31.03 Les ruines de guerre de religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation

Par Antoine Coutelle, CRIHAM-Poitiers

WEB-SEMINAIRE : LIEN DE CONNEXION

 

Les destructions provoquées par les conflits religieux que connait le royaume de France au XVIe et au début du XVIIe siècles sont investies de sens pluriels. A la fois marqueurs de la victoire ou de la défaite d’un camp contre un autre, traces visibles regardées comme l’expression de la volonté de Dieu, conséquences de gestes iconoclastes ou d’actions violentes symboliques de la lutte contre l’hérésie, leurs significations varient. La persistance ou l’effacement des ruines traduisent la capacité d’une communauté à se reconstruire dans un contexte de guerre civile. Le recensement des indices matériels de ces destructions nécessite une réflexion sur les sources disponibles et permet ensuite d’envisager une typologie des ruines et de leurs usages. Ces usages entremêlent, au fil du temps, l’interprétation de la providence divine, l’instrumentalisation politique puis, par étapes, la patrimonialisation et la mise en mémoire des affrontements religieux.

* * *



Citer ce billet
Françoise Passera (2023, 28 mars). 31.03 Les ruines de guerre de religion : destructions symboliques, usages et patrimonialisation. Ruines. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttt0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.