ORADOUR : Quelles sources pour étudier le village martyr ?

 

Un second volet de la journée d’échanges à Oradour-sur-Glane s’est proposé de s’arrêter sur les fonds d’archives disponibles pour étudier l’histoire du village.

 

Michel Sarter vient de prendre ses fonctions de directeur, en septembre 2021, aux archives de la Haute Vienne à Limoges

Il souligne que les fonds disponibles sont particulièrement riches et ont été pour la plupart consultés par de nombreux chercheurs depuis leurs créations.
Fonds contemporain, les archives sont classées par ordre de versement des administrations dans la série W. Ils ne répondent donc pas à un classement raisonné.

Les archives départementales de Haute-Vienne

Un ensemble d’archives a été produit durant l’Occupation et dans l’immédiat après-guerre. Ils peuvent servir  à l’étude du massacre tels les fonds 33W38 sur la recherche des crimes de guerre, les rapports des préfets (185W) sur la période de l’Occupation tout  comme l’instruction policière et judiciaire suite au crime (993W et 1517W4).  Le contexte de l’Occupation peut être appréhendé avec d’autres sources telles celles du préfet régional (185W), les correspondances entre préfets et sous-préfets (986W141) puis à la Libération, celles du commissaire de la République (186W). A noter aussi des fonds liés à l’existence de réfugiés en Haute-Vienne. Ils étaient nombreux à Oradour, ceux concernant les réfugiés du Bas-Rhin sont classés en 1R229.
De même la reconstruction d’un nouveau village et l’instruction des dommages de guerre ont généré de nombreuses archives qui peuvent être consultées sous les cotes 900W pour la construction d’un nouveau village, 993W en ce qui concerne les dommages de guerre .

Michel Sater apporte aussi un point de vue critique sur les richesses de son institution. S’il souligne la fiabilité, la neutralité et le plus souvent l’objectivité des sources administratives, de fait, elles ne peuvent à elles seules raconter l’histoire d’Oradour. Il est nécessaire de compléter par des sources privées, des témoignages de survivants, de membres de l’association, etc. Et de ce point de vue, les fonds privés s’avèrent assez rares aux Archives départementales, recueillis au gré des dons ou dépôts, mais de façon plus marginale.
 Par ailleurs, le fonctionnement général de versement des fonds par ordre d’arrivée dans le service ne permet pas toujours d’avoir une vision claire des fonds existants sur l’histoire d’Oradour.

Des fonds restent encore fermés à la consultation et pas des moindres pour la connaissance historique.

La mairie d’Oradour-sur-Glanne

Faute de classement et d’espace dédié à Oradour, elles s’avèrent difficiles d’accès pour les chercheurs. Et à ce jour, aucune procédure de versement aux Archives départementales n’est envisagée.
De même, l’association des Familles qui a entrepris un important travail visant à rassembler les fonds de chaque président de l’association reste à ce jour inaccessible aux chercheurs.

La seconde intervention de l’après-midi complète fort à propos celle des Archives départementales. En effet, Sandra Gibouin, documentaliste du Centre de la Mémoire d’Oradour depuis 2001, présente les fonds créés de toute pièce lors de la création du Centre, inauguré en 1999.

Le Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane

Le centre de documentation a été intégré au projet du centre dès les origines de sa conception à la fin des années 1980, notamment après le décès en 1988 de Marguerite Rouffanche, seule rescapée de l’église. A l’époque, c’est Jean-Jacques Fouché, chargé de mission de 1994 à 1999 et premier directeur du CMO qui  a élaboré le premier fonds de base du centre, autour de l’histoire de la guerre, des autres villes « martyres » dans le monde, et surtout bien sûr de l’histoire et de la mémoire d’Oradour. L’ existence de ce centre de documentation témoigne de la volonté des créateurs du CMO, le Conseil général de la Haute Vienne d’en faire un lieu de conservation également dédié au travail de recherche, enrichissant la fonction de centre d’interprétation du CMO.  Parmi les chercheurs qui ont récemment travaillé au CMO, on peut citer le britannique Robert Pike, auteur de Silent Village. Life and death in occupied France, History Press, 2021 (voir https://www.robertpike.co.uk/)

La collection est constituée de fonds photographiques et iconographiques (1 500 photos papier), de témoignages réunis dans une base de données, d’articles de presse nationale et internationale, de la documentation relative au CMO et bien-entendu, à l’histoire du village martyr et du nouveau bourg (3500 ouvrages et 800 périodiques). 
A la différence des archives départementales, l’une des grandes richesses de ce fonds est l’existence d’archives familiales données par certains habitants, ce qui montre que le CMO s’est imposé localement comme un lieu-ressource. Ces fonds sont classés sous forme de dossiers documentaires.
Le centre de documentation reçoit régulièrement chercheurs et étudiants français et étrangers, dont des volontaires du service civique allemands et autrichiens qui aident au classement de la documentation. Les grands chantiers du centre sont aujourd’hui la numérisation des fonds et l’enrichissement du catalogue.

Enfin, la journée se termine par le souhait commun des Archives départementales et du CMO de renforcer leurs collaborations à travers plusieurs projets.
Le premier serait d’obtenir le soutien des professionnels des archives pour contribuer à la formation aux techniques archivistiques des personnels du CMO.
 Un second projet pourrait être autour de  la création d’un répertoire des sources disponibles sur l’histoire et la mémoire d’Oradour.

Il est aussi envisagé de présenter au public un livre précieux conservé aux Archives départementales.

Page de titre du livre d’or conservé aux Archives départementales de Haute-Vienne.


 En 1949, en pleine Guerre froide, l’Union des intellectuels pour la Paix, d’obédience communiste, vient en pélerinage à Oradour, le 12 juin1 se déroule sous l’égide de Frédéric Joliot-Curie une cérémonie « nationale d’hommage aux victimes et d’espoir pour les vivants, d’appel à la paix mondiale et de dénonciation de l’hégémonisme américaine ».  C’est à cette occasion que Louis Aragon remet à la municipalité un  livre d’or  constitué de textes et d’œuvres d’artistes parmi lesquels des noms prestigieux : Pablo Picasso, Fernand Léger, Boris Taslitzki, Paul Colin, etc. Propriété de la municipalité, il est conservé dans le coffre-fort des Archives départementales sans qu’un contrat de dépôt n’ait été clairement établi… Avant les années 1990. Il est dorénavant envisagé d’exposer au sein du CMO le précieux document afin qu’il puisse être vu du public. Une réflexion quant aux modalités d’exposition et de conservation est en cours.

  1. Voir à ce sujet l’article de Pascal Plas : Oradour au carrefour de la guerre froide, Le pèlerinage pour la Paix de l’Union des intellectuels, essai d’instrumentalisation d’un lieu de mémoire in Sylvie Le Clech, Michel Hastings. La France en guerre froide. Nouvelles questions, Editions Universitaires de Dijon, p. 137-144, 2015, 978-2-36441-109-8. Disponible sur : https://shs.hal.science/halshs-02457432  []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Françoise Passera (20 septembre 2022). ORADOUR : Quelles sources pour étudier le village martyr ? Ruines. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttsn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.