14-15. 09. 2022 : Être au lieu. Journées d’études

L’ANR RUINES  poursuit le développement d’un programme de recherche autour des usages politiques et sociaux des ruines de guerre, dans le but d’explorer la relation de nos sociétés à leurs passés violents et à leurs traces matérielles. Dans une logique pluridisciplinaire, la ruine, regardée en France du XVIe s. à nos jours, y est saisie à travers des approches théoriques et méthodologiques variées – enquête ethnographique, numérisation, études archivistiques ou encore études spatiales. Les chercheurs impliqués y questionnent en particulier le vécu des ruines de guerre, principalement dans leur dimension paysagère, ainsi que les imaginaires et les politiques qui leur sont associés dans différents contextes.

L’ambition des journées Être au lieu est d’interroger et de discuter les éléments idéels et matériels constitutifs d’un lieu, faisant condition de l’expérience, et plus particulièrement donnant accès à des processus collectifs de transmission mémorielle. En questionnant les modalités pratiques d’une entrée dans l’histoire par le lieu, l’intention est d’appréhender les formes de rapports de l’individu à l’histoire, de la communion sensible à l’analyse critique. Cet objectif théorique se concrétise avec l’ouverture d’un projet de conception d’un dispositif numérique muséal conçu pour accompagner les visiteurs dans le parcours du village d’Oradour-sur-Glane (application « Oradour ici maintenant »), chargé de surcroit des souhaits de conservation en direction des jeunes générations non liées à la guerre, de lutter contre les discours négationnistes, prendre le relai par le verbe de traces du massacre qui s’effacent (traces d’incendie du village lavées par les pluies) tout en laissant l’espace pour chacun d’aborder l’histoire à sa manière.

Afin de saisir dans la diversité et la labilité de leurs expressions les rapports aux lieux et à l’histoire,  les journées “Être au lieu” proposent de réunir des intervenants d’horizons variés, dégagés des exigences propres aux Mémoriaux de guerre. La perspective est d’enrichir nos visions respectives, traversées en filigrane par la question de l’imaginaire. Imaginaire historique, anachronisme, dérive, constituent ainsi quelques pistes de réflexion que nous aimerions développer. Les échanges auront pour retombée immédiate l’élaboration de la méthode d’évaluation de l’application « Oradour Ici Maintenant », en questionnant les critères de succès ainsi que les intentions fondamentales de ce type de médiation. Ces journées constitueront par ailleurs le point de départ d’un séminaire déroulé en 4 séances, donnant lieu à la publication d’un ouvrage.

Le déroulé des journées prévoit une journée d’étude précédée d’une demi-journée de visite du village et du Centre de la Mémoire afin que chaque intervenant ait la possibilité de faire résonner son discours théorique avec la spécificité du lieu.

Nous vous espérons nombreux à ce rendez-vous,

Cécile Barbier, Nicolas Canova, Stéphane Michonneau et Babeth Robert

Pour tout renseignement ou nous informer de votre venue canovanicolas@yahoo.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Françoise Passera (31 août 2022). 14-15. 09. 2022 : Être au lieu. Journées d’études. Ruines. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttsj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.