Archives de catégorie : Actualités

3.2.2021 : Recueillir un témoignage pour écrire l’histoire

Séminaire de formation dans le cadre de l’ANR Ruines. Visioconférence organisée par l’Université de Caen Normandie, le 3 février 2021, de 9h à 12h et 13 h 30 à 16 h 30.

Ce séminaire a pour objectif de donner aux participants, (étudiants ou chercheurs du projet) les éléments essentiels pour conduire des entretiens oraux avec des témoins. Ces entretiens et ces récits de vie doivent être réalisés selon quelques principes méthodologiques en vigueur en histoire et en anthropologie. Ces principes sont importants pour pouvoir constituer des entretiens qui puissent permettre de bâtir une connaissance sur le sujet mais aussi et surtout de constituer des archives sonores qui devront être conservées pour fonder une collection patrimoniale pouvant être réutilisée à l’avenir, soit pour de nouvelles recherches, soit pour de la valorisation.

Le déroulé de ce séminaire est conçu dans une dimension essentiellement pratique. Il consistera à donner les principes de la méthode de l’entretien par les récits de vie, à partir d’expériences de recherche et formation à la recherche. A partir d’exemple de collectes déjà réalisées qui seront repris tout au long des étapes de la journée, seront envisagés les points à suivre, les erreurs à éviter et la réalisation d’une première campagne d’entretiens ainsi que les principes de conservation des entretiens.

La session est prévue en 2 fois 3 heures qui suivront le principe de la réalisation des entretiens (avant, pendant, après), précédé d’une introduction générale rappelant les rapports mémoire-histoire dans la construction respective de ces récits. Il serait bon qu’au terme des premières expériences de collecte soit prévu un deuxième temps de partage d’expérience pour la suite du projet.

1 – la mémoire et le témoignage : un matériau pour l’historien

2 – L’entretien : précautions et méthode = Avant, Pendant l’entretien

3 – le traitement des sources recueillies : Transcription et mise en fiches, Conservation – problèmes juridiques.

Anne Marie Granet

Vient de paraître : Une histoire universelle des ruines

Il n’existe pas plus d’hommes sans mémoire que de sociétés sans ruines. Cette Histoire universelle des ruines vise à élucider le rapport indissoluble que chaque civilisation entretient avec elles. L’Égypte ancienne confie la mémoire de ses souverains à des monuments gigantesques et à des inscriptions imposantes. D’autres sociétés préfèrent pactiser avec le temps, comme les Mésopotamiens, conscients de la vulnérabilité de leurs palais de briques crues, qui enterrent dans le sol leurs inscriptions commémoratives.
Les Chinois de l’Antiquité et du Moyen Age remettent le souvenir de leurs rois et de leurs grands hommes à des inscriptions sur pierre et sur bronze dont les antiquaires scrupuleux collectent les estampages. D’autres encore, les Japonais du sanctuaire d’Isé, détruisent puis reconstruisent à l’identique, en un cycle infini, leurs architectures de bois et de chaume. Ailleurs, dans le monde celtique et en Scandinavie, comme dans le monde arabo-musulman, ce sont les poètes ou les bardes qui ont la charge d’entretenir la mémoire.
Les Grecs et les Romains considèrent les ruines comme un mal nécessaire qu’il faut apprendre à interpréter pour les maîtriser. Le monde médiéval occidental affrontera l’héritage antique avec une admiration fortement teintée de répulsion. Face à cette tradition, la Renaissance entreprend un retour d’un type nouveau à l’Antiquité, considérée comme un modèle du présent qu’il faut imiter pour mieux le dépasser.
Les Lumières enfin bâtissent une conscience universelle des ruines qui s’est imposée à nous comme le ” culte moderne des monuments ” : un dialogue avec les ruines qui se veut universel et dont ce livre porte témoignage. Passant d’une civilisation l’autre, Alain Schnapp s’appuie autant sur des sources archéologiques que sur la poésie. Magnifiquement illustrée, cette somme est l’œuvre d’une vie.

Retrouvez une intervention d’Alain Schnapp à la Grande Table idées de France culture : Les ruines, pilier du souvenir .
Les conférences de son séminaire “Une histoire universelle des ruines” sont disponibles sur le site de l’École du Louvre.


BelchitE, Ruines-fantômes de la guerre d’Espagne

Un billet pour vous faire part de la dernière publication de Stéphane Michonneau, à CNRS Editions.

“Entrada a Belchite (Zaragoza)” by PacoQT is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

Quatrième de couverture :

Belchite, bourg situé à 40 kilomètres au sud-est de Saragosse, a été un lieu de combats extrêmement violents entre les républicains et les nationalistes pendant la guerre civile espagnole. Y cohabitent désormais deux espaces. Le village détruit, en ruines, et conservé depuis dans son état originel. Et, en contrebas, le nouveau bourg dans lequel la population a été transférée entre 1940 et 1963 et où vit désormais ” une petite communauté rurale en sursis “.
Vitrine du franquisme, Belchite est le lieu à partir duquel Franco avait annoncé en 1938 la construction d’un monde nouveau sur les débris de l’ancien. Stéphane Michonneau analyse les usages politiques, sociaux et culturels de ces ruines. Les mémoires, les émotions s’entrechoquent dans ce village fantôme où les morts semblent continuer à dialoguer avec les vivants.
L’auteur nous invite à parcourir ce site où le passé est à fleur de sol et à comprendre la place de Belchite dans les grands lieux de mémoire de l’Espagne contemporaine.