Archives de catégorie : LES WEB-SEMINAIRES

30.06.23 : Les déchets de guerre : une histoire environnementale, économique, et anthropologique du désobusage, 1914-2019

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

Olivier Saint-Hilaire est doctorant à l’EHESS, sous la direction de Geneviève Massard-Guilbaud (EHESS, Cired) et Pascal Marichalar (CNRS, Iris) .

Le projet de thèse

Ce projet de thèse en sciences sociales propose une approche globale des pollutions industrielles causées par les munitions et les destructions de munitions de la Grande Guerre et de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’éclairer un sujet très peu étudié jusqu’ici : le nettoyage des champs de bataille, la récupération des projectiles non éclatés et le désobusage industriel des munitions des guerres 1914-1918 et 1939-1945.

Cette thèse a pour but de comprendre quels sont les impacts sociaux, économiques, sanitaires et environnementaux des guerres sur le long terme à travers l’étude des diverses politiques publiques et le recours à l’initiative industrielle privée pour “désarmer” les sols dans les sorties de guerre. Les objectifs de cette étude sont d’identifier et de caractériser :

  • les pollutions industrielles, les sites pollués liées à l’enfouissement, à l’immersion ou à la destruction de munitions
  • les acteurs et les pratiques du désobusage
  • l’ensemble des modes de gestion des sols pollués et des “déchets de guerre” ainsi que les solutions de remédiation mises en œuvre depuis un siècle en prenant compte de leur évolution dans la longue durée

L’enjeu de cette étude à la fois environnementale, économique et anthropologique est de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire des pollutions concernées et donner une nouvelle perspective aux politiques de dépollution actuelles et à venir, en les confrontant aux politiques suivies depuis plus d’un siècle, et prévenir l’émergence de nouveaux sites pollués.

En savoir plus : Le dernier mort de 1914-1918 n’est pas encore né par Olivier Saint-Hilaire

Voir aussi le site de l’association “Robin des bois” qui mène un travail assidu depuis la fin des années 1980.

28.04 : Séminaire : “Autour de l’exposition “Objets en héritage”.

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

Cécile Barbier présentera l’enquête qu’elle a menée auprès des habitants d ‘Oradour, parents de victimes, qui ont gardé auprès d’eux des objets retrouvés dans les ruines du village.

Ses travaux ont mené à la création d’une exposition au Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane :
L’exposition Oradour Objets en héritage au Centre de la mémoire d’Oradour présente à partir du 7 avril 2023 des objets ayant appartenu aux habitants du village avant le massacre du 10 juin 1944. Ces objets ont été récupérés, conservés, transmis depuis cette date. L’exposition montre qu’ils sont aujourd’hui encore les traces de ce drame, c’est-à-dire de l’exécution de toute une population, 643 personnes du plus jeune au plus âgé de ses habitants, et aussi de la matérialité de la violence exercée. Ces objets conservés et transmis, à l’intérieur des familles souvent, ont pour certains d’entre eux été prêtés pour l’occasion. L’exposition permet de découvrir l’histoire de cette transmission, tout comme les premières volontés de rassembler, conserver les objets rescapés et même de les exposer.”

10.23 :Les pèlerinages sur le front occidental de la Première Guerre mondiale : de la fin de la guerre aux pratiques contemporaines.

APPEL A CONTRIBUTION

 

19 et 20 octobre 2023, Caverne du Dragon Musée du Chemin des Dames / Château-Thierry (Aisne – France)

Organisation : Université de Lille, Conseil départemental de l’Aisne
Avec le soutien de la Région des Hauts-de-France, la ville de Château-Thierry, le VDK, l’ABMC, la CWGC, la DMCA.

Comité d’organisation : Stéphane Michonneau, Université de Lille, Franck Viltart, Département de l’Aisne, Heather Warfield, Antioch University (USA).
Comité scientifique : Philippe Nivet, Gilles Malandain, Anne Hertzog, Laurent Veyssière, Franck Viltart, Heather Warfield, Stéphane Michonneau.

La Première Guerre mondiale a duré quatre ans et s’est déroulée sur pas moins de onze théâtres d’opérations à travers le monde. Des millions de personnes y ont perdu la vie. Le long du front occidental, de la côte belge à la frontière franco-suisse, les soldats se sont battu le long d’un front étroit de 1914 à 1918. C’est finalement le front occidental qui a causé le plus de pertes humaines et où s’est décidée l’issue de la guerre. Pendant la guerre elle-même, au gré des gains territoriaux, les soldats sont retournés dans les cimetières provisoires où leurs camarades étaient tombés. Dès la fin de la guerre et durant les décennies qui ont suivi, des dizaines de milliers d’anciens combattants, de familles de défunts et de délégations officielles ont entrepris des pèlerinages sur les champs de bataille à la recherche de proches disparus dans un vaste mouvement d’hommage collectif ou individuel sans précédent dans l’histoire.
Pour les aider dans leur voyage, des guides de pèlerinage au front ont été publiés, nous donnant un aperçu des itinéraires, des objectifs et des prescriptions à l’égard de ses pèlerins du souvenir. Parmi les pèlerinages de grande envergure documentés dans des guides ou des témoignages connus, citons les célèbres Guides illustrés Michelin des champs de bataille, le pèlerinage d’Ypres de 1925 (voir The Immortal Salient : An Historical Record and Complete Guide for Pilgrims to Ypres), le pèlerinage de l’American Legion de 1927 (The American Legion Official Program and Guide Book), le pèlerinage de la Royal British Legion de 1928 (The Story of an Epic Pilgrimage : The Battlefields Pilgrimage) ou encore le pèlerinage de Vimy de 1936 (Guide Book of The Pilgrimage to Vimy and the Battlefields). En plus de ces pèlerinages organisés, les membres des familles se sont rendus sur les champs de bataille et dans les cimetières dans le cadre de leur processus de deuil et pour donner un sens à la mort de leurs proches. Parmi les exemples de ces pèlerinages, citons les pèlerinages des Mères de l’étoile d’or des États-Unis en 1930-1933. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux soldats vont également visiter les cimetières et les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Si le deuil fut un phénomène qui a marqué les sociétés de l’entre-deux-guerres, de nombreux descendants de vétérans de la Première Guerre mondiale continuent de rechercher aujourd’hui des informations sur leurs ancêtres et sur les conditions dans lesquels ils ont combattu, se distinguant du flux de touristes qui continuent de visiter les lieux de mémoire. Ainsi, les pèlerinages, dans leurs spécificités, se poursuivent vers des sites faisant l’objet d’aménagements renouvelés depuis les commémorations du centenaire, tels que les vestiges des champs de bataille, les ruines, les cimetières, les mémoriaux. Les nouveaux pèlerins (re)découvrent les paysages, l’histoire de ces sites et les multiples conséquences de la guerre, pour les territoires comme leurs habitants.  
Les pèlerinages contemporains sur le front occidental s’inscrivent aussi dans une tendance plus large de croissance des pèlerinages dans le monde entier. Au-delà de leur signification historique, les sites de pèlerinage sont réimaginés par des individus en quête de sens, d’un lien avec l’histoire et leur propre récit familial, d’une quête spirituelle ou même d’une amélioration de leur santé et de leur bien-être. Le développement des pèlerinages induit des pratiques touristiques qui impactent fortement le développement socio-économique et culturel des régions concernées. Les pèlerinages sont devenus très tôt une ressource de mise en valeur des territoires dont il faut comprendre les caractéristiques et mesurer les évolutions au cours du XXe et XXIe siècles. Traditionnellement du ressort des études religieuses et littéraires, la recherche sur les pèlerinages englobe désormais l’histoire, la sociologie, la géographie, l’anthropologie et la psychologie.
Sur la base de ses différentes approches, le colloque se propose d’aborder différents thèmes propres aux pèlerinages sur les traces de la Grande Guerre, de l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, sur le front occidental.

Propositions (2000 mots max) à envoyer AVANT LE 1er JUIN 2023 à :
Stephane.michonneau@univ-lille.fr et franckviltart@hotmail.com

31.03 Les ruines de guerre de religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Par Antoine Coutelle, CRIHAM-Poitiers

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

 

Les destructions provoquées par les conflits religieux que connait le royaume de France au XVIe et au début du XVIIe siècles sont investies de sens pluriels. A la fois marqueurs de la victoire ou de la défaite d’un camp contre un autre, traces visibles regardées comme l’expression de la volonté de Dieu, conséquences de gestes iconoclastes ou d’actions violentes symboliques de la lutte contre l’hérésie, leurs significations varient. La persistance ou l’effacement des ruines traduisent la capacité d’une communauté à se reconstruire dans un contexte de guerre civile. Le recensement des indices matériels de ces destructions nécessite une réflexion sur les sources disponibles et permet ensuite d’envisager une typologie des ruines et de leurs usages. Ces usages entremêlent, au fil du temps, l’interprétation de la providence divine, l’instrumentalisation politique puis, par étapes, la patrimonialisation et la mise en mémoire des affrontements religieux.

* * *

27.01.2023 : Les pèlerinages états-uniens à Bois-Belleau au lendemain de la Première guerre mondiale

Le web séminaire de la nouvelle année 2023 accueille une chercheuse américaine (au nom prédestiné !) Heather Warfield, chercheuse en psychologie de l’université Concord. Elle s’intéresse aux dimensions psychologiques et thérapeutiques des voyages de pèlerinage. Ses recherches se sont concentrées sur le front occidental de la Première guerre mondiale et notamment le site de la bataille du Bois de Belleau, dans l’Aisne.

 

 

Cérémonie commémorative du 100e anniversaire de la bataille de Bois Belleau, en juin 2018.

Sa conférence sera en langue anglaise.

Le lien de connexion : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

 

Web séminaires 2023 : demandez le programme !

 

Rappel : les séminaires se déroulent désormais le vendredi matin de 10h30 à 12h.

 

27 janvier : Les pèlerinages étatsuniens à Bois-Beleau au lendemain de la Première guerre mondiale
par Heather Warfield (Concord University).
La conférence sera en langue anglaise


24 Février : Cartographier les destructions de guerre : le programme UrbanMetaMapping par Frauke Michler (Bamberg Universität)

 


31 Mars : Les ruines des guerre de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation par Antoine Coutelle (CRIHAM-Poitiers)


28 Avril : Les objets d’Oradour : itinéraire d’une assiette par Cécile Barbier (Craft, Univ. de Genève)


16 Mai : Munitions non explosées et pollutions : le retour perpétuel de la Grande Guerre par Olivier Saint Hilaire (Iris, EHESS)


30 Juin : Les larmes et le sang. Les villages martyrs entre victimisation et héroïsation (1938 à nos jours) par Stéphane Michonneau (université de Lille)

Voici le lien permanent : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

30.11.2022 : Web Séminaire : “Les ruines d’Oradour-sur-Glane, une trace pour le droit et pour l’histoire”

 

Par Andrea Erkenbrecher, docteure en histoire contemporaine, a soutenu sa thèse en 2017 “Oradour et les Allemands” , consacré à l’après-Oradour vu du côté allemand. Elle cherche à analyser comment la société allemande et notamment ses institutions judiciaires et politiques ont appréhendé le massacre commis par des soldats de la Waffen SS en 1944. Elle interroge notamment la question des poursuites pénales, des indemnisations, des reconnaissances officielles de l’Etat allemand face au crime.

 

Oradour et les Allemands - Erkenbrecher, Andrea

 

 

27.10.2022 : Web séminaire de RUINES

Le séminaire mensuel de Ruines a lieu tous les derniers mercredis du mois, de 10h à 12h. Il est en visioconférence :

Lien Zoom

Stéphane Michonneau et Aurélie Audeval accueillent deux géographes de l’université de Lorraine :

Déterritorialisation et re-territorialisation autour de la Ligne Maginot en Lorraine

par Denis Mathis LOTERR, Université de Lorraine et Emmanuel Chiffre université de Lorraine