L’URBEX : VOIR, SENTIR ET ENTENDRE LES RUINES

Intérêts et enjeux de l’Urbex pour les sciences humaines

Si elles sont généralement associées à l’abandon et à l’oubli, les ruines n’en demeurent pas moins loquaces. Ces dernières suscitent des attitudes et des réactions multiples allant de leur fonction de mémoire et de recueillement, jusqu’à l’attraction et la fascination. Les ruines sont en effet susceptibles d’attirer des visiteurs et d’abriter divers usages tels que la création artistique (street art), la sociabilité (lieu de rencontre, squats, rave party), récupération de matériaux, jeux d’équipe (à l’instar de l’airsoft) pour lesquels les ruines constituent un terrain stratégique. Ces usages en font des lieux vivants et riches d’informations qui, tout en rompant avec l’idée de délaissement, permettent de faire parler les ruines. À la tête de ces pratiques, l’urbex constitue à la fois une démarche, un outil et une source pour l’historien qui désire renforcer la connaissance au sujet des ruines.



Qu’est-ce que l’Urbex [1]?

            Le terme « urbex » est la contraction d’urban exploration[2]. Il est diffusé au début des années 2000 par le graphiste et artiste canadien Jeff Chapman (1973-2005), également connu dans le monde de l’édition sous le pseudonyme de Ninjalicious. C’est une pratique qui consiste à se rendre dans des lieux abandonnés initialement construits par l’homme, afin de visiter et de déambuler dans ces derniers. Il s’agit de sites marginalisés, dans des états de délabrement léger ou avancé, dont l’accès est le plus souvent interdit. Visiter et entrer dans ces lieux relève de l’exploration et de la transgression, dans le sens où cela nécessite le plus souvent de franchir des portes et fenêtres scellées, de passer par-dessus – ou par-dessous – des murs afin d’évoluer dans des structures qui n’ont pas vocation à être visitées, voire simplement pénétrées. Les lieux recherchés sont divers, qu’ils soient publics ou privés : hôpitaux, églises, manoirs, châteaux, silos, colonies de vacances, parc d’attraction, sanatoriums, collèges, garages, tunnels, usines, laboratoires, écoles, salles de spectacle, bunkers, forts, casernes, prisons…

Si le terme urbex et l’usage qui lui est associé sont popularisés dans les années 2000, la pratique est plus ancienne. Ceux qui s’adonnent à l’urbex ont des intentions variées. Pour certains, il s’agit d’une approche esthétique et sensorielle accompagnée par la prise de photographies ou la réalisation de vidéographies. L’historien français Nicolas Offenstadt précise que l’urbex peut également revêtir une fonction politique. Il se réfère aux travaux de géographes anglo-saxons tels que Tim Edensor ou Bradley Garrett pour qui l’urbex constitue une saisie libertaire et anti-autoritaire de l’espace, exprimée par le fait de déjouer les systèmes de protection et/ou de vidéosurveillance. Pénétrer dans les enceintes désaffectées, abandonnées ou en ruines constitue ainsi une logique de transgression qui participe d’une recherche de liberté.

La pratique de l’urbex peut également comporter une dimension de « faire mémoire ». Dans l’environnement local, visiter des lieux délaissés s’apparente à une contre mémoire qui fait exister des passés délégitimés. Lorsque l’urbexeur publie ses photos en ligne avec parfois un historique des lieux, il exprime publiquement ce « faire mémoire » contre les destructions et évolutions économiques. L’urbex fait ainsi de l’abandon, un lieu d’expériences diverses à vocations multiples.  Les riverains d’une usine désaffectée peuvent se rendre sur le site afin de se remémorer une ancienne profession, dans une logique mémorielle liée à leur passé professionnel. Quand d’autres, à l’inverse, n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres dans l’objectif de visiter un site en particulier.

            Depuis les années 2010, l’urbex connait une forte médiatisation. Cette tendance est consécutive d’une part à la démocratisation de l’accessibilité aux technologies numériques et d’autre part, à la multiplication des pages et sites internet ainsi qu’au développement des réseaux sociaux comportant de nombreux groupes et publications relatifs à cette pratique[3]. Ils constituent des canaux de diffusion de photographies des lieux explorés. L’urbex est ainsi rendu visible et suscite un réel engouement. C’est d’ailleurs toute l’ambivalence de cette pratique qui oscille entre une diffusion massive des photographies et la volonté de préserver, voire de garder secrète, l’adresse des lieux visités au nom d’une logique de préservation des sites. L’urbex a donc la particularité d’être une pratique transgressive tout en étant basée sur des règles précises : ne rien casser, ne rien briser, ne rien détériorer ou prélever. Nicolas Offenstadt questionne ainsi la définition de l’urbex qui par essence est une pratique qui se situe en marge de la légalité et qui est extrêmement diverse tant en pratique que dans ses finalités[4].

L’Urbex, au carrefour de la ruine et des sciences humaines

L’urbex est une pratique qui représente un réel intérêt pour les sciences humaines et sociales. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, cela fait déjà plusieurs années que l’urbex constitue un objet de recherche. Les travaux suivants sont à ce jour des références et posent les jalons d’une réflexion scientifique au sujet de cette pratique : l’ouvrage de Steven High et David W. Lewis, Corporate Wasteland. The landscape and Memory of Deindustrialization[5] paru en 2007, celui de L.Garrett Bradley, Explore Everything. Place-hacking the City[6], ou encore l’article d’Aude Le Gallou “From urban exploration to Ruin tourism : a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism” dans l’International journal of tourism Cities[7].

Si en France l’intérêt des sciences humaines et sociales pour cette pratique est plus récent, il n’en est pas moins dynamique. À l’automne 2019, Nicolas Offenstadt initie des réflexions à ce sujet avec la publication d’un ouvrage intitulé Urbex RDA : l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés. L’historien se focalise sur le territoire de l’ex-République démocratique allemande (RDA/DDR) de l’Allemagne de l’Est. Il étudie un échantillon de 250 lieux abandonnés dont les fonctions initiales sont diverses : abattoirs, casernes, salles municipales, usines, etc. L’objectif de son ouvrage est de « faire parler les ruines », comme l’historien se doit de « faire parler les choses muettes [8]». Il structure son travail avec différentes problématiques permettant de questionner l’abandon à partir des ruines : comment les visites dans des lieux abandonnés peuvent-elles contribuer à enrichir les savoirs des sciences sociales ?  Comment cette pratique peut-elle s’inscrire et se comprendre dans un rapport plus général à la société et à l’espace contemporain ?

Indices de l’intérêt scientifique porté à l’urbex en France, deux thèses traitant de cette pratique sont actuellement en cours. Aude Le Gallou effectue une thèse en géographie sous la direction de Maria Gravari Barbas et Boris Grésillon qui s’intitule : « Pratiques de l’exploration urbaine et enjeux de la mise en tourisme des espaces urbains abandonnés à Berlin (Allemagne) et à Détroit (États-Unis) : des pratiques et des espaces nouveaux pour repenser le tourisme urbain ». Aude Le Gallou confronte l’urbex avec le tourisme de ruines. Selon elle, des pratiques touristiques originales se développent à partir de l’urbex dont la médiatisation croissante popularise une esthétique de la ruine et une vision positive de ce type d’espace. Elle décrit ainsi une continuité entre ces deux pratiques.  Cette dernière rappelle également que si l’urbex est un objet de recherche c’est également une méthode pour renseigner sur les espaces étudiés. Sarah Rojon réalise quant à elle une thèse en sociologie sous la direction de Michel Rautenberg et Bella Dicks intitulée « Images iconiques et images virtuelles dans la patrimonialisation des régions post-industrielles : le cas des agglomérations de Cardiff et de Saint-Etienne ». Par ailleurs, l’université de Paris I et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC) ont organisé sous la direction de Nicolas Offenstadt  une journée d’étude qui s’est tenue le 18 octobre 2018 à la Sorbonne (Centre Panthéon) intitulé « L’exploration urbaine (urbex), l’historien et les sciences sociales ».

Quelles places et utilités de l’Urbex dans la démarche de l’historien ?

Comment l’historien, en pratiquant l’urbex, peut-il être utile à la connaissance des ruines visitées ? Malgré les démarches de documentation de certains urbexeurs, peu d’éléments sont diffusés au sujet de la création des sites visités, leur période de fonctionnement et leur fermeture[9]. De fait, peu d’informations sont mentionnées au sujet des anciens occupants et usagers. Pour pallier cette situation – qui peut être source de tensions entre les pratiquants et certains riverains – Nicolas Offenstadt initie une réflexion méthodologique en proposant de croiser cette pratique avec les démarches historique, historiographique et bibliographique de l’historien. Chacune de ses séries de photos est commentée, analysée et documentée à l’aide de sources contemporaines et d’imprimés. En recourant à l’histoire orale, l’historien peut par exemple travailler sur les mémoires directement liées aux fonctionnements et aux processus de fermetures. Sarah Rojon, dans son étude de cas localisée à Saint-Etienne, parle d’une approche du patrimoine « par le bas ». Il faut ici entendre par des acteurs non professionnels habituellement peu sollicités, dont certaines initiatives sont susceptibles de nourrir de nouveaux circuits patrimoniaux – le plus souvent qualifiés d’alternatifs – au sein desquels les dimensions émotionnelles et sensorielles tiennent une place importante. L’urbex peut ainsi participer à la création de nouveaux regards sur les lieux, à la croisée d’un faire mémoire alternatif et d’une saisie illégale d’un espace autrefois légitime[10]. Ce nouveau regard est porté par divers acteurs : riverains, autorités, anciens occupants. Cette pratique est alors susceptible de constituer un espace progressif, surtout pour les personnes pour lesquelles la proximité et la vue de ces sites peut être douloureuse[11]. Cette démarche pourrait être utile à des projets, voire des prises de décisions politiques et d’aménagement local. Elle pourrait donc revêtir une utilité sociale, urbanistique et donc territoriale. Cela permet d’esquisser des pistes de connaissance au sujet de la ruine et de sa place au sein du territoire sur lequel elle se trouve, voire de territoires plus éloignés dans le cas où les usages de la ruine s’intégreraient dans des réseaux. Ils peuvent pleinement participer à l’étude des fonctionnements et dynamiques territoriales.

Saisir le délaissement, la destruction et les réusages des ruines par la pratique du terrain

Urbex et sciences humaines – urbex et histoire – peuvent donc s’articuler avec sens et pertinence. Dans un programme de recherche qui s’intéresse aux ruines de guerre, le lien paraît d’autant plus fertile : l’urbex peut en effet être intégré à la démarche de terrain du travail de l’historien, au même titre que l’enquête orale ou la lecture de paysages. Or, la ruine est un objet éminemment ancré sur le territoire, et l’essence même de l’urbex consiste en une pratique de terrain, en une exploration de lieux abandonnés, délaissés, détruits. La ruine semble donc se trouver au cœur de la définition de l’urbex, et l’urbex être une condition pour comprendre comment la ruine vit et est vécue.

Dès lors, comment comprendre que l’urbex représente un possible, un outil d’analyse complémentaire, voire nécessaire, à l’étude géographiquement et physiquement distanciée des ruines de guerre ? 

En tant qu’usage social et culturel de la ruine, l’urban exploration devient une pratique-outil qui permet d’approcher, et avec chance, de parvenir à entrer dans les multiples territorialités qui se construisent autour de lieux détruits. Lieux laissés de côté, les ruines constituent des espaces de marges où peuvent se rencontrer des usagers aux profils variés : squatteurs, artistes, aventuriers occasionnels ou réguliers… sont susceptibles de s’entrecroiser. 

Sans même le savoir, certain-es chercheur-ses usent parfois de l’urbex pour une partie de leur enquête : quand une étudiante explore des sanatoriums abandonnés pour essayer d’y trouver des documents qu’elle ne trouve pas dans les services d’archives municipaux ou départementaux ; quand d’autres investiguent d’anciennes usines dans l’espoir de rencontrer des carnets, des objets du quotidien ou encore pour prendre la mesure des lieux qu’ils étudient, n’est-ce pas déjà  une forme d’urbex non nommée ?

Partant, se pose la question de la place et du statut à donner aux informations et données recueillies lors de ce glanage affranchi. Au même titre que des discussions informelles (ou de toute autre récolte de matériau qui sort des protocoles habituels, cadrés et reconnus pour construire du savoir) c’est plus l’insertion des données ainsi collectées et leur restitution dans le cadre d’un travail académique et universitaire, qui met le chercheur au défi, que la pertinence de cette méthode. Dans la mesure où cette manière de faire de la recherche en histoire ne fait aujourd’hui pas – ou très peu – partie des outils employés, l’exigence méthodologique se doit d’être encore plus forte. L’ethnographe Judith Audin considère qu’il y a là un outil méthodologique, une démarche scientifique à part entière qui s’intéresse aux matérialités et aux pratiques des lieux abandonnés. L’urbex doit être pratiquée avec un protocole dont les grandes lignes sont encore à définir. Le choix des ruines devrait être nécessairement problématisé et la méthodologie employée explicitée, justifiée et documentée. Et c’est alors une invitation pour les chercheurs à aller au bout de leur démarche heuristique. Une réflexion sur les cadres juridiques (cadre légal, infractions, confidentialités, question du devenir des documents trouvés, blessures du pratiquant…) est nécessaire. Les modalités de restitutions des observations doivent elles aussi être réfléchies. Comment et qu’est ce qui dans l’urbex fait source : le cliché ? la visite ? les deux ? Ce protocole devrait également amener à une réflexion sur l’intervalle entre l’abandon du lieu et la date de l’exploration de l’historien. Que s’est-il passé dans cet intervalle ? Quelle(s) conséquence(s) sur les traces ? (objets disparus et/ou déplacés parfois rajoutés…). La prise en compte des réusages est donc fondamentale. Il convient donc de définir une grille méthodologique solide en cohérence avec la pratique de l’urbex et ses fondements et pouvant être incorporer à une démarche de recherche historique.

Dans cette dynamique, l’opportunité de tisser un pont entre différentes temporalités apparaît, car aller au contact de la ruine permet de la sortir de son unique association au passé. En la pratiquant aujourd’hui, on peut prendre conscience de la diversité de ses présents, et même y dessiner des futurs potentiels. Si le chercheur se transforme momentanément en urbexeur, il peut tenter de prendre le pouls de ces espaces réduits au silence et d’entendre ce qui s’en dégage. Il adopte alors une approche sensible – faite avec ses sens – et concrète, pour percevoir ce qui ne peut l’être par les images, les écrits ou les témoignages oraux. Expérimenter l’obsolescence, voir des détails dont les archives ne font pas mention, entendre les sons qui l’environnent, sentir des odeurs ou des parfums proches, faire converger les trois dimensions… Il s’agit ainsi de rester disponible à la compréhension par sérendipité, de savoir ingérer une quantité et une diversité d’informations en même temps, autrement dit de pouvoir confondre en un même espace-temps toutes les données qui sont usuellement recueillies et traitées de manière éclatée.

L’ANR Ruines[12] constitue l’espace de dialogue idoine à la mise au point de pistes de réflexion au sujet d’une grille méthodologique quant à l’usage de l’urbex dans la démarche historienne. En Isère, des exemples peuvent être intéressants, à l’instar du fort des Quatre Seigneurs à Herbeys ou son voisin, le fort de Montavie situé à quelques kilomètres sur la commune de Bresson. photo Ces deux forts n’ont pas connu de dommages de guerre. C’est néanmoins l’endommagement ultérieur, par les effets du temps, qui permet de les assimiler à une ruine de guerre[13]. Édifiés durant le dernier tiers du XIXe siècle, ils appartiennent à la ceinture fortifiée de la ville de Grenoble composée de cinq autres forts réhabilités. Le zèle déployé à la surveillance et à la l’interdiction au public d’accéder au fort des Quatre Seigneurs pour cause de travaux de déminage entre 2012 et 2017, témoigne de l’attraction que suscitait ce site. Pendant ce temps, le fort de Montavie a vu défiler de nombreux visiteurs. Les raisons de leur état actuel questionnent tout autant que les usages dont ces ruines sont actuellement l’objet. Ces deux exemples pourraient constituer des cas intéressants pour travailler sur l’urbex comme objet et démarche.

Questionner les ruines de guerre au prisme de l’urbex permet ainsi simultanément d’acquérir des données qualitatives – en urbexant – et d’offrir une source de documentation nouvelle – en analysant les pratiques d’urbex. Qu’il s’agisse des villages du Centre, des blockhaus normands ou des forts alpins, pratiquer les ruines présente une chance d’aller au-delà d’une approche à plat des lieux qui suscitent notre intérêt.

Emma-Sophie Mouret et Perrine Camus, doctorantes au LARHRA.


[1] Voir les travaux de Nicolas Offenstadt, sur lesquels le présent billet s’appuie ; Urbex RDA, l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 255p.
[2] Exploration urbaine
[3] Nicolas Offenstadt, Urbex RDA: l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, s.l., 2019, p. 9‑18.
[4] Nicolas Offenstadt, Urbex RDA…,op.cit., p. 7.
[5] Steven C. High et David W. Lewis, Corporate wasteland: the landscape and memory of deindustrialization, Ithaca, NY, ILR Press, 2007, 193 p.
[6] Bradley L. Garrett, Explore everything: place-hacking the city, London, Verso, 2013, 273 p.
[7] Le Gallou Aude, « From urban exploration to ruin tourism: a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism », International Journal of Tourism Cities, 1 janvier 2018, vol. 4, no 2, p. 245‑260.
[8] Ibid., p. 6.
[9] Nicolas Offenstadt, op.,cit., p. 14.
[10] N. Offenstadt, Urbex RDA, op. cit., p. 13.
[11] Nicolas Offenstadt, op. cit., p. 13-14.
[12] Au sens de vestige bâti apparent  résultant ‘une action de destruction guerrière et objet d’un marquage ultérieur par des usages https://ruines.hypotheses.org/1290
[13] Voir carnet hyothèse « Définition minimale de l’objet d’étude »

Ressources

Bibliographie

– Adjedj Pierre-Jérôme, Aldenhoff-Hübinger Rita et Offenstadt Nicolas, « Éclats DDR-RDA Splitter, ou comment exposer les traces de la RDA : une expérience. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 26 décembre 2017, no 137, p. 155‑180.
– Garrett Bradley L., Explore everything: place-hacking the city, London, Verso, 2013, 273 p.
– High Steven C. et Lewis David W., Corporate wasteland: the landscape and memory of deindustrialization, Ithaca, NY, ILR Press, 2007, 193 p.
– Le Gallou Aude, « From urban exploration to ruin tourism: a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism », International Journal of Tourism Cities, 1 janvier 2018, vol. 4, no 2, p. 245‑260.
– Le Gallou Aude, « Espaces marginaux et fronts pionniers du tourisme urbain : approcher les ruines urbaines au prisme de la notion d’(extra)ordinaire », Bulletin de l’Association de géographes français, 31 décembre 2018, vol. 95, no 4, p. 595‑612.
– Le Gallou Aude, « De l’exploration urbaine au tourisme de ruines : enjeux touristiques et patrimoniaux des espaces urbains abandonnés », espace n°340, janvier 2018, p.26-31.
– Offenstadt Nicolas, Urbex RDA: l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019.
– Rojon Sarah, « Images numériques et pratiques amateurs dans la révélation des friches industrielles : un phénomène de connectivité patrimoniale, études de communication », Etudes de communication, 2015/2, n°45, p.15-34.

Podcasts

– France culture 13/10/2018 Urbex science sociale et littérature https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/urbex-sciences-sociales-et-litterature
– France Culture 9 mai 2018 Timothy Hannem exploration nocture fort de guerre et sanatorium abandonnéehttps://www.franceculture.fr/oeuvre/urbex-50-lieux-secrets-et-abandonnes-en-France
– France culture, le cours de l’histoire, 1989 la fin des certitudes Berlin à la trace https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/1989-la-fin-des-certitudes-55-promenade-radiophonique-autour-dalexanderplatz

Littérature

– Vasset Philippe, Une vie en l’air, Paris, Fayard, 2018.

Sites web

– Journée d’études « L’exploration urbaine (« Urbex ») – L’historien et les sciences sociales : https://calenda.org/460181?file=1
– Forbidden places : http://www.forbidden-places.net/explo1fr.php

Poétique et politique de la ruine au cinéma et au théâtre depuis 1945 : appel a communication

Poetics, Politics and the Ruin in Cinema and Theatre since 1945

L’appel à communication pour ce colloque international publié sur le site de AHCESR aborde des questionnements proches des nôtres. :

Résumé

L’antiquité a été largement mobilisée en Europe dans l’entre-deux guerres – le classique servant la cause d’un « retour à l’ordre » de plus en plus perçu comme nécessaire après les hérésies avant-gardistes – et elle a été au cœur, grâce à des manipulations inédites orchestrées par le pouvoir, des idéologies fasciste et nazie qui ont mené au désastre de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. L’objet premier de ce colloque est d’étudier la manière dont les processus artistiques et les œuvres théâtrales et cinématographiques européennes enregistrent les répercussions historiques et artistiques de ce traumatisme, dans lamanière dont elles réinventent l’antiquité, et plus précisément dans la manière dont elles en travaillent les ruines, tant poétiquement que politiquement. Le colloque s’inscrit donc à la fois dans le champ des études de réception de l’antiquité et des études théâtrales et cinématographiques, mais aimerait également pouvoir dialoguer avec l’archéologie, la philosophie esthétique, les sciences politiques, l’anthropologie, la théorie des médias. Le cadre chronologique va de 1945 à nos jours, car l’on retrouve évidemment des traces de ce processus bien au-delà de l’immédiat après-guerre dans les œuvres et les démarches des artistes européens qui recourent à l’antique pour questionner le contemporain, et cela au rythme des événements politiques, économiques et sociaux.

Argumentaire détaillé


Les régimes totalitaires nazi et fasciste ont fait subir à l’antiquité des manipulations discursives et pratiques qui ont servi de support à leurs ambitions anthropologiques (l’homme nouveau, modelé sur la statuaire antique), à leurs modèles temporels (origines, généalogies, etc.), à leurs prétentions territoriales (l’empire), ou encore à leurs discours politiques (l’articulation restauration-révolution). À partir de l’antique, on a ainsi forgé des discours sur le corps, le temps et l’espace, éléments fondamentaux des arts du théâtre et du cinéma, d’ailleurs mis au service des idéologies totalitaires. L’esthétisation de la politique a de fait conduit, plus largement, à une théâtralisation et à une spectacularisation généralisées, dont l’antiquité fut partie prenante. 
 Proposant une définition du cinéma moderne, le critique Serge Daney identifiait précisément le moment de sa naissance dans l’Europe détruite de l’après-guerre, « sur le refus fondamental du semblant, de la mise en scène, de la scène » et « sur un divorce d’avec le théâtre, exprimé avec force par Bresson ». Ce qu’il entend ici par « théâtre », c’est moins cet art en particulier que ce que toute mise en scène, y compris cinématographique, sous-tend potentiellement en termes de mensonge et d’illusionnisme. Sa cible est le cinéma classique, art du décor, des grandes reconstitutions, des stars, des scénarios ficelés, des happy ends, indissociable des grandes mises en scène politique qui ont servi à masquer ce qu’il appelle une autre scène, celle des camps. Avec la Seconde Guerre mondiale, le théâtre entre dans une crise durable qui va largement modifier le rapport aux classiques tant du point de vue de la scène que du point de vue de l’écriture. En la matière, les mises en scène politiques de Brecht constituent pour nous un exemple particulièrement représentatif dans la mesure où elles deviennent rapidement incontournables tant au théâtre qu’au cinéma.
La mise en scène, dans ce qu’elle met en jeu des corps, de l’espace et du temps, est donc ce dénominateur commun au théâtre et au cinéma qui nous conduit à les interroger conjointement, afin d’identifier comment tous deux ont pu et peuvent encore aujourd’hui, par des voies qui leur sont propres ou qui se rejoignent, en repasser par l’antiquité et l’inventer – c’est-à-dire la mettre au jour et la mettre en forme – toujours autrement, et en particulier en remodelant la ruine, poétiquement et politiquement, à même les formes artistiques et les processus créatifs.

Le prisme par lequel il s’agira d’étudier ces réinventions de l’antique par le cinéma et le théâtre depuis 1945 sera donc la ruine. D’une part, l’antiquité, comme période historique passée, est moins innocente que jamais, tout comme la prétention à la connaître et à pouvoir la reconstituer, par l’archéologie, l’histoire ou l’art. D’autre part, la guerre a laissé derrière elle d’autres types de ruines, décombres contemporains issus de la catastrophe, qui ont amené à redéfinir l’entreprise archéologique dans son ensemble, et stratifient l’imaginaire des ruines d’une composante nouvelle, réactivée par tous les événements et catastrophes de la seconde moitié du xxesiècle. L’art se trouve sans doute dans la situation de l’ange de l’histoire imaginé par Walter Benjamin, dont le regard reste tourné vers l’arrière, vers le passé, sur les ruines qui continuent de s’amonceler, tandis que souffle la tempête du progrès qui le pousse en avant.La Seconde Guerre mondiale semble ainsi avoir réactivé le double sens du terme ruine, comme processus – « ruiner » ou « mise en ruine » – et comme résultat de ce processus – « une ruine » – rappelant dans le même temps que l’expérience esthétique d’une ruine contient nécessairement la pensée du spectacle – même virtuel – de sa « mise en ruines ». L’impact est majeur dans le champ artistique. De nouvelles formes voient le jour, assumant ou revendiquant le fragmentaire, la dispersion, l’ouverture ou encore la stratification exhibée de l’œuvre. La ruine dans ce qu’elle a d’humble et de chaotique semble alors plus authentique que la complétude issue de l’imaginaire classique. Le modèle classique est mis en pièces et, face (ou peut-être grâce) à cet abîme, les artistes et théoriciens partent en quête d’une origine, d’un passé archaïque qui leur permet d’interroger leur présent en convoquant ce qui avait pu être refoulé par les manipulations antiques précédentes : l’impur, le populaire, l’irrationnel, le rebut, les laissés-pour-compte du progrès etc. En même temps, l’idéal de la raison et de la démocratie hérité de l’antiquité classique resurgit régulièrement en Europe comme un vestige à l’aune duquel on interroge les dérives du présent et les identités individuelles et collectives, et qu’on ne pourrait pas ne pas avoir également comme horizon.
La ruine est donc à entendre à la fois au sens des vestiges antique et des décombres ; au sens de l’état (l’objet ruine) ou du processus (la destruction) ; au sens littéral et comme paradigme formel d’écritures privilégiant des formes associées à la ruine (fragmentation etc.). Ainsi comprises, la ruine et la mise en ruines opèrent à plusieurs niveaux : dans les démarches et les processus de création des artistes (castings, repérages, écriture, dramaturgie, mise en scène etc.) ; dans les formes et motifs développés (ruine, fragment, stratification, etc.) ; dans les impensés même des artistes, qu’il s’agit pour le chercheur de mettre au jour à même les formes présentes. On interrogera aussi comment les ruines contemporaines (Berlin et Hiroshima mais aussi Belgrade, le WTC, Bagdad, Fukushima, Palmyre, Idlib…) viennent tour à tour prendre part au remodelage des représentations qui s’ouvre avec la Seconde Guerre mondiale.

Quelques questions que le colloque souhaite aborder (parmi d’autres)



– Comment la ruine est-elle réinventée au théâtre et au cinéma après 1945 en réponse aux manipulations de l’antique par les régimes totalitaires ?
– Comment la présence, la représentation et l’invention de la ruine antique au théâtre et au cinéma sont-elles continuellement modifiées par la présence et la prolifération de ruines contemporaines ?
– Comment la ruine intervient-elle dans les processus de création ?
– Comment la ruine devient-elle un paradigme formel ?
– Comment le théâtre et le cinéma présentent-ils sur ce sujet une interdisciplinarité heuristique ?
Les communications pourront porter exclusivement sur le théâtre, sur le cinéma, ou sur les deux pris conjointement.

Axes de recherche (non exclusifs) :

– La ruine comme espace : lieu de création, représentation, tournage (site archéologique ou décor) ; enjeu de mises en scène politiques ; support de reconstitution.
– Ruine et rapport au corps : statuaire (hommes nouveaux), « ruine » métaphorique, dégradation physique, mouvement.
– Ruine et rapport au temps : ruine antique/ruine contemporaine, histoire et mémoire, archéologie.
–  La ruine comme enjeu d’identité : collectif, héritage, altérité, décolonisation, ethno-anthropologie.
– La ruine comme paradigme formel : fragmentation, ouverture, mise en pièces etc.
– La ruine comme esthétique : complétude classique, nostalgie romantique, catastrophe moderne, apocalypse post-moderne. 
– La ruine comme paradigme discursif : dans la critique et la théorie du théâtre et du cinéma et dans la pensée du médium. 

Modalités de participation

Le colloque se tiendra sur deux journées : la première à l’université d’Oxford (2/04/21) et la seconde à l’INHA à Paris (22/11/21). Les propositions doivent être déposées pour le 30 octobre 2020.

Les organisatrices
Estelle Baudou, APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama), Université d’Oxford ; Anne-Violaine Houcke, laboratoire de recherche Histoire des Arts et des Représentations, Université Paris Nanterre.

Le comité scientifique
Estelle Baudou (Université d’Oxford), Anne-Violaine Houcke (Université Paris Nanterre), Barbara Le Maître (Université Paris Nanterre), Fiona Macintosh (Université d’Oxford).

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 30/10/2020 aux adresses suivantes : estelle.baudou@classics.ox.ac.uk et ahoucke@parisnanterre.fr.

Elles doivent inclure :
– Nom et prénom de l’auteur.e
– Un CV synthétique, comprenant une bibliographie sélective, en lien avec l’objet du colloque (1500 caractères maximum)
– Titre(s), fonction(s), et institution de rattachement
–  Coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, adresse email)
– Titre de communication
– Un résumé (3000 caractères maximum), précisant les principaux arguments (questions théoriques, étude de cas traitée, méthodologie, bibliographie de référence)
Langues du colloque : français et anglais. 

Les notifications d’acceptation des propositions seront envoyées avant le 15/12/2020. 

Le programme des deux journées sera composé en fonction des propositions reçues : lorsque vous recevrez la notification d’acceptation, il vous sera alors précisé si votre intervention est programmée pour le 2 avril 2021 (université d’Oxford) ou le 22 novembre 2021 (université Paris Nanterre). Vous pouvez nous envoyer votre préférence ou vos contraintes éventuelles (indisponibilité sur une des deux journées prévues) : nous ferons notre possible pour les prendre en compte.

Le colloque prendra en charge les frais de transport et logement des participants pour la journée où ils interviennent. 

La manifestation est soutenue par le laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations, Université Paris Nanterre), l’APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama, Université d’Oxford), le labex Les passés dans le présent, ainsi que par la commission européenne par l’intermédiaire du financement dont bénéficie Estelle Baudou (MSCA individual fellowship, this project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Sklodowska-Curie grant agreement No 839770).

BelchitE, Ruines-fantômes de la guerre d’Espagne

Un billet pour vous faire part de la dernière publication de Stéphane Michonneau, à CNRS Editions.

“Entrada a Belchite (Zaragoza)” by PacoQT is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

Quatrième de couverture :

Belchite, bourg situé à 40 kilomètres au sud-est de Saragosse, a été un lieu de combats extrêmement violents entre les républicains et les nationalistes pendant la guerre civile espagnole. Y cohabitent désormais deux espaces. Le village détruit, en ruines, et conservé depuis dans son état originel. Et, en contrebas, le nouveau bourg dans lequel la population a été transférée entre 1940 et 1963 et où vit désormais ” une petite communauté rurale en sursis “.
Vitrine du franquisme, Belchite est le lieu à partir duquel Franco avait annoncé en 1938 la construction d’un monde nouveau sur les débris de l’ancien. Stéphane Michonneau analyse les usages politiques, sociaux et culturels de ces ruines. Les mémoires, les émotions s’entrechoquent dans ce village fantôme où les morts semblent continuer à dialoguer avec les vivants.
L’auteur nous invite à parcourir ce site où le passé est à fleur de sol et à comprendre la place de Belchite dans les grands lieux de mémoire de l’Espagne contemporaine.

Définition de l’objet d’étude en vue de réaliser la base de données (BDD).

Notre réunion en février 2020 a fait apparaître un besoin légitime de définir au plus près notre objet d’étude : cette étape est en effet indispensable à la réalisation d’une base de données comparative. Pour ce faire, un petit groupe s’est régulièrement réuni par Zoom, dans le but de rédiger un dictionnaire des variables ainsi que le cahier des charges nécessaire à la construction de la BDD : ces travaux ne sont pas définitifs mais devraient permettre à l’ingénieur développeur, Nabil Aït Chrif, installé à la MESHS depuis le 1er septembre, de commencer à proposer une base structurée : le résultat de son travail sera soumis à l’ensemble du groupe de recherche en janvier, pour une ultime phase de finalisation. La BDD sera donc définitivement prête avant l’été 2021.

Objectif, principes.

L’objectif de la BDD est le suivant : la réalisation d’une typologie historique des usages des ruines de guerre. La question centrale pourrait être : comment une société fait-elle une ruine?

Le principe retenu est celui d’une base d’analyse scientifique fondée sur des échantillons réduits (une 40a de sites pour les 4 régions étudiées), centrée sur les XIXe-XXe siècles. Nous ne visons pas l’exhaustivité : la base doit être efficace compte tenu de la durée relativement réduite du programme (4 ans). Mais elle doit pouvoir connaître des développements ultérieurs qui toucheront d’autres régions et d’autres pays.

Autre principe, la base devrait être surtout à finalité documentaire plus que statistique, même si son exploitation par des requêtes sophistiquées permettra des comparaisons, des statistiques, des chronologies historiques, etc.

Définition minimale de l’objet d’étude

Nous avons proposé la définition suivante. La ruine est  : “un vestige bâti (architectonique, antérieur ou contemporain du conflit) apparent (préférentiellement existant aujourd’hui, présentant une cicatrice visible), résultant d’une action de destruction guerrière (trace), et objet d’un marquage ultérieur par des usages (marquage mémoriel en priorité, mais pas exclusivement)”.

Cette définition repose sur une distinction opérée par Vincent Veschambre dans ses travaux entre trace et marquage :

– Trace : ce qui subsiste du passé. Elle n’est pas intentionnelle. Elle n’est pas signée.

– Marquage : réinvestissement d’une forme matérielle afin de produire un signe. Il est destiné à signaler une appropriation (Brunet). Le marquage peut être réinvestissement de traces (les ruines) ou production de marques sans support de traces (monument commémoratif par ex).

De plus, nous admettons que les usages évoluent, de même que les processus de “reconnaissance” de la ruines qui, autrement, ne sont que des décombres ou des débris. Si les usages changent selon le temps et l’espace considéré, nous nous concentrons sur les usages mémoriels même si les autres usages doivent être pris en compte (ex : zone de jeu ou de récréation, pillage des matériaux, remplois, usage agricole, décor de cinéma,  etc.)

Nous admettons enfin que les représentations des ruines font partie de l’objet d’étude en tant qu’elles participent d’une forme de marquage.

Si la cohérence de cette définition est la condition de réalisation d’une BDD rigoureuse et par conséquent efficace lors des comparaisons, nous ne nous interdisons pas d’examiner des cas-limite : en effet, il semble que nous assistions à un “gonflement” de la notion de ruine (Anne Hertzog avance le concept d'”enruinement”) qui peut toucher des objets qui ne sont pas strictement des ruines. Un bel exemple est la chapelle du Mont Gargan, considérée comme trace des combats du maquis limousin en 1944, alors qu’elle fut ruinée au XIXe s. De même, le port artificiel d’Arromanches (non détruit lors du Débarquement) ou des blockhaus du Mur de l’Atlantique, en général intacts au lendemain de la guerre, mais aujourd’hui intégrés dans les circuits de mémoire. Nous considérons que ces cas-limite nous aident à mieux délimiter un objet d’étude qui varie selon les usages qui en sont faits.

Frotter cette définition à l’aune d’exemples

Nous avons procédé par logique d’inclusion/exclusion. Les débats ne sont pas clos!

INCLUS :

– un bâtiment détruit par un bombardement : oui

– une ruine disparue  : oui, si la disparition résulte d’un arasement ou d’un enfouissement volontaire (marquage). Non, si la disparition résulte d’une action du temps (pas d’usage avéré).

– un bâtiment détruit puis entièrement reconstruit : oui, jusqu’à sa reconstruction (usage). Mais plus ensuite, sauf si des éléments ruineux ont été conservés dans le bâtiment neuf.

– un bâtiment industriel : oui, si sa destruction résulte d’une action guerrière (non, si elle résulte de la désindustrialisation).

– un bâtiment en ruines dessinée mais aujourd’hui disparu : oui, la ruine bâtie est visible par sa représentation. (usage artistique) Þ ruine représentée

– une maquette de ruines : oui, idem. Þ ruine représentée

– une ruine déplacée : oui (usage : transfert).

EXCLUS :

– une tranchée : non. C’est un vestige de guerre mais pas architectonique.

– du matériel de guerre (tanks, douilles, armes…) : non. C’est un vestige de guerre mais pas architectonique. Ils ne peuvent nous intéresser que s’il a été intégré à une mise en scène de la ruine.

– un monument imitant une ruine : non. C’est une fausse ruine ne résultant pas d’une destruction guerrière. Þ fausse ruine

– un cimetière militaire : non, car postérieur au conflit et non affecté par la destruction guerrière.

– une carrière servant de refuge aux populations civiles ou un camp de prisonniers : non, idem.

– une zone naturelle détruite (Verdun) : non car pas du bâti. Les paysages où il y a eu des ruines qui ont disparu sont très nombreux en Normandie, marqués par des plaques commémoratives extrêmement nombreuses dans la région. Ce cas soulève cependant des questions : peut)on parler de “paysages en ruines”?

CAS LITIGIEUX :

– une casemate, un port artificiel : oui (un bâti) s’il est détruit par action de guerre. S’il n’est pas détruit : non (mais attention, l’endommagement ultérieur par le temps peut l’assimiler à une ruine de guerre. Þ enruinement)

– un bâtiment détruit par la guerre mais enfoui : non, sauf s’il est devenu apparent grâce à l’archéologie.

– un blockhaus : oui, s’il connaît des dommages de guerre. Non, s’il n’est pas endommagé, même s’il est objet d’usages. (mais l’endommagement ultérieur par le temps peut alors l’assimiler à une ruine de guerre Þ enruinement)

– un monument commémoratif : non, s’il n’intègre pas d’éléments ruineux. S’il est érigé en lieu et place d’une ruine et commémore une destruction Þ ruine par procuration)

– les épaves sous-marines au large d’Arromanches. mais est-ce du bâti?

Þ les ruines par assimilation, les fausses ruines, les ruines par procuration ne sont pas stricto sensu des ruines mais participent d’un usage mémoriel autour des ruines. Ce sont ces cas-limite qui nous intéressent mais ils ne seraient pas amenés à intégrer la base.

Constituer un répertoire par région

Sur ces fondements, encore à consolider, nous devrions pouvoir constituer une liste d’une 30a, voire d’une 40a de sites par région concernée. Nous appelons chacun des chercheurs à recenser les cas qu’ils souhaiteraient inclure.

À titre d’exemple :

– En Normandie : Pointe du Hoc, château de Thury Harcourt, Villes dans lesquelles ils restent des ruines, site de Longues-sur-Mer…

– Région Centre : Oradour-sur-Glane,  blockhaus de la côte atlantique, Royan, Maillé (mais reste-t-il des ruines ?)

– Région Rhône-Alpes : les villages du Vercors

– Nord de la France : Cf. travail doctoral de Mathilde Greuet.

Réalisation en cours d’un dictionnaire des variables (ou attributs)

Afin d’établir une comparaison, il nous faut définir un dictionnaire des variables, c’est-à-dire des champs de description. Ces derniers répondent à des définitions précises pour que la base s’enrichisse sur un modèle partagé par tous. 

Pour ce faire, il faut distinguer  les entités et les variables :

– entité = ce que l’on veut décrire ( ex : la localisation).

– Variable (ou attribut)  = chaque élément de la description (ex : le nom, la surface, les coordonnées géographiques de la ruine, etc.). Chaque variable doit contenir une information et une seule (elle est “insécable”).

Par exemple, “date” n’est pas une variable car elle comprend 3 informations : le jour/le mois/l’année.

Le travail préparatoire a donc consisté à définir une table (ex : le site ruiné), des entités (ex : identification, localisation, morphologie, etc.), puis à décliner chacune d’entre elles en autant de variables nécessaires (ex pour localisation : pays, région, département, commune, etc.)

Plusieurs tables peuvent être reliées entre elles. Pour l’heure, nous en disposons de 7 :

1. La description du site ruiné

2. La description des composantes du site

3. La description des éléments de la composante.

4. Les événements affectant la ruine

5. Sources et bibliographie

6. Acteurs

7. Fiche de liaison de l’informateur

Élément/composantes/éléments : un jeu d’échelles

Par ruine, nous désignons souvent des éléments divers de taille variable, allant globalement d’une pierre de remploi à un village-martyr de 18ha, comme Oradour! Le jeu d’échelle est donc essentiel pour comparer des éléments comparables… Nous proposons un jeu de 3 échelles emboîtées : l’ensemble/les composantes (de l’ensemble)/Les éléments (des composantes).

Par exemple : 1) l’ensemble : le village en ruine d’Oradour 2) les composantes : un édifice. Par ex : l’église 3) les éléments : une chapelle, un vitrail, une plaque commémorative sur un mur de l’église, etc.

Un enjeu important est de bien réfléchir à ce que nous identifions comme site/composante/élément.

À ceci, il nous semble essentiel d’ajouter la description, même succincte, de l’environnement de l’ensemble étudié parce que ce dernier entretient des liens avec l’ensemble étudié.

Par exemple, à Oradour : le cimetière, le Centre de la Mémoire, le nouveau bourg, la Glane.

Le cahier des charges

Parallèlement, nous rédigeons le cahier des charges qui permettra à l’ingénieur-développeur, Nabil, de comprendre nos attentes : cela correspond à la fiche “Gabarit” que Benjamin Deruelle nous avait transmis. Le cahier devrait être terminé pour la mi-octobre.

Tous ces travaux vous seront soumis lors de notre réunion d’équipe, en janvier 2021, à Lille. Vos retours seront indispensables pour “tester” la base et la finaliser.