Archives de catégorie : Billets

Les ruines de guerre du Chemin des Dames

Le Chemin des Dames fait partie des sites emblématiques de la Première Guerre mondiale. Il représente particulièrement l’année 1917 et la lassitude des combattants grâce à la célèbre Chanson de Craonne. Situé dans l’Aisne, ce secteur est encore mal défini géographiquement. Sur le site internet dédié, il s’étend du Moulin de Laffaux à Corbeny, entre les vallées de l’Aisne et de l’Ailette. Mais dans les guides touristiques d’après-guerre, les itinéraires incluent également Anizy-le-Château et Pinon à l’ouest, Coucy-le-Château et Soissons au Sud. Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons au secteur comprenant Pinon, le Fort de Condé et le Chemin des Dames tel que défini par les structures culturelles actuelles.

Dans ce périmètre, on trouve encore de nombreuses ruines, causées par la Première Guerre mondiale principalement, mais aussi des vestiges et ruines de la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi ces ruines ont-elles été préservées et quel est leur rôle actuel sur le territoire qu’elles occupent ? Ces deux questions demandent à ce que l’on s’intéresse à l’histoire des ruines du Chemin des Dames, qui s’est déroulée avec trois périodes principales pour aboutir à faire, aujourd’hui, des ruines de guerre un élément local important de la valorisation du territoire.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, treize départements ont été touchés par les dommages de guerre. L’Aisne est particulièrement marquée par les combats qui y ont eu lieu de 1914 à 1918 et par les fortifications de la ligne Hindenburg. En 1918, vingt-neuf villages du secteur ont disparu. La Reconstruction se met en place en même temps que le tourisme mémoriel. Des visites sont organisées pour permettre aux anciens combattants et à leur famille de venir se recueillir sur les zones de combat. La monstration des ruines permet aussi de témoigner de la barbarie des combats et doit permettre à la France de toucher des dommages de la part de l’Allemagne vaincue. Cet argent attendu devait permettre de relever les ruines. En effet, après de nombreuses discussions au cours de la guerre, il a été décidé de ne pas garder de preuves des destructions comme souvenirs figés de la guerre, mais plutôt de reconstruire pour relancer l’économie. Pourtant des ruines y échapperont car, dans certains secteurs, la destruction est telle que la reconstruction est jugée impossible ou trop coûteuse. Ainsi, en 1923, Courtecon, Crandelain et Malval, Vauclair et la Vallée Foulon, Verneuil-Courteconne, Vendresse et Troyon disparaissent de la carte.

Leurs noms sont attachés à d’autres communes et les ruines délaissées. En 1930, c’est Craonne qui est définitivement abandonné par la municipalité et confié aux Eaux et Forêts qui doivent conserver les vestiges de l’ancien village. De 1917 à 1930, les ruines du secteur sont valorisées par les guides touristiques et mémoriels, alors qu’elles sont lentement effacées par la Reconstruction.

Suite à la Seconde Guerre mondiale et aux destructions qu’elle engendre dans l’ensemble du pays, l’intérêt pour la guerre et ses ruines est moindre. À cela, il faut ajouter l’image négative renvoyée par le Chemin des Dames dans l’histoire française : le secteur représente l’échec de l’offensive Nivelle, les mutineries et de grandes victoires allemandes. Jusqu’à la fin des années 1980, ce sont seulement les chercheurs et passionnés locaux qui s’intéressent à l’histoire du Chemin des Dames. Pourtant, en 1987, le Père René Courtois, qui entretient le site de l’abbaye de Vauclair, édite un ouvrage qui propose un itinéraire de découverte du Chemin des Dames pour répondre à la demande touristique dont il est le témoin. Quelques années plus tard, en 1995, le département de l’Aisne organise progressivement une mise en valeur du secteur autour de la Caverne du Dragon qui centralise les actions. Une signalétique est mise en place et deux circuits sont créés. Finalement, en 1998, Lionel Jospin fait à nouveau entrer les mutinés dans la mémoire collective, ce qui participe à lever le tabou qui les entoure. Ce tabou levé, l’histoire du Chemin des Dames est plus facile à mettre en valeur car elle perd son caractère honteux grâce à la reconnaissance des politiques. Les années 1990 sont également marquées par un regain d’intérêt pour les sites ayant une valeur historique, patrimoniale ou mémorielle grâce à l’ouvrage Les lieux de mémoires de Pierre Nora. Le regain d’intérêt pour le Chemin des Dames à cette période correspond bien aux thèses de Pierre Nora, pour qui la disparition des acteurs d’un événement accélère la mise en valeur des sites qui en portent la mémoire. Ainsi, du fait des décès des anciens combattants, des évolutions historiographiques et de la réhabilitation des mutinés, le Chemin des Dames ne représente plus uniquement un passé honteux dans l’histoire de France, mais aussi un laboratoire de recherches qu’il est désormais possible de valoriser.

Si les années 1990 permettent au Chemin des Dames de devenir un lieu de mémoire, c’est l’événement Centenaire qui redonne une impulsion à la valorisation du secteur. Pour autant, dans le guide papier Michelin Les champs de bataille : Le Chemin des Dames édité à cette occasion en 2014, il est intéressant de constater qu’aucune ruine de guerre n’est sélectionnée dans la rubrique « à voir en priorité ». En plus de cette édition de guide touristique, de nouveaux lieux de mémoire sont créés, comme le site du Jardin du Moulin de Laffaux qui présente des monuments mémoriels et des vestiges des guerres mondiales.

Tout au long du Centenaire, des événements et des sites mémoriels sont mis en place, avec notamment la création de Jardins de la Paix autour de l’ancien Craonne. La Caverne du Dragon est devenue le centre du Chemin des Dames, une nouvelle signalétique a été mise en place et le CRID 14-18, créé en 2005, a publié de nombreuses recherches sur l’histoire du secteur et de sa mise en valeur pour l’occasion. Le Centenaire est donc l’apogée des actions autour du Chemin des Dames. Pour autant, les ruines semblent relativement oubliées dans l’ensemble des sites proposés. L’ancien Craonne et l’Abbaye de Vauclair sont valorisés, mais les autres villages disparus restent absents de l’imaginaire collectif. Ils font l’objet de visites guidées particulières organisées par la Caverne du Dragon et ont désormais un itinéraire dédié, mais à l’exception du fort de Condé, ils ne font pas partie des « principaux sites » définis par le site internet officiel. La préférence est donnée à des monuments, des points de vue et des jardins, éléments créés pour permettre la commémoration. Les ruines, bien que témoins directs de la guerre, ne sont pas choisies en premier lieu par ces sites. Pourtant, de plus en plus, les ruines apparaissent comme un vecteur local du développement touristique et mémoriel.

Nous l’avons vu, le développement touristique du secteur du Chemin des Dames est fortement tributaire des événements politiques et historiographiques. Or, depuis 2018 et la fin du Centenaire, un grand nombre de collectivités issues des treize départements dévastés pendant la Grande Guerre mettent en valeur leur patrimoine d’après-guerre, notamment les édifices de la Reconstruction. C’est le cas de grandes villes proches du Chemin des Dames comme Saint-Quentin (02) et Reims (51).

En France, les ensembles ruineux ont tendu à disparaître après les guerres mondiales. À l’exception des villages Morts pour la France de la région de Verdun, peu de villages détruits sont conservés en état et valorisés. De ce fait, le secteur du Chemin des Dames bénéficie d’un patrimoine rare puisqu’on peut y observer plusieurs ensembles ruineux. Il est facile de mettre en valeur les ruines en même temps que les bâtiments issus de la Reconstruction, ce qui permet de donner une image plus globale de l’après-guerre aux visiteurs. Les ruines ont un potentiel touristique fort qui semble être sous exploité dans l’Aisne. En effet, on constate que l’Abbaye de Vauclair est un site particulièrement apprécié des touristes pour son aspect bucolique, romantique et mémoriel. L’attrait pour les ruines pourrait permettre une meilleure mise en valeur des villages disparus du Chemin des Dames, à condition que des infrastructures de base comme des parkings soient systématiquement installées à proximité des sites. Le potentiel touristique est d’autant plus fort qu’il pourrait aller de paire avec le travail de recherches du CRID 14-18 qui souhaite faire progresser les connaissances sur la guerre et ses conséquences selon une nouvelle approche culturelle. Celle-ci pourrait passer par l’histoire locale des ruines et de leur présence sur le territoire.

Les ruines valorisées permettent aussi de dire la “petite histoire”, celle du village dans la Grande Guerre. Certaines communes mettent d’ailleurs elles-mêmes en valeur ce patrimoine grâce à des panneaux explicatifs, comme à comme à Pargny-Filain ou Soupir, voire même des circuits de découverte comme à Pinon.

De cette manière, l’histoire propre du village est mise en avant, ce qui permet une valorisation particulière par rapport à l’ensemble du secteur du Chemin des Dames, mais aussi la création d’une identité pour les populations grâce à la mise en valeur d’une histoire commune et singulière. En effet, expliquer l’histoire des ruines amène aussi à expliquer l’histoire politique de la commune, les choix urbanistiques, culturels et architecturaux. En expliquant pourquoi les ruines ont été conservées, que ce soit parce que le démembrement était trop coûteux ou pour préserver des souvenirs de la destruction due à la guerre, on explique l’identité de la commune et les choix sur lesquels elle s’est bâtie. Cela permet notamment aux populations de se (re)connaître une histoire commune, ce qui est la base d’un groupe social. Pour les touristes, une telle mise en valeur permet de mieux comprendre le territoire bouleversé et les choix qui ont été offerts aux populations de réfugiés lors de leur retour dans leur région d’origine à l’issue de la guerre. La destruction des treize départements envahis est difficile à appréhender, mais des territoires comme le Chemin des Dames donnent à voir et imaginer l’ampleur des dégâts et la difficulté du retour. Les ruines pourraient donc être la base d’une nouvelle identité territoriale, qui pourrait créer un lien fort avec les villes de la Reconstruction dans le cadre de nouveaux circuits touristiques et mémoriels. Les exemples de l’abbaye de Vauclair et de l’arboretum de l’ancien Craonne montrent qu’il existe une demande touristique mais aussi un attrait pour les traces du passé et leur compréhension de la part des populations locales. Cependant, la création de cette identité commune dans ce secteur rencontre quelques obstacles.

En effet, le Chemin des Dames est divisé par plusieurs découpages territoriaux. Il est partagé entre deux communautés de communes, une communauté d’agglomération et trois cantons. Le secteur comporte deux offices du tourisme, celui de Laon et celui de Soissons, bien que la Caverne du Dragon permette une gestion du secteur au plus proche des sites. Ce découpage territorial ne permet pas une homogénéité du secteur du Chemin des Dames, puisque les budgets sont différents selon les collectivités. De même, la division du secteur entre deux offices du tourisme ne facilite pas la mise en valeur de l’ensemble des sites sur les territoires du Soissonnais et du Laonnois. Cette difficulté empêche la création d’une identité forte sur l’ensemble du secteur. En effet, le découpage administratif crée une multitude de signalétiques sur le territoire. Ainsi, on constate des volontés d’unification au sein des communautés de communes par exemple, mais cela n’est pas maintenu sur l’ensemble des sites. De même, la gestion des espaces est partagée sans uniformité. Aux découpages territoriaux, il faut ajouter les acteurs comme l’Organisation National des Forêts (ONF) qui a remplacé les Eaux et Forêts. L’ONF gère certains sites comme l’arboretum du vieux Craonne et les zones rouges boisées. Les acteurs de la culture et du tourisme n’ont pas encore réussi à créer une méthode commune pour la signalisation des sites. Il peut donc être difficile d’appréhender le secteur en tant que touriste ou pèlerin mémoriel.

Le découpage territorial n’est pas la seule difficulté de mise en valeur que connaît le Chemin des Dames. Comme nous l’avons vu précédemment, la valorisation du terrain s’est faite en plusieurs temps. Cependant, les nouveautés ont majoritairement été ajoutées aux différents sites. Ainsi, sur certains lieux, on trouve des panneaux anciens datant parfois des années 1960, auxquels s’ajoutent ceux mis en place dans les années 1990 avec le regain d’intérêt et les panneaux du Centenaire installés de 2014 à 2018. Le touriste se trouve ainsi face à une accumulation d’informations dont certaines sont obsolètes ou répétitives. Ces éléments ajoutent des difficultés pour la valorisation des ruines dans ce secteur.

Dans les années 1920, les ruines du Chemin des Dames ont été préservées du fait de l’abandon des villages de la Zone Rouge. La vocation touristique et mémorielle a été alors mise en place par le simple maintien des noms par rattachement à d’autres communes et l’élévation de monuments commémoratifs. Les ruines n’étaient pas considérées comme porteuses de mémoire dans les après-guerre. Par contre, aujourd’hui, les ruines sont reconnues par les populations locales et mises en valeur par des signalétiques et des panneaux explicatifs. Elles sont créatrices d’une identité locale et porteuses de l’histoire du territoire. Pourtant, elles sont encore écartées des sites touristiques et mémoriels principaux alors que ces ruines encore présentes aujourd’hui, pourraient trouver une vraie place de témoin dans l’ensemble actuel du secteur du Chemin des Dames.

Mathilde Greuet, doctorante à l’Université de Lille.

Remerciements à Guy Marival pour la visite des sites organisée par ses soins en juin 2020 et le prêt d’ouvrages scientifiques.

Les traces de la Seconde Guerre mondiale : étude de cas dans la région caennaise

Étudiant en master 1 patrimoine à l’UFR Histoire et Sciences sociales de l’Université de Caen-Normandie, Thibault Mestre a réalisé son mémoire sous la direction de François Rouquet. Stéphane Michonneau faisait partie du jury de la soutenance qui s’est déroulée le X dernier.

La Seconde Guerre mondiale, par son ampleur, son industrialisation et sa violence a laissé derrière elle, des séquelles matérielles et émotionnelles profondes. Certaines d’entre elles nous apportent un nouvel éclairage sur cette période, d’autres, à l’inverse, conforment ou remettent en question l’histoire des sources écrites. Voyant leur intégrité de plus en plus menacée, historiens et archéologues en ont fait leur principal objet d’études et de préoccupations ces dernières années, par le lancement de campagnes d’inventorisation, l’élaboration de projets collectifs de recherche et la multiplication des fouilles archéologiques en lien avec cette période. Ainsi, ce mémoire, en superposant les cadres d’analyse, a tenté d’approcher et de comprendre la complexité et les enjeux dont les traces font preuve. La démarche est simple : reconceptualiser leur nature en apportant un regard plus globalisant de ce qu’elles sont (propriétés physiques et symboliques) et de ce qu’elles imposent (enjeux mémoriels, marques du passé…) pour mieux pouvoir aborder leur diversité.

À l’échelle du littoral Nord-Ouest de la France, les traces physiques de la Seconde Guerre mondiale varient en fonction de leur type, de leur datation chronologique, de la zone géographique où elles sont implantées et des événements ou acteurs dont elles sont issues. Encore aujourd’hui dans l’imaginaire collectif, ces vestiges physiques sont très souvent assimilés et réduits aux restes du mur de l’Atlantique. Et pour cause : cette ligne de défense, longue de 5 000 km est le fruit d’une présence plus importante des Allemands sur le territoire français, d’une logique d’implantation territoriale liée à la défense du IIIe Reich et d’une mobilisation matérielle et humaine conséquente. Or, grâce aux dernières découvertes archéologiques régionales, la standardisation et l’homogénéité des défenses qui ont longtemps caractérisé l’Atlantikwall sont remises en question. De plus, le débarquement des Alliés et la mise en place de leurs infrastructures nécessaires pour la poursuite de leur campagne militaire, ont laissé des vestiges d’une tout autre nature. Il ne faut pas non plus oublier la population civile normande qui, au milieu de ce No man’s land, a dû faire preuve d’adaptabilité pour survivre. De cette période violente ont émergé des préoccupations urgentes, conséquences directes et indirectes de la guerre, en matière de reconstruction des villes, de relogement des sinistrés et d’infrastructures élémentaires pour répondre aux besoins urgents de la population, qu’il a fallu nécessairement prendre en compte.

Façade encore visible d’un ancien bunker allemand situé sur le quai Hippolyte Lefèbvre à Mondeville. Bien qu’il y en ait existé plusieurs, cette défense allemande fait partie des derniers blockhaus allemands encore debout dans la région caennaise. La partie intérieure de l’édifice est inaccessible car il se situe dans une zone privée appartenant à une entreprise. ©T. Mestre

Notre travail, à partir de l’établissement de ces principaux axes de recherche, s’est focalisé sur un carrefour stratégique aux multiples spécificités : la région caennaise. Verrou de la Normandie, arrière-garde du mur de l’Atlantique, lieu d’accumulation de la brutalité de guerre et espace martyr, notre zone d’étude, de par ses particularités, représentait un laboratoire de traces multiples qui pouvait répondre à notre objectif d’élargissement de la notion de trace. Les vestiges que nous y avons trouvés témoignent de l’évolution du conflit et s’étendaient sur une chronologie de 5 ans, de 1942 à 1947. Dans un premier temps, la région fut une zone de relais et de commandement pour les Allemands grâce à la présence d’aménagements défensifs légers et de blockhaus anti-aériens, de commandement et de cantonnement des soldats dont le bunker opérationnel de la 716e division d’infanterie du général allemand Wilhelm Richter, sur lequel a été construit le célèbre Mémorial de Caen en est le plus illustre exemple. La ville fut sujette par la suite, durant les mois de juin, juillet et août 1944 à des bombardements et des affrontements parfois d’une grande intensité afin de faciliter la pénétration et la libération progressive de la ville par les forces canadiennes et britanniques faisant émerger un nouveau type de trace que nous avons nommés « cicatrices de guerre », qui correspondent à ces trous d’obus, ces impacts de balles, ces ruines… qui marquent toujours le paysage urbain actuel. Une fois la ville aux cent clochers totalement délivrée par les Alliés, les traces de leur passage, contrairement aux traces de l’Occupation, ont été reconsidérées grâce à un processus mémoriel associé à la célébration de la Libération qui s’est développé durant les années d’après-guerre. Leurs caractéristiques sont ainsi d’une tout autre forme : quelques restes d’infrastructures diverses ( piles de pont de la Royal Canadien Engineers à proximité de l’hippodrome, camp de prisonniers de Fleury-sur-Orne… ), de nombreux monuments commémoratifs, des noms de rues…


Piles du pont du Tickell bridge érigées par le « Royal Canadian Engineers 386 » du 19 au 27 août 1944 comme il l’est inscrit sur le vestige ( situé sur la rive gauche, à proximité du canal de l’Orne, en dessous de l’actuel hippodrome de Caen ). Le numéro visible désigne le nom de code du 2nd Battalion des RCE qui était directement attaché au 21e groupe d’armées, composé de Britanniques et de Canadiens. Ce pont était un triple pont Bailey qui a été démonté en 1965-66 pour laisser place à la passerelle actuelle. Phot
©T. Mestre

D’autres témoignages matériels de cette époque ont fait l’objet d’un traitement similaire à partir des années 1990 : ceux de la population civile, victime de la guerre et soucieuse de survivre en s’abritant dans les carrières refuges de Caen puis en habitant les ruines ou les nouveaux logements provisoires fournis par l’aide des pays étrangers. Enfin, c’est suite à ce siège opéré par les Alliés que la ville a dû préparer les futures fondations de sa renaissance pour faire place à un nouvel urbanisme et une nouvelle modernité tout en conservant ou en détruisant certaines pages de son Histoire. Encore aujourd’hui sont observables ces nouveaux quartiers d’urgence d’après-guerre dans le quartier Saint-Paul à Caen, à Colombelles ou encore à Fleury-surOrne où s’alignent les réputées « maisons suédoises » qui offrent toujours un certain confort de vie. Ainsi, la région caennaise a connu l’ensemble des facettes de la guerre et de ses conséquences desquelles l’adaptation était de mise. Car plus qu’une matérialité, la trace se manifeste aussi par sa symbolique.

Maisons suédoises (actuelle rue de Stockholm) à Caen. Fournies entre 1946 et 1948 par la Suède, ces logements jumelés en bois malgré les aménagements dont elles ont pu faire l’objet, sont encore aujourd’hui habités et ce, pour la qualité de leurs matériaux, leur modernité, leur confort, leur loyer modeste… notamment dans le quartier Saint-Paul à Caen, à Colombelles (actuelle rue Jules Guesde par exemple) ou encore à Fleury-sur-Orne ( actuelle rue Pierre Curie… ). Document réalisé à partir de la fonctionnalité Street View mise à disposition par Google Maps.

Invisible aux yeux de certains, marqueur physique et émotionnel pour d’autres, elle nous rappelle l’attachement personnel aux choses du passé, le vécu. La légitimité de la trace repose ainsi d’abord à travers la préoccupation qu’on lui accorde. C’est donc par son observation minutieuse et le franchissement de ses caractéristiques physiques que nous comprenons tous les intérêts qu’elle représente et qui sont constitutifs de son essence. Au cours de nos exemples comparatifs, nous avons vu que le choix de leur intégrité et de leur expressivité dépendaient de la manière dont elles étaient perçues et utilisées : symbole victorieux ou défaitiste, trophée de l’héroïsme allié ou reliques d’un sacrifice, expression de la paix ou de la guerre… Véritables vecteurs de mémoire, les traces, par leurs mises en scène contribuent à l’entretien d’une histoire individuelle ou collective, en complémentarité ou en contradiction avec l’histoire des sources écrites. Mais cette continuité mémorielle qui s’exerce par la remémoration, est différente en fonction des espaces géographiques sur lesquels les traces s’inscrivent et est corrélée avec l’histoire que les acteurs de la mémoire ont voulu spécialement garder de leur territoire.

Quelle que soit leur incarnation physique ou abstraite, la multiplicité de leurs approches et de leurs natures constitue autant de difficultés aussi bien dans leur identification, leur étude et leur protection. Car un constat frappant a pu être observé au cours du développement de notre étude, celui de la disparition inquiétante et progressive des traces du passé, qui étaient pourtant encore visibles ces dernières années. C’est bien dans ces perspectives précédemment mentionnées que notre travail s’inscrit, à savoir, sauver ce potentiel patrimoine pendant qu’il est encore temps et élargir cette ambition en dehors de la région de Normandie. Cette tâche nécessite un travail collaboratif de plusieurs champs disciplinaires : géographie, sociologie, l’histoire des mentalités, philosophie, archéologie et toutes ses dérives ( archéologie du bâti, archéologie du sous-sol… ) et même les sciences qui relèvent de la littérature. Par conséquent,  envisager des perspectives d’avenir pour ces vestiges singuliers ou communs revient à protéger la conservation de cette histoire dépositaire, si précieuse pour l’étude des événements passés et donc préserver l’héritage politique, économique, sociale et culturelle d’une guerre, celle de la Seconde Guerre mondiale.

L’URBEX : VOIR, SENTIR ET ENTENDRE LES RUINES

Intérêts et enjeux de l’Urbex pour les sciences humaines

Si elles sont généralement associées à l’abandon et à l’oubli, les ruines n’en demeurent pas moins loquaces. Ces dernières suscitent des attitudes et des réactions multiples allant de leur fonction de mémoire et de recueillement, jusqu’à l’attraction et la fascination. Les ruines sont en effet susceptibles d’attirer des visiteurs et d’abriter divers usages tels que la création artistique (street art), la sociabilité (lieu de rencontre, squats, rave party), récupération de matériaux, jeux d’équipe (à l’instar de l’airsoft) pour lesquels les ruines constituent un terrain stratégique. Ces usages en font des lieux vivants et riches d’informations qui, tout en rompant avec l’idée de délaissement, permettent de faire parler les ruines. À la tête de ces pratiques, l’urbex constitue à la fois une démarche, un outil et une source pour l’historien qui désire renforcer la connaissance au sujet des ruines.



Qu’est-ce que l’Urbex [1]?

            Le terme « urbex » est la contraction d’urban exploration[2]. Il est diffusé au début des années 2000 par le graphiste et artiste canadien Jeff Chapman (1973-2005), également connu dans le monde de l’édition sous le pseudonyme de Ninjalicious. C’est une pratique qui consiste à se rendre dans des lieux abandonnés initialement construits par l’homme, afin de visiter et de déambuler dans ces derniers. Il s’agit de sites marginalisés, dans des états de délabrement léger ou avancé, dont l’accès est le plus souvent interdit. Visiter et entrer dans ces lieux relève de l’exploration et de la transgression, dans le sens où cela nécessite le plus souvent de franchir des portes et fenêtres scellées, de passer par-dessus – ou par-dessous – des murs afin d’évoluer dans des structures qui n’ont pas vocation à être visitées, voire simplement pénétrées. Les lieux recherchés sont divers, qu’ils soient publics ou privés : hôpitaux, églises, manoirs, châteaux, silos, colonies de vacances, parc d’attraction, sanatoriums, collèges, garages, tunnels, usines, laboratoires, écoles, salles de spectacle, bunkers, forts, casernes, prisons…

Si le terme urbex et l’usage qui lui est associé sont popularisés dans les années 2000, la pratique est plus ancienne. Ceux qui s’adonnent à l’urbex ont des intentions variées. Pour certains, il s’agit d’une approche esthétique et sensorielle accompagnée par la prise de photographies ou la réalisation de vidéographies. L’historien français Nicolas Offenstadt précise que l’urbex peut également revêtir une fonction politique. Il se réfère aux travaux de géographes anglo-saxons tels que Tim Edensor ou Bradley Garrett pour qui l’urbex constitue une saisie libertaire et anti-autoritaire de l’espace, exprimée par le fait de déjouer les systèmes de protection et/ou de vidéosurveillance. Pénétrer dans les enceintes désaffectées, abandonnées ou en ruines constitue ainsi une logique de transgression qui participe d’une recherche de liberté.

La pratique de l’urbex peut également comporter une dimension de « faire mémoire ». Dans l’environnement local, visiter des lieux délaissés s’apparente à une contre mémoire qui fait exister des passés délégitimés. Lorsque l’urbexeur publie ses photos en ligne avec parfois un historique des lieux, il exprime publiquement ce « faire mémoire » contre les destructions et évolutions économiques. L’urbex fait ainsi de l’abandon, un lieu d’expériences diverses à vocations multiples.  Les riverains d’une usine désaffectée peuvent se rendre sur le site afin de se remémorer une ancienne profession, dans une logique mémorielle liée à leur passé professionnel. Quand d’autres, à l’inverse, n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres dans l’objectif de visiter un site en particulier.

            Depuis les années 2010, l’urbex connait une forte médiatisation. Cette tendance est consécutive d’une part à la démocratisation de l’accessibilité aux technologies numériques et d’autre part, à la multiplication des pages et sites internet ainsi qu’au développement des réseaux sociaux comportant de nombreux groupes et publications relatifs à cette pratique[3]. Ils constituent des canaux de diffusion de photographies des lieux explorés. L’urbex est ainsi rendu visible et suscite un réel engouement. C’est d’ailleurs toute l’ambivalence de cette pratique qui oscille entre une diffusion massive des photographies et la volonté de préserver, voire de garder secrète, l’adresse des lieux visités au nom d’une logique de préservation des sites. L’urbex a donc la particularité d’être une pratique transgressive tout en étant basée sur des règles précises : ne rien casser, ne rien briser, ne rien détériorer ou prélever. Nicolas Offenstadt questionne ainsi la définition de l’urbex qui par essence est une pratique qui se situe en marge de la légalité et qui est extrêmement diverse tant en pratique que dans ses finalités[4].

L’Urbex, au carrefour de la ruine et des sciences humaines

L’urbex est une pratique qui représente un réel intérêt pour les sciences humaines et sociales. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, cela fait déjà plusieurs années que l’urbex constitue un objet de recherche. Les travaux suivants sont à ce jour des références et posent les jalons d’une réflexion scientifique au sujet de cette pratique : l’ouvrage de Steven High et David W. Lewis, Corporate Wasteland. The landscape and Memory of Deindustrialization[5] paru en 2007, celui de L.Garrett Bradley, Explore Everything. Place-hacking the City[6], ou encore l’article d’Aude Le Gallou “From urban exploration to Ruin tourism : a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism” dans l’International journal of tourism Cities[7].

Si en France l’intérêt des sciences humaines et sociales pour cette pratique est plus récent, il n’en est pas moins dynamique. À l’automne 2019, Nicolas Offenstadt initie des réflexions à ce sujet avec la publication d’un ouvrage intitulé Urbex RDA : l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés. L’historien se focalise sur le territoire de l’ex-République démocratique allemande (RDA/DDR) de l’Allemagne de l’Est. Il étudie un échantillon de 250 lieux abandonnés dont les fonctions initiales sont diverses : abattoirs, casernes, salles municipales, usines, etc. L’objectif de son ouvrage est de « faire parler les ruines », comme l’historien se doit de « faire parler les choses muettes [8]». Il structure son travail avec différentes problématiques permettant de questionner l’abandon à partir des ruines : comment les visites dans des lieux abandonnés peuvent-elles contribuer à enrichir les savoirs des sciences sociales ?  Comment cette pratique peut-elle s’inscrire et se comprendre dans un rapport plus général à la société et à l’espace contemporain ?

Indices de l’intérêt scientifique porté à l’urbex en France, deux thèses traitant de cette pratique sont actuellement en cours. Aude Le Gallou effectue une thèse en géographie sous la direction de Maria Gravari Barbas et Boris Grésillon qui s’intitule : « Pratiques de l’exploration urbaine et enjeux de la mise en tourisme des espaces urbains abandonnés à Berlin (Allemagne) et à Détroit (États-Unis) : des pratiques et des espaces nouveaux pour repenser le tourisme urbain ». Aude Le Gallou confronte l’urbex avec le tourisme de ruines. Selon elle, des pratiques touristiques originales se développent à partir de l’urbex dont la médiatisation croissante popularise une esthétique de la ruine et une vision positive de ce type d’espace. Elle décrit ainsi une continuité entre ces deux pratiques.  Cette dernière rappelle également que si l’urbex est un objet de recherche c’est également une méthode pour renseigner sur les espaces étudiés. Sarah Rojon réalise quant à elle une thèse en sociologie sous la direction de Michel Rautenberg et Bella Dicks intitulée « Images iconiques et images virtuelles dans la patrimonialisation des régions post-industrielles : le cas des agglomérations de Cardiff et de Saint-Etienne ». Par ailleurs, l’université de Paris I et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC) ont organisé sous la direction de Nicolas Offenstadt  une journée d’étude qui s’est tenue le 18 octobre 2018 à la Sorbonne (Centre Panthéon) intitulé « L’exploration urbaine (urbex), l’historien et les sciences sociales ».

Quelles places et utilités de l’Urbex dans la démarche de l’historien ?

Comment l’historien, en pratiquant l’urbex, peut-il être utile à la connaissance des ruines visitées ? Malgré les démarches de documentation de certains urbexeurs, peu d’éléments sont diffusés au sujet de la création des sites visités, leur période de fonctionnement et leur fermeture[9]. De fait, peu d’informations sont mentionnées au sujet des anciens occupants et usagers. Pour pallier cette situation – qui peut être source de tensions entre les pratiquants et certains riverains – Nicolas Offenstadt initie une réflexion méthodologique en proposant de croiser cette pratique avec les démarches historique, historiographique et bibliographique de l’historien. Chacune de ses séries de photos est commentée, analysée et documentée à l’aide de sources contemporaines et d’imprimés. En recourant à l’histoire orale, l’historien peut par exemple travailler sur les mémoires directement liées aux fonctionnements et aux processus de fermetures. Sarah Rojon, dans son étude de cas localisée à Saint-Etienne, parle d’une approche du patrimoine « par le bas ». Il faut ici entendre par des acteurs non professionnels habituellement peu sollicités, dont certaines initiatives sont susceptibles de nourrir de nouveaux circuits patrimoniaux – le plus souvent qualifiés d’alternatifs – au sein desquels les dimensions émotionnelles et sensorielles tiennent une place importante. L’urbex peut ainsi participer à la création de nouveaux regards sur les lieux, à la croisée d’un faire mémoire alternatif et d’une saisie illégale d’un espace autrefois légitime[10]. Ce nouveau regard est porté par divers acteurs : riverains, autorités, anciens occupants. Cette pratique est alors susceptible de constituer un espace progressif, surtout pour les personnes pour lesquelles la proximité et la vue de ces sites peut être douloureuse[11]. Cette démarche pourrait être utile à des projets, voire des prises de décisions politiques et d’aménagement local. Elle pourrait donc revêtir une utilité sociale, urbanistique et donc territoriale. Cela permet d’esquisser des pistes de connaissance au sujet de la ruine et de sa place au sein du territoire sur lequel elle se trouve, voire de territoires plus éloignés dans le cas où les usages de la ruine s’intégreraient dans des réseaux. Ils peuvent pleinement participer à l’étude des fonctionnements et dynamiques territoriales.

Saisir le délaissement, la destruction et les réusages des ruines par la pratique du terrain

Urbex et sciences humaines – urbex et histoire – peuvent donc s’articuler avec sens et pertinence. Dans un programme de recherche qui s’intéresse aux ruines de guerre, le lien paraît d’autant plus fertile : l’urbex peut en effet être intégré à la démarche de terrain du travail de l’historien, au même titre que l’enquête orale ou la lecture de paysages. Or, la ruine est un objet éminemment ancré sur le territoire, et l’essence même de l’urbex consiste en une pratique de terrain, en une exploration de lieux abandonnés, délaissés, détruits. La ruine semble donc se trouver au cœur de la définition de l’urbex, et l’urbex être une condition pour comprendre comment la ruine vit et est vécue.

Dès lors, comment comprendre que l’urbex représente un possible, un outil d’analyse complémentaire, voire nécessaire, à l’étude géographiquement et physiquement distanciée des ruines de guerre ? 

En tant qu’usage social et culturel de la ruine, l’urban exploration devient une pratique-outil qui permet d’approcher, et avec chance, de parvenir à entrer dans les multiples territorialités qui se construisent autour de lieux détruits. Lieux laissés de côté, les ruines constituent des espaces de marges où peuvent se rencontrer des usagers aux profils variés : squatteurs, artistes, aventuriers occasionnels ou réguliers… sont susceptibles de s’entrecroiser. 

Sans même le savoir, certain-es chercheur-ses usent parfois de l’urbex pour une partie de leur enquête : quand une étudiante explore des sanatoriums abandonnés pour essayer d’y trouver des documents qu’elle ne trouve pas dans les services d’archives municipaux ou départementaux ; quand d’autres investiguent d’anciennes usines dans l’espoir de rencontrer des carnets, des objets du quotidien ou encore pour prendre la mesure des lieux qu’ils étudient, n’est-ce pas déjà  une forme d’urbex non nommée ?

Partant, se pose la question de la place et du statut à donner aux informations et données recueillies lors de ce glanage affranchi. Au même titre que des discussions informelles (ou de toute autre récolte de matériau qui sort des protocoles habituels, cadrés et reconnus pour construire du savoir) c’est plus l’insertion des données ainsi collectées et leur restitution dans le cadre d’un travail académique et universitaire, qui met le chercheur au défi, que la pertinence de cette méthode. Dans la mesure où cette manière de faire de la recherche en histoire ne fait aujourd’hui pas – ou très peu – partie des outils employés, l’exigence méthodologique se doit d’être encore plus forte. L’ethnographe Judith Audin considère qu’il y a là un outil méthodologique, une démarche scientifique à part entière qui s’intéresse aux matérialités et aux pratiques des lieux abandonnés. L’urbex doit être pratiquée avec un protocole dont les grandes lignes sont encore à définir. Le choix des ruines devrait être nécessairement problématisé et la méthodologie employée explicitée, justifiée et documentée. Et c’est alors une invitation pour les chercheurs à aller au bout de leur démarche heuristique. Une réflexion sur les cadres juridiques (cadre légal, infractions, confidentialités, question du devenir des documents trouvés, blessures du pratiquant…) est nécessaire. Les modalités de restitutions des observations doivent elles aussi être réfléchies. Comment et qu’est ce qui dans l’urbex fait source : le cliché ? la visite ? les deux ? Ce protocole devrait également amener à une réflexion sur l’intervalle entre l’abandon du lieu et la date de l’exploration de l’historien. Que s’est-il passé dans cet intervalle ? Quelle(s) conséquence(s) sur les traces ? (objets disparus et/ou déplacés parfois rajoutés…). La prise en compte des réusages est donc fondamentale. Il convient donc de définir une grille méthodologique solide en cohérence avec la pratique de l’urbex et ses fondements et pouvant être incorporer à une démarche de recherche historique.

Dans cette dynamique, l’opportunité de tisser un pont entre différentes temporalités apparaît, car aller au contact de la ruine permet de la sortir de son unique association au passé. En la pratiquant aujourd’hui, on peut prendre conscience de la diversité de ses présents, et même y dessiner des futurs potentiels. Si le chercheur se transforme momentanément en urbexeur, il peut tenter de prendre le pouls de ces espaces réduits au silence et d’entendre ce qui s’en dégage. Il adopte alors une approche sensible – faite avec ses sens – et concrète, pour percevoir ce qui ne peut l’être par les images, les écrits ou les témoignages oraux. Expérimenter l’obsolescence, voir des détails dont les archives ne font pas mention, entendre les sons qui l’environnent, sentir des odeurs ou des parfums proches, faire converger les trois dimensions… Il s’agit ainsi de rester disponible à la compréhension par sérendipité, de savoir ingérer une quantité et une diversité d’informations en même temps, autrement dit de pouvoir confondre en un même espace-temps toutes les données qui sont usuellement recueillies et traitées de manière éclatée.

L’ANR Ruines[12] constitue l’espace de dialogue idoine à la mise au point de pistes de réflexion au sujet d’une grille méthodologique quant à l’usage de l’urbex dans la démarche historienne. En Isère, des exemples peuvent être intéressants, à l’instar du fort des Quatre Seigneurs à Herbeys ou son voisin, le fort de Montavie situé à quelques kilomètres sur la commune de Bresson. photo Ces deux forts n’ont pas connu de dommages de guerre. C’est néanmoins l’endommagement ultérieur, par les effets du temps, qui permet de les assimiler à une ruine de guerre[13]. Édifiés durant le dernier tiers du XIXe siècle, ils appartiennent à la ceinture fortifiée de la ville de Grenoble composée de cinq autres forts réhabilités. Le zèle déployé à la surveillance et à la l’interdiction au public d’accéder au fort des Quatre Seigneurs pour cause de travaux de déminage entre 2012 et 2017, témoigne de l’attraction que suscitait ce site. Pendant ce temps, le fort de Montavie a vu défiler de nombreux visiteurs. Les raisons de leur état actuel questionnent tout autant que les usages dont ces ruines sont actuellement l’objet. Ces deux exemples pourraient constituer des cas intéressants pour travailler sur l’urbex comme objet et démarche.

Questionner les ruines de guerre au prisme de l’urbex permet ainsi simultanément d’acquérir des données qualitatives – en urbexant – et d’offrir une source de documentation nouvelle – en analysant les pratiques d’urbex. Qu’il s’agisse des villages du Centre, des blockhaus normands ou des forts alpins, pratiquer les ruines présente une chance d’aller au-delà d’une approche à plat des lieux qui suscitent notre intérêt.

Emma-Sophie Mouret et Perrine Camus, doctorantes au LARHRA.


[1] Voir les travaux de Nicolas Offenstadt, sur lesquels le présent billet s’appuie ; Urbex RDA, l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 255p.
[2] Exploration urbaine
[3] Nicolas Offenstadt, Urbex RDA: l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, s.l., 2019, p. 9‑18.
[4] Nicolas Offenstadt, Urbex RDA…,op.cit., p. 7.
[5] Steven C. High et David W. Lewis, Corporate wasteland: the landscape and memory of deindustrialization, Ithaca, NY, ILR Press, 2007, 193 p.
[6] Bradley L. Garrett, Explore everything: place-hacking the city, London, Verso, 2013, 273 p.
[7] Le Gallou Aude, « From urban exploration to ruin tourism: a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism », International Journal of Tourism Cities, 1 janvier 2018, vol. 4, no 2, p. 245‑260.
[8] Ibid., p. 6.
[9] Nicolas Offenstadt, op.,cit., p. 14.
[10] N. Offenstadt, Urbex RDA, op. cit., p. 13.
[11] Nicolas Offenstadt, op. cit., p. 13-14.
[12] Au sens de vestige bâti apparent  résultant ‘une action de destruction guerrière et objet d’un marquage ultérieur par des usages https://ruines.hypotheses.org/1290
[13] Voir carnet hyothèse « Définition minimale de l’objet d’étude »

Ressources

Bibliographie

– Adjedj Pierre-Jérôme, Aldenhoff-Hübinger Rita et Offenstadt Nicolas, « Éclats DDR-RDA Splitter, ou comment exposer les traces de la RDA : une expérience. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 26 décembre 2017, no 137, p. 155‑180.
– Garrett Bradley L., Explore everything: place-hacking the city, London, Verso, 2013, 273 p.
– High Steven C. et Lewis David W., Corporate wasteland: the landscape and memory of deindustrialization, Ithaca, NY, ILR Press, 2007, 193 p.
– Le Gallou Aude, « From urban exploration to ruin tourism: a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism », International Journal of Tourism Cities, 1 janvier 2018, vol. 4, no 2, p. 245‑260.
– Le Gallou Aude, « Espaces marginaux et fronts pionniers du tourisme urbain : approcher les ruines urbaines au prisme de la notion d’(extra)ordinaire », Bulletin de l’Association de géographes français, 31 décembre 2018, vol. 95, no 4, p. 595‑612.
– Le Gallou Aude, « De l’exploration urbaine au tourisme de ruines : enjeux touristiques et patrimoniaux des espaces urbains abandonnés », espace n°340, janvier 2018, p.26-31.
– Offenstadt Nicolas, Urbex RDA: l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019.
– Rojon Sarah, « Images numériques et pratiques amateurs dans la révélation des friches industrielles : un phénomène de connectivité patrimoniale, études de communication », Etudes de communication, 2015/2, n°45, p.15-34.

Podcasts

– France culture 13/10/2018 Urbex science sociale et littérature https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/urbex-sciences-sociales-et-litterature
– France Culture 9 mai 2018 Timothy Hannem exploration nocture fort de guerre et sanatorium abandonnéehttps://www.franceculture.fr/oeuvre/urbex-50-lieux-secrets-et-abandonnes-en-France
– France culture, le cours de l’histoire, 1989 la fin des certitudes Berlin à la trace https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/1989-la-fin-des-certitudes-55-promenade-radiophonique-autour-dalexanderplatz

Littérature

– Vasset Philippe, Une vie en l’air, Paris, Fayard, 2018.

Sites web

– Journée d’études « L’exploration urbaine (« Urbex ») – L’historien et les sciences sociales : https://calenda.org/460181?file=1
– Forbidden places : http://www.forbidden-places.net/explo1fr.php

Poétique et politique de la ruine au cinéma et au théâtre depuis 1945 : appel a communication

Poetics, Politics and the Ruin in Cinema and Theatre since 1945

L’appel à communication pour ce colloque international publié sur le site de AHCESR aborde des questionnements proches des nôtres. :

Résumé

L’antiquité a été largement mobilisée en Europe dans l’entre-deux guerres – le classique servant la cause d’un « retour à l’ordre » de plus en plus perçu comme nécessaire après les hérésies avant-gardistes – et elle a été au cœur, grâce à des manipulations inédites orchestrées par le pouvoir, des idéologies fasciste et nazie qui ont mené au désastre de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. L’objet premier de ce colloque est d’étudier la manière dont les processus artistiques et les œuvres théâtrales et cinématographiques européennes enregistrent les répercussions historiques et artistiques de ce traumatisme, dans lamanière dont elles réinventent l’antiquité, et plus précisément dans la manière dont elles en travaillent les ruines, tant poétiquement que politiquement. Le colloque s’inscrit donc à la fois dans le champ des études de réception de l’antiquité et des études théâtrales et cinématographiques, mais aimerait également pouvoir dialoguer avec l’archéologie, la philosophie esthétique, les sciences politiques, l’anthropologie, la théorie des médias. Le cadre chronologique va de 1945 à nos jours, car l’on retrouve évidemment des traces de ce processus bien au-delà de l’immédiat après-guerre dans les œuvres et les démarches des artistes européens qui recourent à l’antique pour questionner le contemporain, et cela au rythme des événements politiques, économiques et sociaux.

Argumentaire détaillé


Les régimes totalitaires nazi et fasciste ont fait subir à l’antiquité des manipulations discursives et pratiques qui ont servi de support à leurs ambitions anthropologiques (l’homme nouveau, modelé sur la statuaire antique), à leurs modèles temporels (origines, généalogies, etc.), à leurs prétentions territoriales (l’empire), ou encore à leurs discours politiques (l’articulation restauration-révolution). À partir de l’antique, on a ainsi forgé des discours sur le corps, le temps et l’espace, éléments fondamentaux des arts du théâtre et du cinéma, d’ailleurs mis au service des idéologies totalitaires. L’esthétisation de la politique a de fait conduit, plus largement, à une théâtralisation et à une spectacularisation généralisées, dont l’antiquité fut partie prenante. 
 Proposant une définition du cinéma moderne, le critique Serge Daney identifiait précisément le moment de sa naissance dans l’Europe détruite de l’après-guerre, « sur le refus fondamental du semblant, de la mise en scène, de la scène » et « sur un divorce d’avec le théâtre, exprimé avec force par Bresson ». Ce qu’il entend ici par « théâtre », c’est moins cet art en particulier que ce que toute mise en scène, y compris cinématographique, sous-tend potentiellement en termes de mensonge et d’illusionnisme. Sa cible est le cinéma classique, art du décor, des grandes reconstitutions, des stars, des scénarios ficelés, des happy ends, indissociable des grandes mises en scène politique qui ont servi à masquer ce qu’il appelle une autre scène, celle des camps. Avec la Seconde Guerre mondiale, le théâtre entre dans une crise durable qui va largement modifier le rapport aux classiques tant du point de vue de la scène que du point de vue de l’écriture. En la matière, les mises en scène politiques de Brecht constituent pour nous un exemple particulièrement représentatif dans la mesure où elles deviennent rapidement incontournables tant au théâtre qu’au cinéma.
La mise en scène, dans ce qu’elle met en jeu des corps, de l’espace et du temps, est donc ce dénominateur commun au théâtre et au cinéma qui nous conduit à les interroger conjointement, afin d’identifier comment tous deux ont pu et peuvent encore aujourd’hui, par des voies qui leur sont propres ou qui se rejoignent, en repasser par l’antiquité et l’inventer – c’est-à-dire la mettre au jour et la mettre en forme – toujours autrement, et en particulier en remodelant la ruine, poétiquement et politiquement, à même les formes artistiques et les processus créatifs.

Le prisme par lequel il s’agira d’étudier ces réinventions de l’antique par le cinéma et le théâtre depuis 1945 sera donc la ruine. D’une part, l’antiquité, comme période historique passée, est moins innocente que jamais, tout comme la prétention à la connaître et à pouvoir la reconstituer, par l’archéologie, l’histoire ou l’art. D’autre part, la guerre a laissé derrière elle d’autres types de ruines, décombres contemporains issus de la catastrophe, qui ont amené à redéfinir l’entreprise archéologique dans son ensemble, et stratifient l’imaginaire des ruines d’une composante nouvelle, réactivée par tous les événements et catastrophes de la seconde moitié du xxesiècle. L’art se trouve sans doute dans la situation de l’ange de l’histoire imaginé par Walter Benjamin, dont le regard reste tourné vers l’arrière, vers le passé, sur les ruines qui continuent de s’amonceler, tandis que souffle la tempête du progrès qui le pousse en avant.La Seconde Guerre mondiale semble ainsi avoir réactivé le double sens du terme ruine, comme processus – « ruiner » ou « mise en ruine » – et comme résultat de ce processus – « une ruine » – rappelant dans le même temps que l’expérience esthétique d’une ruine contient nécessairement la pensée du spectacle – même virtuel – de sa « mise en ruines ». L’impact est majeur dans le champ artistique. De nouvelles formes voient le jour, assumant ou revendiquant le fragmentaire, la dispersion, l’ouverture ou encore la stratification exhibée de l’œuvre. La ruine dans ce qu’elle a d’humble et de chaotique semble alors plus authentique que la complétude issue de l’imaginaire classique. Le modèle classique est mis en pièces et, face (ou peut-être grâce) à cet abîme, les artistes et théoriciens partent en quête d’une origine, d’un passé archaïque qui leur permet d’interroger leur présent en convoquant ce qui avait pu être refoulé par les manipulations antiques précédentes : l’impur, le populaire, l’irrationnel, le rebut, les laissés-pour-compte du progrès etc. En même temps, l’idéal de la raison et de la démocratie hérité de l’antiquité classique resurgit régulièrement en Europe comme un vestige à l’aune duquel on interroge les dérives du présent et les identités individuelles et collectives, et qu’on ne pourrait pas ne pas avoir également comme horizon.
La ruine est donc à entendre à la fois au sens des vestiges antique et des décombres ; au sens de l’état (l’objet ruine) ou du processus (la destruction) ; au sens littéral et comme paradigme formel d’écritures privilégiant des formes associées à la ruine (fragmentation etc.). Ainsi comprises, la ruine et la mise en ruines opèrent à plusieurs niveaux : dans les démarches et les processus de création des artistes (castings, repérages, écriture, dramaturgie, mise en scène etc.) ; dans les formes et motifs développés (ruine, fragment, stratification, etc.) ; dans les impensés même des artistes, qu’il s’agit pour le chercheur de mettre au jour à même les formes présentes. On interrogera aussi comment les ruines contemporaines (Berlin et Hiroshima mais aussi Belgrade, le WTC, Bagdad, Fukushima, Palmyre, Idlib…) viennent tour à tour prendre part au remodelage des représentations qui s’ouvre avec la Seconde Guerre mondiale.

Quelques questions que le colloque souhaite aborder (parmi d’autres)



– Comment la ruine est-elle réinventée au théâtre et au cinéma après 1945 en réponse aux manipulations de l’antique par les régimes totalitaires ?
– Comment la présence, la représentation et l’invention de la ruine antique au théâtre et au cinéma sont-elles continuellement modifiées par la présence et la prolifération de ruines contemporaines ?
– Comment la ruine intervient-elle dans les processus de création ?
– Comment la ruine devient-elle un paradigme formel ?
– Comment le théâtre et le cinéma présentent-ils sur ce sujet une interdisciplinarité heuristique ?
Les communications pourront porter exclusivement sur le théâtre, sur le cinéma, ou sur les deux pris conjointement.

Axes de recherche (non exclusifs) :

– La ruine comme espace : lieu de création, représentation, tournage (site archéologique ou décor) ; enjeu de mises en scène politiques ; support de reconstitution.
– Ruine et rapport au corps : statuaire (hommes nouveaux), « ruine » métaphorique, dégradation physique, mouvement.
– Ruine et rapport au temps : ruine antique/ruine contemporaine, histoire et mémoire, archéologie.
–  La ruine comme enjeu d’identité : collectif, héritage, altérité, décolonisation, ethno-anthropologie.
– La ruine comme paradigme formel : fragmentation, ouverture, mise en pièces etc.
– La ruine comme esthétique : complétude classique, nostalgie romantique, catastrophe moderne, apocalypse post-moderne. 
– La ruine comme paradigme discursif : dans la critique et la théorie du théâtre et du cinéma et dans la pensée du médium. 

Modalités de participation

Le colloque se tiendra sur deux journées : la première à l’université d’Oxford (2/04/21) et la seconde à l’INHA à Paris (22/11/21). Les propositions doivent être déposées pour le 30 octobre 2020.

Les organisatrices
Estelle Baudou, APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama), Université d’Oxford ; Anne-Violaine Houcke, laboratoire de recherche Histoire des Arts et des Représentations, Université Paris Nanterre.

Le comité scientifique
Estelle Baudou (Université d’Oxford), Anne-Violaine Houcke (Université Paris Nanterre), Barbara Le Maître (Université Paris Nanterre), Fiona Macintosh (Université d’Oxford).

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 30/10/2020 aux adresses suivantes : estelle.baudou@classics.ox.ac.uk et ahoucke@parisnanterre.fr.

Elles doivent inclure :
– Nom et prénom de l’auteur.e
– Un CV synthétique, comprenant une bibliographie sélective, en lien avec l’objet du colloque (1500 caractères maximum)
– Titre(s), fonction(s), et institution de rattachement
–  Coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, adresse email)
– Titre de communication
– Un résumé (3000 caractères maximum), précisant les principaux arguments (questions théoriques, étude de cas traitée, méthodologie, bibliographie de référence)
Langues du colloque : français et anglais. 

Les notifications d’acceptation des propositions seront envoyées avant le 15/12/2020. 

Le programme des deux journées sera composé en fonction des propositions reçues : lorsque vous recevrez la notification d’acceptation, il vous sera alors précisé si votre intervention est programmée pour le 2 avril 2021 (université d’Oxford) ou le 22 novembre 2021 (université Paris Nanterre). Vous pouvez nous envoyer votre préférence ou vos contraintes éventuelles (indisponibilité sur une des deux journées prévues) : nous ferons notre possible pour les prendre en compte.

Le colloque prendra en charge les frais de transport et logement des participants pour la journée où ils interviennent. 

La manifestation est soutenue par le laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations, Université Paris Nanterre), l’APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama, Université d’Oxford), le labex Les passés dans le présent, ainsi que par la commission européenne par l’intermédiaire du financement dont bénéficie Estelle Baudou (MSCA individual fellowship, this project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Sklodowska-Curie grant agreement No 839770).