu-ressource. Ces fonds sont classés sous forme de dossiers documentaires.
Le centre de documentation reçoit régulièrement chercheurs et étudiants français et étrangers, dont des volontaires du service civique allemands et autrichiens qui aident au classement de la documentation. Les grands chantiers du centre sont aujourd’hui la numérisation des fonds et l’enrichissement du catalogue.

Enfin, la journée se termine par le souhait commun des Archives départementales et du CMO de renforcer leurs collaborations à travers plusieurs projets.
Le premier serait d’obtenir le soutien des professionnels des archives pour contribuer à la formation aux techniques archivistiques des personnels du CMO.
 Un second projet pourrait être autour de  la création d’un répertoire des sources disponibles sur l’histoire et la mémoire d’Oradour.

Il est aussi envisagé de présenter au public un livre précieux conservé aux Archives départementales.

Page de titre du livre d’or conservé aux Archives départementales de Haute-Vienne.


 En 1949, en pleine Guerre froide, l’Union des intellectuels pour la Paix, d’obédience communiste, vient en pélerinage à Oradour, le 12 juin1 se déroule sous l’égide de Frédéric Joliot-Curie une cérémonie « nationale d’hommage aux victimes et d’espoir pour les vivants, d’appel à la paix mondiale et de dénonciation de l’hégémonisme américaine ».  C’est à cette occasion que Louis Aragon remet à la municipalité un  livre d’or  constitué de textes et d’œuvres d’artistes parmi lesquels des noms prestigieux : Pablo Picasso, Fernand Léger, Boris Taslitzki, Paul Colin, etc. Propriété de la municipalité, il est conservé dans le coffre-fort des Archives départementales sans qu’un contrat de dépôt n’ait été clairement établi… Avant les années 1990. Il est dorénavant envisagé d’exposer au sein du CMO le précieux document afin qu’il puisse être vu du public. Une réflexion quant aux modalités d’exposition et de conservation est en cours.

  1. Voir à ce sujet l’article de Pascal Plas : Oradour au carrefour de la guerre froide, Le pèlerinage pour la Paix de l’Union des intellectuels, essai d’instrumentalisation d’un lieu de mémoire in Sylvie Le Clech, Michel Hastings. La France en guerre froide. Nouvelles questions, Editions Universitaires de Dijon, p. 137-144, 2015, 978-2-36441-109-8. Disponible sur : https://shs.hal.science/halshs-02457432  []

Le projet VILMA (villes et villages martyrs) : les axes de recherche

Partant d’un travail déjà engagé sur le site d’Oradour-sur-Glane dans le cadre de l’ANR RUINES, nous proposons de l’élargir à une recherche multisituée, pluridisciplinaire et comparative sur les « villages martyrs » d’Europe (situés principalement en France, Italie, Grèce, République tchèque). Le projet vise à favoriser l’émergence d’un réseau de chercheurs européens, notamment historiens, géographes et muséologues, et de partenaires institutionnels et associatifs impliqués dans la réflexion mais aussi dans l’action sur ce patrimoine hérité de la Seconde Guerre mondiale et objet de valorisations touristiques, dont la mise en œuvre pose de nombreuses questions. La conservation de ces lieux-symboles du traumatisme guerrier ne va en effet pas de soi (aussi bien au plan culturel qu’au plan matériel ou environnemental), pas plus que la transmission aux générations nées bien après 1945. L’enjeu de la recherche est à la fois de préciser les conditions et les modalités d’émergence d’une catégorie – voire d’un statut – de « village martyr », et ses trajectoires historiques et géographiques ; sa réception et ses usages par les habitants de ces lieux ; il s’agit aussi de croiser les expériences et les projets novateurs dans la mise en valeur de ce patrimoine.

Le projet s’articule autour de cinq axes :

1. Histoire d’une catégorie

Il s’agit de s’interroger sur l’apparition – à la fin du XIXe siècle – et sur l’évolution de l’expression “villes/villages martyr-es” pour désigner des lieux érigés en symbole d’un traumatisme guerrier. On s’attachera à identifier les auteurs et le contexte d’utilisation de l’expression. On dessinera le périmètre d’usage de l’expression, qui excède peut-être un contexte guerrier. On montrera les évolutions de ces usages et la transposition de l’expression dans différentes langues.

Publié en 1945, dans la collection Témoignages des éditions Bière de Bordeaux.

2. Construire et reconstruire lE village martyr

Comment un lieu est-il érigé en symbole d’un traumatisme guerrier ? La pétrification d’un paysage urbain ou villageois (on laissera de côté les grandes villes) autour d’une signification univoque tout entier orientée par une destruction violente suppose un processus dynamique qu’il s’agit d’éclairer : des écrits, des œuvres artistiques ou cinématographiques concourent à cette forme de reconstruction culturelle, mais aussi des pratiques rituelles et commémoratives qui transforment les victimes en martyrs.

Oradour-sur-Glane, février 2022. © Mathilde Greuet.

Ce processus culturel et politique peut échouer, ce qui signifie que le lieu de guerre n’accède pas à cette forme de reconnaissance, ou bien il y accède tardivement. On s’attachera à comprendre en quoi ce processus vise à définir l’identité des bourreaux ou victimes, posant in fine le problème de la responsabilité, voire de la culpabilité.

3. Diversité et vulnérabilités patrimoniales

Site de l’ancien village de Lidice en République tchèque. 2009. © Peter Stehlik

En Europe, où ils sont nombreux, les villages martyrs constituent un patrimoine matériel d’une grande diversité, inégalement protégé et vulnérable dans un contexte environnemental et politique changeant. A Oradour-sur-Glane (France), la fragilité des ruines du village martyr (monument historique depuis 1946) pose de véritables défis de conservation qui s’inscrivent dans des enjeux techniques et politiques, indissociables d’une réflexion sur la place de ce patrimoine dans les sociétés contemporaines. Ailleurs, traces et ruines sont moins visibles dans le paysage, en raison des choix de reconstruction (Vassieux-en-Vercors ; Distomo, Grèce), de la monumentalisation de sites devenus inhabités (Lidice, République Tchèque) ou encore de leur « revégétalisation » (Montesole, Italie) conduisant à la création d’espaces protégés tant pour leur biodiversité que pour leur valeur historique. Quelle diversité des processus de patrimonialisation, de mémorialisation et d’aménagement selon les contextes nationaux, régionaux ou locaux ? En quoi la géohistoire contrastée de la patrimonialisation des villages martyrs révèle-t-elle bien des clivages politiques, disparités économiques et inégalités sociales qui caractérisent l’espace européen ?

4. Habiter un village martyr

La Chapelle-en-Vercors, La cour des fusillés, juin 2022. © Mathilde Greuet.

La désignation d’un lieu en village martyr est potentiellement problématique pour les habitants qui continuent à avoir des perceptions différentes du lieu. Mais elle est aussi porteuse d’opportunités, en termes de mise en valeur ou de mise en tourisme du lieu. Ces opportunités ne sont pas toujours conciliables (mise en mémoire vs mise en tourisme) : quels choix sont-ils opérés ? Selon quelle temporalité ? La transformation en ville/village martyr-e implique finalement une recomposition des identités communautaires autour de la figure victimaire qui peut aller jusqu’à la personnification collective. La mise en mémoire du lieu prolonge-t-elle le traumatisme ou contribue-t-elle à en résoudre les tensions par des formes de réconciliation ? Comment « habite »-t-on touristiquement un tel lieu ?

5. Circulations

La désignation d’un lieu en ville ou village martyr-e est un label, une ressource symbolique, économique ou politique. Cela induit des hiérarchies, voire des concurrences entre les lieux de guerre. Existe-t-il des modèles de village martyr plus prégnants que d’autres ? Quelles sont les formes de circulation des discours, des acteurs, des objets et des pratiques entre villes et villages martyrs en Europe, et dans le monde ? Les localités « martyres » s’associent-elles, forment-elles un réseau cohérent ? Ces circulations sont-elles limitées aux aires culturelles et religieuses faisant place au martyrologe (chrétienne, islamique, etc.) ou s’étendent-elles au-delà ?

Mémorial dédié aux victimes du massacre de Distomo© , A. Hertzog, 2021.

Une approche interdisciplinaire

Le projet convoque de plusieurs disciplines et s’inscrit à la croisée de plusieurs champs de recherche : histoire des guerres et conflits des XIXe et XXe siècles, histoire des occupations, des politiques de terreur et d’extermination ; mémoire des conflits et des violences ; traumatisme et résilience ; histoire des reconstructions ; histoire des politiques de mémoire.

Le projet associe la démarche historique – généralement bien menée déjà à l’échelle de chacun des principaux cas étudiés – et des approches relevant des sciences sociales du monde contemporain (géographie, sociologie, anthropologie) ou encore des sciences du patrimoine bâti ou environnemental (car il y a évidemment une écologie du village martyr à considérer), ou de la muséologie (principes d’exposition, pratiques de visite et de guidage). L’enjeu est notamment de renouveler et d’élargir le regard sur la question de la « résilience » et de la reconstruction, matérielle mais aussi sociale, des villages martyrs, d’interroger la cohabitation entre les populations demeurées sur place (souvent à courte distance du village détruit) et le site monumentalisé en lieu de mémoire et de visite. Ces lieux sont en effet objets d’appropriation à plusieurs échelles, y compris celle des habitants, victimes du massacre ou leurs descendants, ils sont d’une part des lieux fantômes, désertés (mais aussi visités), où se conserve une mémoire matérielle de la destruction, mais aussi des lieux où se reconstruit une communauté sociale, une urbanité, et cette dualité fait leur spécificité.

Une approche multisituée et comparée

Dans un bref article de synthèse publié dans l’encyclopédie en ligne « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », Alexandra Goujon, politiste qui a elle-même travaillé sur des exemples biélorusses, conclut ainsi : « En Europe, la mémoire des villages brûlés pendant la Seconde Guerre mondiale est très contrastée d’un pays à un autre, d’une région à une autre, en raison de leur traitement historiographique et des choix politiques opérés après la guerre. […] Ces disparités ne favorisent pas une mémoire commune des villages brûlés en Europe sans parler d’un travail historique pan-européen qui fait défaut. »

Le projet engage ce travail pan-européen à partir d’une réflexion croisée et d’une approche comparée des villages martyrs dans différents pays.

Le projet a reçu le soutien de la MSH Paris-Saclay et de l’ANR Ruines.


Villes et villages martyrs : les études in situ

Le village d’Oradour, été 2015. Photographie Ouest-France, S. Brommel

Les séminaires sur les terrains : penser le village martyr in situ 

Plusieurs séminaires in situ sont organisés entre février 2022 et février 2023 dans les différents pays selon une organisation partagée. Cette approche de terrain, permet de saisir la diversité des enjeux contemporains des processus de patrimonialisation des villages martyrs, de cerner les besoins des acteurs de terrain et d’imaginer les moyens de dissémination et de diffusion des résultats de la recherche les plus pertinents.

Ce séminaire multisitué a plusieurs objectifs :


1/ Permettre la rencontre et le travail collaboratif des chercheurs du consortium ; renforcer les coopérations scientifiques et intersectorielles ; provoquer de nouvelles rencontres et opportunités de collaborations ; élargir le réseau des chercheurs.

2/ Confronter et interroger les méthodes de recherches en ouvrant le champ des possibles et en privilégiant l’approche sensible (études paysagères, observations, parcours muséographiques, photographie, entretiens collectifs…). Questionner ce que signifie débattre in situ ; questionner ce qui change lorsque les échanges scientifiques se déploient hors l’université ; interroger les effets du terrain sur les échanges.

3/ Permettre des interactions et des échanges entre chercheurs acteurs locaux, acteurs « outsiders » et « insiders », et la confrontation de point de vue sur différents sur les cas d’étude : acteurs culturels, gestionnaires de lieux de mémoire, associations, entrepreneurs… afin de mieux définir les objectifs de la recherche et les méthodologies de travail sur le terrain, ainsi que les spécificités liées à chaque cas.

4/ Permettre aux chercheurs de soumettre leurs propositions à discussion en vue de rédiger une réponse inclusive à un appel à projet européen. Permettre aux chercheurs de mettre leurs théories à l’épreuve de terrains différents et de se confronter à d’autres voix/parole ; élaborer un langage commun, à la croisée des disciplines, des historiographies et des cultures mémorielles nationales.

Ces séminaires peuvent donc être vus comme autant d’étapes dans un processus de recherche collaboratif ; ils contribuent à la construction d’une « communauté » de recherche et d’action transnationale et pluridisciplinaire dans l’étude et la compréhension des villages martyrs.


LES ORGANISATEURS-TRICES ET CONTRIBUTEURS-TRICES

AUDEVAL Aurélie, professeure junior d’histoire contemporaine, UMR IRHIS (Lille) , coordinatrice du carnet de recherche ANR RUINES

DOGLIANI Patrizia, professeure d’histoire contemporaine, Université de Bologne ; coordinatrice séminaire MARZABOTTO, Italie, 30 sept-2 oct 2022.

GRANET Anne-Marie, professeure d’histoire contemporaine, UMR LAHRHA (Grenoble) ; coordinatrice séminaire VASSIEUX VERCORS 16-18 juin 2022.

HERTZOG Anne, MCF Géographie, PLACES (CY Université, Cergy), coordinatrice des séminaires DISTOMO et LIDICE et porteuse du projet.

MALANDAIN Gilles, professeur d’histoire contemporaine, CHCSC (Versailles-Saint-Quentin), coordinateur des séminaires et porteur du projet.

MICHONNEAU Stéphane, professeur d’histoire contemporaine, UMR IRHIS (Lille) ; coordinateur ANR RUINES.

PAPAIOANNOU Georgios, Associate professor in Archeology and Museum Studies, Université ionienne (Corfou) ; coordinateur séminaire DISTOMO, Grèce, 2023.

PASSERA Françoise, ingénieure d’étude, HisTeMé, Université Caen Normandie, coordinatrice du carnet de recherche ANR RUINES.

ROBERT Babeth, directrice du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane (CMO) ; coordinatrice séminaire ORADOUR SUR GLANE, 12-13 février 2022.

LE CALENDRIER

Février 2022 : Oradour-sur-Glane
Juin 2022 : les villages du Vercors
Septembre 2022 : Marzabotto
Janvier-février 2023 : Distomo
Avril-mai 2023 : Lidice



30.09-2.10. 2022 : MARZABOTTO

A l’occasion des commémorations du 77e anniversaire du massacre de Marzabotto, le collectif VILMA se rend sur les lieux. Un programme organisé par Patrizia Dogliani réunit des élus d’Oradour-sur-Glane et de Marzabotto se déroule sur trois jours. Il donnera lieu à quelques billets après notre retour.

lécharger l’affiche

Giornate internazionali di Montesole 2022
Journées internationales de Montesole 2022

Venerdì, 30 settembre 2022/ Vendredi 30 septembre

ore 15 – 16 : arrivo dei partecipanti a Marzabotto
15-16 h : arrivée des participants à Marzabotto

ore 15 – 18 : visita ai luoghi dell’eccidio e incontro con i soggetti di Monte Sole e le autorità comunali presso la Fondazione Scuola di Pace.
15-18h : Visite des lieux du massacre et rencontre avec les autorités municipales de Monte Sole à l’Ecole de la Paix.


Sabato, 1 ottobre 2022/Samedi 1er octobre

ore 9.00 – 10.0 presentazione alla cittadinanza e agli ospiti stranieri dell’Arc

ore 9.00 – 10.00    CASA DELLA MEMORIA DI MARZABOTTO. Presentazione alla cittadinanza e agli ospiti stranieri dell’Archivio del Comitato – Centro di documentazione a cura del Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto. 9h-10h : Présentation de la Maison de la Mémoire de Marzabotto du centre de documentation par le Comité régional pour les hommeurs aux morts de Marzabotto..

ore 10.00 – 13.00. BIBLIOTECA COMUNALE DI MARZABOTTO
Workshop internazionale Monte Sole-Oradour-sur-Glane : esperienze a confronto. / Atelier international : Monte Sole et Oradour-sur-Glane : expériences comparées.

Coordina / Coordinateur : Carlo de Maria (Université de Bologne)

Patrizia Dogliani (Università di Bologna).” Introduzione ai lavori: stabilire un confronto tra luoghi e memorie degli eccidi della Seconda Guerra mondiale in Italia e in Francia”. Patrizia Dogliani (Université de Bologne) “Introduction. Etablir une comparaison entre les lieux et les mémoires des massacres de la Seconde Guerre mondiale en Italie et en France .”

Babette Robert (Direttrice Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane), La creazione e le attività del Centro museale e di documentazione d’Oradour. Babette Robert (directrice du centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane. La création et les activités du Musée et du centre de documentation d’Oradour.

Stéphane Michonneau (Università di Lille) – Presentazione del programma di ricerca francese ed internazionale RUINES, 2020-2024. Stéphane Michonneau (Université de Lille) – Présentation du programme de recherche français et international RUINES, 2020-2024.

Anne Hertzog (Università di Cergy-Pontoise) – Turismo e memoria nella elaborazione del patrimonio culturale di un villaggio-martire.
Anne Hertzog (Université de Cergy-Pontoise) – Tourisme et mémoire dans l’élaboration du patrimoine culturel d’un village-martyr

Carlo Arrighi (Università di Bologna) – Monte Sole–Oradour-sur-Glane, uno sguardo comparato: primi passi di una ricerca.
Carlo Arrighi (Université de Bologne) – Monte Sole – Oradour-sur-Glane, un regard comparatif : premiers pas d’une recherche

Federico Chiaricati (Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), “Metterei «La comunità di Monte Sole nella transizione tra guerra e dopoguerra. L’impatto socioeconomico della strage, della guerra e dell’occupazione».
Federico Chiaricati du Comité régional d’honneur aux morts de Marzabotto. “La communauté de Marzabotto dans la transition entre guerre et après-guerre, l’Ompact socio-économique du massacre, de la guerre et de l’Occupation”.

Eloisa Betti (Università di Bologna – Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), “La costruzione di un luogo della memoria: Monte Sole dall’abbandono a simbolo internazionale di pace”.
Eloisa Betti (Université de Bologne, comité régional pour les honneurs aux morts de Marzabotto. “La construction d’un lieu de mémoire : Monte Sole, de l’abandon à un symbole international de paix”.

Massimo Rossi (Ente Parchi Emilia Orientale), Il ruolo del Parco Storico di Monte Sole per la preservazione dei luoghi.
Massimo Rossi (Emilia Orientale Park Authority), Le rôle du parc historique de Monte Sole pour la préservation des lieux.

Elena Monicelli (Scuola di Pace di Monte Sole), Educazione alla pace : l’azione della Scuola di Pace di Monte Sole.
Elena Monicelli, Ecole de la Paix de Monte Sole, “L’éducation à la paix : l’action de l’école de la Paix de Montesole”.

Tito Menzani (Coordinatore Didattica, Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), L’attività didattica con le scuole di Monte Sole. Tito Menzani, coordinateur pédagogique du Comité régional pour les honneurs aux morts de Marzabotto. Les activités pédagogiques avec les écoles.

ore 14.30 – 16.30 : BIBLIOTECA COMUNALE DI MARZABOTTO.
Tavola rotonda con i luoghi della memoria italiani.
Table ronde sur les lieux de mémoire italiens

Coordina / Coordinatrice : Andrea Marchi (Comité Régional d’Honneur aux Morts de Marzabotto).
Con la partecipazione di amministratori e rappresenti dei luoghi della memoria italiani (Montesole, Sant’Anna di Stazzema, Casa Cervi, Risiera di San Sabba, Fossoli) e delle associazioni familiari.
Avec la participation d’administrateurs et de représentants de lieux de mémoire italiens : Montesole, Sant’Anna di Stazzema, Casa Cervi, Risiera di San Sabba, Fossoli et d’associations familiales.

ore 18- 19. Proposte per progettualità europee condivise

Coordina: Patrizia Dogliani (Università di Bologna)/ Coordination : Patrizia Dogliani (Université de Bologne.

Partecipano: Aurelie Audeval (Université de Lille), Françoise Passera (Université de Caen), François Rouquet (Université de Caen), Gilles Malandain (Université de Versailles), Jerome Grévy (Université de Poitiers), Anna-Marie Granet (Université de Grenoble), Pierre Louis Fillet (direttore del Museo di Vassieux,  Vercors), Benoit Sadry (Presidente  dei familiari delle vittime di Oradour-sur-Glane).


Domenica, 2 ottobre 2022/ Dimanche 2 octobre

ore 9 – 12 partecipazione degli invitati stranieri ed italiani alle iniziative di commemorazione dell’eccidio .
9h-12h00 : Participation des invités à la commémoration du massacre.