Tous les articles par Stéphane Michonneau

Les Ruines de guerre : Écrire, figurer, recomposer (XIX-XXe s.)

Jeudi 14 octobre 2021

Ruines de l’architecture et architecture des ruines
Nanterre Université, bâtiment Max Weber (W), salle 1, RDC

9h – Accueil
9H30 – Ouverture du colloque par L. Campa, P. Hyppolite, S. Michonneau

          Présidence : Stéphane Michonneau

9h45
Conférence inaugurale de Alain Schnapp auteur d’Une histoire universelle des ruines. Des origines aux lumières, 2020. 
« Triste issue de la guerre » (Venantius Fortunatus) : les ruines de guerre de Sumer aux « Lumières »                                                                                                                                                    

10h30 Discussion

11h 
« Strasbourg : la représentation des paysages de ruines d’une ville bombardée (1870-1944) »
José Manuel López Torán,Université́ de Castilla-La Mancha (Espagne) – à distance

11h30
« Stalingrad, après la bataille : choix urbanistiques et usage mémoriel des ruines »
Fabien Bellat, École d’architecture Paris Val de Seine

12h
Discussion                                                                                                                                                                         

Présidence : Laurence Campa

14h30
« Repenser les bâtiments détruits par faits de guerre dans les Hauts-de-France au XXème siècle : la mise en tourisme des ruines »
Mathilde Greuet, IRHiS, Université de Lille

15h
« Visiter les ruines de Sedan après la débâcle (1870-1914) »
Gilles Malandain, Université de Poitiers

15h30 £
« Apprendre en imaginant plutôt qu’en réfléchissant. Ce que les visiteurs retirent de leur visite guidée des vestiges d’une bataille (le cas du Circuit du Souvenir de l’Office du Tourisme du Pays du Coquelicot) »
Nathanaël Wadbled, Université de Tours                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

Vendredi 15 octobre 2021
Nanterre Université, bâtiment Paul Ricoeur (L), salle des conseils, 4ème étage

L’écriture des ruines

                                                                     Présidence : Laurence Campa

9h30
« Témoignage de la destruction pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine »
Brent Patterson, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

10h
« Palmyre, des vestiges aux décombres : ou comment les monuments (re)deviennent ruines »
Ava Rastegar, architecte HMONP                                                                                                                                                                                 

10h30 Discussion

11h
« Elément descriptif et instrument de dénonciation : les ruines dans les reportages antifascistes de la guerre d’Espagne »
Anne Mathieu, Université de Lorraine                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                       
11h 30
« La médiatisation des musées en ruine après la Seconde Guerre mondiale »
Nathalie Simonnot, École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles                                                                                                                                                                      

12h – Discussion

Présidence : Pierre Hyppolite

14h30
« Ruines où les vers passent tour à tour : construction, préservation et reconstruction poétique des ruines de la Première Guerre mondiale »                                                                              
Julia Ribeiro S. C. Thomaz, Université de Paris Nanterre – EHESS

15h
« Gravats d’une autre rive » (Pascal Quignard)
François Berquin, Université du Littoral Côte d’Opale

15h30 Discussion

16h – 17h                                                                                                                                                             Rencontre avec Pierre Lepape à propos de son livre Ruines, Éditions Verdier, 2020.

Samedi 16 octobre 2021

                   ENSA Paris Malaquais, site des Beaux-Arts, 14, rue Bonaparte, Paris 75006, amphi 2 des loges

L’artialisation des ruines

9h15 – Accueil du colloque à l’ENSA Paris Malaquais

Présidence : Frédérique Villemur

 9h30
« Regard cinématographique sur la mise en ruines à Berlin : la deuxième destruction des villes allemandes » 
Jeanne Yapaudjian, Sorbonne-Université                                                                                                                                                  

10h
“… And from the ashes we arise. Ruins and/as the dawn of a new era in the early post-WWII Czechoslovak and Italian documentaries”
Andrea Průchová Hrůzová, Institut for Contemporary History, Czech Academy of Science, Prague, (Tchéquie) et Paolo Villa, Università degli Studi di Udine (Italie)

10h30 Discussion

11h
« La ville détruite dans le néoréalisme italien : entre paysage politisé et motif esthétique »
Enrico Gheller, Université de Caen Normandie

11h 30
« Entre écritures du désastre et figures de la rédemption : ruines de guerre ou l’involontaire saisie déconstructrice de l’architecture »                                                                                                                                                                                                      
Jean-Pierre Vallier, architecte DPLG, École Nationale Supérieure d’Architecture Paris Malaquais                                                                                                                                                   

12h – Discussion

Présidence Jean-Pierre Vallier

13h30
« Le tribunal imaginaire des ruines à l’écran (1936-1964). (Faire) juger les survivants de la guerre à l’aune du pharmakon de la ruine » 
Sylvain Louet, Université́ Paris 3 Sorbonne nouvelle                                                                                                                                                       

14h  
« L’immersion dans les ruines au-delà de l’émotion » 
Emmanuelle Danchin, SIRICE (Sorbonne Université, Identités, Relations internationales et civilisations de l’Europe)

14h30 Discussion        

15h
« Anne et Patrick Poirier. La ruine, victime et mémoire des temps » Étienne David,Université Paris 8                                                                                                                                                                                                                                                                   

15h30
« Anselm Kiefer à Barjac : du site comme ruines, l’atelier »
Frédérique Villemur, École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier

16h – Discussion

16h 30 – Clôture du colloque

Lien de connexion ZOOM.US pour l’ensemble du symposium

https://us02web.zoom.us/j/84732851983?pwd=YzBXYStIUDZuQjN3KzhNQ3hIYmtaZz09

ID de réunion : 847 3285 1983
Code : 830786

Revue Tierce : “Obsidionalités. Mémoire et représentations des sièges militaires”

Gustave Doré, “L’énigme”.

L’objet de ce dossier est le siège militaire, pris comme objet de représentation (voire de création artistique) et d’une mémoire spécifique, en particulier dans l’espace et dans la communauté qui l’ont subi – la « mémoire obsidionale » des assiégés, vaincus ou vainqueurs. Les cas d’étude et les contextes varient bien sûr : des villes, françaises (Poitiers, La Rochelle, Lille et Verdun), italiennes (Turin, Rome), ou espagnoles (Saragosse et d’autres), mais aussi une forteresse du Canada français (Louisbourg) et une oasis du sud algérien (Zaatcha), ainsi que les cités du Proche-Orient médiéval telles que les imagine Gustave Doré dans les années 1870. Les sièges et les représentations dont il est question se situent essentiellement entre les guerres de religion et le second XIXe siècle, avant les grandes ruptures du XXe siècle, même si des résurgences mémorielles plus contemporaines – et plus ou moins « vives » – sont prises en compte. En dépit de l’indéniable rupture révolutionnaire, il y a là une vraie cohérence chronologique, aussi bien dans l’histoire de la guerre que dans celle des cultures mémorielles.

TIERCE est la revue online du laboratoire CRIHAM Poitiers-Limoges : https://tierce.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=406

Deux séminaires en Allemagne….

  1. Ruinen aus der Sicht der Kulturwissenschaften (Ringvorlesung) / Ruins from the Perspective of Cultural Studies and Humanities: Materiality in Decay, Re-Uses, Re-Interpretations (lecture series) :
    https://www.hsozkult.de/event/id/event-96219

2. „Erbe in Trümmern. Schadensbild, Transformation und HeritageMaking in kriegszerstörten Städten um 1945“ 
https://www.uni-bamberg.de/kdwt/news/artikel/symposium-erbe-in-truemmern/

am 20.05.2021 ab 09:00 Uhr. Hiermit bestätige ich Ihnen die Teilnahme mit dem Hinweis auf die folgenden Zugangsmöglichkeiten
Uhrzeit: 20.Mai.2021 09:00 AM Amsterdam, Berlin, Rom, Stockholm, Wien

https://www.uni-bamberg.de/kdwt/arbeitsbereiche/denkmalpflege/tagung-erbe-in-truemmern/

Meeting-ID: 960 4599 3889
Kenncode: Erbe#5


Poétique et politique de la ruine au cinéma et au théâtre depuis 1945

Poetics, Politics and the Ruin in Cinema and Theatre since 1945

Colloque international organisé dans le cadre du projet Temps réinventés : cinéma, antiquités, archéologie (ICAAR) du labex Labes Les passés dans le présent en partenariat avec l’Université d’Oxford. 2 APRIL 2021 (OXFORD) / 22 NOV. 2021 (PARIS-NANTERRE). 

https://calenda.org/857361

Argumentaire

L’antiquité a été largement mobilisée en Europe dans l’entre-deux guerres – le classique servant la cause d’un « retour à l’ordre » de plus en plus perçu comme nécessaire après les hérésies avant-gardistes – et elle a été au coeur, grâce à des manipulations inédites orchestrées par le pouvoir, des idéologies fasciste et nazie qui ont mené au désastre de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah. L’objet premier de ce colloque est d’étudier la manière dont les processus artistiques et les oeuvres théâtrales et cinématographiques européennes enregistrent les répercussions historiques et artistiques de ce traumatisme, dans la manière dont elles réinventent l’antiquité, et plus précisément dans la manière dont elles en travaillent les ruines, tant poétiquement que politiquement. Le colloque s’inscrit donc à la fois dans le champ des études de réception de l’antiquité et des études théâtrales et cinématographiques, mais aimerait également pouvoir dialoguer avec l’archéologie, la philosophie esthétique, les sciences politiques, l’anthropologie, la théorie des médias. Le cadre chronologique va de 1945 à nos jours, car l’on retrouve évidemment des traces de ce processus bien au-delà de l’immédiat après-guerre dans les oeuvres et les démarches des artistes européens qui recourent à l’antique pour questionner le contemporain, et cela au rythme des événements politiques, économiques et sociaux.

Université Paris Nanterre / INHA, 22 novembre 2021

horaires à préciser

Nature et anthropoèce

Modération | Respondent: Clare Finburgh-Delijani, Goldsmiths University of London, Theatre Studies

  • De la ruine comme métamorphose cinématographique de la vanité : Robinson in Ruins, à la recherche d’une image « naturelle » (Marianne de Cambiaire, Université d’Aix-Marseille, Études cinématographiques)
  • La ruine antique comme véhicule d’un renouvellement descriptif de la figuration du paysage au cinéma (Pollet, Huillet et Straub, Robbe-Grillet) (Lucas Lei, Université Paris Nanterre, Études cinématographiques)

Reprise et répétition

Modération: Joanna Paul, Open University, Classical Studies

  • Singing Ruins: cinema and musical iterability in Philip Glass’Orphée (1993) (Zoë Jennings, University of Oxford, Classics)
  • Le Mépris : un Solde de l’Olympe ? (Marc Cerisuelo, Université Gustave Eiffel, Études cinématographiques, Esthétique)
  • Par-delà la ruine, retrouver la question de l’être : une remontée de l’Ister avec Hölderlin et Heidegger (David Barison et Daniel Ross, The Ister, 2004) (Marie Eve Loyez, Université Paris Nanterre, Université de Montréal, Études cinématographiques)

Corps et lisibilité

Modération: Barbara Le Maître, Université Paris Nanterre, Études cinématographiques

  • Saxa loquuntur : (il)lisibilité des ruines chez Pasolini (Anne-Violaine Houcke, Université Paris Nanterre, Études cinématographiques, Réception de l’Antiquité)
  • From Fragmentation to Deconstruction: Ancient Myth on Contemporary Stage (Malgorzata Budzowska, University of Lodz, theatre studies, classical reception)
  • Quelqu’un a-t-il déjà entendu soupirer des pierres ? (W. Herzog). Du corps à la ruine (et retour) (Jeremy Hamers et Lison Jousten, Université de Liège, Études cinématographiques)

Plénière

Modération: Fiona Macintosh, University of Oxford, APGRD, Classical Reception

Organisatrices

  • Anne-Violaine Houcke, HAR (Histoire des Arts et des Représentations), Université Paris Nanterre
  • Estelle Baudou, APGRD (Archive of Performances of Greek and Roman Drama), University of Oxford

Comité scientifique

  • Estelle Baudou (University of Oxford) 
  • Anne-Violaine Houcke (University of Paris Nanterre)
  • Barbara Le Maître (University of Paris Nanterre) 
  • Fiona Macintosh (University of Oxford)

Modalités de participation

La première journée du colloque aura lieu sur Zoom. Merci d’écrire à apgrd@classics.ox.ac.uk pour toute question ou pour vous inscrire.

École thématique

Traces et représentations du passé dans les monuments et le patrimoine, XIXe-XXIe siècle (Europe-Amérique latine)

Huellas y representaciones del pasado en los monumentos y el patrimonio, siglos XIX-XXI (Europa – América Latina)

Casa de Velázquez, Madrid, 17-21 mai 2021

L’École thématique sera précédée, le 16 mai 2021, par une journée d’études franco-allemande.

Coord. : Claire BARBILLON (Université de Poitiers / École du Louvre), Jérôme GRÉVY (Université de Poitiers), Thomas KIRCHNER (Centre allemand d’histoire de l’art), François-René MARTIN (École du Louvre, École nationale supérieure des beaux-arts de Paris), Stéphane MICHONNEAU (Université de Lille).
Org. : ANR RUINES (Maison européenne des sciences de l’homme et de la société, Lille), CRIHAM EA4270 (Université de Poitiers et de Limoges), École du Louvre (Paris), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Centre allemand d’histoire de l’art (Paris)
Coll. : Ambassade de France en Espagne, Ambassade d’Allemagne en Espagne.

Inscription obligatoire : https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/huellas-y-representaciones-del-pasado-en-los-monumentos-y-el-patrimonio-siglos-xix-xxi-europa-am/

Présentation

Les traces du passé constituent les buttes-témoins (des témoins) d’événements historiques à jamais révolus : elles rendent présent ce qui appartient au passé et l’incarnent de manière non intentionnelle. Elles sont parfois l’objet d’un réinvestissement symbolique qui les désigne en marques, caractérisées par une signature intentionnelle de la part d’un acteur identifiable. Ce marquage est toujours une forme d’appropriation symbolique et spatiale  – a minima, un droit de présence, a maxima, l’affirmation d’une revendication – de la trace matérielle, c’est-à-dire une production de signes.

Les marques produites par les groupes sociaux et les individus sont d’une très grande variété. On peut cependant les regrouper sous deux grands types : les inscriptions graphiques ou imagées, plutôt éphémères et fragiles, et les constructions monumentales, généralement pérennes. Sans exclure les premières, nous nous intéressons ici aux formes durables, en excluant les marquages ne s’opérant pas à partir d’une trace (par exemple, un monument aux morts communal n’a que rarement de lien avec une trace ou un vestige de guerre). Ces interventions relèvent de deux grands types d’opération : la conservation, la monumentalisation et la patrimonialisation de certaines traces d’une part, la démolition ou l’effacement plus ou moins intentionnel d’autres traces d’autre part. Ainsi, patrimonialisation et démolition doivent être pensées de manière dialectique.

Le cadre géographique et temporel retenu recouvre toute l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècle), jusqu’à l’actualité. L’aire étudiée recouvre l’Europe dans un sens large (“de l’Atlantique à l’Oural”) et le monde ibéro-américain dans son ensemble (donc Brésil compris). Les Caraïbes sont également incluses. L’enjeu est ici d’historiciser les usages des traces et des monuments selon les périodes considérées et de les situer dans un contexte local précis afin d’en repérer d’éventuelles singularités. Le jeu des circulations, des imitations dans l’espace euro-américain fera l’objet d’une attention particulière.

L’atelier doctoral s’articulera autour des axes suivants :

1. La reconnaissance des traces

Les traces du passé peuvent être visibles ou pas : dans tous les cas, elles supposent un processus de recherche et d’identification, qu’elles soient matérielles ou immatérielles.  Peut-on parler d'”invention des traces” ? Quelle est la valeur et le sens de cette démarche que l’on pourrait qualifier peut-être d’archéologique, d’antiquaire plus sûrement ? Toutes les traces ne font pas l’objet d’une attention. Que signifient l’effacement, l’abandon voire la destruction intentionnelle des traces ?

2. Donner sens aux traces

Les traces sont l’objet d’une resignification, notamment à travers des expressions artistiques : l’architecture, la sculpture mais aussi les représentations graphiques. Les traces marquées peuvent être également activées par des commémorations. Enfin, elle peuvent être réinvesties comme patrimoine, à condition de prendre en compte la dilatation de la notion de patrimoine au cours du temps, par rapport à la notion de monuments historiques développée au XIXe siècle. Quels sont les formes artistiques et les modes d’instrumentalisation des traces ? Qui sont les acteurs de ces opérations de (re)signification des traces ?

3. Représenter le passé

Les opérations de marquage impliquent des représentations sélectives du passé. Quels types de langages artistique ou historiographique sur le passé sont-ils élaborés ? En quoi sont-ils à la fois créateurs d’identités sociales et instaurateurs de légitimités politiques ? Dans quel mesure les récits historiques, au sens strict du terme, c’est-à-dire produits par des professionnels des questions du passé, participent-ils de la construction des mémoires de ces lieux ? Comment les oeuvres artistiques s’approprient et mettent en scène ce passé ?

4. Transferts et circulation monumentales

Il peut également exister des formes, des manières de faire, des acteurs propres à l’aire étudiée, à l’époque considérée. Peut-on repérer des modèles selon les époques ou les espaces étudiés ? Quelles sont les circulations en jeu dans l’espace euro-américain ? Répondent-elles nécessairement à une vision européocentriste et diffusionniste ? La question de la modernité dans les monuments pourra être abordée. Existe-t-il des monuments abstraits ? Le Monument à la mémoire de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht de Mies van der Rohe (1926), détruit par les Nazis est un cas emblématique. 

5. Contre-monuments, anti-monuments

Un lien existe entre la mise en mémoire et le cadre spatial dans lequel elle se déploie. Récemment, ce lien a pu être remise en question par les contre-monuments (Jochan Gertz), des anti-monuments (Dani Karavan à Port-Bou) ou encore par l’attention portée à des paysages de mémoire vides de trace, comme ceux de la Kolyma. Quelles sont les stratégies d’appropriation de l’espace mise en œuvre ? En quoi les contre-monuments, ou des anti-monuments remettent-ils en question la question de la monumentalité ? Un paysage peut-il faire mémoire ? La mémoire a-t-elle toujours besoin de traces pour se fixer, se construire ?

6. Vandalisme, destructions, remplacements

Le vandalisme ou les destructions monumentales sont d’actualité, lorsque leur contenu politique et mémoriel ne semble plus correspondre aux attentes des sociétés contemporaines (monuments aux esclavagistes, aux découvreurs, etc.). D’autres monuments sont déplacés, remplacés (monuments équestres de Franco). L’art contemporain prend une part active dans ces opérations de resignification. Ces gestes ne sont-ils pas des atteintes au patrimoine monumental ? Jusqu’à quel point la resignification d’un monument est-elle possible ? Souhaitable ? Pourquoi les monuments cristallisent-ils ces débats ? Comment certains d’entre eux sont devenus polémiques ?

Appel a communications

Les ruines de guerre : écrire, figurer, recomposer (XXe et XXIe siècles).

14-15-16 octobre 2021, Univ. Paris-Nanterre

La ruine de guerre caractérise une évolution particulière du paradigme ruiniste qui a peu de rapport avec « l’attrait des ruines ». Ces ruines chaudes et fumantes, ces débris concassés, posent des questions nouvelles d’usage, de poétique, d’esthétique.

L’architecture des ruines 

Les ruines antiques ou médiévales révélaient le geste créatif de leur architecture. Brest, Le Havre, Coventry, Dresde, Hambourg, Berlin, Hiroshima, Nagasaki, etc, autant de noms qui appellent des images de ville en ruine qui ont fait l’objet de programme de reconstruction, à l’identique ou moderniste, effaçant le traumatisme de leur destruction (Sebald). Que reste-t-il de la présence de ces ruines en négatif dans le palimpseste urbain ? Comment entretient-on la mémoire des ruines absentes ? Le bombardement de Strasbourg pose, dès 1870, la question de l’inscription de ces ruines nouvelles dans l’histoire universelle des ruines. Les bombardements, dont la violence s’intensifia de conflits en conflits, inaugurent un nouveau paradigme des ruines. Leur typologie change. Le vestige n’est plus une forme identifiable mais une structure déformée dans un amas de poussière et de décombres. Les images de ruines sont, aujourd’hui, celles de Homs, Daraa, Kobané, Mossoul, Beyrouth, etc. On interrogera ce nouveau « régime ruiniste » que constituent les villes et les quartiers à l’image spectrale, inhabitables mais souvent occupés.

L’écriture des ruines

Quelles sont les caractéristiques des œuvres littéraires et artistiques nées dans l’expérience des ruines ? On s’intéressera aux pratiques d’écriture, dans leur diversité, qui, en particulier, à partir de la Première Guerre mondiale ont permis de rendre compte des ruines fumantes : poèmes, carnets d’écrivains, d’artistes, journaux de soldats, de civils anonymes, etc. Comment ces œuvres expriment, par le texte, le croquis, l’expérience des ruines ? Dans quelle mesure est-elle in-dissociable du renouveau de l’expression littéraire et artistique au lendemain des conflits du XXe et XXIe siècles (journaux de tranchées, « roman des ruines », Trümmerliteratur, Nouveau roman, littérature de reportage, blogs…) ? Quels usages les écrivains, les plasticiens ont-ils faits de ces ruines ? Il s’agira d’étudier, à la lumière de l’histoire contemporaine, les dispositifs littéraires et artistiques propres à la désolation en mettant l’accent sur leur dimension écrite (documentaire, memorabilia), poétique (continu/discontinu), esthétique, à travers le processus de (dé)matérialisation ou de (dé)fictionnalisation dont elles sont l’objet.

L’artialisation des ruines

Les ruines font partie de notre environnement géographique, rural, urbain. Elles contribuent par leur présence à sa transformation en un haut-lieu de mémoire (Oradour-sur-Glane), d’exposition (MAC, Lisbonne), d’expression artistique (Walker Evans, Anne et Patrick Poirier, Anselm Kiefer, Charles Simonds, etc). On s’interrogera sur ce processus paradoxal d’artialisation, en lien avec l’écriture du paysage ruiné ou sa mise en ruine artificielle, monumentale ou sculpturale, in situ ou in visu, en prenant en compte les médiations photographiques, filmiques, artistiques dont elle fait l’objet (cartes postales en forme de tableaux, bandes dessinées, sites en ligne, contre-utopies, uchronies architecturales, jeux vidéos, etc).

L’archéologie, la sociologie, l’architecture, les arts plastiques, la littérature, le cinéma, la photographie seront mobilisés pour penser ces « paysages de ruines » leur évolution, leur transformation. Ces rencontres interdisciplinaires permettront de prendre la mesure des diverses formes d’occupation, de patrimonialisation et de représentation des ruines de guerre.

Le colloque est organisé par l’équipe ILHAM ((Interférence de la Littérature, de l’Histoire, des Arts et des Médias, EA 1586, CSLF) de l’université de Paris Nanterre dans le cadre de l’ANR Ruines (Les usages politiques et sociaux des ruines de guerre entre résilience, commémoration et patrimoine) coordonnée par Stéphane Michonneau (IRHiS – université de Lille, https://ruines.hypotheses.org ) et porté par la Maison Européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS , Lille).

Les propositions de contribution seront examinées par le comité scientifique du colloque et sont à envoyer par courriel, avant le 15 mars 2021, aux adresses suivantes :

laurence.campa@parisnanterre.fr
stephane.michonneau@univ-lille.fr
nicolas.beaupre@uca.fr
pierre.hyppolite@parisnanterre.fr

Comité scientifique :

Nicolas Beaupré, MCF HDR histoire contemporaine, Université de Clermont Auvergne
Annette Becker, Pr. émérite histoire contemporaine, Université de Paris Nanterre
Laurence Campa, Pr. littérature XXe, Université Paris Nanterre
Pierre Hyppolite, MCF littérature XXe, Université de Paris Nanterre
Stéphane Michonneau, Pr. histoire contemporaine, Université de Lille
Jean-Pierre Vallier, architecte, professeur ENSA de Paris-Malaquais
Frédérique Villemur, Pr. histoire de l’art, ENSAM de Montpellier

Vient de paraître : Une histoire universelle des ruines

Il n’existe pas plus d’hommes sans mémoire que de sociétés sans ruines. Cette Histoire universelle des ruines vise à élucider le rapport indissoluble que chaque civilisation entretient avec elles. L’Égypte ancienne confie la mémoire de ses souverains à des monuments gigantesques et à des inscriptions imposantes. D’autres sociétés préfèrent pactiser avec le temps, comme les Mésopotamiens, conscients de la vulnérabilité de leurs palais de briques crues, qui enterrent dans le sol leurs inscriptions commémoratives.
Les Chinois de l’Antiquité et du Moyen Age remettent le souvenir de leurs rois et de leurs grands hommes à des inscriptions sur pierre et sur bronze dont les antiquaires scrupuleux collectent les estampages. D’autres encore, les Japonais du sanctuaire d’Isé, détruisent puis reconstruisent à l’identique, en un cycle infini, leurs architectures de bois et de chaume. Ailleurs, dans le monde celtique et en Scandinavie, comme dans le monde arabo-musulman, ce sont les poètes ou les bardes qui ont la charge d’entretenir la mémoire.
Les Grecs et les Romains considèrent les ruines comme un mal nécessaire qu’il faut apprendre à interpréter pour les maîtriser. Le monde médiéval occidental affrontera l’héritage antique avec une admiration fortement teintée de répulsion. Face à cette tradition, la Renaissance entreprend un retour d’un type nouveau à l’Antiquité, considérée comme un modèle du présent qu’il faut imiter pour mieux le dépasser.
Les Lumières enfin bâtissent une conscience universelle des ruines qui s’est imposée à nous comme le ” culte moderne des monuments ” : un dialogue avec les ruines qui se veut universel et dont ce livre porte témoignage. Passant d’une civilisation l’autre, Alain Schnapp s’appuie autant sur des sources archéologiques que sur la poésie. Magnifiquement illustrée, cette somme est l’œuvre d’une vie.

Retrouvez une intervention d’Alain Schnapp à la Grande Table idées de France culture : Les ruines, pilier du souvenir .
Les conférences de son séminaire “Une histoire universelle des ruines” sont disponibles sur le site de l’École du Louvre.


L’URBEX : VOIR, SENTIR ET ENTENDRE LES RUINES

Intérêts et enjeux de l’Urbex pour les sciences humaines

Si elles sont généralement associées à l’abandon et à l’oubli, les ruines n’en demeurent pas moins loquaces. Ces dernières suscitent des attitudes et des réactions multiples allant de leur fonction de mémoire et de recueillement, jusqu’à l’attraction et la fascination. Les ruines sont en effet susceptibles d’attirer des visiteurs et d’abriter divers usages tels que la création artistique (street art), la sociabilité (lieu de rencontre, squats, rave party), récupération de matériaux, jeux d’équipe (à l’instar de l’airsoft) pour lesquels les ruines constituent un terrain stratégique. Ces usages en font des lieux vivants et riches d’informations qui, tout en rompant avec l’idée de délaissement, permettent de faire parler les ruines. À la tête de ces pratiques, l’urbex constitue à la fois une démarche, un outil et une source pour l’historien qui désire renforcer la connaissance au sujet des ruines.



Qu’est-ce que l’Urbex [1]?

            Le terme « urbex » est la contraction d’urban exploration[2]. Il est diffusé au début des années 2000 par le graphiste et artiste canadien Jeff Chapman (1973-2005), également connu dans le monde de l’édition sous le pseudonyme de Ninjalicious. C’est une pratique qui consiste à se rendre dans des lieux abandonnés initialement construits par l’homme, afin de visiter et de déambuler dans ces derniers. Il s’agit de sites marginalisés, dans des états de délabrement léger ou avancé, dont l’accès est le plus souvent interdit. Visiter et entrer dans ces lieux relève de l’exploration et de la transgression, dans le sens où cela nécessite le plus souvent de franchir des portes et fenêtres scellées, de passer par-dessus – ou par-dessous – des murs afin d’évoluer dans des structures qui n’ont pas vocation à être visitées, voire simplement pénétrées. Les lieux recherchés sont divers, qu’ils soient publics ou privés : hôpitaux, églises, manoirs, châteaux, silos, colonies de vacances, parc d’attraction, sanatoriums, collèges, garages, tunnels, usines, laboratoires, écoles, salles de spectacle, bunkers, forts, casernes, prisons…

Si le terme urbex et l’usage qui lui est associé sont popularisés dans les années 2000, la pratique est plus ancienne. Ceux qui s’adonnent à l’urbex ont des intentions variées. Pour certains, il s’agit d’une approche esthétique et sensorielle accompagnée par la prise de photographies ou la réalisation de vidéographies. L’historien français Nicolas Offenstadt précise que l’urbex peut également revêtir une fonction politique. Il se réfère aux travaux de géographes anglo-saxons tels que Tim Edensor ou Bradley Garrett pour qui l’urbex constitue une saisie libertaire et anti-autoritaire de l’espace, exprimée par le fait de déjouer les systèmes de protection et/ou de vidéosurveillance. Pénétrer dans les enceintes désaffectées, abandonnées ou en ruines constitue ainsi une logique de transgression qui participe d’une recherche de liberté.

La pratique de l’urbex peut également comporter une dimension de « faire mémoire ». Dans l’environnement local, visiter des lieux délaissés s’apparente à une contre mémoire qui fait exister des passés délégitimés. Lorsque l’urbexeur publie ses photos en ligne avec parfois un historique des lieux, il exprime publiquement ce « faire mémoire » contre les destructions et évolutions économiques. L’urbex fait ainsi de l’abandon, un lieu d’expériences diverses à vocations multiples.  Les riverains d’une usine désaffectée peuvent se rendre sur le site afin de se remémorer une ancienne profession, dans une logique mémorielle liée à leur passé professionnel. Quand d’autres, à l’inverse, n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres dans l’objectif de visiter un site en particulier.

            Depuis les années 2010, l’urbex connait une forte médiatisation. Cette tendance est consécutive d’une part à la démocratisation de l’accessibilité aux technologies numériques et d’autre part, à la multiplication des pages et sites internet ainsi qu’au développement des réseaux sociaux comportant de nombreux groupes et publications relatifs à cette pratique[3]. Ils constituent des canaux de diffusion de photographies des lieux explorés. L’urbex est ainsi rendu visible et suscite un réel engouement. C’est d’ailleurs toute l’ambivalence de cette pratique qui oscille entre une diffusion massive des photographies et la volonté de préserver, voire de garder secrète, l’adresse des lieux visités au nom d’une logique de préservation des sites. L’urbex a donc la particularité d’être une pratique transgressive tout en étant basée sur des règles précises : ne rien casser, ne rien briser, ne rien détériorer ou prélever. Nicolas Offenstadt questionne ainsi la définition de l’urbex qui par essence est une pratique qui se situe en marge de la légalité et qui est extrêmement diverse tant en pratique que dans ses finalités[4].

L’Urbex, au carrefour de la ruine et des sciences humaines

L’urbex est une pratique qui représente un réel intérêt pour les sciences humaines et sociales. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, cela fait déjà plusieurs années que l’urbex constitue un objet de recherche. Les travaux suivants sont à ce jour des références et posent les jalons d’une réflexion scientifique au sujet de cette pratique : l’ouvrage de Steven High et David W. Lewis, Corporate Wasteland. The landscape and Memory of Deindustrialization[5] paru en 2007, celui de L.Garrett Bradley, Explore Everything. Place-hacking the City[6], ou encore l’article d’Aude Le Gallou “From urban exploration to Ruin tourism : a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism” dans l’International journal of tourism Cities[7].

Si en France l’intérêt des sciences humaines et sociales pour cette pratique est plus récent, il n’en est pas moins dynamique. À l’automne 2019, Nicolas Offenstadt initie des réflexions à ce sujet avec la publication d’un ouvrage intitulé Urbex RDA : l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés. L’historien se focalise sur le territoire de l’ex-République démocratique allemande (RDA/DDR) de l’Allemagne de l’Est. Il étudie un échantillon de 250 lieux abandonnés dont les fonctions initiales sont diverses : abattoirs, casernes, salles municipales, usines, etc. L’objectif de son ouvrage est de « faire parler les ruines », comme l’historien se doit de « faire parler les choses muettes [8]». Il structure son travail avec différentes problématiques permettant de questionner l’abandon à partir des ruines : comment les visites dans des lieux abandonnés peuvent-elles contribuer à enrichir les savoirs des sciences sociales ?  Comment cette pratique peut-elle s’inscrire et se comprendre dans un rapport plus général à la société et à l’espace contemporain ?

Indices de l’intérêt scientifique porté à l’urbex en France, deux thèses traitant de cette pratique sont actuellement en cours. Aude Le Gallou effectue une thèse en géographie sous la direction de Maria Gravari Barbas et Boris Grésillon qui s’intitule : « Pratiques de l’exploration urbaine et enjeux de la mise en tourisme des espaces urbains abandonnés à Berlin (Allemagne) et à Détroit (États-Unis) : des pratiques et des espaces nouveaux pour repenser le tourisme urbain ». Aude Le Gallou confronte l’urbex avec le tourisme de ruines. Selon elle, des pratiques touristiques originales se développent à partir de l’urbex dont la médiatisation croissante popularise une esthétique de la ruine et une vision positive de ce type d’espace. Elle décrit ainsi une continuité entre ces deux pratiques.  Cette dernière rappelle également que si l’urbex est un objet de recherche c’est également une méthode pour renseigner sur les espaces étudiés. Sarah Rojon réalise quant à elle une thèse en sociologie sous la direction de Michel Rautenberg et Bella Dicks intitulée « Images iconiques et images virtuelles dans la patrimonialisation des régions post-industrielles : le cas des agglomérations de Cardiff et de Saint-Etienne ». Par ailleurs, l’université de Paris I et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC) ont organisé sous la direction de Nicolas Offenstadt  une journée d’étude qui s’est tenue le 18 octobre 2018 à la Sorbonne (Centre Panthéon) intitulé « L’exploration urbaine (urbex), l’historien et les sciences sociales ».

Quelles places et utilités de l’Urbex dans la démarche de l’historien ?

Comment l’historien, en pratiquant l’urbex, peut-il être utile à la connaissance des ruines visitées ? Malgré les démarches de documentation de certains urbexeurs, peu d’éléments sont diffusés au sujet de la création des sites visités, leur période de fonctionnement et leur fermeture[9]. De fait, peu d’informations sont mentionnées au sujet des anciens occupants et usagers. Pour pallier cette situation – qui peut être source de tensions entre les pratiquants et certains riverains – Nicolas Offenstadt initie une réflexion méthodologique en proposant de croiser cette pratique avec les démarches historique, historiographique et bibliographique de l’historien. Chacune de ses séries de photos est commentée, analysée et documentée à l’aide de sources contemporaines et d’imprimés. En recourant à l’histoire orale, l’historien peut par exemple travailler sur les mémoires directement liées aux fonctionnements et aux processus de fermetures. Sarah Rojon, dans son étude de cas localisée à Saint-Etienne, parle d’une approche du patrimoine « par le bas ». Il faut ici entendre par des acteurs non professionnels habituellement peu sollicités, dont certaines initiatives sont susceptibles de nourrir de nouveaux circuits patrimoniaux – le plus souvent qualifiés d’alternatifs – au sein desquels les dimensions émotionnelles et sensorielles tiennent une place importante. L’urbex peut ainsi participer à la création de nouveaux regards sur les lieux, à la croisée d’un faire mémoire alternatif et d’une saisie illégale d’un espace autrefois légitime[10]. Ce nouveau regard est porté par divers acteurs : riverains, autorités, anciens occupants. Cette pratique est alors susceptible de constituer un espace progressif, surtout pour les personnes pour lesquelles la proximité et la vue de ces sites peut être douloureuse[11]. Cette démarche pourrait être utile à des projets, voire des prises de décisions politiques et d’aménagement local. Elle pourrait donc revêtir une utilité sociale, urbanistique et donc territoriale. Cela permet d’esquisser des pistes de connaissance au sujet de la ruine et de sa place au sein du territoire sur lequel elle se trouve, voire de territoires plus éloignés dans le cas où les usages de la ruine s’intégreraient dans des réseaux. Ils peuvent pleinement participer à l’étude des fonctionnements et dynamiques territoriales.

Saisir le délaissement, la destruction et les réusages des ruines par la pratique du terrain

Urbex et sciences humaines – urbex et histoire – peuvent donc s’articuler avec sens et pertinence. Dans un programme de recherche qui s’intéresse aux ruines de guerre, le lien paraît d’autant plus fertile : l’urbex peut en effet être intégré à la démarche de terrain du travail de l’historien, au même titre que l’enquête orale ou la lecture de paysages. Or, la ruine est un objet éminemment ancré sur le territoire, et l’essence même de l’urbex consiste en une pratique de terrain, en une exploration de lieux abandonnés, délaissés, détruits. La ruine semble donc se trouver au cœur de la définition de l’urbex, et l’urbex être une condition pour comprendre comment la ruine vit et est vécue.

Dès lors, comment comprendre que l’urbex représente un possible, un outil d’analyse complémentaire, voire nécessaire, à l’étude géographiquement et physiquement distanciée des ruines de guerre ? 

En tant qu’usage social et culturel de la ruine, l’urban exploration devient une pratique-outil qui permet d’approcher, et avec chance, de parvenir à entrer dans les multiples territorialités qui se construisent autour de lieux détruits. Lieux laissés de côté, les ruines constituent des espaces de marges où peuvent se rencontrer des usagers aux profils variés : squatteurs, artistes, aventuriers occasionnels ou réguliers… sont susceptibles de s’entrecroiser. 

Sans même le savoir, certain-es chercheur-ses usent parfois de l’urbex pour une partie de leur enquête : quand une étudiante explore des sanatoriums abandonnés pour essayer d’y trouver des documents qu’elle ne trouve pas dans les services d’archives municipaux ou départementaux ; quand d’autres investiguent d’anciennes usines dans l’espoir de rencontrer des carnets, des objets du quotidien ou encore pour prendre la mesure des lieux qu’ils étudient, n’est-ce pas déjà  une forme d’urbex non nommée ?

Partant, se pose la question de la place et du statut à donner aux informations et données recueillies lors de ce glanage affranchi. Au même titre que des discussions informelles (ou de toute autre récolte de matériau qui sort des protocoles habituels, cadrés et reconnus pour construire du savoir) c’est plus l’insertion des données ainsi collectées et leur restitution dans le cadre d’un travail académique et universitaire, qui met le chercheur au défi, que la pertinence de cette méthode. Dans la mesure où cette manière de faire de la recherche en histoire ne fait aujourd’hui pas – ou très peu – partie des outils employés, l’exigence méthodologique se doit d’être encore plus forte. L’ethnographe Judith Audin considère qu’il y a là un outil méthodologique, une démarche scientifique à part entière qui s’intéresse aux matérialités et aux pratiques des lieux abandonnés. L’urbex doit être pratiquée avec un protocole dont les grandes lignes sont encore à définir. Le choix des ruines devrait être nécessairement problématisé et la méthodologie employée explicitée, justifiée et documentée. Et c’est alors une invitation pour les chercheurs à aller au bout de leur démarche heuristique. Une réflexion sur les cadres juridiques (cadre légal, infractions, confidentialités, question du devenir des documents trouvés, blessures du pratiquant…) est nécessaire. Les modalités de restitutions des observations doivent elles aussi être réfléchies. Comment et qu’est ce qui dans l’urbex fait source : le cliché ? la visite ? les deux ? Ce protocole devrait également amener à une réflexion sur l’intervalle entre l’abandon du lieu et la date de l’exploration de l’historien. Que s’est-il passé dans cet intervalle ? Quelle(s) conséquence(s) sur les traces ? (objets disparus et/ou déplacés parfois rajoutés…). La prise en compte des réusages est donc fondamentale. Il convient donc de définir une grille méthodologique solide en cohérence avec la pratique de l’urbex et ses fondements et pouvant être incorporer à une démarche de recherche historique.

Dans cette dynamique, l’opportunité de tisser un pont entre différentes temporalités apparaît, car aller au contact de la ruine permet de la sortir de son unique association au passé. En la pratiquant aujourd’hui, on peut prendre conscience de la diversité de ses présents, et même y dessiner des futurs potentiels. Si le chercheur se transforme momentanément en urbexeur, il peut tenter de prendre le pouls de ces espaces réduits au silence et d’entendre ce qui s’en dégage. Il adopte alors une approche sensible – faite avec ses sens – et concrète, pour percevoir ce qui ne peut l’être par les images, les écrits ou les témoignages oraux. Expérimenter l’obsolescence, voir des détails dont les archives ne font pas mention, entendre les sons qui l’environnent, sentir des odeurs ou des parfums proches, faire converger les trois dimensions… Il s’agit ainsi de rester disponible à la compréhension par sérendipité, de savoir ingérer une quantité et une diversité d’informations en même temps, autrement dit de pouvoir confondre en un même espace-temps toutes les données qui sont usuellement recueillies et traitées de manière éclatée.

L’ANR Ruines[12] constitue l’espace de dialogue idoine à la mise au point de pistes de réflexion au sujet d’une grille méthodologique quant à l’usage de l’urbex dans la démarche historienne. En Isère, des exemples peuvent être intéressants, à l’instar du fort des Quatre Seigneurs à Herbeys ou son voisin, le fort de Montavie situé à quelques kilomètres sur la commune de Bresson. photo Ces deux forts n’ont pas connu de dommages de guerre. C’est néanmoins l’endommagement ultérieur, par les effets du temps, qui permet de les assimiler à une ruine de guerre[13]. Édifiés durant le dernier tiers du XIXe siècle, ils appartiennent à la ceinture fortifiée de la ville de Grenoble composée de cinq autres forts réhabilités. Le zèle déployé à la surveillance et à la l’interdiction au public d’accéder au fort des Quatre Seigneurs pour cause de travaux de déminage entre 2012 et 2017, témoigne de l’attraction que suscitait ce site. Pendant ce temps, le fort de Montavie a vu défiler de nombreux visiteurs. Les raisons de leur état actuel questionnent tout autant que les usages dont ces ruines sont actuellement l’objet. Ces deux exemples pourraient constituer des cas intéressants pour travailler sur l’urbex comme objet et démarche.

Questionner les ruines de guerre au prisme de l’urbex permet ainsi simultanément d’acquérir des données qualitatives – en urbexant – et d’offrir une source de documentation nouvelle – en analysant les pratiques d’urbex. Qu’il s’agisse des villages du Centre, des blockhaus normands ou des forts alpins, pratiquer les ruines présente une chance d’aller au-delà d’une approche à plat des lieux qui suscitent notre intérêt.

Emma-Sophie Mouret et Perrine Camus, doctorantes au LARHRA.


[1] Voir les travaux de Nicolas Offenstadt, sur lesquels le présent billet s’appuie ; Urbex RDA, l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 255p.
[2] Exploration urbaine
[3] Nicolas Offenstadt, Urbex RDA: l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, s.l., 2019, p. 9‑18.
[4] Nicolas Offenstadt, Urbex RDA…,op.cit., p. 7.
[5] Steven C. High et David W. Lewis, Corporate wasteland: the landscape and memory of deindustrialization, Ithaca, NY, ILR Press, 2007, 193 p.
[6] Bradley L. Garrett, Explore everything: place-hacking the city, London, Verso, 2013, 273 p.
[7] Le Gallou Aude, « From urban exploration to ruin tourism: a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism », International Journal of Tourism Cities, 1 janvier 2018, vol. 4, no 2, p. 245‑260.
[8] Ibid., p. 6.
[9] Nicolas Offenstadt, op.,cit., p. 14.
[10] N. Offenstadt, Urbex RDA, op. cit., p. 13.
[11] Nicolas Offenstadt, op. cit., p. 13-14.
[12] Au sens de vestige bâti apparent  résultant ‘une action de destruction guerrière et objet d’un marquage ultérieur par des usages https://ruines.hypotheses.org/1290
[13] Voir carnet hyothèse « Définition minimale de l’objet d’étude »

Ressources

Bibliographie

– Adjedj Pierre-Jérôme, Aldenhoff-Hübinger Rita et Offenstadt Nicolas, « Éclats DDR-RDA Splitter, ou comment exposer les traces de la RDA : une expérience. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 26 décembre 2017, no 137, p. 155‑180.
– Garrett Bradley L., Explore everything: place-hacking the city, London, Verso, 2013, 273 p.
– High Steven C. et Lewis David W., Corporate wasteland: the landscape and memory of deindustrialization, Ithaca, NY, ILR Press, 2007, 193 p.
– Le Gallou Aude, « From urban exploration to ruin tourism: a geographical analysis of contemporary ruins as new frontiers for urban tourism », International Journal of Tourism Cities, 1 janvier 2018, vol. 4, no 2, p. 245‑260.
– Le Gallou Aude, « Espaces marginaux et fronts pionniers du tourisme urbain : approcher les ruines urbaines au prisme de la notion d’(extra)ordinaire », Bulletin de l’Association de géographes français, 31 décembre 2018, vol. 95, no 4, p. 595‑612.
– Le Gallou Aude, « De l’exploration urbaine au tourisme de ruines : enjeux touristiques et patrimoniaux des espaces urbains abandonnés », espace n°340, janvier 2018, p.26-31.
– Offenstadt Nicolas, Urbex RDA: l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019.
– Rojon Sarah, « Images numériques et pratiques amateurs dans la révélation des friches industrielles : un phénomène de connectivité patrimoniale, études de communication », Etudes de communication, 2015/2, n°45, p.15-34.

Podcasts

– France culture 13/10/2018 Urbex science sociale et littérature https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/urbex-sciences-sociales-et-litterature
– France Culture 9 mai 2018 Timothy Hannem exploration nocture fort de guerre et sanatorium abandonnéehttps://www.franceculture.fr/oeuvre/urbex-50-lieux-secrets-et-abandonnes-en-France
– France culture, le cours de l’histoire, 1989 la fin des certitudes Berlin à la trace https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/1989-la-fin-des-certitudes-55-promenade-radiophonique-autour-dalexanderplatz

Littérature

– Vasset Philippe, Une vie en l’air, Paris, Fayard, 2018.

Sites web

– Journée d’études « L’exploration urbaine (« Urbex ») – L’historien et les sciences sociales : https://calenda.org/460181?file=1
– Forbidden places : http://www.forbidden-places.net/explo1fr.php

Définition de l’objet d’étude en vue de réaliser la base de données (BDD).

Notre réunion en février 2020 a fait apparaître un besoin légitime de définir au plus près notre objet d’étude : cette étape est en effet indispensable à la réalisation d’une base de données comparative. Pour ce faire, un petit groupe s’est régulièrement réuni par Zoom, dans le but de rédiger un dictionnaire des variables ainsi que le cahier des charges nécessaire à la construction de la BDD : ces travaux ne sont pas définitifs mais devraient permettre à l’ingénieur développeur, Nabil Aït Chrif, installé à la MESHS depuis le 1er septembre, de commencer à proposer une base structurée : le résultat de son travail sera soumis à l’ensemble du groupe de recherche en janvier, pour une ultime phase de finalisation. La BDD sera donc définitivement prête avant l’été 2021.

Objectif, principes.

L’objectif de la BDD est le suivant : la réalisation d’une typologie historique des usages des ruines de guerre. La question centrale pourrait être : comment une société fait-elle une ruine?

Le principe retenu est celui d’une base d’analyse scientifique fondée sur des échantillons réduits (une 40a de sites pour les 4 régions étudiées), centrée sur les XIXe-XXe siècles. Nous ne visons pas l’exhaustivité : la base doit être efficace compte tenu de la durée relativement réduite du programme (4 ans). Mais elle doit pouvoir connaître des développements ultérieurs qui toucheront d’autres régions et d’autres pays.

Autre principe, la base devrait être surtout à finalité documentaire plus que statistique, même si son exploitation par des requêtes sophistiquées permettra des comparaisons, des statistiques, des chronologies historiques, etc.

Définition minimale de l’objet d’étude

Nous avons proposé la définition suivante. La ruine est  : “un vestige bâti (architectonique, antérieur ou contemporain du conflit) apparent (préférentiellement existant aujourd’hui, présentant une cicatrice visible), résultant d’une action de destruction guerrière (trace), et objet d’un marquage ultérieur par des usages (marquage mémoriel en priorité, mais pas exclusivement)”.

Cette définition repose sur une distinction opérée par Vincent Veschambre dans ses travaux entre trace et marquage :

– Trace : ce qui subsiste du passé. Elle n’est pas intentionnelle. Elle n’est pas signée.

– Marquage : réinvestissement d’une forme matérielle afin de produire un signe. Il est destiné à signaler une appropriation (Brunet). Le marquage peut être réinvestissement de traces (les ruines) ou production de marques sans support de traces (monument commémoratif par ex).

De plus, nous admettons que les usages évoluent, de même que les processus de “reconnaissance” de la ruines qui, autrement, ne sont que des décombres ou des débris. Si les usages changent selon le temps et l’espace considéré, nous nous concentrons sur les usages mémoriels même si les autres usages doivent être pris en compte (ex : zone de jeu ou de récréation, pillage des matériaux, remplois, usage agricole, décor de cinéma,  etc.)

Nous admettons enfin que les représentations des ruines font partie de l’objet d’étude en tant qu’elles participent d’une forme de marquage.

Si la cohérence de cette définition est la condition de réalisation d’une BDD rigoureuse et par conséquent efficace lors des comparaisons, nous ne nous interdisons pas d’examiner des cas-limite : en effet, il semble que nous assistions à un “gonflement” de la notion de ruine (Anne Hertzog avance le concept d'”enruinement”) qui peut toucher des objets qui ne sont pas strictement des ruines. Un bel exemple est la chapelle du Mont Gargan, considérée comme trace des combats du maquis limousin en 1944, alors qu’elle fut ruinée au XIXe s. De même, le port artificiel d’Arromanches (non détruit lors du Débarquement) ou des blockhaus du Mur de l’Atlantique, en général intacts au lendemain de la guerre, mais aujourd’hui intégrés dans les circuits de mémoire. Nous considérons que ces cas-limite nous aident à mieux délimiter un objet d’étude qui varie selon les usages qui en sont faits.

Frotter cette définition à l’aune d’exemples

Nous avons procédé par logique d’inclusion/exclusion. Les débats ne sont pas clos!

INCLUS :

– un bâtiment détruit par un bombardement : oui

– une ruine disparue  : oui, si la disparition résulte d’un arasement ou d’un enfouissement volontaire (marquage). Non, si la disparition résulte d’une action du temps (pas d’usage avéré).

– un bâtiment détruit puis entièrement reconstruit : oui, jusqu’à sa reconstruction (usage). Mais plus ensuite, sauf si des éléments ruineux ont été conservés dans le bâtiment neuf.

– un bâtiment industriel : oui, si sa destruction résulte d’une action guerrière (non, si elle résulte de la désindustrialisation).

– un bâtiment en ruines dessinée mais aujourd’hui disparu : oui, la ruine bâtie est visible par sa représentation. (usage artistique) Þ ruine représentée

– une maquette de ruines : oui, idem. Þ ruine représentée

– une ruine déplacée : oui (usage : transfert).

EXCLUS :

– une tranchée : non. C’est un vestige de guerre mais pas architectonique.

– du matériel de guerre (tanks, douilles, armes…) : non. C’est un vestige de guerre mais pas architectonique. Ils ne peuvent nous intéresser que s’il a été intégré à une mise en scène de la ruine.

– un monument imitant une ruine : non. C’est une fausse ruine ne résultant pas d’une destruction guerrière. Þ fausse ruine

– un cimetière militaire : non, car postérieur au conflit et non affecté par la destruction guerrière.

– une carrière servant de refuge aux populations civiles ou un camp de prisonniers : non, idem.

– une zone naturelle détruite (Verdun) : non car pas du bâti. Les paysages où il y a eu des ruines qui ont disparu sont très nombreux en Normandie, marqués par des plaques commémoratives extrêmement nombreuses dans la région. Ce cas soulève cependant des questions : peut)on parler de “paysages en ruines”?

CAS LITIGIEUX :

– une casemate, un port artificiel : oui (un bâti) s’il est détruit par action de guerre. S’il n’est pas détruit : non (mais attention, l’endommagement ultérieur par le temps peut l’assimiler à une ruine de guerre. Þ enruinement)

– un bâtiment détruit par la guerre mais enfoui : non, sauf s’il est devenu apparent grâce à l’archéologie.

– un blockhaus : oui, s’il connaît des dommages de guerre. Non, s’il n’est pas endommagé, même s’il est objet d’usages. (mais l’endommagement ultérieur par le temps peut alors l’assimiler à une ruine de guerre Þ enruinement)

– un monument commémoratif : non, s’il n’intègre pas d’éléments ruineux. S’il est érigé en lieu et place d’une ruine et commémore une destruction Þ ruine par procuration)

– les épaves sous-marines au large d’Arromanches. mais est-ce du bâti?

Þ les ruines par assimilation, les fausses ruines, les ruines par procuration ne sont pas stricto sensu des ruines mais participent d’un usage mémoriel autour des ruines. Ce sont ces cas-limite qui nous intéressent mais ils ne seraient pas amenés à intégrer la base.

Constituer un répertoire par région

Sur ces fondements, encore à consolider, nous devrions pouvoir constituer une liste d’une 30a, voire d’une 40a de sites par région concernée. Nous appelons chacun des chercheurs à recenser les cas qu’ils souhaiteraient inclure.

À titre d’exemple :

– En Normandie : Pointe du Hoc, château de Thury Harcourt, Villes dans lesquelles ils restent des ruines, site de Longues-sur-Mer…

– Région Centre : Oradour-sur-Glane,  blockhaus de la côte atlantique, Royan, Maillé (mais reste-t-il des ruines ?)

– Région Rhône-Alpes : les villages du Vercors

– Nord de la France : Cf. travail doctoral de Mathilde Greuet.

Réalisation en cours d’un dictionnaire des variables (ou attributs)

Afin d’établir une comparaison, il nous faut définir un dictionnaire des variables, c’est-à-dire des champs de description. Ces derniers répondent à des définitions précises pour que la base s’enrichisse sur un modèle partagé par tous. 

Pour ce faire, il faut distinguer  les entités et les variables :

– entité = ce que l’on veut décrire ( ex : la localisation).

– Variable (ou attribut)  = chaque élément de la description (ex : le nom, la surface, les coordonnées géographiques de la ruine, etc.). Chaque variable doit contenir une information et une seule (elle est “insécable”).

Par exemple, “date” n’est pas une variable car elle comprend 3 informations : le jour/le mois/l’année.

Le travail préparatoire a donc consisté à définir une table (ex : le site ruiné), des entités (ex : identification, localisation, morphologie, etc.), puis à décliner chacune d’entre elles en autant de variables nécessaires (ex pour localisation : pays, région, département, commune, etc.)

Plusieurs tables peuvent être reliées entre elles. Pour l’heure, nous en disposons de 7 :

1. La description du site ruiné

2. La description des composantes du site

3. La description des éléments de la composante.

4. Les événements affectant la ruine

5. Sources et bibliographie

6. Acteurs

7. Fiche de liaison de l’informateur

Élément/composantes/éléments : un jeu d’échelles

Par ruine, nous désignons souvent des éléments divers de taille variable, allant globalement d’une pierre de remploi à un village-martyr de 18ha, comme Oradour! Le jeu d’échelle est donc essentiel pour comparer des éléments comparables… Nous proposons un jeu de 3 échelles emboîtées : l’ensemble/les composantes (de l’ensemble)/Les éléments (des composantes).

Par exemple : 1) l’ensemble : le village en ruine d’Oradour 2) les composantes : un édifice. Par ex : l’église 3) les éléments : une chapelle, un vitrail, une plaque commémorative sur un mur de l’église, etc.

Un enjeu important est de bien réfléchir à ce que nous identifions comme site/composante/élément.

À ceci, il nous semble essentiel d’ajouter la description, même succincte, de l’environnement de l’ensemble étudié parce que ce dernier entretient des liens avec l’ensemble étudié.

Par exemple, à Oradour : le cimetière, le Centre de la Mémoire, le nouveau bourg, la Glane.

Le cahier des charges

Parallèlement, nous rédigeons le cahier des charges qui permettra à l’ingénieur-développeur, Nabil, de comprendre nos attentes : cela correspond à la fiche “Gabarit” que Benjamin Deruelle nous avait transmis. Le cahier devrait être terminé pour la mi-octobre.

Tous ces travaux vous seront soumis lors de notre réunion d’équipe, en janvier 2021, à Lille. Vos retours seront indispensables pour “tester” la base et la finaliser.

Ruines de guerre


Le programme Ruines est financé par l’ANR pour 4 ans (2020-2024). Il réunit quatre laboratoires français : IRHiS (UMR Université de Lille/CNRS), LARHRA (UMR Université de Grenoble/CNRS), HisTéMé (EA Université de Caen) et CRIHAM (EA Universités de Limoges et Poitiers). Il est associé à plusieurs établissements culturels : le Centre de la Mémoire à Oradour-sur-Glane, le Mémorial de Caen et de Falaise, l’Historia de Péronne, Le musée de Vaissieux, l’École du Louvre. Il est également associé à 6 équipes de recherche étrangères (Espagne, Italie, Belgique, Allemagne, Pologne, Royaume-Uni). Le groupe est composé de 35 chercheurs issus de nombreuses disciplines : histoire, histoire de l’art, géographie, archéologie, littérature, architecture, anthropologie et psychologie. Il est porté par la MESHS (Maison européenne des sciences humaines et sociales, Lille) et l’IRHiS.

Objectifs :
RUINES s’intéresse aux usages politiques et sociaux des ruines de guerre du XVIe s. à nos jours, comme moteur et symptôme d’un régime d’historicité caractérisé par la construction d’événements guerriers en repères d’une contemporanéité essentiellement catastrophique et traumatique. L’hypothèse centrale est que la relation qu’établissent les sociétés aux vestiges de guerre dit quelque chose de leur mode de relation au passé. L’originalité de cette approche réside dans sa focalisation sur des cas à grande ou moyenne échelle qui permet de saisir finement l’impact des ruines sur la société. L’étude permettra in fine de mesurer la valeur heuristique de la notion de « paysage de guerre » avancée. Il comprend 4 axes : le vécu quotidien des ruines (axe 1), les usages politiques de la reconstruction (axe 2), la patrimonialisation et le tourisme de guerre (axe 3), les humanités numériques (axe 4).

Méthode :
Un corpus précis est défini sur la base de quatre cas d’étude : les Hauts-de-France, les Alpes, la Normandie et le Centre Ouest. Ces quatre cas permettent de dresser une base de données exhaustive de nature bibliographique, iconographique, documentaire, musicale et cartographique. Cette base de données exhaustive permet une étude comparatiste afin d’évaluer la part du local dans les rapports sociaux aux ruines. Il évaluera enfin l’internationalisation des mémoires. À travers ces cas, il s’agit de dégager les contours d’une histoire transnationale des mémoires de guerre qui dessine une globalisation précoce des rapports au passé.

Public visé :
RUINES considère que les activités de dissémination sont essentielles dans l’optique d’une science participative et inclusive mais aussi du développement économique local. L’expérience prend en compte quatre terrains d’expérimentation (Oradour en lien avec le CMO, Falaise qui dépend du Mémorial de Caen, Arras en lien avec le SI, Vaissieux). Elle propose de créer des circuits de visite de ruines de guerre appuyés sur un outil numérique innovant permettant de visualiser in situ des images d’époque et de lire des commentaires : Ici-Avant. L’application réservera au visiteur la possibilité d’une production de contenu via la participation à la collecte documentaire. Cette expérience permettra in fine l’étude des pratiques informationnelles et culturelles induites par l’usage du numérique en matière patrimoniale, afin d’établir un outil utile à la définition des politiques publiques.

Image : Vue sur le hameau en ruines de Valchevrière dans le Vercors. Source : https://www.photos-dauphine.com