Tous les articles par Françoise Passera

30.11.2022 : Web Séminaire : “Les ruines d’Oradour-sur-Glane, une trace pour le droit et pour l’histoire”

 

Par Andrea Erkenbrecher, docteure en histoire contemporaine, a soutenu sa thèse en 2017 “Oradour et les Allemands” , consacré à l’après-Oradour vu du côté allemand. Elle cherche à analyser comment la société allemande et notamment ses institutions judiciaires et politiques ont appréhendé le massacre commis par des soldats de la Waffen SS en 1944. Elle interroge notamment la question des poursuites pénales, des indemnisations, des reconnaissances officielles de l’Etat allemand face au crime.

 

Oradour et les Allemands - Erkenbrecher, Andrea

 

 

Documentaire : “Ruines. Les blessures de la guerre”

 

Pour voir le film : suivre le lien

Un documentaire réalisé par Cédric Gruat en 2021.

En parallèle de leur cortège de destins broyés, les conflits armés ont ravagé, depuis plus d’un siècle, des villes entières, de l’Europe au Proche-Orient. Tout en images d’archives, une réflexion puissante sur l’utilisation par les belligérants de l’effarant spectacle de la désolation. 

Au cours de la Première Guerre mondiale, la France est le pays le plus touché par les destructions. Les vues des villes réduites en miettes (Reims, Arras…) sont instrumentalisées par le gouvernement pour dénoncer la “barbarie” de l’ennemi. Avec la généralisation des raids aériens, la Seconde Guerre mondiale s’accompagne d’un changement d’échelle dans la dévastation. Durement frappé par les bombes alliées, le territoire allemand devient en 1945 le plus vaste champ de ruines d’Europe, de Cologne à Dresde en passant par Berlin. Alors que les femmes s’attellent au déblaiement, les décombres deviennent un décor naturel pour la réalisation de films de fiction. Plus près de nous dans le temps, il y eut Beyrouth, au Liban, dévasté par la guerre civile (1975-1990). Puis est venu le chaos en Syrie. Avec la révolution qui y éclate en 2011, les destructions, provoquées par les bombardements du régime, changent de nature : elles ne sont plus un simple effet collatéral du conflit, mais le résultat d’une stratégie. En anéantissant des villes entières comme Alep, Bachar el-Assad a décidé de chasser une partie de son peuple, tout en rendant les conditions d’un retour impossibles. 

Incompréhension et effroi 
Des appartements soufflés, des immeubles effondrés, des villes réduites en cendres… Ici, en noir et blanc, des rideaux ondulent sur des façades éventrées, là, en couleurs, des monceaux de pierres encombrent des rues autrefois arpentées par des piétons insouciants. Entre incompréhension et effroi, les destructions sont devenues l’image même de la guerre. Mais que faire de ces ruines ? Que signifie vivre parmi les décombres ? Faut-il les conserver pour garder intacte la mémoire des souffrances endurées ? Faut-il les déblayer et reconstruire ? Quels sont les usages politiques et esthétiques de ce spectacle de la désolation ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles le film de Cédric Gruat (Drôle de guerre1945 – Le temps du retour), entièrement constitué d’archives (films d’actualités et amateurs, photos), tente de répondre, en analysant les grandes déflagrations qui ont ravagé l’Europe et le Proche-Orient aux XXe et XXIe siècles. 

 

 

 

 

27.10.2022 : Web séminaire de RUINES

Le séminaire mensuel de Ruines a lieu tous les derniers mercredis du mois, de 10h à 12h. Il est en visioconférence :

Lien Zoom

Stéphane Michonneau et Aurélie Audeval accueillent deux géographes de l’université de Lorraine :

Déterritorialisation et re-territorialisation autour de la Ligne Maginot en Lorraine

par Denis Mathis LOTERR, Université de Lorraine et Emmanuel Chiffre université de Lorraine

20.10.22 : Patrimoines et patrimonialisation. Les inventions du capital historique XIXe-XXIe siècles

Programme :

9h45 : Gilles Malandain (historien, UVSQ-CHCSC) :
Introduction

10h : Eric Letonturier (sociologue, maître de conférences à l’université Paris Cité) :
Le patrimoine militaire : risques et conditions de la réception de la culture des armées.

11h : François Lagrange (historien, chef du service de la recherche et de la valorisation du Musée de l’Armée) :
Vu du musée de l’Armée : essai de typologie des patrimonialisations militaires.

12h : Anne Hertzog (géographe, maîtresse de conférences à l’université CY Cergy Paris):
Musées et patrimoine militaire: quelques exemples européens

14h30 : Mathilde Greuet (doctorante en histoire, Lille et Amiens) :
Repenser les ruines des fortifications des guerres mondiales dans les Hauts-de-France : une mémoire de la violence guerrière ?

15h30 : Jean-Luc Leleu (historien, CNRS, Université Caen Normandie) :
Appropriation mémorielle et processus de patrimonialisation des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie.
 

UVSQ – bâtiment Vauban, salle 524
47 Boulevard Vauban, 78280 Guyancourt
Contacts :
stephane.olivesi@uvsq.fr
acambre@orange.fr
gilles.malandain@uvsq.fr

20-21.10.22 : Quelles trajectoires pour les ruines de guerre ?

Journées d’étude : Lire la ruine dans le paysage : les enjeux autour de l’enfrichement et de l’enruinement



Au fil des siècles, les marges frontalières ont conservé de multiples traces des nombreux affrontements qui ont émaillé leur histoire. La permanence des ruines au sein des paysages, camouflées ou effacées par les phases de reconstruction, rappelle une histoire troublée par de nombreux épisodes de guerre de même que le rapport complexe de notre société au passé. Cette journée d’études cherche à questionner la place actuelle des ruines de guerre au sein des territoires et des paysages. Il ne s’agit plus d’observer les ruines chaudes et fumantes, telles qu’elles peuvent encore apparaître dans les témoignages et archives, mais d’analyser les trajectoires de
résiliences, de rémanences prises par les ruines refroidies des guerres. Ces trajectoires et la place prise par les scories du passé peuvent s’inscrire dans des logiques multiples d’enfrichement, d’érosion, d’hybridation ou se réinscrire dans une dimension mémorielle et monumentale en lien ou non avec la reconstruction. Les usages sociaux qui découlent alors des formes prises par les ruines traduisent une
appropriation, une perception, qu’il convient également d’observer et d’analyser pour
comprendre les trajectoires actuelles et futures autour des ruines de guerre.

Nous retiendrons trois axes d’échange durant cette cession d’études
Lire la ruine de guerre… après la guerre

La permanence de la ruine de guerre dans les paysages, fait d’elle un élément constitutif du cadre de vie des populations parfois bien longtemps après le conflit. Le récit du conflit s’estompe plus rapidement que les traces de celuici. Il y a donc une perte du signifié. Mise en scène, la ruine constitue des éléments totémiques, des repères, voire des géosymboles du cadre de vie des habitants. Cependant il peut s’agir également de sites délaissés, marginalisés, devenus des espaces indéfinis et inappropriés pour les hommes. Lieux en jachère, les ruines abandonnées ne sont toutefois pas dépourvues d’usages et s’inscrivent dans des pratiques exploratoires, de loisirs. Ainsi un éventail de trajectoires se dessine dans les lectures et les appropriations des ruines de guerre par les habitants, les collectivités territoriales….

L’hybridation de la ruine : le géopatrimoine
Reconstructions, recyclages, reconversions effacent partiellement ou totalement la ruine de guerre. Cependant celleci connaît un processus d’altération par enfrichement, enruinement et érosion, qui façonne un paysage complexe, parfois post
apocalyptique, le plus souvent inscrit dans une logique de cicatrisation par phytoremédiation. Ainsi se dessine un paysage environnementale ou morphologique particulier qui traduit la réinscription de la ruine dans son milieu (urbain, agricole, forestier) à toutes les échelles du paysage (micropaysage, paysage lieu, paysage panorama…). Ce processus d’hybridation entre la ruine et l’environnement atténue et
cicatrise la perception « brute » des vestiges. Ces derniers perdent partiellement leur forme identifiable, héritée du conflit, et constituent désormais une structure déformée
par le temps. Celleci traduit une fossilisation morphologique de la ruine de guerre. Dans un certain nombre de situation, la perception de cette hybridation permet d’inscrire la ruine comme un élément d’un géopatrimoine, c’est à dite d’objets recouvrant des réalités physiques multiformes (formes de relief, sols, rivière, lacs,
nappes souterraines…) dont certaines sont aujourd’hui sujettes à une reconnaissance patrimoniale ou à des pratiques artialisantes.

Sur les ruines : comment conserver et écrire les mémoires ?

Ce troisième temps cherche à analyser les trajectoires de « fabrique » des lieux ruinés.Nous retiendrons en particulier les pratiques mémorielles et les processus de reconstruction.

Ainsi les débris concassés par la guerre constituent des terrains propices au marquage mémoriel. Ce marquage avec la mise en scène patriotique ou l’essor du tourisme de mémoire permet de développer une approche pédagogique. Ainsi les ruines conservent un signifié, ce qui permet de préserver un récit mémoriel de la guerre.Cependant la question de l’aménagement, de la préservation peut se confronter à des nouveaux usages des lieux sans qu’il y ait toujours une rupture fonctionnelle.
D’autre part, la reconstruction qui recouvre les ruines, les fait disparaître à première vue, réapproprie l’espace perturbé et déconstruit par la guerre : elle remet de l’ordre dans le désordre de la ruine par les choix opérés. Cependant, elle n’efface pas totalement les traces des ruines et permet d’intégrer ou de réintégrer certains éléments ruinés dans le paysage afin de délivrer un message. Ainsi un cycle de destructions/reconstructions participe à la conservation de la ruine sous d’autresformes.
La journée d’étude est organisée par les équipes du LOTERR (Laboratoire d’Observation des Territoires, EA 7304), du CRUHL (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire, EA 3945), de 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, EA 3478) de l’université de Lorraine (NancyMetz). Elle s’inscrit dans le cadre
de l’OHM Pays de Bitche au titre du Labex DRIIHM, programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR11LABX0010 et de l’ANR « Ruines » (portant(référence ANR19CE270002) coordonnée par Stéphane Michonneau (IRHiS université de Lille,
https://ruines.hypotheses.org ) et porté par la Maison Européenne
des sciences de l’homme et de la société (MESHS , Lille).

La journée d’étude s’organisera en deux temps.

Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes
(20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est
prévue.

Coordination scientifique : D. Mathis, E. Chiffre, L. Jalabert, F. Hein, D. Harmand, S. Michonneau

Les 20 et 21 octobre, dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche (LabEx DRIIHM ANR-11-LABX-0010) et de l’ANR “Ruines” (ANR-19-CE27-0002), les équipes du LOTERR, du CRUHL, de 2L2S et de l’Université de Lorraine, organisent deux journées d’étude traitant des  trajectoires pour les ruines de guerre.
Les journées s’organiseront en deux temps.
– Un premier temps académique à Nancy avec un nombre d’interventions courtes (20 minutes) privilégiant les temps d’échanges. Une session de posters est prévue.
– Le second temps est programmé au coeur du Pays de Bitche dans le cadre de l’OHM Pays de Bitche et le soutien de la SHAL. Il permettra de poursuivre les échanges académiques avec plusieurs interventions.
Les communications feront l’objet d’une publication après évaluation au sein d’un numéro spécial suivant les thématiques au sein de la Revue Géographique de l’Est et des Annales de l’Est.

14.10.22 : Traces et commémorations des guerres

Journée d’études  organisée par Jérôme Lévy et Antoine Coutelle du laboratoire du CRIHAM, Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie, à l’université de Poitiers

Dans le cadre du programme ANR Ruines, et des masters Science politique et Histoire, Civilisations, patrimoines de l’université de Poitiers.

• Vendredi 14 octobre 2022 – 9h / 17h à l’ Université de Poitiers

En lien avec les recherches menées par une équipe interdisciplinaire de plusieurs universités, cette rencontre se propose d’examiner le rapport de la société avec les destructions commises lors de guerres, du XVIe au XIXe siècle. L’historiographie s’est en effet longtemps contentée de préciser les
dates et les lieux des batailles, mais il convient de s’interroger sur le processus qui les a fait entrer dans la mémoire collective. En effet, les débats érudits ne suffisent pas à créer des symboles. Le rôle de l’école et des manuels dans la construction du passé national est bien connu, mais la réflexion ici
amorcée porte sur le rôle des pouvoirs publics. Quels lieux emblématiques ont été retenus ? Les ruines ont-elles été conservées ou effacées ? Quels ont été les gardiens ? Des monuments ont-ils été dressés ? Quelles ont été les modalités des commémorations ? Cette rencontre examinera successivement trois moments cruciaux : les guerres de religion, les guerres révolutionnaires et la guerre franco-prussienne de 1870-71.

Programme

Matinée

Antoine Coutelle (Criham, Université de Poitiers)
Les ruines des guerres de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Pierre-Jean Souriac (Lahra, Université de Lyon III)
Le sort des murailles des villes huguenotes sous le règne de Louis XIII

Didier Poton (CRHIA, Université de La Rochelle)
Les lieux de la mémoire huguenote des guerres et de la persécution

Nabila Oulebsir (Criham, Université de Poitiers)
Détenus politiques face aux ruines antiques de Lambèse (1848-1861)

Après-midi

Hugues Marquis (Criham, Université de Poitiers)
Les ruines de guerre de la Révolution sur le territoire français, entre Histoire et Mémoire

Jean-Clément Martin (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne)
Conserver et détruire. Ruines et guerres de Vendée

Jérôme Grévy (Criham, Université de Poitiers)
Les traces de la défaite

Contact

Jérôme Grévy et Antoine Coutelle
jerome.grevy@univ-poitiers.fr, antoine.coutelle@univ-poitiers.fr

ORADOUR : Quelles sources pour étudier le village martyr ?

 

Un second volet de la journée d’échanges à Oradour-sur-Glane s’est proposé de s’arrêter sur les fonds d’archives disponibles pour étudier l’histoire du village.

 

Michel Sarter vient de prendre ses fonctions de directeur, en septembre 2021, aux archives de la Haute Vienne à Limoges

Il souligne que les fonds disponibles sont particulièrement riches et ont été pour la plupart consultés par de nombreux chercheurs depuis leurs créations.
Fonds contemporain, les archives sont classées par ordre de versement des administrations dans la série W. Ils ne répondent donc pas à un classement raisonné.

Les archives départementales de Haute-Vienne

Un ensemble d’archives a été produit durant l’Occupation et dans l’immédiat après-guerre. Ils peuvent servir  à l’étude du massacre tels les fonds 33W38 sur la recherche des crimes de guerre, les rapports des préfets (185W) sur la période de l’Occupation tout  comme l’instruction policière et judiciaire suite au crime (993W et 1517W4).  Le contexte de l’Occupation peut être appréhendé avec d’autres sources telles celles du préfet régional (185W), les correspondances entre préfets et sous-préfets (986W141) puis à la Libération, celles du commissaire de la République (186W). A noter aussi des fonds liés à l’existence de réfugiés en Haute-Vienne. Ils étaient nombreux à Oradour, ceux concernant les réfugiés du Bas-Rhin sont classés en 1R229.
De même la reconstruction d’un nouveau village et l’instruction des dommages de guerre ont généré de nombreuses archives qui peuvent être consultées sous les cotes 900W pour la construction d’un nouveau village, 993W en ce qui concerne les dommages de guerre .

Michel Sater apporte aussi un point de vue critique sur les richesses de son institution. S’il souligne la fiabilité, la neutralité et le plus souvent l’objectivité des sources administratives, de fait, elles ne peuvent à elles seules raconter l’histoire d’Oradour. Il est nécessaire de compléter par des sources privées, des témoignages de survivants, de membres de l’association, etc. Et de ce point de vue, les fonds privés s’avèrent assez rares aux Archives départementales, recueillis au gré des dons ou dépôts, mais de façon plus marginale.
 Par ailleurs, le fonctionnement général de versement des fonds par ordre d’arrivée dans le service ne permet pas toujours d’avoir une vision claire des fonds existants sur l’histoire d’Oradour.

Des fonds restent encore fermés à la consultation et pas des moindres pour la connaissance historique.

La mairie d’Oradour-sur-Glanne

Faute de classement et d’espace dédié à Oradour, elles s’avèrent difficiles d’accès pour les chercheurs. Et à ce jour, aucune procédure de versement aux Archives départementales n’est envisagée.
De même, l’association des Familles qui a entrepris un important travail visant à rassembler les fonds de chaque président de l’association reste à ce jour inaccessible aux chercheurs.

La seconde intervention de l’après-midi complète fort à propos celle des Archives départementales. En effet, Sandra Gibouin, documentaliste du Centre de la Mémoire d’Oradour depuis 2001, présente les fonds créés de toute pièce lors de la création du Centre, inauguré en 1999.

Le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane

Le centre de documentation a été intégré au projet du centre dès les origines de sa conception à la fin des années 1980, notamment après le décès en 1988 de Marguerite Rouffanche, seule rescapée de l’église. A l’époque, c’est Jean-Jacques Fouché, chargé de mission de 1994 à 1999 et premier directeur du CMO qui  a élaboré le premier fonds de base du centre, autour de l’histoire de la guerre, des autres villes « martyres » dans le monde, et surtout bien sûr de l’histoire et de la mémoire d’Oradour. L’ existence de ce centre de documentation témoigne de la volonté des créateurs du CMO, le Conseil général de la Haute Vienne d’en faire un lieu de conservation également dédié au travail de recherche, enrichissant la fonction de centre d’interprétation du CMO.  Parmi les chercheurs qui ont récemment travaillé au CMO, on peut citer le britannique Robert Pike, auteur de Silent Village. Life and death in occupied France, History Press, 2021 (voir https://www.robertpike.co.uk/)

La collection est constituée de fonds photographiques et iconographiques (1 500 photos papier), de témoignages réunis dans une base de données, d’articles de presse nationale et internationale, de la documentation relative au CMO et bien-entendu, à l’histoire du village martyr et du nouveau bourg (3500 ouvrages et 800 périodiques). 
A la différence des archives départementales, l’une des grandes richesses de ce fonds est l’existence d’archives familiales données par certains habitants, ce qui montre que le CMO s’est imposé localement comme un lieu-ressource. Ces fonds sont classés sous forme de dossiers documentaires.
Le centre de documentation reçoit régulièrement chercheurs et étudiants français et étrangers, dont des volontaires du service civique allemands et autrichiens qui aident au classement de la documentation. Les grands chantiers du centre sont aujourd’hui la numérisation des fonds et l’enrichissement du catalogue.

Enfin, la journée se termine par le souhait commun des Archives départementales et du CMO de renforcer leurs collaborations à travers plusieurs projets.
Le premier serait d’obtenir le soutien des professionnels des archives pour contribuer à la formation aux techniques archivistiques des personnels du CMO.
 Un second projet pourrait être autour de  la création d’un répertoire des sources disponibles sur l’histoire et la mémoire d’Oradour.

Il est aussi envisagé de présenter au public un livre précieux conservé aux Archives départementales.

Page de titre du livre d’or conservé aux Archives départementales de Haute-Vienne.


 En 1949, en pleine Guerre froide, l’Union des intellectuels pour la Paix, d’obédience communiste, vient en pélerinage à Oradour, le 12 juin1 se déroule sous l’égide de Frédéric Joliot-Curie une cérémonie « nationale d’hommage aux victimes et d’espoir pour les vivants, d’appel à la paix mondiale et de dénonciation de l’hégémonisme américaine ».  C’est à cette occasion que Louis Aragon remet à la municipalité un  livre d’or  constitué de textes et d’œuvres d’artistes parmi lesquels des noms prestigieux : Pablo Picasso, Fernand Léger, Boris Taslitzki, Paul Colin, etc. Propriété de la municipalité, il est conservé dans le coffre-fort des Archives départementales sans qu’un contrat de dépôt n’ait été clairement établi… Avant les années 1990. Il est dorénavant envisagé d’exposer au sein du CMO le précieux document afin qu’il puisse être vu du public. Une réflexion quant aux modalités d’exposition et de conservation est en cours.

  1. Voir à ce sujet l’article de Pascal Plas : Oradour au carrefour de la guerre froide, Le pèlerinage pour la Paix de l’Union des intellectuels, essai d’instrumentalisation d’un lieu de mémoire in Sylvie Le Clech, Michel Hastings. La France en guerre froide. Nouvelles questions, Editions Universitaires de Dijon, p. 137-144, 2015, 978-2-36441-109-8. Disponible sur : https://shs.hal.science/halshs-02457432  []

14-15. 09. 2022 : Être au lieu. Journées d’études

L’ANR RUINES  poursuit le développement d’un programme de recherche autour des usages politiques et sociaux des ruines de guerre, dans le but d’explorer la relation de nos sociétés à leurs passés violents et à leurs traces matérielles. Dans une logique pluridisciplinaire, la ruine, regardée en France du XVIe s. à nos jours, y est saisie à travers des approches théoriques et méthodologiques variées – enquête ethnographique, numérisation, études archivistiques ou encore études spatiales. Les chercheurs impliqués y questionnent en particulier le vécu des ruines de guerre, principalement dans leur dimension paysagère, ainsi que les imaginaires et les politiques qui leur sont associés dans différents contextes.

L’ambition des journées Être au lieu est d’interroger et de discuter les éléments idéels et matériels constitutifs d’un lieu, faisant condition de l’expérience, et plus particulièrement donnant accès à des processus collectifs de transmission mémorielle. En questionnant les modalités pratiques d’une entrée dans l’histoire par le lieu, l’intention est d’appréhender les formes de rapports de l’individu à l’histoire, de la communion sensible à l’analyse critique. Cet objectif théorique se concrétise avec l’ouverture d’un projet de conception d’un dispositif numérique muséal conçu pour accompagner les visiteurs dans le parcours du village d’Oradour-sur-Glane (application « Oradour ici maintenant »), chargé de surcroit des souhaits de conservation en direction des jeunes générations non liées à la guerre, de lutter contre les discours négationnistes, prendre le relai par le verbe de traces du massacre qui s’effacent (traces d’incendie du village lavées par les pluies) tout en laissant l’espace pour chacun d’aborder l’histoire à sa manière.

Afin de saisir dans la diversité et la labilité de leurs expressions les rapports aux lieux et à l’histoire,  les journées “Être au lieu” proposent de réunir des intervenants d’horizons variés, dégagés des exigences propres aux Mémoriaux de guerre. La perspective est d’enrichir nos visions respectives, traversées en filigrane par la question de l’imaginaire. Imaginaire historique, anachronisme, dérive, constituent ainsi quelques pistes de réflexion que nous aimerions développer. Les échanges auront pour retombée immédiate l’élaboration de la méthode d’évaluation de l’application « Oradour Ici Maintenant », en questionnant les critères de succès ainsi que les intentions fondamentales de ce type de médiation. Ces journées constitueront par ailleurs le point de départ d’un séminaire déroulé en 4 séances, donnant lieu à la publication d’un ouvrage.

Le déroulé des journées prévoit une journée d’étude précédée d’une demi-journée de visite du village et du Centre de la Mémoire afin que chaque intervenant ait la possibilité de faire résonner son discours théorique avec la spécificité du lieu.

Nous vous espérons nombreux à ce rendez-vous,

Cécile Barbier, Nicolas Canova, Stéphane Michonneau et Babeth Robert

Pour tout renseignement ou nous informer de votre venue canovanicolas@yahoo.fr

3.2.2021 : Recueillir un témoignage pour écrire l’histoire

Séminaire de formation dans le cadre de l’ANR Ruines. Visioconférence organisée par l’Université de Caen Normandie, le 3 février 2021, de 9h à 12h et 13 h 30 à 16 h 30.

Ce séminaire a pour objectif de donner aux participants, (étudiants ou chercheurs du projet) les éléments essentiels pour conduire des entretiens oraux avec des témoins. Ces entretiens et ces récits de vie doivent être réalisés selon quelques principes méthodologiques en vigueur en histoire et en anthropologie. Ces principes sont importants pour pouvoir constituer des entretiens qui puissent permettre de bâtir une connaissance sur le sujet mais aussi et surtout de constituer des archives sonores qui devront être conservées pour fonder une collection patrimoniale pouvant être réutilisée à l’avenir, soit pour de nouvelles recherches, soit pour de la valorisation.

Le déroulé de ce séminaire est conçu dans une dimension essentiellement pratique. Il consistera à donner les principes de la méthode de l’entretien par les récits de vie, à partir d’expériences de recherche et formation à la recherche. A partir d’exemple de collectes déjà réalisées qui seront repris tout au long des étapes de la journée, seront envisagés les points à suivre, les erreurs à éviter et la réalisation d’une première campagne d’entretiens ainsi que les principes de conservation des entretiens.

La session est prévue en 2 fois 3 heures qui suivront le principe de la réalisation des entretiens (avant, pendant, après), précédé d’une introduction générale rappelant les rapports mémoire-histoire dans la construction respective de ces récits. Il serait bon qu’au terme des premières expériences de collecte soit prévu un deuxième temps de partage d’expérience pour la suite du projet.

1 – la mémoire et le témoignage : un matériau pour l’historien

2 – L’entretien : précautions et méthode = Avant, Pendant l’entretien

3 – le traitement des sources recueillies : Transcription et mise en fiches, Conservation – problèmes juridiques.

Anne Marie Granet

Poétique et politique de la ruine au cinéma et au théâtre depuis 1945 : appel a communication

Poetics, Politics and the Ruin in Cinema and Theatre since 1945

L’appel à communication pour ce colloque international publié sur le site de AHCESR aborde des questionnements proches des nôtres. :

Résumé

L’antiquité a été largement mobilisée en Europe dans l’entre-deux guerres – le classique servant la cause d’un « retour à l’ordre » de plus en plus perçu comme nécessaire après les hérésies avant-gardistes – et elle a été au cœur, grâce à des manipulations inédites orchestrées par le pouvoir, des idéologies fasciste et nazie qui ont mené au désastre de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. L’objet premier de ce colloque est d’étudier la manière dont les processus artistiques et les œuvres théâtrales et cinématographiques européennes enregistrent les répercussions historiques et artistiques de ce traumatisme, dans lamanière dont elles réinventent l’antiquité, et plus précisément dans la manière dont elles en travaillent les ruines, tant poétiquement que politiquement. Le colloque s’inscrit donc à la fois dans le champ des études de réception de l’antiquité et des études théâtrales et cinématographiques, mais aimerait également pouvoir dialoguer avec l’archéologie, la philosophie esthétique, les sciences politiques, l’anthropologie, la théorie des médias. Le cadre chronologique va de 1945 à nos jours, car l’on retrouve évidemment des traces de ce processus bien au-delà de l’immédiat après-guerre dans les œuvres et les démarches des artistes européens qui recourent à l’antique pour questionner le contemporain, et cela au rythme des événements politiques, économiques et sociaux.

Argumentaire détaillé


Les régimes totalitaires nazi et fasciste ont fait subir à l’antiquité des manipulations discursives et pratiques qui ont servi de support à leurs ambitions anthropologiques (l’homme nouveau, modelé sur la statuaire antique), à leurs modèles temporels (origines, généalogies, etc.), à leurs prétentions territoriales (l’empire), ou encore à leurs discours politiques (l’articulation restauration-révolution). À partir de l’antique, on a ainsi forgé des discours sur le corps, le temps et l’espace, éléments fondamentaux des arts du théâtre et du cinéma, d’ailleurs mis au service des idéologies totalitaires. L’esthétisation de la politique a de fait conduit, plus largement, à une théâtralisation et à une spectacularisation généralisées, dont l’antiquité fut partie prenante. 
 Proposant une définition du cinéma moderne, le critique Serge Daney identifiait précisément le moment de sa naissance dans l’Europe détruite de l’après-guerre, « sur le refus fondamental du semblant, de la mise en scène, de la scène » et « sur un divorce d’avec le théâtre, exprimé avec force par Bresson ». Ce qu’il entend ici par « théâtre », c’est moins cet art en particulier que ce que toute mise en scène, y compris cinématographique, sous-tend potentiellement en termes de mensonge et d’illusionnisme. Sa cible est le cinéma classique, art du décor, des grandes reconstitutions, des stars, des scénarios ficelés, des happy ends, indissociable des grandes mises en scène politique qui ont servi à masquer ce qu’il appelle une autre scène, celle des camps. Avec la Seconde Guerre mondiale, le théâtre entre dans une crise durable qui va largement modifier le rapport aux classiques tant du point de vue de la scène que du point de vue de l’écriture. En la matière, les mises en scène politiques de Brecht constituent pour nous un exemple particulièrement représentatif dans la mesure où elles deviennent rapidement incontournables tant au théâtre qu’au cinéma.
La mise en scène, dans ce qu’elle met en jeu des corps, de l’espace et du temps, est donc ce dénominateur commun au théâtre et au cinéma qui nous conduit à les interroger conjointement, afin d’identifier comment tous deux ont pu et peuvent encore aujourd’hui, par des voies qui leur sont propres ou qui se rejoignent, en repasser par l’antiquité et l’inventer – c’est-à-dire la mettre au jour et la mettre en forme – toujours autrement, et en particulier en remodelant la ruine, poétiquement et politiquement, à même les formes artistiques et les processus créatifs.

Le prisme par lequel il s’agira d’étudier ces réinventions de l’antique par le cinéma et le théâtre depuis 1945 sera donc la ruine. D’une part, l’antiquité, comme période historique passée, est moins innocente que jamais, tout comme la prétention à la connaître et à pouvoir la reconstituer, par l’archéologie, l’histoire ou l’art. D’autre part, la guerre a laissé derrière elle d’autres types de ruines, décombres contemporains issus de la catastrophe, qui ont amené à redéfinir l’entreprise archéologique dans son ensemble, et stratifient l’imaginaire des ruines d’une composante nouvelle, réactivée par tous les événements et catastrophes de la seconde moitié du xxesiècle. L’art se trouve sans doute dans la situation de l’ange de l’histoire imaginé par Walter Benjamin, dont le regard reste tourné vers l’arrière, vers le passé, sur les ruines qui continuent de s’amonceler, tandis que souffle la tempête du progrès qui le pousse en avant.La Seconde Guerre mondiale semble ainsi avoir réactivé le double sens du terme ruine, comme processus – « ruiner » ou « mise en ruine » – et comme résultat de ce processus – « une ruine » – rappelant dans le même temps que l’expérience esthétique d’une ruine contient nécessairement la pensée du spectacle – même virtuel – de sa « mise en ruines ». L’impact est majeur dans le champ artistique. De nouvelles formes voient le jour, assumant ou revendiquant le fragmentaire, la dispersion, l’ouverture ou encore la stratification exhibée de l’œuvre. La ruine dans ce qu’elle a d’humble et de chaotique semble alors plus authentique que la complétude issue de l’imaginaire classique. Le modèle classique est mis en pièces et, face (ou peut-être grâce) à cet abîme, les artistes et théoriciens partent en quête d’une origine, d’un passé archaïque qui leur permet d’interroger leur présent en convoquant ce qui avait pu être refoulé par les manipulations antiques précédentes : l’impur, le populaire, l’irrationnel, le rebut, les laissés-pour-compte du progrès etc. En même temps, l’idéal de la raison et de la démocratie hérité de l’antiquité classique resurgit régulièrement en Europe comme un vestige à l’aune duquel on interroge les dérives du présent et les identités individuelles et collectives, et qu’on ne pourrait pas ne pas avoir également comme horizon.
La ruine est donc à entendre à la fois au sens des vestiges antique et des décombres ; au sens de l’état (l’objet ruine) ou du processus (la destruction) ; au sens littéral et comme paradigme formel d’écritures privilégiant des formes associées à la ruine (fragmentation etc.). Ainsi comprises, la ruine et la mise en ruines opèrent à plusieurs niveaux : dans les démarches et les processus de création des artistes (castings, repérages, écriture, dramaturgie, mise en scène etc.) ; dans les formes et motifs développés (ruine, fragment, stratification, etc.) ; dans les impensés même des artistes, qu’il s’agit pour le chercheur de mettre au jour à même les formes présentes. On interrogera aussi comment les ruines contemporaines (Berlin et Hiroshima mais aussi Belgrade, le WTC, Bagdad, Fukushima, Palmyre, Idlib…) viennent tour à tour prendre part au remodelage des représentations qui s’ouvre avec la Seconde Guerre mondiale.

Quelques questions que le colloque souhaite aborder (parmi d’autres)



– Comment la ruine est-elle réinventée au théâtre et au cinéma après 1945 en réponse aux manipulations de l’antique par les régimes totalitaires ?
– Comment la présence, la représentation et l’invention de la ruine antique au théâtre et au cinéma sont-elles continuellement modifiées par la présence et la prolifération de ruines contemporaines ?
– Comment la ruine intervient-elle dans les processus de création ?
– Comment la ruine devient-elle un paradigme formel ?
– Comment le théâtre et le cinéma présentent-ils sur ce sujet une interdisciplinarité heuristique ?
Les communications pourront porter exclusivement sur le théâtre, sur le cinéma, ou sur les deux pris conjointement.

Axes de recherche (non exclusifs) :

– La ruine comme espace : lieu de création, représentation, tournage (site archéologique ou décor) ; enjeu de mises en scène politiques ; support de reconstitution.
– Ruine et rapport au corps : statuaire (hommes nouveaux), « ruine » métaphorique, dégradation physique, mouvement.
– Ruine et rapport au temps : ruine antique/ruine contemporaine, histoire et mémoire, archéologie.
–  La ruine comme enjeu d’identité : collectif, héritage, altérité, décolonisation, ethno-anthropologie.
– La ruine comme paradigme formel : fragmentation, ouverture, mise en pièces etc.
– La ruine comme esthétique : complétude classique, nostalgie romantique, catastrophe moderne, apocalypse post-moderne. 
– La ruine comme paradigme discursif : dans la critique et la théorie du théâtre et du cinéma et dans la pensée du médium. 

Modalités de participation

Le colloque se tiendra sur deux journées : la première à l’université d’Oxford (2/04/21) et la seconde à l’INHA à Paris (22/11/21). Les propositions doivent être déposées pour le 30 octobre 2020.

Les organisatrices
Estelle Baudou, APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama), Université d’Oxford ; Anne-Violaine Houcke, laboratoire de recherche Histoire des Arts et des Représentations, Université Paris Nanterre.

Le comité scientifique
Estelle Baudou (Université d’Oxford), Anne-Violaine Houcke (Université Paris Nanterre), Barbara Le Maître (Université Paris Nanterre), Fiona Macintosh (Université d’Oxford).

Les propositions de communications sont à envoyer avant le 30/10/2020 aux adresses suivantes : estelle.baudou@classics.ox.ac.uk et ahoucke@parisnanterre.fr.

Elles doivent inclure :
– Nom et prénom de l’auteur.e
– Un CV synthétique, comprenant une bibliographie sélective, en lien avec l’objet du colloque (1500 caractères maximum)
– Titre(s), fonction(s), et institution de rattachement
–  Coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, adresse email)
– Titre de communication
– Un résumé (3000 caractères maximum), précisant les principaux arguments (questions théoriques, étude de cas traitée, méthodologie, bibliographie de référence)
Langues du colloque : français et anglais. 

Les notifications d’acceptation des propositions seront envoyées avant le 15/12/2020. 

Le programme des deux journées sera composé en fonction des propositions reçues : lorsque vous recevrez la notification d’acceptation, il vous sera alors précisé si votre intervention est programmée pour le 2 avril 2021 (université d’Oxford) ou le 22 novembre 2021 (université Paris Nanterre). Vous pouvez nous envoyer votre préférence ou vos contraintes éventuelles (indisponibilité sur une des deux journées prévues) : nous ferons notre possible pour les prendre en compte.

Le colloque prendra en charge les frais de transport et logement des participants pour la journée où ils interviennent. 

La manifestation est soutenue par le laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations, Université Paris Nanterre), l’APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama, Université d’Oxford), le labex Les passés dans le présent, ainsi que par la commission européenne par l’intermédiaire du financement dont bénéficie Estelle Baudou (MSCA individual fellowship, this project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Sklodowska-Curie grant agreement No 839770).

BelchitE, Ruines-fantômes de la guerre d’Espagne

Un billet pour vous faire part de la dernière publication de Stéphane Michonneau, à CNRS Editions.

“Entrada a Belchite (Zaragoza)” by PacoQT is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

Quatrième de couverture :

Belchite, bourg situé à 40 kilomètres au sud-est de Saragosse, a été un lieu de combats extrêmement violents entre les républicains et les nationalistes pendant la guerre civile espagnole. Y cohabitent désormais deux espaces. Le village détruit, en ruines, et conservé depuis dans son état originel. Et, en contrebas, le nouveau bourg dans lequel la population a été transférée entre 1940 et 1963 et où vit désormais ” une petite communauté rurale en sursis “.
Vitrine du franquisme, Belchite est le lieu à partir duquel Franco avait annoncé en 1938 la construction d’un monde nouveau sur les débris de l’ancien. Stéphane Michonneau analyse les usages politiques, sociaux et culturels de ces ruines. Les mémoires, les émotions s’entrechoquent dans ce village fantôme où les morts semblent continuer à dialoguer avec les vivants.
L’auteur nous invite à parcourir ce site où le passé est à fleur de sol et à comprendre la place de Belchite dans les grands lieux de mémoire de l’Espagne contemporaine.