PUBLICATION : Ruines politiques

 

Burkardt Albrecht (direction), Grévy Jérôme (direction)

L’émotion romantique et la fièvre de la restauration ont fait négliger à quel point la ruine est bien plus qu’un vestige du passé en voie de disparition. La ruine est en réalité une construction symbolique qui s’impose dans le paysage au moment où elle est considérée, non plus comme un amas de pierres, mais comme un reste du passé dont il s’agit d’honorer les bâtisseurs, de rappeler les usages, de conserver ou de rétablir le souvenir d’événements mémorables.

 

Les ruines sont des objets dont la valeur ne se définit donc pas exclusivement à l’aide de critères esthétiques ou épistémologiques. Elles sont des lieux de mémoire dont la valorisation, qu’elle soit propre à certains groupes sociaux particuliers ou qu’elle concerne la société à part entière, est profondément négociée. Elles sont sujettes au changement historique. Aussi, c’est dans ces différents aspects que réside la nature politique des usages des ruines qui est objet de ce livre.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du laboratoire Criham de l’université de Poitiers

Publié au PUR, 346 p., 25 €

Consulter la table des matières

Consulter l’introduction



Citer ce billet
Françoise Passera (2023, 21 décembre). PUBLICATION : Ruines politiques. Ruines. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vevw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.