Tous les articles par Françoise Passera

22-24.05 : Colloque VILMA

Les “villages-martyrs” en Europe (XXe-XXIe s.) : histoire, mémoire, enjeux actuels

Au Centre de la Mémoire à Oradour-sur-Glane et à l’Hôtel du département à Limoges

Attention ! le colloque est ouvert au public le 23 et 24 mai. Les réservations sont disponibles en fin de programme, avec les QR codes et les liens.

Village martyr » est une expression qui s’est largement imposée et banalisée dans l’espace public au XXe siècle. Celle-ci est associée à une communauté dévastée dont la population a été massacrée, l’espace de vie détruit, théâtre ou cible de la guerre, et la mémoire conservée et érigée en symbole de la destruction guerrière. Ce colloque concentrera son attention sur les villages martyrs européens de la Seconde Guerre mondiale : Oradour-sur Glane, Distomo, Lidice, Marzabotto, sans exclure d’autres sites antérieurs ou postérieurs.
Comment cette expression est-elle née et s’est-elle diffusée ? Quels en sont les usages dans différents contextes nationaux ? Que reste-t-il matériellement des villages martyrs ? Quelles formes de transmission sont à l’œuvre parmi les victimes et leurs descendants ? Quels sont les enjeux politiques des villages martyrs ? Quelles sont les formes de reconstruction après-guerre ?
Le colloque s’intéressera également à l’actualité des villages martyrs : quelles en sont les formes muséographiques aujourd’hui ? Comment visite-t-on ces sites ? Selon quelles médiations ? Comment se constituent les archives et le recueil des témoignages des victimes ? Le colloque est à l’initiative d’un groupe de chercheurs membres du programme RUINES de l’Agence nationale de la recherche travaillant sur les usages sociaux et politiques de ruines de guerre à l’époque contemporaine. Il alterne des sessions de discussion comparatistes et des tables rondes thématiques.

JOUR 1 : MERCREDI 22 mai à ORADOUR

9.00 : Accueil – Introduction du colloque

9.30 – 12.00 : visite des ruines et du cimetière

12.00-12.45 : visite de l’exposition : “Objets en héritage”

———

14.00-15.00 : visite guidée du nouveau village par Gilles Ragot

15.00-16.00 : visite des espaces d’exposition permanente au Centre de la Mémoire d’Oradour

Langues parlées : anglais et français. Les interventions en français seront traduites en anglais. Les interventions en anglais ne seront pas traduites.

———

16.30 -17.30 : TABLE RONDE 1 : MUSÉOGRAPHIE / EXPOSITION : exposer (dans) les villages-martyrs

Coordination :  François Rouquet
Intervenant.e.s
:  Amalia Papaioannou, Kristina Telupilova, Pierre-Louis Fillet, Isabelle Fourcade, Lydia Elhaddad

17.45-18.30 : discussion collective, perspectives de projet européen

 

JOUR 2 : JEUDI 23 mai à LIMOGES

 9.00- 9.15 Accueil- introduction (Chercheurs du projet VILMA)

9.15-10.15 – Genèse et discussion autour d’une catégorie : « village martyr »

Coordination : Gilles Malandain

Intervenant.e.s : Pierre-Marie Delpu, Patrick Naef, Françoise Passera

———

 10.30-12.30 – Usages et circulation de la catégorie dans différents contextes européens

Coordination : Aurélie Audeval

Un titre officiel : le cas grec à partir du cas de Distomo – Zeta Papandréou

De l’usage à l’effacement de la catégorie dans l’espace public : les villages du Vercors et Vassieux  –Pierre-Louis Fillet

Une catégorie en circulation : Marzabotto et le réseau des villages martyrs – Patrizia Dogliani

Le cas de Corbera d’Ebre (Catalogne) : Jordi Guixé i Coromines 

 

13.45 – 15.30 – Matérialités des mémoires du « martyre » : vestiges, restes humains, paysages

Coordination : Stéphane Michonneau

Participant.e.s : Aurélie Audeval, Patrizia Dogliani, Emmanuel Chiffre,

———

16.00-17.45 – Transmission

Coordination : Fanny Le Bonhomme et Marie Derrien

Participant.e.s : Cécile Barbier, François Rouquet, Kristina Telupilova, Amalia Papaioannou

17.45-18.00 conclusions de la journée

 

JOUR 3 – VENDREDI 24 mai – LIMOGES

9.00- 10.45 – Le « martyre » commémoré : enjeux politiques, diplomatiques et juridiques  

Coordination : Jérôme Grévy

Participant.e.s : Anne-Marie Granet, Stéphane Michonneau, Zeta Papandréou

———

11.00-12.00 – TABLE RONDE 2 : Médiations et expériences de visite

Coord. : Georgios Papaioannou

Participant.e.s : Cécile Barbier, Anne Hertzog, Jordi Guixé i Coromines Nathan Rouiller-Fradin

———

13.15-15.00 – Reconstruire et habiter les villages martyrs

Coordination: Anne Hertzog   

Participant.e.s : Pierre Louis Fillet, Patrick Naef, Amalia Papaioannou, Kristina Telupilova, Gilles Ragot  

———

 15H15 – 16H15 – TABLE RONDE 3 : Archives et témoignages : enjeux de la documentation et méthodes

Coordination : Anne-Marie Granet

Participant.e.s : Françoise Passera, Eloisa Betti, Michel Sarter

16.15-17.00 : CONCLUSION et perspectives éditoriales

Comité d’organisation : Aurélie Audeval, Anne Hertzog, Gilles Malandain, Stéphane Michonneau, Babeth Robert (directrice du CMO).

INTERVENANTS

Elisabeth Anstett, anthropologue, CNRS; Aurélie Audeval, historienne, Univ. de Lille ; ; Cécile Barbier, ergo-psychologue ; Eloisa Betti, Marzabotto ; Emmanuel Chiffre, géographe, Univ. de Lorraine ; Pierre-Marie Delpu, historien, FRS-FNRS (Belgique) ; Marie Derrien, historienne, Univ. de Lille ; Patrizia Dogliani, historienne, Univ. de Bologne (Italie) ; Lydia Elhaddad ; Andrea Erkenbrecher, historienne, ; Pierre Louis Fillet, directeur du musée de la Résistance à Vassieux-en-Vercors; Isabelle Fourcade ; Anne-Marie Granet, historienne, Univ. Grenoble-Alpes ; Jérôme Grévy, historien, Univ. de Poitiers ; Jordi Guixé i Coromines, historien, Univ. de Barcelone (Espagne) ; Anne Hertzog, géographe, Univ. Paris Cergy; Fanny Le Bonhomme, historienne, Univ. de Poitiers ; Gilles Malandain, historien, Univ. Versailles-Saint-Quentin ; Stéphane Michonneau, historien, Univ. Paris-Est Créteil; Patrick Naef, géographe, Univ. de Genève ; Zeta Papandréou, historienne, Univ. de l’Egée (Mytilène, Grèce); Amalia Papaioannou, Distomo; Georgios Papaioannou, muséologue, Univ. ionienne (Corfou, Grèce); Françoise Passera, historienne, Univ. de Caen; Gilles Ragot, historien de l’art, Univ. Bordeaux-Montaigne ; Nathan Rouiller-Fradin, étudiant en histoire, Univ. de Poitiers ; François Rouquet, historien, Univ. de Caen ; Michel Sarter, directeur des AD 87 ; Kristina Telupilova, Mémorial de Lidice (Rép. tchèque)

S’inscrire au colloque :

PUBLICATION : Ruines politiques

 

Burkardt Albrecht (direction), Grévy Jérôme (direction)

L’émotion romantique et la fièvre de la restauration ont fait négliger à quel point la ruine est bien plus qu’un vestige du passé en voie de disparition. La ruine est en réalité une construction symbolique qui s’impose dans le paysage au moment où elle est considérée, non plus comme un amas de pierres, mais comme un reste du passé dont il s’agit d’honorer les bâtisseurs, de rappeler les usages, de conserver ou de rétablir le souvenir d’événements mémorables.

 

Les ruines sont des objets dont la valeur ne se définit donc pas exclusivement à l’aide de critères esthétiques ou épistémologiques. Elles sont des lieux de mémoire dont la valorisation, qu’elle soit propre à certains groupes sociaux particuliers ou qu’elle concerne la société à part entière, est profondément négociée. Elles sont sujettes au changement historique. Aussi, c’est dans ces différents aspects que réside la nature politique des usages des ruines qui est objet de ce livre.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du laboratoire Criham de l’université de Poitiers

Publié au PUR, 346 p., 25 €

Consulter la table des matières

Consulter l’introduction

Appel à communication /Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)

Proposition de colloque international

Les ruines de guerre européennes et leurs usages (XIXe-XXIe s.)
Mémorial de Caen, 25-26-27 septembre 2024

Aujourd’hui, le spectacle terrible des destructions de l’Ukraine réveille dans toute l’Europe le souvenir des paysages de guerre des conflits antérieurs des guerres napoléoniennes à la guerre de l’ex-Yougoslavie, etc. La Normandie fut l’une de ces régions particulièrement dévastées par la guerre – Caen, Falaise, Saint-Lô « capitale des ruines » en 1945-, mais où le souvenir du Débarquement a masqué celui des destructions alliées, soulignant par la même que le rapport aux ruines est variable et historiquement construit.

Le colloque se propose justement d’explorer le rapport que les sociétés d’après-guerre entretiennent avec les vestiges du conflit et les marques de la violence guerrière. À travers les usages politiques, sociaux, économiques, culturels mais aussi mémoriels de ces vestiges particuliers, c’est la relation à un passé traumatique qui est visée : nous émettons l’hypothèse que les ruines de guerre ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en permettent la formulation en en balisant les modalités d’expression.

Pendant quatre ans, le programme de recherche Ruines (ANR 2019) a rassemblé une vingtaine de chercheurs aux horizons disciplinaires divers, autour de quatre laboratoires dont Histémé de l’université de Caen. Si la Normandie de l’été 1944 a constitué un terrain de recherche privilégié, il ne fut pas le seul (Oradour-sur-Glane, plateau du Vercors, Lorraine, ruines de la Première Guerre mondiale dans le Nord). La comparaison appliquée principalement entre les cas français s’est d’emblée efforcée d’établir des liens avec des chercheurs étrangers. Ainsi, le colloque se propose d’une part de présenter les principaux résultats du programme Ruines et d’autre part, d’élargir la réflexion dans une perspective résolument transnationale, prélude – nous l’espérons – à de nouvelles initiatives de recherche.

D’une part, la notion de ruines de guerre qui semble évidente demande à être interrogée : ces ruines ont des origines diverses liées aux conditions et aux circonstances de la destruction, elles-mêmes liées à l’évolution des formes de la guerre. Elles sont des vestiges de guerre mais tous les vestiges de guerre ne sont pas nécessairement des ruines (blockhaus, citadelles militaires, tranchées, trous de mines, postes d’observation, etc.)1 , même si ces derniers peuvent le devenir avec le temps : on peut alors parler d’enruinement.

D’autre part, les ruines de guerre présentent des similitudes avec d’autres édifices du même genre : ruines archéologiques, ruines de catastrophes naturelles, ruines reconstituées des jardins romantiques, etc. Il s’agira donc de cerner cette notion sans chercher à naturaliser les ruines par leur taille ou leur origine mais en historicisant leurs contenus par le biais d’une analyse des usages sociaux et des pratiques auxquelles elles donnent lieu. Enfin, on peut considérer que les ruines sont l’envers des entreprises de reconstruction qui tendent à en effacer la présence : en fait, les reconstructions sont fortement déterminées par les ruines et entretiennent avec ces dernières des rapports ambigus (réemploi, conservation, intégration des ruines dans le bâti, etc.). Quelle place et quel rôle sont ainsi assignés à ces traces du passé dans les reconstructions et les remises en ordre succédant aux conflits ?

Le colloque est articulé en 3+1 parties qui structureront chacune état des acquis et perspectives de recherche.

  1. L’expérience des ruines et de la destruction
  2. Les usages des ruines de guerre dans la guerre et l’après-guerre
  3. La patrimonialisation et la mise en tourisme des ruines de guerre.
  4. Acteurs et actualité : Une dernière partie est réservée à la prise de parole d’acteurs engagés dans les divers usages des vestiges ruineux. Il portera une attention spécifique au cas ukrainien.

Durée : 2,5 jours

Comité scientifique

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS)

Modalités de soumission des réponses 

Avant le le 5 février 2024, Une proposition d’environ 3000 signes, à envoyer à :
François Rouquet : francois.rouquet@unicaen.fr
et Stéphane Michonneau : stephane.michonneau@u-pec.fr
Pour une sélection définitive par le Comité scientifique le 15 février__________________________

Call for papers for an international congres

European war ruins and their uses
(19th – 21st century)

Caen Memorial, 25-26-27 September 2024

Proposal (max. 3,000 characters) to be sent before 2 February 2024 to :
Stephane.michonneau@u-pec.fr
Francois.rouquet@unicaen.fr

Today, the terrible sight of the destruction in Ukraine awakens memories throughout Europe of the war landscapes of earlier conflicts, from the Napoleonic Wars to the war in former Yugoslavia, etc. Normandy was one of the regions particularly devastated by the Second World War – Caen, Falaise, Saint-Lô, the “capital of ruins” in 1945 – but where the memory of the D-Day landings masked that of the Allied destruction, underlining the fact that the relationship with ruins is variable and historically constructed.

The aim of the conference is to explore the relationship that post-war societies have with the vestiges of conflict and the marks of war violence. Through the political, social, economic, cultural and memorial uses of these particular vestiges, the relationship with a traumatic past will be explored.  We hypothesise that the ruins of war do not precede the expression of an internalised trauma, but enable it to be formulated by marking out the ways in which it is expressed.

For four years, the Ruins research programme (ANR 2019) has brought together around twenty researchers from a variety of disciplinary backgrounds in four laboratories, including Histémé at the University of Caen. Although Normandy during the summer of 1944 was a key research area, it was not the only one (others included Oradour-sur-Glane, the Vercors plateau, Lorraine, and the ruins of the First World War in the North). The comparison drawn from the French cases has from the outset endeavoured to establish links with foreign researchers. The aim of the conference is both to present the main results of the Ruins programme and to broaden the debate from a resolutely transnational perspective, as a prelude – we hope – to new research initiatives.

On the one hand, the notion of war ruins, which may seem uncontested, actually needs to be questioned: these ruins have various origins linked to the conditions and circumstances of the destruction, which are themselves linked to the evolution of the forms of warfare. They are remnants of war, but not all remnants of war are necessarily ruins (e.g. blockhouses, military citadels, trenches, mine holes, observation posts, etc.), even if they can become ruins over time.

On the other hand, the ruins of war have similarities with other buildings of the same kind: archaeological ruins, the ruins of natural disasters, the reconstructed ruins of romantic gardens, and so on. The idea is not to naturalise ruins by their size or origin, but to historicise their content by analysing the social uses and practices to which they give rise. Finally, we might consider that ruins are the flip side of reconstruction projects that tend to erase their presence: in fact, reconstructions are strongly determined by ruins and have an ambiguous relationship with them (reuse, conservation, integration of ruins into buildings, etc.). What place and what role are assigned to these traces of the past in post-conflict reconstruction and reorganisation?

The conference is divided into 3+1 parts, each of which will focus on the state of the art and research prospects.

  1. The experience of ruins and destruction
  2. The uses of war ruins in war and post-war period
  3. The heritage and tourism of war ruins.
  4. Actors and current events: A final section will be devoted to the views of actors involved in the various uses of ruinous remains. Specific attention will be paid to the Ukrainian case.

Duration: 2.5 days

Scientific Advisory Board :

Annette Becker (Nanterre), Patrizia Dogliani (Bologne), Gael Eismann (UniCaen) , Anne-Marie Granet (Grenoble), Jérôme Grévy (Poitiers), Anne Hertzog (Cergy-Pontoise), Denis Mathis (Lorraine), Stéphane Michonneau (UPEC), Gilles Malandain (UVSQ), Carolina Rodriguez (computense Madrid), François Rouquet (UniCaen), Danièle Voldman (CNRS


 

  1. Exemple, pour la Normandie, un inventaire de ces vestiges, coordonné par la DRAC et le laboratoire HisTeMé, est en phase de finition. Voir : https://sgm.hypotheses.org/147 []

6.10.2023 : Les ruines aux rendez-vous de l’histoire à Blois

Carte Blanche à ANR Ruines

Les ruines de guerre : lieu de rencontre
des vivants et des morts

Les ruines sont souvent des lieux d’ensevelissement des morts de la guerre que les (sur)vivants côtoient au quotidien. Mais ces ruines sont aussi la métaphore des corps meurtris et déchirés par la violence. Elles incarnent de manière déplacée les absents, rappellent et dénoncent la brutalité de ces disparitions. C’est pourquoi elles sont aussi le lieu où surgissent des fantômes qui manifestent la présence-absence des morts.
Les pratiques sociales des vivants dans les ruines reflètent cette relation complexe nouée avec les morts, sous-tendue par la nécessité d’entretenir tant les souvenirs pluriels et intimes que les mémoires partagées de la destruction.
Après avoir recontextualisé historiquement la relation de nos sociétés contemporaines aux ruines de guerre depuis le XIXe siècle, la Carte Blanche en approfondira différents aspects : comment les vivants survivent-ils au milieu des ruines qui demeurent dans l’après-guerre, parfois plusieurs décennies après le conflit ? Que fait-on de ces ruines qui sont aussi des linceuls ? Comment traite-t-on les objets rescapés de la destruction qui sont les derniers témoins de la présence des morts ? Que fait-on des corps retrouvés, parfois en lambeaux ? Ont-ils leur place dans les cimetières ? Comment commémore-t-on ces morts ? Pourquoi ces ruines sont-elles souvent des lieux d’apparition de formes fantomatiques ? Comment patrimonialise-t-on aujourd’hui ces lieux, comment les met-on éventuellement en tourisme ?
Répondront à ces questions des chercheurs associés dans un programme ANR sur les pratiques sociales et politiques des ruines de guerre en Europe à l’époque contemporaine.

Modérateur

Gilles MALANDAIN

Professeur des universités, université de Poitiers

Intervenants

Aurélie AUDEVAL

Chaire de professeur junior
Université de Lille

Anne HERTZOG

Maîtresse de conférences
Université de Cergy-Pontoise

Stéphane MICHONNEAU


Professeur des universités
Université de Paris-Est Créteil, Val de marne

Babeth ROBERT

Directrice du Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane

Après la bataille

Que reste-t-il d’une bataille sur le lieu où elle s’est déroulée? Peu de choses assurément, même si l’empreinte spatiale des grands combats de l’ère industrielle est plus évidente, des dégâts environnementaux aux grands monuments postérieurs. Pourtant, les sites de combat de toutes les époques suscitent de l’intérêt, de la curiosité, voire un véritable engouement. Un tourisme spécifique s’est développé, dont les racines remontent loin. Aux yeux de ces visiteurs, les champs de bataille portent une part irréductible de la mémoire des guerres et celle-ci s’y inscrit d’une manière de plus en plus massive à travers de multiples usages sociaux, culturels, politiques, pédagogiques. Dans ce volume, une vingtaine de chercheurs et chercheurs explorent cette histoire des lieux de mémoire, du XVIe siècle à nos jours. Leurs articles font varier les échelles et les démarches, et transporteront le lecteur des guerres ‘Italie à la guerre du Pacifique et du Québec à la Lorraine, en passant par le Portugal ou la Normandie.

TABLE DES MATIERES

Première partie. Régime mémoriel de l’époque moderne

« Prenez vostre violon et sonnez-moy toujours […] la Défaitte des Suisses » : mémoires et usages mémoriaux des champs de bataille chez Brantôme. Benjamin Deruelle

Battlefields, Images and Cultures of Remembrance in the Thirty Years War. Peter H. Wilson et Claire Gantet

Les fantômes du champ de bataille de Malplaquet, de 1709 à nos jours.
Catherine Denys

« Le principal théâtre de Mars ». Un « tourisme de champ de bataille » précoce dans les Pays-Bas autrichiens au XVIIIe siècle (1715-1775).
Gerrit Verhoeven

Deuxième partie. Creuset de la nation : le tournant du xixe siècle

« Un pèlerinage au champ de bataille de Fontenoy » : la bataille mémorielle autour du 11 mai 1745 dans la presse irlandaise (1840-1914). Pierre-Louis Coudray

The Magic of Trafalgar: Battlefield History as Myth. Andrew Lambert

Localiser pour célébrer ? Quelques observations sur les lieux de combat de 1810 au Portugal. Valeria Pansini

Des champs de bataille de 1870-1871 aux champs de mémoire religieux.
Xavier Boniface

Les champs de bataille, nouveaux « monuments historiques » dans l’Europe du XIXe siècle. Gilles Malandain

La mémoire étiolée du parc des Champs-de-Bataille de Québec. Lorsque vainqueurs et vaincus ne forment qu’un ! Dany Fougères

Troisième partie. Le second XXe siècle : une diversification des usages ?

Paysage de guerre, enjeux et défis géopolitiques du champ de bataille.
Philippe Boulanger

Appropriation du champ de bataille par l’acte artistique : exploiter les traces de lieux bouleversés. Aurélie Michel et Susanne Müller

Itinéraire mémoriel sur les champs de bataille normands. Aperçu sur les usages sociaux du Débarquement et de la Bataille de Normandie, 1944-2019. Françoise Passera

Invitation au voyage sur les champs de bataille perdus de la Seconde Guerre mondiale. Réflexions sur le Retour à l’île de Mindoro d’Ôoka Shôhei, ancien soldat japonais. Naoko Seriu

War Walks with Clio. The role of historical battlefields in military education. Wim Klinkert

La mémoire des champs de bataille aériens. Jérôme de Lespinois

Conclusions. Stéphane Michonneau

Pour commander l’ouvrage

30.06.23 : Les déchets de guerre : une histoire environnementale, économique, et anthropologique du désobusage, 1914-2019

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

Olivier Saint-Hilaire est doctorant à l’EHESS, sous la direction de Geneviève Massard-Guilbaud (EHESS, Cired) et Pascal Marichalar (CNRS, Iris) .

Le projet de thèse

Ce projet de thèse en sciences sociales propose une approche globale des pollutions industrielles causées par les munitions et les destructions de munitions de la Grande Guerre et de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’éclairer un sujet très peu étudié jusqu’ici : le nettoyage des champs de bataille, la récupération des projectiles non éclatés et le désobusage industriel des munitions des guerres 1914-1918 et 1939-1945.

Cette thèse a pour but de comprendre quels sont les impacts sociaux, économiques, sanitaires et environnementaux des guerres sur le long terme à travers l’étude des diverses politiques publiques et le recours à l’initiative industrielle privée pour “désarmer” les sols dans les sorties de guerre. Les objectifs de cette étude sont d’identifier et de caractériser :

  • les pollutions industrielles, les sites pollués liées à l’enfouissement, à l’immersion ou à la destruction de munitions
  • les acteurs et les pratiques du désobusage
  • l’ensemble des modes de gestion des sols pollués et des “déchets de guerre” ainsi que les solutions de remédiation mises en œuvre depuis un siècle en prenant compte de leur évolution dans la longue durée

L’enjeu de cette étude à la fois environnementale, économique et anthropologique est de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire des pollutions concernées et donner une nouvelle perspective aux politiques de dépollution actuelles et à venir, en les confrontant aux politiques suivies depuis plus d’un siècle, et prévenir l’émergence de nouveaux sites pollués.

En savoir plus : Le dernier mort de 1914-1918 n’est pas encore né par Olivier Saint-Hilaire

Voir aussi le site de l’association “Robin des bois” qui mène un travail assidu depuis la fin des années 1980.

28.04 : Séminaire : “Autour de l’exposition “Objets en héritage”.

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

Cécile Barbier présentera l’enquête qu’elle a menée auprès des habitants d ‘Oradour, parents de victimes, qui ont gardé auprès d’eux des objets retrouvés dans les ruines du village.

Ses travaux ont mené à la création d’une exposition au Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane :
L’exposition Oradour Objets en héritage au Centre de la mémoire d’Oradour présente à partir du 7 avril 2023 des objets ayant appartenu aux habitants du village avant le massacre du 10 juin 1944. Ces objets ont été récupérés, conservés, transmis depuis cette date. L’exposition montre qu’ils sont aujourd’hui encore les traces de ce drame, c’est-à-dire de l’exécution de toute une population, 643 personnes du plus jeune au plus âgé de ses habitants, et aussi de la matérialité de la violence exercée. Ces objets conservés et transmis, à l’intérieur des familles souvent, ont pour certains d’entre eux été prêtés pour l’occasion. L’exposition permet de découvrir l’histoire de cette transmission, tout comme les premières volontés de rassembler, conserver les objets rescapés et même de les exposer.”

10.23 :Les pèlerinages sur le front occidental de la Première Guerre mondiale : de la fin de la guerre aux pratiques contemporaines.

APPEL A CONTRIBUTION

 

19 et 20 octobre 2023, Caverne du Dragon Musée du Chemin des Dames / Château-Thierry (Aisne – France)

Organisation : Université de Lille, Conseil départemental de l’Aisne
Avec le soutien de la Région des Hauts-de-France, la ville de Château-Thierry, le VDK, l’ABMC, la CWGC, la DMCA.

Comité d’organisation : Stéphane Michonneau, Université de Lille, Franck Viltart, Département de l’Aisne, Heather Warfield, Antioch University (USA).
Comité scientifique : Philippe Nivet, Gilles Malandain, Anne Hertzog, Laurent Veyssière, Franck Viltart, Heather Warfield, Stéphane Michonneau.

La Première Guerre mondiale a duré quatre ans et s’est déroulée sur pas moins de onze théâtres d’opérations à travers le monde. Des millions de personnes y ont perdu la vie. Le long du front occidental, de la côte belge à la frontière franco-suisse, les soldats se sont battu le long d’un front étroit de 1914 à 1918. C’est finalement le front occidental qui a causé le plus de pertes humaines et où s’est décidée l’issue de la guerre. Pendant la guerre elle-même, au gré des gains territoriaux, les soldats sont retournés dans les cimetières provisoires où leurs camarades étaient tombés. Dès la fin de la guerre et durant les décennies qui ont suivi, des dizaines de milliers d’anciens combattants, de familles de défunts et de délégations officielles ont entrepris des pèlerinages sur les champs de bataille à la recherche de proches disparus dans un vaste mouvement d’hommage collectif ou individuel sans précédent dans l’histoire.
Pour les aider dans leur voyage, des guides de pèlerinage au front ont été publiés, nous donnant un aperçu des itinéraires, des objectifs et des prescriptions à l’égard de ses pèlerins du souvenir. Parmi les pèlerinages de grande envergure documentés dans des guides ou des témoignages connus, citons les célèbres Guides illustrés Michelin des champs de bataille, le pèlerinage d’Ypres de 1925 (voir The Immortal Salient : An Historical Record and Complete Guide for Pilgrims to Ypres), le pèlerinage de l’American Legion de 1927 (The American Legion Official Program and Guide Book), le pèlerinage de la Royal British Legion de 1928 (The Story of an Epic Pilgrimage : The Battlefields Pilgrimage) ou encore le pèlerinage de Vimy de 1936 (Guide Book of The Pilgrimage to Vimy and the Battlefields). En plus de ces pèlerinages organisés, les membres des familles se sont rendus sur les champs de bataille et dans les cimetières dans le cadre de leur processus de deuil et pour donner un sens à la mort de leurs proches. Parmi les exemples de ces pèlerinages, citons les pèlerinages des Mères de l’étoile d’or des États-Unis en 1930-1933. Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux soldats vont également visiter les cimetières et les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Si le deuil fut un phénomène qui a marqué les sociétés de l’entre-deux-guerres, de nombreux descendants de vétérans de la Première Guerre mondiale continuent de rechercher aujourd’hui des informations sur leurs ancêtres et sur les conditions dans lesquels ils ont combattu, se distinguant du flux de touristes qui continuent de visiter les lieux de mémoire. Ainsi, les pèlerinages, dans leurs spécificités, se poursuivent vers des sites faisant l’objet d’aménagements renouvelés depuis les commémorations du centenaire, tels que les vestiges des champs de bataille, les ruines, les cimetières, les mémoriaux. Les nouveaux pèlerins (re)découvrent les paysages, l’histoire de ces sites et les multiples conséquences de la guerre, pour les territoires comme leurs habitants.  
Les pèlerinages contemporains sur le front occidental s’inscrivent aussi dans une tendance plus large de croissance des pèlerinages dans le monde entier. Au-delà de leur signification historique, les sites de pèlerinage sont réimaginés par des individus en quête de sens, d’un lien avec l’histoire et leur propre récit familial, d’une quête spirituelle ou même d’une amélioration de leur santé et de leur bien-être. Le développement des pèlerinages induit des pratiques touristiques qui impactent fortement le développement socio-économique et culturel des régions concernées. Les pèlerinages sont devenus très tôt une ressource de mise en valeur des territoires dont il faut comprendre les caractéristiques et mesurer les évolutions au cours du XXe et XXIe siècles. Traditionnellement du ressort des études religieuses et littéraires, la recherche sur les pèlerinages englobe désormais l’histoire, la sociologie, la géographie, l’anthropologie et la psychologie.
Sur la base de ses différentes approches, le colloque se propose d’aborder différents thèmes propres aux pèlerinages sur les traces de la Grande Guerre, de l’entre-deux-guerres à aujourd’hui, sur le front occidental.

Propositions (2000 mots max) à envoyer AVANT LE 1er JUIN 2023 à :
Stephane.michonneau@univ-lille.fr et franckviltart@hotmail.com

20.03.2023 Le dessous des images : Les décombres et la survivante

Présenté par Sonia Devillers avec le commentaire historique de Stéphane Michonneau.

Voir le document

Le 14 janvier 2023, un missile russe percute un immeuble de la ville de Dnipro. Cette attaque, qui visait des habitations, a fait de nombreuses victimes civiles. On peine à croire ce qu’on voit : une jeune femme miraculée se distingue au milieu des ruines…

Signe de vie au milieu du chaos de la guerre, la jeune femme semble résumer le sort des civils ukrainiens. Dans le flot continu d’images de combats et de destructions, ce cliché a suscité une grande émotion. L’auteur de la photo, Arsen Dzodzaev, nous décrit le contexte dramatique de cette prise de vue. L’historien Stéphane Michonneau analyse la représentation des ruines et des survivants dans l’iconographie de la guerre. 

31.03 Les ruines de guerre de religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Par Antoine Coutelle, CRIHAM-Poitiers

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

 

Les destructions provoquées par les conflits religieux que connait le royaume de France au XVIe et au début du XVIIe siècles sont investies de sens pluriels. A la fois marqueurs de la victoire ou de la défaite d’un camp contre un autre, traces visibles regardées comme l’expression de la volonté de Dieu, conséquences de gestes iconoclastes ou d’actions violentes symboliques de la lutte contre l’hérésie, leurs significations varient. La persistance ou l’effacement des ruines traduisent la capacité d’une communauté à se reconstruire dans un contexte de guerre civile. Le recensement des indices matériels de ces destructions nécessite une réflexion sur les sources disponibles et permet ensuite d’envisager une typologie des ruines et de leurs usages. Ces usages entremêlent, au fil du temps, l’interprétation de la providence divine, l’instrumentalisation politique puis, par étapes, la patrimonialisation et la mise en mémoire des affrontements religieux.

* * *

24-28.05.2023 : DÌSTOMO, ÉTUDE D’UN MASSACRE ET DE SA MÉMOIRE

Dans le cadre du projet VILMA, après les visites d’Oradour, des villages du Vercors, de Marzabotto (Italie) et Lidice (Tchéquie), les chercheurs se retrouvent à Dìstomo, en Grèce.

Le 10 juin 1944, à quelques milliers de kilomètres du village d’Oradour-sur-Glane, se déroule un massacre perpétré, là aussi, par des unités SS de l’armée du Reich.

Mémorial du massacre de Distomo (wikicommons)

Les troupes de la division Edelweiss s’arrêtent à Dìstomo, un village de quelque huit cents habitants situé en Béotie, au nord-ouest d’Athènes. Accusant les populations de couvrir les attaques partisanes et d’avoir usé de tirs de mortiers, de mitrailleuses et de fusils contre les unités allemandes, les soldats de la Waffen-ss entreprennent des représailles envers les habitants du village, avec une violence inouïe : 218 hommes, femmes et enfants sont exécutés sur le champ.

Le commandant de l’opération, Fritz Lautenbach n’a jamais été arrêté et celui commandant l’assaut ,Hans Zampel, a été extradé vers la Grèce en 1953 mais il ne semble pas avoir été finalement jugé.

En 1997, quatre parents de victimes portent plainte et obtiennent de la justice grecque 28 millions que l’Allemagne est condamnée à verser. Mais le jugement n’a pas été exécuté, nécessitant l’accord du ministre de la Justice grecque. Depuis, les plaignants ont porté l’affaire devant les tribunaux allemands. Sans résultat, l’Allemagne plaidant son immunité internationale d’Etat. L’affaire s’enlise, malgré l’intervention de la justice italienne et la Cour internationale de justice de La Haye.

Un documentaire :

https://www.youtube.com/watch?v=EQ5d7_czyBc
Extrait de la liste des noms des victimes gravés sur le Mémorial de Distomo (Wikicommons)

En savoir plus

Voir l’article très complet de Nicholas Petropulos, Ph. D. Sociologist : “THE DISTOMO SLAUGHTER: MEMORY, POLITICS AND THE STRUGGLE FOR CLOSURE”, (A WORKING DOCUMENT)

K. Kralova, ” Breaking out of Silence: Victims of the 1944 Distomo Massacre in Greek-German Relations”, Südosteuropa Mitteilungen, 2021, 2/3, p. 81-92

Sites Web :

Mémories of the occupation in Greece
Stories about WWII. Enriching our knowledge about WWII

 

[Podcast] Urbex et guerres – Entretien avec Nicolas Offenstadt

Par Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau deux doctorants de l’Université de Caen.

Aujourd’hui, nous avons interrogé Nicolas Offenstadt (MCF HDR à Paris 1 – Panthéon Sorbonne) pour parler d’urbex et de guerres. Des creutes de 1914-1918 à l’école de la défense civile de la RDA, en passant par des locaux de la Luftwaffe, les lieux abandonnés sont les témoins du passé dont l’exploration urbaine (urbex) permet de découvrir les traces.

Merci pour votre écoute !

Références citées dans le podcast :

OFFENSTADT Nicolas, Le Pays Disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock, 2018, édition de poche revue et complété, Paris, Gallimard, 2019, 474 p. + Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 256 p.

OFFENSTADT Nicolas, Urbex. Le phénomène de l’exploration urbaine décrypté, Paris, Albin Michel, 2022.

LE GALLOU Aude, Géographie des lieux abandonnés. De l’urbex au tourisme de l’abandon : perspectives croisées à partir de Berlin et Détroit, thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2021.

AUDIN Judith, « Traces d’usine, traces ouvrières à Pékin : explorations urbaines à Jiaohuachang et à Fatou », Entreprises et histoire, n°103, juin 2021, pp. 185-93.

EDENSOR Tim, Industrial Ruins: Spaces, Aesthetics and Materiality, Oxford Berg Publishers, 2005.

 

Musique du générique : Ona, Poison [https://www.musicscreen.be/musique-libre-de-droit-jingles1.html]

Illustration : Caserne soviétique à Gransee, 2022. [Nicolas Offenstadt]

27.01.2023 : Les pèlerinages états-uniens à Bois-Belleau au lendemain de la Première guerre mondiale

Le web séminaire de la nouvelle année 2023 accueille une chercheuse américaine (au nom prédestiné !) Heather Warfield, chercheuse en psychologie de l’université Concord. Elle s’intéresse aux dimensions psychologiques et thérapeutiques des voyages de pèlerinage. Ses recherches se sont concentrées sur le front occidental de la Première guerre mondiale et notamment le site de la bataille du Bois de Belleau, dans l’Aisne.

 

 

Cérémonie commémorative du 100e anniversaire de la bataille de Bois Belleau, en juin 2018.

Sa conférence sera en langue anglaise.

Le lien de connexion : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

 

Web séminaires 2023 : demandez le programme !

 

Rappel : les séminaires se déroulent désormais le vendredi matin de 10h30 à 12h.

 

27 janvier : Les pèlerinages étatsuniens à Bois-Beleau au lendemain de la Première guerre mondiale
par Heather Warfield (Concord University).
La conférence sera en langue anglaise


24 Février : Cartographier les destructions de guerre : le programme UrbanMetaMapping par Frauke Michler (Bamberg Universität)

 


31 Mars : Les ruines des guerre de Religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation par Antoine Coutelle (CRIHAM-Poitiers)


28 Avril : Les objets d’Oradour : itinéraire d’une assiette par Cécile Barbier (Craft, Univ. de Genève)


16 Mai : Munitions non explosées et pollutions : le retour perpétuel de la Grande Guerre par Olivier Saint Hilaire (Iris, EHESS)


30 Juin : Les larmes et le sang. Les villages martyrs entre victimisation et héroïsation (1938 à nos jours) par Stéphane Michonneau (université de Lille)

Voici le lien permanent : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/91476628694?pwd=TDNScFAwTFk0Zm42dHoxajhiQzgwUT09

30.11.2022 : Web Séminaire : “Les ruines d’Oradour-sur-Glane, une trace pour le droit et pour l’histoire”

 

Par Andrea Erkenbrecher, docteure en histoire contemporaine, a soutenu sa thèse en 2017 “Oradour et les Allemands” , consacré à l’après-Oradour vu du côté allemand. Elle cherche à analyser comment la société allemande et notamment ses institutions judiciaires et politiques ont appréhendé le massacre commis par des soldats de la Waffen SS en 1944. Elle interroge notamment la question des poursuites pénales, des indemnisations, des reconnaissances officielles de l’Etat allemand face au crime.

 

Oradour et les Allemands - Erkenbrecher, Andrea