Archives de catégorie : ACTUALITES

22-24.05 : Colloque VILMA

Les “villages-martyrs” en Europe (XXe-XXIe s.) : histoire, mémoire, enjeux actuels

Au Centre de la Mémoire à Oradour-sur-Glane et à l’Hôtel du département à Limoges

Attention ! le colloque est ouvert au public le 23 et 24 mai. Les réservations sont disponibles en fin de programme, avec les QR codes et les liens.

Village martyr » est une expression qui s’est largement imposée et banalisée dans l’espace public au XXe siècle. Celle-ci est associée à une communauté dévastée dont la population a été massacrée, l’espace de vie détruit, théâtre ou cible de la guerre, et la mémoire conservée et érigée en symbole de la destruction guerrière. Ce colloque concentrera son attention sur les villages martyrs européens de la Seconde Guerre mondiale : Oradour-sur Glane, Distomo, Lidice, Marzabotto, sans exclure d’autres sites antérieurs ou postérieurs.
Comment cette expression est-elle née et s’est-elle diffusée ? Quels en sont les usages dans différents contextes nationaux ? Que reste-t-il matériellement des villages martyrs ? Quelles formes de transmission sont à l’œuvre parmi les victimes et leurs descendants ? Quels sont les enjeux politiques des villages martyrs ? Quelles sont les formes de reconstruction après-guerre ?
Le colloque s’intéressera également à l’actualité des villages martyrs : quelles en sont les formes muséographiques aujourd’hui ? Comment visite-t-on ces sites ? Selon quelles médiations ? Comment se constituent les archives et le recueil des témoignages des victimes ? Le colloque est à l’initiative d’un groupe de chercheurs membres du programme RUINES de l’Agence nationale de la recherche travaillant sur les usages sociaux et politiques de ruines de guerre à l’époque contemporaine. Il alterne des sessions de discussion comparatistes et des tables rondes thématiques.

JOUR 1 : MERCREDI 22 mai à ORADOUR

9.00 : Accueil – Introduction du colloque

9.30 – 12.00 : visite des ruines et du cimetière

12.00-12.45 : visite de l’exposition : “Objets en héritage”

———

14.00-15.00 : visite guidée du nouveau village par Gilles Ragot

15.00-16.00 : visite des espaces d’exposition permanente au Centre de la Mémoire d’Oradour

Langues parlées : anglais et français. Les interventions en français seront traduites en anglais. Les interventions en anglais ne seront pas traduites.

———

16.30 -17.30 : TABLE RONDE 1 : MUSÉOGRAPHIE / EXPOSITION : exposer (dans) les villages-martyrs

Coordination :  François Rouquet
Intervenant.e.s
:  Amalia Papaioannou, Kristina Telupilova, Pierre-Louis Fillet, Isabelle Fourcade, Lydia Elhaddad

17.45-18.30 : discussion collective, perspectives de projet européen

 

JOUR 2 : JEUDI 23 mai à LIMOGES

 9.00- 9.15 Accueil- introduction (Chercheurs du projet VILMA)

9.15-10.15 – Genèse et discussion autour d’une catégorie : « village martyr »

Coordination : Gilles Malandain

Intervenant.e.s : Pierre-Marie Delpu, Patrick Naef, Françoise Passera

———

 10.30-12.30 – Usages et circulation de la catégorie dans différents contextes européens

Coordination : Aurélie Audeval

Un titre officiel : le cas grec à partir du cas de Distomo – Zeta Papandréou

De l’usage à l’effacement de la catégorie dans l’espace public : les villages du Vercors et Vassieux  –Pierre-Louis Fillet

Une catégorie en circulation : Marzabotto et le réseau des villages martyrs – Patrizia Dogliani

Le cas de Corbera d’Ebre (Catalogne) : Jordi Guixé i Coromines 

 

13.45 – 15.30 – Matérialités des mémoires du « martyre » : vestiges, restes humains, paysages

Coordination : Stéphane Michonneau

Participant.e.s : Aurélie Audeval, Patrizia Dogliani, Emmanuel Chiffre,

———

16.00-17.45 – Transmission

Coordination : Fanny Le Bonhomme et Marie Derrien

Participant.e.s : Cécile Barbier, François Rouquet, Kristina Telupilova, Amalia Papaioannou

17.45-18.00 conclusions de la journée

 

JOUR 3 – VENDREDI 24 mai – LIMOGES

9.00- 10.45 – Le « martyre » commémoré : enjeux politiques, diplomatiques et juridiques  

Coordination : Jérôme Grévy

Participant.e.s : Anne-Marie Granet, Stéphane Michonneau, Zeta Papandréou

———

11.00-12.00 – TABLE RONDE 2 : Médiations et expériences de visite

Coord. : Georgios Papaioannou

Participant.e.s : Cécile Barbier, Anne Hertzog, Jordi Guixé i Coromines Nathan Rouiller-Fradin

———

13.15-15.00 – Reconstruire et habiter les villages martyrs

Coordination: Anne Hertzog   

Participant.e.s : Pierre Louis Fillet, Patrick Naef, Amalia Papaioannou, Kristina Telupilova, Gilles Ragot  

———

 15H15 – 16H15 – TABLE RONDE 3 : Archives et témoignages : enjeux de la documentation et méthodes

Coordination : Anne-Marie Granet

Participant.e.s : Françoise Passera, Eloisa Betti, Michel Sarter

16.15-17.00 : CONCLUSION et perspectives éditoriales

Comité d’organisation : Aurélie Audeval, Anne Hertzog, Gilles Malandain, Stéphane Michonneau, Babeth Robert (directrice du CMO).

INTERVENANTS

Elisabeth Anstett, anthropologue, CNRS; Aurélie Audeval, historienne, Univ. de Lille ; ; Cécile Barbier, ergo-psychologue ; Eloisa Betti, Marzabotto ; Emmanuel Chiffre, géographe, Univ. de Lorraine ; Pierre-Marie Delpu, historien, FRS-FNRS (Belgique) ; Marie Derrien, historienne, Univ. de Lille ; Patrizia Dogliani, historienne, Univ. de Bologne (Italie) ; Lydia Elhaddad ; Andrea Erkenbrecher, historienne, ; Pierre Louis Fillet, directeur du musée de la Résistance à Vassieux-en-Vercors; Isabelle Fourcade ; Anne-Marie Granet, historienne, Univ. Grenoble-Alpes ; Jérôme Grévy, historien, Univ. de Poitiers ; Jordi Guixé i Coromines, historien, Univ. de Barcelone (Espagne) ; Anne Hertzog, géographe, Univ. Paris Cergy; Fanny Le Bonhomme, historienne, Univ. de Poitiers ; Gilles Malandain, historien, Univ. Versailles-Saint-Quentin ; Stéphane Michonneau, historien, Univ. Paris-Est Créteil; Patrick Naef, géographe, Univ. de Genève ; Zeta Papandréou, historienne, Univ. de l’Egée (Mytilène, Grèce); Amalia Papaioannou, Distomo; Georgios Papaioannou, muséologue, Univ. ionienne (Corfou, Grèce); Françoise Passera, historienne, Univ. de Caen; Gilles Ragot, historien de l’art, Univ. Bordeaux-Montaigne ; Nathan Rouiller-Fradin, étudiant en histoire, Univ. de Poitiers ; François Rouquet, historien, Univ. de Caen ; Michel Sarter, directeur des AD 87 ; Kristina Telupilova, Mémorial de Lidice (Rép. tchèque)

S’inscrire au colloque :

PUBLICATION : Ruines politiques

 

Burkardt Albrecht (direction), Grévy Jérôme (direction)

L’émotion romantique et la fièvre de la restauration ont fait négliger à quel point la ruine est bien plus qu’un vestige du passé en voie de disparition. La ruine est en réalité une construction symbolique qui s’impose dans le paysage au moment où elle est considérée, non plus comme un amas de pierres, mais comme un reste du passé dont il s’agit d’honorer les bâtisseurs, de rappeler les usages, de conserver ou de rétablir le souvenir d’événements mémorables.

 

Les ruines sont des objets dont la valeur ne se définit donc pas exclusivement à l’aide de critères esthétiques ou épistémologiques. Elles sont des lieux de mémoire dont la valorisation, qu’elle soit propre à certains groupes sociaux particuliers ou qu’elle concerne la société à part entière, est profondément négociée. Elles sont sujettes au changement historique. Aussi, c’est dans ces différents aspects que réside la nature politique des usages des ruines qui est objet de ce livre.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du laboratoire Criham de l’université de Poitiers

Publié au PUR, 346 p., 25 €

Consulter la table des matières

Consulter l’introduction

Appel à communication /Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)

Proposition de colloque international

Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)
Mémorial de Caen, 25-26-27 septembre 2024

Aujourd’hui, le spectacle terrible des destructions de l’Ukraine réveille dans toute l’Europe le souvenir des paysages de guerre des conflits antérieurs des guerres napoléoniennes à la guerre de l’ex-Yougoslavie, etc. La Normandie fut l’une de ces régions particulièrement dévastées par la guerre – Caen, Falaise, Saint-Lô « capitale des ruines » en 1945-, mais où le souvenir du Débarquement a masqué celui des destructions alliées, soulignant par la même que le rapport aux ruines est variable et historiquement construit.

Le colloque se propose justement d’explorer le rapport que les sociétés d’après-guerre entretiennent avec les vestiges du conflit et les marques de la violence guerrière. À travers les usages politiques, sociaux, économiques, culturels mais aussi mémoriels de ces vestiges particuliers, c’est la relation à un passé traumatique qui est visée : nous émettons l’hypothèse que les ruines de guerre ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en permettent la formulation en en balisant les modalités d’expression.

Pendant quatre ans, le programme de recherche Ruines (ANR 2019) a rassemblé une vingtaine de chercheurs aux horizons disciplinaires divers, autour de quatre laboratoires dont Histémé de l’université de Caen. Si la Normandie de l’été 1944 a constitué un terrain de recherche privilégié, il ne fut pas le seul (Oradour-sur-Glane, plateau du Vercors, Lorraine, ruines de la Première Guerre mondiale dans le Nord). La comparaison appliquée principalement entre les cas français s’est d’emblée efforcée d’établir des liens avec des chercheurs étrangers. Ainsi, le colloque se propose d’une part de présenter les principaux résultats du programme Ruines et d’autre part, d’élargir la réflexion dans une perspective résolument transnationale, prélude – nous l’espérons – à de nouvelles initiatives de recherche.

D’une part, la notion de ruines de guerre qui semble évidente demande à être interrogée : ces ruines ont des origines diverses liées aux conditions et aux circonstances de la destruction, elles-mêmes liées à l’évolution des formes de la guerre. Elles sont des vestiges de guerre mais tous les vestiges de guerre ne sont pas nécessairement des ruines (blockhaus, citadelles militaires, tranchées, trous de mines, postes d’observation, etc.)1 , même si ces derniers peuvent le devenir avec le temps : on peut alors parler d’enruinement.

D’autre part, les ruines de guerre présentent des similitudes avec d’autres édifices du même genre : ruines archéologiques, ruines de catastrophes naturelles, ruines reconstituées des jardins romantiques, etc. Il s’agira donc de cerner cette notion sans chercher à naturaliser les ruines par leur taille ou leur origine mais en historicisant leurs contenus par le biais d’une analyse des usages sociaux et des pratiques auxquelles elles donnent lieu. Enfin, on peut considérer que les ruines sont l’envers des entreprises de reconstruction qui tendent à en effacer la présence : en fait, les reconstructions sont fortement déterminées par les ruines et entretiennent avec ces dernières des rapports ambigus (réemploi, conservation, intégration des ruines dans le bâti, etc.). Quelle place et quel rôle sont ainsi assignés à ces traces du passé dans les reconstructions et les remises en ordre succédant aux conflits ?

Le colloque est articulé en 3+1 parties qui structureront chacune état des acquis et perspectives de recherche.

  1. L’expérience des ruines et de la destruction
  2. Les usages des ruines de guerre dans la guerre et l’après-guerre
  3. La patrimonialisation et la mise en tourisme des ruines de guerre.
  4. Acteurs et actualité : Une dernière partie est réservée à la prise de parole d’acteurs engagés dans les divers usages des vestiges ruineux. Il portera une attention spécifique au cas ukrainien.

Durée : 2,5 jours

Comité scientifique

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS)

Modalités de soumission des réponses 

Avant le le 5 février 2024, Une proposition d’environ 3000 signes, à envoyer à :
François Rouquet : francois.rouquet@unicaen.fr
et Stéphane Michonneau : stephane.michonneau@u-pec.fr
Pour une sélection définitive par le Comité scientifique le 15 février__________________________

Call for papers for an international congres

European war ruins and their uses
(19th – 21st century)

Caen Memorial, 25-26-27 September 2024

Proposal (max. 3,000 characters) to be sent before 2 February 2024 to :
Stephane.michonneau@u-pec.fr
Francois.rouquet@unicaen.fr

Today, the terrible sight of the destruction in Ukraine awakens memories throughout Europe of the war landscapes of earlier conflicts, from the Napoleonic Wars to the war in former Yugoslavia, etc. Normandy was one of the regions particularly devastated by the Second World War – Caen, Falaise, Saint-Lô, the “capital of ruins” in 1945 – but where the memory of the D-Day landings masked that of the Allied destruction, underlining the fact that the relationship with ruins is variable and historically constructed.

The aim of the conference is to explore the relationship that post-war societies have with the vestiges of conflict and the marks of war violence. Through the political, social, economic, cultural and memorial uses of these particular vestiges, the relationship with a traumatic past will be explored.  We hypothesise that the ruins of war do not precede the expression of an internalised trauma, but enable it to be formulated by marking out the ways in which it is expressed.

For four years, the Ruins research programme (ANR 2019) has brought together around twenty researchers from a variety of disciplinary backgrounds in four laboratories, including Histémé at the University of Caen. Although Normandy during the summer of 1944 was a key research area, it was not the only one (others included Oradour-sur-Glane, the Vercors plateau, Lorraine, and the ruins of the First World War in the North). The comparison drawn from the French cases has from the outset endeavoured to establish links with foreign researchers. The aim of the conference is both to present the main results of the Ruins programme and to broaden the debate from a resolutely transnational perspective, as a prelude – we hope – to new research initiatives.

On the one hand, the notion of war ruins, which may seem uncontested, actually needs to be questioned: these ruins have various origins linked to the conditions and circumstances of the destruction, which are themselves linked to the evolution of the forms of warfare. They are remnants of war, but not all remnants of war are necessarily ruins (e.g. blockhouses, military citadels, trenches, mine holes, observation posts, etc.), even if they can become ruins over time.

On the other hand, the ruins of war have similarities with other buildings of the same kind: archaeological ruins, the ruins of natural disasters, the reconstructed ruins of romantic gardens, and so on. The idea is not to naturalise ruins by their size or origin, but to historicise their content by analysing the social uses and practices to which they give rise. Finally, we might consider that ruins are the flip side of reconstruction projects that tend to erase their presence: in fact, reconstructions are strongly determined by ruins and have an ambiguous relationship with them (reuse, conservation, integration of ruins into buildings, etc.). What place and what role are assigned to these traces of the past in post-conflict reconstruction and reorganisation?

The conference is divided into 3+1 parts, each of which will focus on the state of the art and research prospects.

  1. The experience of ruins and destruction
  2. The uses of war ruins in war and post-war period
  3. The heritage and tourism of war ruins.
  4. Actors and current events: A final section will be devoted to the views of actors involved in the various uses of ruinous remains. Specific attention will be paid to the Ukrainian case.

Duration: 2.5 days

Scientific Advisory Board :

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS


 

  1. Exemple, pour la Normandie, un inventaire de ces vestiges, coordonné par la DRAC et le laboratoire HisTeMé, est en phase de finition. Voir : https://sgm.hypotheses.org/147 []

Après la bataille

Que reste-t-il d’une bataille sur le lieu où elle s’est déroulée? Peu de choses assurément, même si l’empreinte spatiale des grands combats de l’ère industrielle est plus évidente, des dégâts environnementaux aux grands monuments postérieurs. Pourtant, les sites de combat de toutes les époques suscitent de l’intérêt, de la curiosité, voire un véritable engouement. Un tourisme spécifique s’est développé, dont les racines remontent loin. Aux yeux de ces visiteurs, les champs de bataille portent une part irréductible de la mémoire des guerres et celle-ci s’y inscrit d’une manière de plus en plus massive à travers de multiples usages sociaux, culturels, politiques, pédagogiques. Dans ce volume, une vingtaine de chercheurs et chercheurs explorent cette histoire des lieux de mémoire, du XVIe siècle à nos jours. Leurs articles font varier les échelles et les démarches, et transporteront le lecteur des guerres ‘Italie à la guerre du Pacifique et du Québec à la Lorraine, en passant par le Portugal ou la Normandie.

TABLE DES MATIERES

Première partie. Régime mémoriel de l’époque moderne

« Prenez vostre violon et sonnez-moy toujours […] la Défaitte des Suisses » : mémoires et usages mémoriaux des champs de bataille chez Brantôme. Benjamin Deruelle

Battlefields, Images and Cultures of Remembrance in the Thirty Years War. Peter H. Wilson et Claire Gantet

Les fantômes du champ de bataille de Malplaquet, de 1709 à nos jours.
Catherine Denys

« Le principal théâtre de Mars ». Un « tourisme de champ de bataille » précoce dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle (1715-1775).
Gerrit Verhoeven

Deuxième partie. Creuset de la nation : le tournant du xixe siècle

« Un pèlerinage au champ de bataille de Fontenoy » : la bataille mémorielle autour du 11 mai 1745 dans la presse irlandaise (1840-1914). Pierre-Louis Coudray

The Magic of Trafalgar: Battlefield History as Myth. Andrew Lambert

Localiser pour célébrer ? Quelques observations sur les lieux de combat de 1810 au Portugal. Valeria Pansini

Des champs de bataille de 1870-1871 aux champs de mémoire religieux.
Xavier Boniface

Les champs de bataille, nouveaux « monuments historiques » dans l’Europe du XIXe siècle. Gilles Malandain

La mémoire étiolée du parc des Champs-de-Bataille de Québec. Lorsque vainqueurs et vaincus ne forment qu’un ! Dany Fougères

Troisième partie. Le second XXe siècle : une diversification des usages ?

Paysage de guerre, enjeux et défis géopolitiques du champ de bataille.
Philippe Boulanger

Appropriation du champ de bataille par l’acte artistique : exploiter les traces de lieux bouleversés. Aurélie Michel et Susanne Müller

Itinéraire mémoriel sur les champs de bataille normands. Aperçu sur les usages sociaux du Débarquement et de la Bataille de Normandie, 1944-2019. Françoise Passera

Invitation au voyage sur les champs de bataille perdus de la Seconde Guerre mondiale. Réflexions sur le Retour à l’île de Mindoro d’Ôoka Shôhei, ancien soldat japonais. Naoko Seriu

War Walks with Clio. The role of historical battlefields in military education. Wim Klinkert

La mémoire des champs de bataille aériens. Jérôme de Lespinois

Conclusions. Stéphane Michonneau

Pour commander l’ouvrage

28.04 : Séminaire : “Autour de l’exposition “Objets en héritage”.

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

Cécile Barbier présentera l’enquête qu’elle a menée auprès des habitants d ‘Oradour, parents de victimes, qui ont gardé auprès d’eux des objets retrouvés dans les ruines du village.

Ses travaux ont mené à la création d’une exposition au Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane :
L’exposition Oradour Objets en héritage au Centre de la mémoire d’Oradour présente à partir du 7 avril 2023 des objets ayant appartenu aux habitants du village avant le massacre du 10 juin 1944. Ces objets ont été récupérés, conservés, transmis depuis cette date. L’exposition montre qu’ils sont aujourd’hui encore les traces de ce drame, c’est-à-dire de l’exécution de toute une population, 643 personnes du plus jeune au plus âgé de ses habitants, et aussi de la matérialité de la violence exercée. Ces objets conservés et transmis, à l’intérieur des familles souvent, ont pour certains d’entre eux été prêtés pour l’occasion. L’exposition permet de découvrir l’histoire de cette transmission, tout comme les premières volontés de rassembler, conserver les objets rescapés et même de les exposer.”

10.23 :Les pèlerinages sur le front occidental de la Première Guerre mondiale : de la fin de la guerre aux pratiques contemporaines.

APPEL A CONTRIBUTION

 

19 et 20 octobre 2023, Caverne du Dragon Musée du Chemin des Dames / Château-Thierry (Aisne – France)

Organisation : Université de Lille, Conseil départemental de l’Aisne
Avec le soutien de la Région des Hauts-de-France, la ville de Château-Thierry, le VDK, l’ABMC, la CWGC, la DMCA.

Comité d’organisation : Stéphane Michonneau, Université de Lille, Franck Viltart, Département de l’Aisne, Heather Warfield, Antioch University (USA).
Comité scientifique : Philippe Nivet, Gilles Malandain, Anne Hertzog, Laurent Veyssière, Franck Viltart, Heather Warfield, Stéphane Michonneau.

La Première Guerre mondiale a duré quatre ans et s’est déroulée sur pas moins de onze théâtres d’opérations à travers le monde. Des millions de personnes y ont perdu la vie. Le long du front occidental, de la côte belge à la frontière franco-suisse, les soldats se sont battu le long d’un front étroit de 1914 à 1918. C’est finalement le front occidental qui a causé le plus de pertes humaines et où s’est décidée l’issue de la guerre. Pendant la guerre elle-même, au gré des gains territoriaux, les soldats sont retournés dans les cimetières provisoires où leurs camarades étaient tombés. Dès la fin de la guerre et durant les décennies qui ont suivi, des dizaines de milliers d’anciens combattants, de familles de défunts et de délégations officielles ont entrepris des pèlerinages sur les champs de bataille à la recherche de proches disparus dans un vaste mouvement d’hommage collectif ou individuel sans précédent dans l’histoire.
Pour les aider dans leur voyage, des guides de pèlerinage au front ont été publiés, nous donnant un aperçu des itinéraires, des objectifs et des prescriptions à l’égard de ses pèlerins du souvenir. Parmi les pèlerinages de grande envergure documentés dans des guides ou des témoignages connus, citons les célèbres Guides illustrés Michelin des champs de bataille, le pèlerinage d’Ypres de 1925 (voir The Immortal Salient : An Historical Record and Complete Guide for Pilgrims to Ypres), le pèlerinage de l’American Legion de 1927 (The American Legion Official Program and Guide Book), le pèlerinage de la Royal British Legion de 1928 (The Story of an Epic Pilgrimage : The Battlefields Pilgrimage) ou encore le pèlerinage de Vimy de 1936 (Guide Book of The Pilgrimage to Vimy and the Battlefields). En plus de ces pèlerinages organisés, les membres des familles se sont rendus sur les champs de bataille et dans les cimetières dans le cadre de leur processus de deuil et pour donner un sens à la mort de leurs proches. Parmi les exemples de ces pèlerinages, citons les pèlerinages des Mères de l’étoile d’or des États-Unis en 1930-1933. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux soldats vont également visiter les cimetières et les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Si le deuil fut un phénomène qui a marqué les sociétés de l’entre-deux-guerres, de nombreux descendants de vétérans de la Première Guerre mondiale continuent de rechercher aujourd’hui des informations sur leurs ancêtres et sur les conditions dans lesquels ils ont combattu, se distinguant du flux de touristes qui continuent de visiter les lieux de mémoire. Ainsi, les pèlerinages, dans leurs spécificités, se poursuivent vers des sites faisant l’objet d’aménagements renouvelés depuis les commémorations du centenaire, tels que les vestiges des champs de bataille, les ruines, les cimetières, les mémoriaux. Les nouveaux pèlerins (re)découvrent les paysages, l’histoire de ces sites et les multiples conséquences de la guerre, pour les territoires comme leurs habitants.  
Les pèlerinages contemporains sur le front occidental s’inscrivent aussi dans une tendance plus large de croissance des pèlerinages dans le monde entier. Au-delà de leur signification historique, les sites de pèlerinage sont réimaginés par des individus en quête de sens, d’un lien avec l’histoire et leur propre récit familial, d’une quête spirituelle ou même d’une amélioration de leur santé et de leur bien-être. Le développement des pèlerinages induit des pratiques touristiques qui impactent fortement le développement socio-économique et culturel des régions concernées. Les pèlerinages sont devenus très tôt une ressource de mise en valeur des territoires dont il faut comprendre les caractéristiques et mesurer les évolutions au cours du XXe et XXIe siècles. Traditionnellement du ressort des études religieuses et littéraires, la recherche sur les pèlerinages englobe désormais l’histoire, la sociologie, la géographie, l’anthropologie et la psychologie.
Sur la base de ses différentes approches, le colloque se propose d’aborder différents thèmes propres aux pèlerinages sur les traces de la Grande Guerre, de l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, sur le front occidental.

Propositions (2000 mots max) à envoyer AVANT LE 1er JUIN 2023 à :
Stephane.michonneau@univ-lille.fr et franckviltart@hotmail.com

20.03.2023 Le dessous des images : Les décombres et la survivante

Présenté par Sonia Devillers avec le commentaire historique de Stéphane Michonneau.

Voir le document

Le 14 janvier 2023, un missile russe percute un immeuble de la ville de Dnipro. Cette attaque, qui visait des habitations, a fait de nombreuses victimes civiles. On peine à croire ce qu’on voit : une jeune femme miraculée se distingue au milieu des ruines…

Signe de vie au milieu du chaos de la guerre, la jeune femme semble résumer le sort des civils ukrainiens. Dans le flot continu d’images de combats et de destructions, ce cliché a suscité une grande émotion. L’auteur de la photo, Arsen Dzodzaev, nous décrit le contexte dramatique de cette prise de vue. L’historien Stéphane Michonneau analyse la représentation des ruines et des survivants dans l’iconographie de la guerre. 

27.01.2023 : Les pèlerinages états-uniens à Bois-Belleau au lendemain de la Première guerre mondiale

Le web séminaire de la nouvelle année 2023 accueille une chercheuse américaine (au nom prédestiné !) Heather Warfield, chercheuse en psychologie de l’université Concord. Elle s’intéresse aux dimensions psychologiques et thérapeutiques des voyages de pèlerinage. Ses recherches se sont concentrées sur le front occidental de la Première guerre mondiale et notamment le site de la bataille du Bois de Belleau, dans l’Aisne.

 

 

Cérémonie commémorative du 100e anniversaire de la bataille de Bois Belleau, en juin 2018.

Sa conférence sera en langue anglaise.

Le lien de connexion : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

 

Documentaire : “Ruines. Les blessures de la guerre”

 

Pour voir le film : suivre le lien

Un documentaire réalisé par Cédric Gruat en 2021.

En parallèle de leur cortège de destins broyés, les conflits armés ont ravagé, depuis plus d’un siècle, des villes entières, de l’Europe au Proche-Orient. Tout en images d’archives, une réflexion puissante sur l’utilisation par les belligérants de l’effarant spectacle de la désolation. 

Au cours de la Première Guerre mondiale, la France est le pays le plus touché par les destructions. Les vues des villes réduites en miettes (Reims, Arras…) sont instrumentalisées par le gouvernement pour dénoncer la “barbarie” de l’ennemi. Avec la généralisation des raids aériens, la Seconde Guerre mondiale s’accompagne d’un changement d’échelle dans la dévastation. Durement frappé par les bombes alliées, le territoire allemand devient en 1945 le plus vaste champ de ruines d’Europe, de Cologne à Dresde en passant par Berlin. Alors que les femmes s’attellent au déblaiement, les décombres deviennent un décor naturel pour la réalisation de films de fiction. Plus près de nous dans le temps, il y eut Beyrouth, au Liban, dévasté par la guerre civile (1975-1990). Puis est venu le chaos en Syrie. Avec la révolution qui y éclate en 2011, les destructions, provoquées par les bombardements du régime, changent de nature : elles ne sont plus un simple effet collatéral du conflit, mais le résultat d’une stratégie. En anéantissant des villes entières comme Alep, Bachar el-Assad a décidé de chasser une partie de son peuple, tout en rendant les conditions d’un retour impossibles. 

Incompréhension et effroi 
Des appartements soufflés, des immeubles effondrés, des villes réduites en cendres… Ici, en noir et blanc, des rideaux ondulent sur des façades éventrées, là, en couleurs, des monceaux de pierres encombrent des rues autrefois arpentées par des piétons insouciants. Entre incompréhension et effroi, les destructions sont devenues l’image même de la guerre. Mais que faire de ces ruines ? Que signifie vivre parmi les décombres ? Faut-il les conserver pour garder intacte la mémoire des souffrances endurées ? Faut-il les déblayer et reconstruire ? Quels sont les usages politiques et esthétiques de ce spectacle de la désolation ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles le film de Cédric Gruat (Drôle de guerre1945 – Le temps du retour), entièrement constitué d’archives (films d’actualités et amateurs, photos), tente de répondre, en analysant les grandes déflagrations qui ont ravagé l’Europe et le Proche-Orient aux XXe et XXIe siècles. 

 

 

 

 

27.10.2022 : Web séminaire de RUINES

Le séminaire mensuel de Ruines a lieu tous les derniers mercredis du mois, de 10h à 12h. Il est en visioconférence :

Lien Zoom

Stéphane Michonneau et Aurélie Audeval accueillent deux géographes de l’université de Lorraine :

Déterritorialisation et re-territorialisation autour de la Ligne Maginot en Lorraine

par Denis Mathis LOTERR, Université de Lorraine et Emmanuel Chiffre université de Lorraine

20-21.10.22 : Quelles trajectoires pour les ruines de guerre ?

Journées d’étude : Lire la ruine dans le paysage : les enjeux autour de l’enfrichement et de l’enruinement



Au fil des siècles, les marges frontalières ont conservé de multiples traces des nombreux affrontements qui ont émaillé leur histoire. La permanence des ruines au sein des paysages, camouflées ou effacées par les phases de reconstruction, rappelle une histoire troublée par de nombreux épisodes de guerre de même que le rapport complexe de notre société au passé. Cette journée d’études cherche à questionner la place actuelle des ruines de guerre au sein des territoires et des paysages. Il ne s’agit plus d’observer les ruines chaudes et fumantes, telles qu’elles peuvent encore apparaître dans les témoignages et archives, mais d’analyser les trajectoires de
résiliences, de rémanences prises par les ruines refroidies des guerres. Ces trajectoires et la place prise par les scories du passé peuvent s’inscrire dans des logiques multiples d’enfrichement, d’érosion, d’hybridation ou se réinscrire dans une dimension mémorielle et monumentale en lien ou non avec la reconstruction. Les usages sociaux qui découlent alors des formes prises par les ruines traduisent une
appropriation, une perception, qu’il convient également d’observer et d’analyser pour
comprendre les trajectoires actuelles et futures autour des ruines de guerre.

Nous retiendrons trois axes d’échange durant cette cession d’études
Lire la ruine de guerre… après la guerre

La permanence de la ruine de guerre dans les paysages, fait d’elle un élément constitutif du cadre de vie des populations parfois bien longtemps après le conflit. Le récit du conflit s’estompe plus rapidement que les traces de celuici. Il y a donc une perte du signifié. Mise en scène, la ruine constitue des éléments totémiques, des repères, voire des géosymboles du cadre de vie des habitants. Cependant il peut s’agir également de sites délaissés, marginalisés, devenus des espaces indéfinis et inappropriés pour les hommes. Lieux en jachère, les ruines abandonnées ne sont toutefois pas dépourvues d’usages et s’inscrivent dans des pratiques exploratoires, de loisirs. Ainsi un éventail de trajectoires se dessine dans les lectures et les appropriations des ruines de guerre par les habitants, les collectivités territoriales….

L’hybridation de la ruine : le géopatrimoine
Reconstructions, recyclages, reconversions effacent partiellement ou totalement la ruine de guerre. Cependant celleci connaît un processus d’altération par enfrichement, enruinement et érosion, qui façonne un paysage complexe, parfois post
apocalyptique, le plus souvent inscrit dans une logique de cicatrisation par phytoremédiation. Ainsi se dessine un paysage environnementale ou morphologique particulier qui traduit la réinscription de la ruine dans son milieu (urbain, agricole, forestier) à toutes les échelles du paysage (micropaysage, paysage lieu, paysage panorama…). Ce processus d’hybridation entre la ruine et l’environnement atténue et
cicatrise la perception « brute » des vestiges. Ces derniers perdent partiellement leur forme identifiable, héritée du conflit, et constituent désormais une structure déformée
par le temps. Celleci traduit une fossilisation morphologique de la ruine de guerre. Dans un certain nombre de situation, la perception de cette hybridation permet d’inscrire la ruine comme un élément d’un géopatrimoine, c’est à dite d’objets recouvrant des réalités physiques multiformes (formes de relief, sols, rivière, lacs,
nappes souterraines…) dont certaines sont aujourd’hui sujettes à une reconnaissance patrimoniale ou à des pratiques artialisantes.

Sur les ruines : comment conserver et écrire les mémoires ?

Ce troisième temps cherche à analyser les trajectoires de « fabrique » des lieux ruinés.Nous retiendrons en particulier les pratiques mémorielles et les processus de reconstruction.

Ainsi les débris concassés par la guerre constituent des terrains propices au marquage mémoriel. Ce marquage avec la mise en scène patriotique ou l’essor du tourisme de mémoire permet de développer une approche pédagogique. Ainsi les ruines conservent un signifié, ce qui permet de préserver un récit mémoriel de la guerre.Cependant la question de l’aménagement, de la préservation peut se confronter à des nouveaux usages des lieux sans qu’il y ait toujours une rupture fonctionnelle.
D’autre part, la reconstruction qui recouvre les ruines, les fait disparaître à première vue, réapproprie l’espace perturbé et déconstruit par la guerre : elle remet de l’ordre dans le désordre de la ruine par les choix opérés. Cependant, elle n’efface pas totalement les traces des ruines et permet d’intégrer ou de réintégrer certains éléments ruinés dans le paysage afin de délivrer un message. Ainsi un cycle de destructions/reconstructions participe à la conservation de la ruine sous d’autresformes.
La journée d’étude est organisée par les équipes du LOTERR (Laboratoire d’Observation des Territoires, EA 7304), du CRUHL (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, EA 3945), de 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, EA 3478) de l’université de Lorraine (NancyMetz). Elle s’inscrit dans le cadre
de l’OHM Pays de Bitche au titre du Labex DRIIHM, programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR11LABX0010 et de l’ANR « Ruines » (portant(référence ANR19CE270002) coordonnée par Stéphane Michonneau (IRHiS université de Lille,
https://ruines.hypotheses.org ) et porté par la Maison Européenne
des sciences de l’homme et de la société (MESHS , Lille).

La journée d’étude s’organisera en deux temps.

Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes
(20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est
prévue.

Coordination scientifique : D. Mathis, E. Chiffre, L. Jalabert, F. Hein, D. Harmand, S. Michonneau

Les 20 et 21 octobre, dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche (LabEx DRIIHM ANR-11-LABX-0010) et de l’ANR “Ruines” (ANR-19-CE27-0002), les équipes du LOTERR, du CRUHL, de 2L2S et de l’Université de Lorraine, organisent deux journées d’étude traitant des  trajectoires pour les ruines de guerre.
Les journées s’organiseront en deux temps.
– Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes (20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est prévue.
– Le second temps est programmé au coeur du Pays de Bitche dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche et le soutien de la SHAL. Il permettra de poursuivre les échanges académiques avec plusieurs interventions.
Les communications feront l’objet d’une publication après évaluation au sein d’un numéro spécial suivant les thématiques au sein de la Revue Géographique de l’Est et des Annales de l’Est.

14.10.22 : Traces et commémorations des guerres

Journée d’études  organisée par Jérôme Lévy et Antoine Coutelle du laboratoire du CRIHAM, Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie, à l’université de Poitiers

Dans le cadre du programme ANR Ruines, et des masters Science politique et Histoire, Civilisations, patrimoines de l’université de Poitiers.

• Vendredi 14 octobre 2022 – 9h / 17h à l’ Université de Poitiers

En lien avec les recherches menées par une équipe interdisciplinaire de plusieurs universités, cette rencontre se propose d’examiner le rapport de la société avec les destructions commises lors de guerres, du XVIe au XIXe siècle. L’historiographie s’est en effet longtemps contentée de préciser les
dates et les lieux des batailles, mais il convient de s’interroger sur le processus qui les a fait entrer dans la mémoire collective. En effet, les débats érudits ne suffisent pas à créer des symboles. Le rôle de l’école et des manuels dans la construction du passé national est bien connu, mais la réflexion ici
amorcée porte sur le rôle des pouvoirs publics. Quels lieux emblématiques ont été retenus ? Les ruines ont-elles été conservées ou effacées ? Quels ont été les gardiens ? Des monuments ont-ils été dressés ? Quelles ont été les modalités des commémorations ? Cette rencontre examinera successivement trois moments cruciaux : les guerres de religion, les guerres révolutionnaires et la guerre franco-prussienne de 1870-71.

Programme

Matinée

Antoine Coutelle (Criham, Université de Poitiers)
Les ruines des guerres de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Pierre-Jean Souriac (Lahra, Université de Lyon III)
Le sort des murailles des villes huguenotes sous le règne de Louis XIII

Didier Poton (CRHIA, Université de La Rochelle)
Les lieux de la mémoire huguenote des guerres et de la persécution

Nabila Oulebsir (Criham, Université de Poitiers)
Détenus politiques face aux ruines antiques de Lambèse (1848-1861)

Après-midi

Hugues Marquis (Criham, Université de Poitiers)
Les ruines de guerre de la Révolution sur le territoire français, entre Histoire et Mémoire

Jean-Clément Martin (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne)
Conserver et détruire. Ruines et guerres de Vendée

Jérôme Grévy (Criham, Université de Poitiers)
Les traces de la défaite

Contact

Jérôme Grévy et Antoine Coutelle
jerome.grevy@univ-poitiers.fr, antoine.coutelle@univ-poitiers.fr

14.10.22 : Histoires, natures et usages des paysages et ruines de guerre dans l’espace septentrional

Télécharger le programme

Télécharger l’affiche

 

Les régions situées entre la Seine, le Rhin, la Meuse et la mer constituent sans conteste l’un des champs de batailles de l’Europe depuis le XVIe siècle. De la guerre de Quatre-vingt ans au Second Conflit mondial, les nombreuses campagnes militaires et batailles qui s’y sont déroulées ont provoqué destructions et modifications de paysages. Les divers moyens de défense (châteaux, places fortes, lignes fortifiées…) édifiés pour garantir l’intégrité de ces territoires étant souvent mis à mal, la conquête et la démolition de ces infrastructures constituent des trophées dont l’iconographie est relayée par la propagande. Après des périodes plus ou moins longues d’accommodement et d’immortalisation des dévastations de guerre à travers l’art, ces ruines sont régulièrement effacées grâce à la résilience des populations qui reconstruisent les villes et réaménagent les campagnes jusqu’à la prochaine invasion. Ainsi, certaines villes, comme Anvers, Maastricht, Lille ou Metz, et quelques champs de bataille, à l’exemple du chemin des Dames, connaissent plusieurs épisodes guerriers dont les traces se superposent, complexifiant la lecture des paysages et interrogeant le choix de l’oubli ou de la progressive conservation des ruines et des polémo-paysages.

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de l’Agence Nationale de la Recherche RUINES (les usages politiques et sociaux des ruines entre résilience, commémoration et patrimoine) coordonné par Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). Ce programme se développe en trois thématiques :

  1. La question du vécu quotidien des ruines étudiant les formes de résilience des sociétés meurtries et les usages multiples dont les vestiges font l’objet entre appropriation personnelle et matérialisation d’un traumatisme collectif ;
  2. La question des usages politiques et de la reconstruction, interrogeant l’élaboration des discours et la transformation des ruines en monuments commémoratifs et en mémoriaux, visant à transmettre le souvenir des dévastations aux générations suivantes ou au contraire à le dissimuler voire l’effacer ;
  3. La patrimonialisation des ruines constitue une nouvelle pratique sociale, largement motivée par le développement du tourisme de mémoire. Reconstitutions historique (Living history), spectacles son et lumière, tournage de film d’époque et pèlerinages font de ces vestiges des ressources économiques de première importance dont la mise en scène nécessite un regard critique.

Ainsi, cette première journée d’études sur l’histoire, les natures et les usages des paysages et ruines de guerre de l’espace septentrional s’inscrit dans un cycle de réflexion tandis que la deuxième, qui se déroulera à Ypres, s’intéressera à la conservation, la gestion et la valorisation des traces de guerres et la troisième, en Lorraine, portera sur leur invisibilisation.

Lors de ce premier événement, les chercheurs en sciences humaines et les professionnels du tourisme seront amenés à s’interroger sur l’évolution de l’usage des ruines et des paysages de guerre de ces territoires longtemps disputés et régulièrement traversés par les armées depuis le XVIe siècle. Outre des approches locales et thématiques permettant la compréhension de l’originalité de certains vestiges et de leur inscription dans les paysages, les intervenants sont incités à des réflexions comparatives de ces matérialisations du phénomène guerrier, tant chronologiques que géographiques avec une vision transfrontalière.

Trois axes seront développés durant cette première journée :

Axe 1. La création du paysage et de la ruine de guerre. Si les batailles, les bombardements, les exactions et les sabotages provoquent des destructions, certains espaces et bâtiments sont choisis pour être conservés en l’état à l’issue des conflits. Il importe donc de s’interroger sur les critères de ces fossilisations à plusieurs échelles. Si les dégâts matériels sont un critère évident, comme le champ de bataille de Verdun pour la Première Guerre mondiale, dans quelles mesures d’autres éléments comme l’impact historique, les tragédies humaines ou les enjeux politiques et économiques sont-ils décisifs ?

Axe 2. La temporalité du paysage et de la ruine de guerre. Faut-il attendre la fin de la bataille ou de la guerre pour que se développe une reconnaissance du site ou des édifices détruits ? Durant la Première Guerre mondiale, les cas de la cathédrale de Reims et des villages morts pour la France permettent de mettre en évidence les chronologies différentes de la reconnaissance de ces destructions. Par ailleurs, il importe de s’interroger sur la durée de la fossilisation des lieux en fonction du but de leur conservation.

Axe 3. Les débats liés à la reconstruction dans les zones dévastées par les guerres. Rebâtir, réutiliser et se réapproprier des terrains comporte des risques immédiats puis à plus long terme mais soulève également la question des conflits d’usage. La reconstruction sur les ruines est-elle systématiquement une reconstitution imposant la destruction matérielle et mémorielle de la ruine ? Par ailleurs, relever sur les champs de bataille ne provoque-t-il pas une perte de sens du paysage et donc de sa mémoire ?

Comité d’organisation

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctorantes IRHiS, ULille

Philippe Diest, Enseignant-chercheur Histoire contemporaine, Institut Catholique de Lille, affilié IRHIS

History, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area. “

Areas located inbetween the Seine, the Rhin, the Meuse and the North sea have undoubtly been one of the main battlefields in Europe since the XVIth century. From the Eighty Years’ War to World War II, the many military campaigns and battles that took place there resulted in destruction and landscape modification. The various means of defense (castles, strongholds, fortified lines, etc.) built to guarantee the integrity of these territories being often undermined, the conquest and demolition of these infrastructures constitute trophies whose iconography is relayed by the propaganda. After varyious periods of accommodation and immortalisation of the war’s devastation through art, these ruins are regularly erased thanks to the resilience of the populations who rebuild the cities and redevelop the countryside until the next invasion. Thus, some cities, such as Antwerp, Maastricht, Lille or Metz, and some battlefields, such as the Chemin des Dames, have experienced several warlike episodes whose traces overlap, making it more difficult to read the landscapes and questioning the choice of oblivion or the progressive ruins’ conservation and landscapes modeled by acts of war.

This Study Day is part of the program of the Agence Nationale de la Recherche RUINES (the political and social uses of ruins amoung resilience, commemoration and heritage) coordinated by Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). This program is developed around three themes:

  1. The question of the daily experience of ruins, studied thanks to the forms of battered societies’ resilience and the multiple uses of which the buildings’ remains are the subject of personal appropriation and the materialization of a collective trauma;
  2. The question of political uses and reconstruction, questioning the conception of speeches and the transformation of ruins into commemorative monuments and memorials, aimed at transmitting the memory of the devastations to subsequent generations or, on the contrary, to conceal it or even erase it;
  3. The patrimonialization of the ruins constitutes a new social practice, largely motivated by the tourism of memory’s development. Living history, Sound and Light shows, shooting of period films and pilgrimages make these remains of major economic resources, the staging of which requires a critical look.

Thus, the Study Day on the history, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area is part of a cycle of reflection. A second day, which will take place in Ypres, will focus on the conservation, management and enhancement of traces of war. A third day in Lorraine will focus on their invisibilisation.

During this first event, researchers in the human sciences and tourism professionals will be asked to wonder about the evolution of the use of ruins and war landscapes of these territories long disputed and regularly crossed by the armies since the Sixteenth century. In addition to local and thematic approaches allowing the understanding of certain vestiges’ originality and their inscription in the landscapes, the speakers are encouraged to comparative reflections of these materializations of the warrior phenomenon, both chronological and geographical with a cross-border vision.

Three axes will be developed during this day:

Axe 1. The creation of the landscape and the ruin of war. While battles, bombardments, abuses and sabotage cause destruction, certain spaces and buildings are chosen to be preserved as they are after the conflicts. It is therefore important to question the criteria for these fossilizations on several scales. If material damages are an obvious criterion, like the Verdun battlefield for World War I, to what extent are other elements such as historical impact, human tragedies or political and economic issues decisive?

Axe 2. The temporality of the landscape and the ruin of war. Should we wait until the end of the battle or the war for recognition of the site or the destroyed buildings to develop? During World War I, the cases of the cathedral of Reims and of the villages which died for France make it possible to highlight the different chronologies of the recognition of this destruction. In addition, it is important to question the duration of the fossilization of places depending on the purpose of their conservation.

Axe 3. The debates related to reconstruction in areas devastated by war. Rebuilding, reusing and reclaiming land involves immediate and then longer-term risks, but also raises the issue of conflicts of use. Is reconstruction on the ruins systematically a reconstruction requiring the material and memorial destruction of the ruin? Moreover, does not picking up on the battlefields cause a loss of sense of the landscape and therefore of one’s memory?

Organizing Committee

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctoral students IRHiS, ULille

Philippe Diest, Lecturer in Contempory History, Institut Catholique de Lille

 

 

30.09-2.10. 2022 : MARZABOTTO

A l’occasion des commémorations du 77e anniversaire du massacre de Marzabotto, le collectif VILMA se rend sur les lieux. Un programme organisé par Patrizia Dogliani réunit des élus d’Oradour-sur-Glane et de Marzabotto se déroule sur trois jours. Il donnera lieu à quelques billets après notre retour.

lécharger l’affiche

Giornate internazionali di Montesole 2022
Journées internationales de Montesole 2022

Venerdì, 30 settembre 2022/ Vendredi 30 septembre

ore 15 – 16 : arrivo dei partecipanti a Marzabotto
15-16 h : arrivée des participants à Marzabotto

ore 15 – 18 : visita ai luoghi dell’eccidio e incontro con i soggetti di Monte Sole e le autorità comunali presso la Fondazione Scuola di Pace.
15-18h : Visite des lieux du massacre et rencontre avec les autorités municipales de Monte Sole à l’Ecole de la Paix.


Sabato, 1 ottobre 2022/Samedi 1er octobre

ore 9.00 – 10.0 presentazione alla cittadinanza e agli ospiti stranieri dell’Arc

ore 9.00 – 10.00    CASA DELLA MEMORIA DI MARZABOTTO. Presentazione alla cittadinanza e agli ospiti stranieri dell’Archivio del Comitato – Centro di documentazione a cura del Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto. 9h-10h : Présentation de la Maison de la Mémoire de Marzabotto du centre de documentation par le Comité régional pour les hommeurs aux morts de Marzabotto..

ore 10.00 – 13.00. BIBLIOTECA COMUNALE DI MARZABOTTO
Workshop internazionale Monte Sole-Oradour-sur-Glane : esperienze a confronto. / Atelier international : Monte Sole et Oradour-sur-Glane : expériences comparées.

Coordina / Coordinateur : Carlo de Maria (Université de Bologne)

Patrizia Dogliani (Università di Bologna).” Introduzione ai lavori: stabilire un confronto tra luoghi e memorie degli eccidi della Seconda Guerra mondiale in Italia e in Francia”. Patrizia Dogliani (Université de Bologne) “Introduction. Etablir une comparaison entre les lieux et les mémoires des massacres de la Seconde Guerre mondiale en Italie et en France .”

Babette Robert (Direttrice Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane), La creazione e le attività del Centro museale e di documentazione d’Oradour. Babette Robert (directrice du centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane. La création et les activités du Musée et du centre de documentation d’Oradour.

Stéphane Michonneau (Università di Lille) – Presentazione del programma di ricerca francese ed internazionale RUINES, 2020-2024. Stéphane Michonneau (Université de Lille) – Présentation du programme de recherche français et international RUINES, 2020-2024.

Anne Hertzog (Università di Cergy-Pontoise) – Turismo e memoria nella elaborazione del patrimonio culturale di un villaggio-martire.
Anne Hertzog (Université de Cergy-Pontoise) – Tourisme et mémoire dans l’élaboration du patrimoine culturel d’un village-martyr

Carlo Arrighi (Università di Bologna) – Monte Sole–Oradour-sur-Glane, uno sguardo comparato: primi passi di una ricerca.
Carlo Arrighi (Université de Bologne) – Monte Sole – Oradour-sur-Glane, un regard comparatif : premiers pas d’une recherche

Federico Chiaricati (Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), “Metterei «La comunità di Monte Sole nella transizione tra guerra e dopoguerra. L’impatto socioeconomico della strage, della guerra e dell’occupazione».
Federico Chiaricati du Comité régional d’honneur aux morts de Marzabotto. “La communauté de Marzabotto dans la transition entre guerre et après-guerre, l’Ompact socio-économique du massacre, de la guerre et de l’Occupation”.

Eloisa Betti (Università di Bologna – Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), “La costruzione di un luogo della memoria: Monte Sole dall’abbandono a simbolo internazionale di pace”.
Eloisa Betti (Université de Bologne, comité régional pour les honneurs aux morts de Marzabotto. “La construction d’un lieu de mémoire : Monte Sole, de l’abandon à un symbole international de paix”.

Massimo Rossi (Ente Parchi Emilia Orientale), Il ruolo del Parco Storico di Monte Sole per la preservazione dei luoghi.
Massimo Rossi (Emilia Orientale Park Authority), Le rôle du parc historique de Monte Sole pour la préservation des lieux.

Elena Monicelli (Scuola di Pace di Monte Sole), Educazione alla pace : l’azione della Scuola di Pace di Monte Sole.
Elena Monicelli, Ecole de la Paix de Monte Sole, “L’éducation à la paix : l’action de l’école de la Paix de Montesole”.

Tito Menzani (Coordinatore Didattica, Comitato regionale per le Onoranze ai Caduti di Marzabotto), L’attività didattica con le scuole di Monte Sole. Tito Menzani, coordinateur pédagogique du Comité régional pour les honneurs aux morts de Marzabotto. Les activités pédagogiques avec les écoles.

ore 14.30 – 16.30 : BIBLIOTECA COMUNALE DI MARZABOTTO.
Tavola rotonda con i luoghi della memoria italiani.
Table ronde sur les lieux de mémoire italiens

Coordina / Coordinatrice : Andrea Marchi (Comité Régional d’Honneur aux Morts de Marzabotto).
Con la partecipazione di amministratori e rappresenti dei luoghi della memoria italiani (Montesole, Sant’Anna di Stazzema, Casa Cervi, Risiera di San Sabba, Fossoli) e delle associazioni familiari.
Avec la participation d’administrateurs et de représentants de lieux de mémoire italiens : Montesole, Sant’Anna di Stazzema, Casa Cervi, Risiera di San Sabba, Fossoli et d’associations familiales.

ore 18- 19. Proposte per progettualità europee condivise

Coordina: Patrizia Dogliani (Università di Bologna)/ Coordination : Patrizia Dogliani (Université de Bologne.

Partecipano: Aurelie Audeval (Université de Lille), Françoise Passera (Université de Caen), François Rouquet (Université de Caen), Gilles Malandain (Université de Versailles), Jerome Grévy (Université de Poitiers), Anna-Marie Granet (Université de Grenoble), Pierre Louis Fillet (direttore del Museo di Vassieux,  Vercors), Benoit Sadry (Presidente  dei familiari delle vittime di Oradour-sur-Glane).


Domenica, 2 ottobre 2022/ Dimanche 2 octobre

ore 9 – 12 partecipazione degli invitati stranieri ed italiani alle iniziative di commemorazione dell’eccidio .
9h-12h00 : Participation des invités à la commémoration du massacre.

14-15. 09. 2022 : Être au lieu. Journées d’études

L’ANR RUINES  poursuit le développement d’un programme de recherche autour des usages politiques et sociaux des ruines de guerre, dans le but d’explorer la relation de nos sociétés à leurs passés violents et à leurs traces matérielles. Dans une logique pluridisciplinaire, la ruine, regardée en France du XVIe s. à nos jours, y est saisie à travers des approches théoriques et méthodologiques variées – enquête ethnographique, numérisation, études archivistiques ou encore études spatiales. Les chercheurs impliqués y questionnent en particulier le vécu des ruines de guerre, principalement dans leur dimension paysagère, ainsi que les imaginaires et les politiques qui leur sont associés dans différents contextes.

L’ambition des journées Être au lieu est d’interroger et de discuter les éléments idéels et matériels constitutifs d’un lieu, faisant condition de l’expérience, et plus particulièrement donnant accès à des processus collectifs de transmission mémorielle. En questionnant les modalités pratiques d’une entrée dans l’histoire par le lieu, l’intention est d’appréhender les formes de rapports de l’individu à l’histoire, de la communion sensible à l’analyse critique. Cet objectif théorique se concrétise avec l’ouverture d’un projet de conception d’un dispositif numérique muséal conçu pour accompagner les visiteurs dans le parcours du village d’Oradour-sur-Glane (application « Oradour ici maintenant »), chargé de surcroit des souhaits de conservation en direction des jeunes générations non liées à la guerre, de lutter contre les discours négationnistes, prendre le relai par le verbe de traces du massacre qui s’effacent (traces d’incendie du village lavées par les pluies) tout en laissant l’espace pour chacun d’aborder l’histoire à sa manière.

Afin de saisir dans la diversité et la labilité de leurs expressions les rapports aux lieux et à l’histoire,  les journées “Être au lieu” proposent de réunir des intervenants d’horizons variés, dégagés des exigences propres aux Mémoriaux de guerre. La perspective est d’enrichir nos visions respectives, traversées en filigrane par la question de l’imaginaire. Imaginaire historique, anachronisme, dérive, constituent ainsi quelques pistes de réflexion que nous aimerions développer. Les échanges auront pour retombée immédiate l’élaboration de la méthode d’évaluation de l’application « Oradour Ici Maintenant », en questionnant les critères de succès ainsi que les intentions fondamentales de ce type de médiation. Ces journées constitueront par ailleurs le point de départ d’un séminaire déroulé en 4 séances, donnant lieu à la publication d’un ouvrage.

Le déroulé des journées prévoit une journée d’étude précédée d’une demi-journée de visite du village et du Centre de la Mémoire afin que chaque intervenant ait la possibilité de faire résonner son discours théorique avec la spécificité du lieu.

Nous vous espérons nombreux à ce rendez-vous,

Cécile Barbier, Nicolas Canova, Stéphane Michonneau et Babeth Robert

Pour tout renseignement ou nous informer de votre venue canovanicolas@yahoo.fr