Tous les articles par mathildegreuet

APPEL À COMMUNICATIONS “Histoires, natures et usages des paysages et ruines de guerre dans l’espace septentrional”

Journée d’études

“Histoires, natures et usages des paysages et ruines de guerre dans l’espace septentrional”

 

Les régions situées entre la Seine, le Rhin, la Meuse et la mer constituent sans conteste l’un des champs de batailles de l’Europe depuis le XVIe siècle. De la guerre de Quatre-vingt ans au Second Conflit mondial, les nombreuses campagnes militaires et batailles qui s’y sont déroulées ont provoqué destructions et modifications de paysages. Les divers moyens de défense (châteaux, places fortes, lignes fortifiées…) édifiés pour garantir l’intégrité de ces territoires étant souvent mis à mal, la conquête et la démolition de ces infrastructures constituent des trophées dont l’iconographie est relayée par la propagande. Après des périodes plus ou moins longues d’accommodement et d’immortalisation des dévastations de guerre à travers l’art, ces ruines sont régulièrement effacées grâce à la résilience des populations qui reconstruisent les villes et réaménagent les campagnes jusqu’à la prochaine invasion. Ainsi, certaines villes, comme Anvers, Maastricht, Lille ou Metz, et quelques champs de bataille, à l’exemple du chemin des Dames, connaissent plusieurs épisodes guerriers dont les traces se superposent, complexifiant la lecture des paysages et interrogeant le choix de l’oubli ou de la progressive conservation des ruines et des polémo-paysages.

Cette journée d’études s’inscrit dans le programme de l’Agence Nationale de la Recherche RUINES (les usages politiques et sociaux des ruines entre résilience, commémoration et patrimoine) coordonné par Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). Ce programme se développe en trois thématiques :

  1. La question du vécu quotidien des ruines étudiant les formes de résilience des sociétés meurtries et les usages multiples dont les vestiges font l’objet entre appropriation personnelle et matérialisation d’un traumatisme collectif ;
  2. La question des usages politiques et de la reconstruction, interrogeant l’élaboration des discours et la transformation des ruines en monuments commémoratifs et en mémoriaux, visant à transmettre le souvenir des dévastations aux générations suivantes ou au contraire à le dissimuler voire l’effacer ;
  3. La patrimonialisation des ruines constitue une nouvelle pratique sociale, largement motivée par le développement du tourisme de mémoire. Reconstitutions historique (Living history), spectacles son et lumière, tournage de film d’époque et pèlerinages font de ces vestiges des ressources économiques de première importance dont la mise en scène nécessite un regard critique.

Ainsi, cette première journée d’études sur l’histoire, les natures et les usages des paysages et ruines de guerre de l’espace septentrional s’inscrit dans un cycle de réflexion tandis que la deuxième, qui se déroulera à Ypres, s’intéressera à la conservation, la gestion et la valorisation des traces de guerres et la troisième, en Lorraine, portera sur leur invisibilisation.

Lors de ce premier événement, les chercheurs en sciences humaines et les professionnels du tourisme seront amenés à s’interroger sur l’évolution de l’usage des ruines et des paysages de guerre de ces territoires longtemps disputés et régulièrement traversés par les armées depuis le XVIe siècle. Outre des approches locales et thématiques permettant la compréhension de l’originalité de certains vestiges et de leur inscription dans les paysages, les intervenants sont incités à des réflexions comparatives de ces matérialisations du phénomène guerrier, tant chronologiques que géographiques avec une vision transfrontalière.

Trois axes seront développés durant cette première journée :

Axe 1. La création du paysage et de la ruine de guerre. Si les batailles, les bombardements, les exactions et les sabotages provoquent des destructions, certains espaces et bâtiments sont choisis pour être conservés en l’état à l’issue des conflits. Il importe donc de s’interroger sur les critères de ces fossilisations à plusieurs échelles. Si les dégâts matériels sont un critère évident, comme le champ de bataille de Verdun pour la Première Guerre mondiale, dans quelles mesures d’autres éléments comme l’impact historique, les tragédies humaines ou les enjeux politiques et économiques sont-ils décisifs ?

Axe 2. La temporalité du paysage et de la ruine de guerre. Faut-il attendre la fin de la bataille ou de la guerre pour que se développe une reconnaissance du site ou des édifices détruits ? Durant la Première Guerre mondiale, les cas de la cathédrale de Reims et des villages morts pour la France permettent de mettre en évidence les chronologies différentes de la reconnaissance de ces destructions. Par ailleurs, il importe de s’interroger sur la durée de la fossilisation des lieux en fonction du but de leur conservation.

Axe 3. Les débats liés à la reconstruction dans les zones dévastées par les guerres. Rebâtir, réutiliser et se réapproprier des terrains comporte des risques immédiats puis à plus long terme mais soulève également la question des conflits d’usage. La reconstruction sur les ruines est-elle systématiquement une reconstitution imposant la destruction matérielle et mémorielle de la ruine ? Par ailleurs, relever sur les champs de bataille ne provoque-t-il pas une perte de sens du paysage et donc de sa mémoire ?

Comité d’organisation

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctorantes IRHiS, ULille

Philippe Diest, Enseignant-chercheur Histoire contemporaine, Institut Catholique de Lille, affilié IRHIS

Date de l’événement : 20 mai 2022

Lieu : salle de séminaire, IRHiS, Université de Lille, site du Pont-de-Bois, Villeneuve d’Ascq

Proposition de communication

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ une demie page sont à envoyer avant le 28 février 2022 par mail aux organisateurs (Delphine Dufour –> delf.dufour@gmail.com ; Mathilde Greuet –> mathildegreuet@gmail.com ; Philippe Diest –> philippe.diest@univ-catholille.fr).

CALL FOR PAPERS

Workshop

History, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area. “

Areas located inbetween the Seine, the Rhin, the Meuse and the North sea have undoubtly been one of the main battlefields in Europe since the XVIth century. From the Eighty Years’ War to World War II, the many military campaigns and battles that took place there resulted in destruction and landscape modification. The various means of defense (castles, strongholds, fortified lines, etc.) built to guarantee the integrity of these territories being often undermined, the conquest and demolition of these infrastructures constitute trophies whose iconography is relayed by the propaganda. After varyious periods of accommodation and immortalisation of the war’s devastation through art, these ruins are regularly erased thanks to the resilience of the populations who rebuild the cities and redevelop the countryside until the next invasion. Thus, some cities, such as Antwerp, Maastricht, Lille or Metz, and some battlefields, such as the Chemin des Dames, have experienced several warlike episodes whose traces overlap, making it more difficult to read the landscapes and questioning the choice of oblivion or the progressive ruins’ conservation and landscapes modeled by acts of war.

This Study Day is part of the program of the Agence Nationale de la Recherche RUINES (the political and social uses of ruins amoung resilience, commemoration and heritage) coordinated by Stéphane Michonneau (https://ruines.hypotheses.org/). This program is developed around three themes:

  1. The question of the daily experience of ruins, studied thanks to the forms of battered societies’ resilience and the multiple uses of which the buildings’ remains are the subject of personal appropriation and the materialization of a collective trauma;
  2. The question of political uses and reconstruction, questioning the conception of speeches and the transformation of ruins into commemorative monuments and memorials, aimed at transmitting the memory of the devastations to subsequent generations or, on the contrary, to conceal it or even erase it;
  3. The patrimonialization of the ruins constitutes a new social practice, largely motivated by the tourism of memory’s development. Living history, Sound and Light shows, shooting of period films and pilgrimages make these remains of major economic resources, the staging of which requires a critical look.

Thus, the Study Day on the history, nature and uses of war ruins and landscapes in northern area is part of a cycle of reflection. A second day, which will take place in Ypres, will focus on the conservation, management and enhancement of traces of war. A third day in Lorraine will focus on their invisibilisation.

During this first event, researchers in the human sciences and tourism professionals will be asked to wonder about the evolution of the use of ruins and war landscapes of these territories long disputed and regularly crossed by the armies since the Sixteenth century. In addition to local and thematic approaches allowing the understanding of certain vestiges’ originality and their inscription in the landscapes, the speakers are encouraged to comparative reflections of these materializations of the warrior phenomenon, both chronological and geographical with a cross-border vision.

Three axes will be developed during this day:

Axe 1. The creation of the landscape and the ruin of war. While battles, bombardments, abuses and sabotage cause destruction, certain spaces and buildings are chosen to be preserved as they are after the conflicts. It is therefore important to question the criteria for these fossilizations on several scales. If material damages are an obvious criterion, like the Verdun battlefield for World War I, to what extent are other elements such as historical impact, human tragedies or political and economic issues decisive?

Axe 2. The temporality of the landscape and the ruin of war. Should we wait until the end of the battle or the war for recognition of the site or the destroyed buildings to develop? During World War I, the cases of the cathedral of Reims and of the villages which died for France make it possible to highlight the different chronologies of the recognition of this destruction. In addition, it is important to question the duration of the fossilization of places depending on the purpose of their conservation.

Axe 3. The debates related to reconstruction in areas devastated by war. Rebuilding, reusing and reclaiming land involves immediate and then longer-term risks, but also raises the issue of conflicts of use. Is reconstruction on the ruins systematically a reconstruction requiring the material and memorial destruction of the ruin? Moreover, does not picking up on the battlefields cause a loss of sense of the landscape and therefore of one’s memory?

Organizing Committee

Delphine Dufour, Mathilde Greuet, doctoral students IRHiS, ULille

Philippe Diest, Lecturer in Contempory History, Institut Catholique de Lille

Date of the event: May 20, 2022

Venue: seminar room, IRHiS, University of Lille, Pont-de-Bois site, Villeneuve d’Ascq

Paper proposal

Proposals for papers, in French or English, of about half a page should be sent before 28 February 2022 by e-mail to the organisers :

Delphine Dufour –> delf.dufour@gmail.com

Mathilde Greuet –> mathildegreuet@gmail.com

Philippe Diest –> philippe.diest@univ-catholille.fr

 

 

Les ruines de guerre du Chemin des Dames

Le Chemin des Dames fait partie des sites emblématiques de la Première Guerre mondiale. Il représente particulièrement l’année 1917 et la lassitude des combattants grâce à la célèbre Chanson de Craonne. Situé dans l’Aisne, ce secteur est encore mal défini géographiquement. Sur le site internet dédié, il s’étend du Moulin de Laffaux à Corbeny, entre les vallées de l’Aisne et de l’Ailette. Mais dans les guides touristiques d’après-guerre, les itinéraires incluent également Anizy-le-Château et Pinon à l’ouest, Coucy-le-Château et Soissons au Sud. Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons au secteur comprenant Pinon, le Fort de Condé et le Chemin des Dames tel que défini par les structures culturelles actuelles.

Dans ce périmètre, on trouve encore de nombreuses ruines, causées par la Première Guerre mondiale principalement, mais aussi des vestiges et ruines de la Seconde Guerre mondiale. Pourquoi ces ruines ont-elles été préservées et quel est leur rôle actuel sur le territoire qu’elles occupent ? Ces deux questions demandent à ce que l’on s’intéresse à l’histoire des ruines du Chemin des Dames, qui s’est déroulée avec trois périodes principales pour aboutir à faire, aujourd’hui, des ruines de guerre un élément local important de la valorisation du territoire.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, treize départements ont été touchés par les dommages de guerre. L’Aisne est particulièrement marquée par les combats qui y ont eu lieu de 1914 à 1918 et par les fortifications de la ligne Hindenburg. En 1918, vingt-neuf villages du secteur ont disparu. La Reconstruction se met en place en même temps que le tourisme mémoriel. Des visites sont organisées pour permettre aux anciens combattants et à leur famille de venir se recueillir sur les zones de combat. La monstration des ruines permet aussi de témoigner de la barbarie des combats et doit permettre à la France de toucher des dommages de la part de l’Allemagne vaincue. Cet argent attendu devait permettre de relever les ruines. En effet, après de nombreuses discussions au cours de la guerre, il a été décidé de ne pas garder de preuves des destructions comme souvenirs figés de la guerre, mais plutôt de reconstruire pour relancer l’économie. Pourtant des ruines y échapperont car, dans certains secteurs, la destruction est telle que la reconstruction est jugée impossible ou trop coûteuse. Ainsi, en 1923, Courtecon, Crandelain et Malval, Vauclair et la Vallée Foulon, Verneuil-Courteconne, Vendresse et Troyon disparaissent de la carte.

Leurs noms sont attachés à d’autres communes et les ruines délaissées. En 1930, c’est Craonne qui est définitivement abandonné par la municipalité et confié aux Eaux et Forêts qui doivent conserver les vestiges de l’ancien village. De 1917 à 1930, les ruines du secteur sont valorisées par les guides touristiques et mémoriels, alors qu’elles sont lentement effacées par la Reconstruction.

Suite à la Seconde Guerre mondiale et aux destructions qu’elle engendre dans l’ensemble du pays, l’intérêt pour la guerre et ses ruines est moindre. À cela, il faut ajouter l’image négative renvoyée par le Chemin des Dames dans l’histoire française : le secteur représente l’échec de l’offensive Nivelle, les mutineries et de grandes victoires allemandes. Jusqu’à la fin des années 1980, ce sont seulement les chercheurs et passionnés locaux qui s’intéressent à l’histoire du Chemin des Dames. Pourtant, en 1987, le Père René Courtois, qui entretient le site de l’abbaye de Vauclair, édite un ouvrage qui propose un itinéraire de découverte du Chemin des Dames pour répondre à la demande touristique dont il est le témoin. Quelques années plus tard, en 1995, le département de l’Aisne organise progressivement une mise en valeur du secteur autour de la Caverne du Dragon qui centralise les actions. Une signalétique est mise en place et deux circuits sont créés. Finalement, en 1998, Lionel Jospin fait à nouveau entrer les mutinés dans la mémoire collective, ce qui participe à lever le tabou qui les entoure. Ce tabou levé, l’histoire du Chemin des Dames est plus facile à mettre en valeur car elle perd son caractère honteux grâce à la reconnaissance des politiques. Les années 1990 sont également marquées par un regain d’intérêt pour les sites ayant une valeur historique, patrimoniale ou mémorielle grâce à l’ouvrage Les lieux de mémoires de Pierre Nora. Le regain d’intérêt pour le Chemin des Dames à cette période correspond bien aux thèses de Pierre Nora, pour qui la disparition des acteurs d’un événement accélère la mise en valeur des sites qui en portent la mémoire. Ainsi, du fait des décès des anciens combattants, des évolutions historiographiques et de la réhabilitation des mutinés, le Chemin des Dames ne représente plus uniquement un passé honteux dans l’histoire de France, mais aussi un laboratoire de recherches qu’il est désormais possible de valoriser.

Si les années 1990 permettent au Chemin des Dames de devenir un lieu de mémoire, c’est l’événement Centenaire qui redonne une impulsion à la valorisation du secteur. Pour autant, dans le guide papier Michelin Les champs de bataille : Le Chemin des Dames édité à cette occasion en 2014, il est intéressant de constater qu’aucune ruine de guerre n’est sélectionnée dans la rubrique « à voir en priorité ». En plus de cette édition de guide touristique, de nouveaux lieux de mémoire sont créés, comme le site du Jardin du Moulin de Laffaux qui présente des monuments mémoriels et des vestiges des guerres mondiales.

Tout au long du Centenaire, des événements et des sites mémoriels sont mis en place, avec notamment la création de Jardins de la Paix autour de l’ancien Craonne. La Caverne du Dragon est devenue le centre du Chemin des Dames, une nouvelle signalétique a été mise en place et le CRID 14-18, créé en 2005, a publié de nombreuses recherches sur l’histoire du secteur et de sa mise en valeur pour l’occasion. Le Centenaire est donc l’apogée des actions autour du Chemin des Dames. Pour autant, les ruines semblent relativement oubliées dans l’ensemble des sites proposés. L’ancien Craonne et l’Abbaye de Vauclair sont valorisés, mais les autres villages disparus restent absents de l’imaginaire collectif. Ils font l’objet de visites guidées particulières organisées par la Caverne du Dragon et ont désormais un itinéraire dédié, mais à l’exception du fort de Condé, ils ne font pas partie des « principaux sites » définis par le site internet officiel. La préférence est donnée à des monuments, des points de vue et des jardins, éléments créés pour permettre la commémoration. Les ruines, bien que témoins directs de la guerre, ne sont pas choisies en premier lieu par ces sites. Pourtant, de plus en plus, les ruines apparaissent comme un vecteur local du développement touristique et mémoriel.

Nous l’avons vu, le développement touristique du secteur du Chemin des Dames est fortement tributaire des événements politiques et historiographiques. Or, depuis 2018 et la fin du Centenaire, un grand nombre de collectivités issues des treize départements dévastés pendant la Grande Guerre mettent en valeur leur patrimoine d’après-guerre, notamment les édifices de la Reconstruction. C’est le cas de grandes villes proches du Chemin des Dames comme Saint-Quentin (02) et Reims (51).

En France, les ensembles ruineux ont tendu à disparaître après les guerres mondiales. À l’exception des villages Morts pour la France de la région de Verdun, peu de villages détruits sont conservés en état et valorisés. De ce fait, le secteur du Chemin des Dames bénéficie d’un patrimoine rare puisqu’on peut y observer plusieurs ensembles ruineux. Il est facile de mettre en valeur les ruines en même temps que les bâtiments issus de la Reconstruction, ce qui permet de donner une image plus globale de l’après-guerre aux visiteurs. Les ruines ont un potentiel touristique fort qui semble être sous exploité dans l’Aisne. En effet, on constate que l’Abbaye de Vauclair est un site particulièrement apprécié des touristes pour son aspect bucolique, romantique et mémoriel. L’attrait pour les ruines pourrait permettre une meilleure mise en valeur des villages disparus du Chemin des Dames, à condition que des infrastructures de base comme des parkings soient systématiquement installées à proximité des sites. Le potentiel touristique est d’autant plus fort qu’il pourrait aller de paire avec le travail de recherches du CRID 14-18 qui souhaite faire progresser les connaissances sur la guerre et ses conséquences selon une nouvelle approche culturelle. Celle-ci pourrait passer par l’histoire locale des ruines et de leur présence sur le territoire.

Les ruines valorisées permettent aussi de dire la “petite histoire”, celle du village dans la Grande Guerre. Certaines communes mettent d’ailleurs elles-mêmes en valeur ce patrimoine grâce à des panneaux explicatifs, comme à comme à Pargny-Filain ou Soupir, voire même des circuits de découverte comme à Pinon.

De cette manière, l’histoire propre du village est mise en avant, ce qui permet une valorisation particulière par rapport à l’ensemble du secteur du Chemin des Dames, mais aussi la création d’une identité pour les populations grâce à la mise en valeur d’une histoire commune et singulière. En effet, expliquer l’histoire des ruines amène aussi à expliquer l’histoire politique de la commune, les choix urbanistiques, culturels et architecturaux. En expliquant pourquoi les ruines ont été conservées, que ce soit parce que le démembrement était trop coûteux ou pour préserver des souvenirs de la destruction due à la guerre, on explique l’identité de la commune et les choix sur lesquels elle s’est bâtie. Cela permet notamment aux populations de se (re)connaître une histoire commune, ce qui est la base d’un groupe social. Pour les touristes, une telle mise en valeur permet de mieux comprendre le territoire bouleversé et les choix qui ont été offerts aux populations de réfugiés lors de leur retour dans leur région d’origine à l’issue de la guerre. La destruction des treize départements envahis est difficile à appréhender, mais des territoires comme le Chemin des Dames donnent à voir et imaginer l’ampleur des dégâts et la difficulté du retour. Les ruines pourraient donc être la base d’une nouvelle identité territoriale, qui pourrait créer un lien fort avec les villes de la Reconstruction dans le cadre de nouveaux circuits touristiques et mémoriels. Les exemples de l’abbaye de Vauclair et de l’arboretum de l’ancien Craonne montrent qu’il existe une demande touristique mais aussi un attrait pour les traces du passé et leur compréhension de la part des populations locales. Cependant, la création de cette identité commune dans ce secteur rencontre quelques obstacles.

En effet, le Chemin des Dames est divisé par plusieurs découpages territoriaux. Il est partagé entre deux communautés de communes, une communauté d’agglomération et trois cantons. Le secteur comporte deux offices du tourisme, celui de Laon et celui de Soissons, bien que la Caverne du Dragon permette une gestion du secteur au plus proche des sites. Ce découpage territorial ne permet pas une homogénéité du secteur du Chemin des Dames, puisque les budgets sont différents selon les collectivités. De même, la division du secteur entre deux offices du tourisme ne facilite pas la mise en valeur de l’ensemble des sites sur les territoires du Soissonnais et du Laonnois. Cette difficulté empêche la création d’une identité forte sur l’ensemble du secteur. En effet, le découpage administratif crée une multitude de signalétiques sur le territoire. Ainsi, on constate des volontés d’unification au sein des communautés de communes par exemple, mais cela n’est pas maintenu sur l’ensemble des sites. De même, la gestion des espaces est partagée sans uniformité. Aux découpages territoriaux, il faut ajouter les acteurs comme l’Organisation National des Forêts (ONF) qui a remplacé les Eaux et Forêts. L’ONF gère certains sites comme l’arboretum du vieux Craonne et les zones rouges boisées. Les acteurs de la culture et du tourisme n’ont pas encore réussi à créer une méthode commune pour la signalisation des sites. Il peut donc être difficile d’appréhender le secteur en tant que touriste ou pèlerin mémoriel.

Le découpage territorial n’est pas la seule difficulté de mise en valeur que connaît le Chemin des Dames. Comme nous l’avons vu précédemment, la valorisation du terrain s’est faite en plusieurs temps. Cependant, les nouveautés ont majoritairement été ajoutées aux différents sites. Ainsi, sur certains lieux, on trouve des panneaux anciens datant parfois des années 1960, auxquels s’ajoutent ceux mis en place dans les années 1990 avec le regain d’intérêt et les panneaux du Centenaire installés de 2014 à 2018. Le touriste se trouve ainsi face à une accumulation d’informations dont certaines sont obsolètes ou répétitives. Ces éléments ajoutent des difficultés pour la valorisation des ruines dans ce secteur.

Dans les années 1920, les ruines du Chemin des Dames ont été préservées du fait de l’abandon des villages de la Zone Rouge. La vocation touristique et mémorielle a été alors mise en place par le simple maintien des noms par rattachement à d’autres communes et l’élévation de monuments commémoratifs. Les ruines n’étaient pas considérées comme porteuses de mémoire dans les après-guerre. Par contre, aujourd’hui, les ruines sont reconnues par les populations locales et mises en valeur par des signalétiques et des panneaux explicatifs. Elles sont créatrices d’une identité locale et porteuses de l’histoire du territoire. Pourtant, elles sont encore écartées des sites touristiques et mémoriels principaux alors que ces ruines encore présentes aujourd’hui, pourraient trouver une vraie place de témoin dans l’ensemble actuel du secteur du Chemin des Dames.

Mathilde Greuet, doctorante à l’Université de Lille.

Remerciements à Guy Marival pour la visite des sites organisée par ses soins en juin 2020 et le prêt d’ouvrages scientifiques.