Le projet VILMA (villes et villages martyrs) : les axes de recherche

Partant d’un travail déjà engagé sur le site d’Oradour-sur-Glane dans le cadre de l’ANR RUINES, nous proposons de l’élargir à une recherche multisituée, pluridisciplinaire et comparative sur les « villages martyrs » d’Europe (situés principalement en France, Italie, Grèce, République tchèque). Le projet vise à favoriser l’émergence d’un réseau de chercheurs européens, notamment historiens, géographes et muséologues, et de partenaires institutionnels et associatifs impliqués dans la réflexion mais aussi dans l’action sur ce patrimoine hérité de la Seconde Guerre mondiale et objet de valorisations touristiques, dont la mise en œuvre pose de nombreuses questions. La conservation de ces lieux-symboles du traumatisme guerrier ne va en effet pas de soi (aussi bien au plan culturel qu’au plan matériel ou environnemental), pas plus que la transmission aux générations nées bien après 1945. L’enjeu de la recherche est à la fois de préciser les conditions et les modalités d’émergence d’une catégorie – voire d’un statut – de « village martyr », et ses trajectoires historiques et géographiques ; sa réception et ses usages par les habitants de ces lieux ; il s’agit aussi de croiser les expériences et les projets novateurs dans la mise en valeur de ce patrimoine.

Le projet s’articule autour de cinq axes :

1. Histoire d’une catégorie

Il s’agit de s’interroger sur l’apparition – à la fin du XIXe siècle – et sur l’évolution de l’expression “villes/villages martyr-es” pour désigner des lieux érigés en symbole d’un traumatisme guerrier. On s’attachera à identifier les auteurs et le contexte d’utilisation de l’expression. On dessinera le périmètre d’usage de l’expression, qui excède peut-être un contexte guerrier. On montrera les évolutions de ces usages et la transposition de l’expression dans différentes langues.

Publié en 1945, dans la collection Témoignages des éditions Bière de Bordeaux.

2. Construire et reconstruire lE village martyr

Comment un lieu est-il érigé en symbole d’un traumatisme guerrier ? La pétrification d’un paysage urbain ou villageois (on laissera de côté les grandes villes) autour d’une signification univoque tout entier orientée par une destruction violente suppose un processus dynamique qu’il s’agit d’éclairer : des écrits, des œuvres artistiques ou cinématographiques concourent à cette forme de reconstruction culturelle, mais aussi des pratiques rituelles et commémoratives qui transforment les victimes en martyrs.

Oradour-sur-Glane, février 2022. © Mathilde Greuet.

Ce processus culturel et politique peut échouer, ce qui signifie que le lieu de guerre n’accède pas à cette forme de reconnaissance, ou bien il y accède tardivement. On s’attachera à comprendre en quoi ce processus vise à définir l’identité des bourreaux ou victimes, posant in fine le problème de la responsabilité, voire de la culpabilité.

3. Diversité et vulnérabilités patrimoniales

Site de l’ancien village de Lidice en République tchèque. 2009. © Peter Stehlik

En Europe, où ils sont nombreux, les villages martyrs constituent un patrimoine matériel d’une grande diversité, inégalement protégé et vulnérable dans un contexte environnemental et politique changeant. A Oradour-sur-Glane (France), la fragilité des ruines du village martyr (monument historique depuis 1946) pose de véritables défis de conservation qui s’inscrivent dans des enjeux techniques et politiques, indissociables d’une réflexion sur la place de ce patrimoine dans les sociétés contemporaines. Ailleurs, traces et ruines sont moins visibles dans le paysage, en raison des choix de reconstruction (Vassieux-en-Vercors ; Distomo, Grèce), de la monumentalisation de sites devenus inhabités (Lidice, République Tchèque) ou encore de leur « revégétalisation » (Montesole, Italie) conduisant à la création d’espaces protégés tant pour leur biodiversité que pour leur valeur historique. Quelle diversité des processus de patrimonialisation, de mémorialisation et d’aménagement selon les contextes nationaux, régionaux ou locaux ? En quoi la géohistoire contrastée de la patrimonialisation des villages martyrs révèle-t-elle bien des clivages politiques, disparités économiques et inégalités sociales qui caractérisent l’espace européen ?

4. Habiter un village martyr

La Chapelle-en-Vercors, La cour des fusillés, juin 2022. © Mathilde Greuet.

La désignation d’un lieu en village martyr est potentiellement problématique pour les habitants qui continuent à avoir des perceptions différentes du lieu. Mais elle est aussi porteuse d’opportunités, en termes de mise en valeur ou de mise en tourisme du lieu. Ces opportunités ne sont pas toujours conciliables (mise en mémoire vs mise en tourisme) : quels choix sont-ils opérés ? Selon quelle temporalité ? La transformation en ville/village martyr-e implique finalement une recomposition des identités communautaires autour de la figure victimaire qui peut aller jusqu’à la personnification collective. La mise en mémoire du lieu prolonge-t-elle le traumatisme ou contribue-t-elle à en résoudre les tensions par des formes de réconciliation ? Comment « habite »-t-on touristiquement un tel lieu ?

5. Circulations

La désignation d’un lieu en ville ou village martyr-e est un label, une ressource symbolique, économique ou politique. Cela induit des hiérarchies, voire des concurrences entre les lieux de guerre. Existe-t-il des modèles de village martyr plus prégnants que d’autres ? Quelles sont les formes de circulation des discours, des acteurs, des objets et des pratiques entre villes et villages martyrs en Europe, et dans le monde ? Les localités « martyres » s’associent-elles, forment-elles un réseau cohérent ? Ces circulations sont-elles limitées aux aires culturelles et religieuses faisant place au martyrologe (chrétienne, islamique, etc.) ou s’étendent-elles au-delà ?

Mémorial dédié aux victimes du massacre de Distomo© , A. Hertzog, 2021.

Une approche interdisciplinaire

Le projet convoque de plusieurs disciplines et s’inscrit à la croisée de plusieurs champs de recherche : histoire des guerres et conflits des XIXe et XXe siècles, histoire des occupations, des politiques de terreur et d’extermination ; mémoire des conflits et des violences ; traumatisme et résilience ; histoire des reconstructions ; histoire des politiques de mémoire.

Le projet associe la démarche historique – généralement bien menée déjà à l’échelle de chacun des principaux cas étudiés – et des approches relevant des sciences sociales du monde contemporain (géographie, sociologie, anthropologie) ou encore des sciences du patrimoine bâti ou environnemental (car il y a évidemment une écologie du village martyr à considérer), ou de la muséologie (principes d’exposition, pratiques de visite et de guidage). L’enjeu est notamment de renouveler et d’élargir le regard sur la question de la « résilience » et de la reconstruction, matérielle mais aussi sociale, des villages martyrs, d’interroger la cohabitation entre les populations demeurées sur place (souvent à courte distance du village détruit) et le site monumentalisé en lieu de mémoire et de visite. Ces lieux sont en effet objets d’appropriation à plusieurs échelles, y compris celle des habitants, victimes du massacre ou leurs descendants, ils sont d’une part des lieux fantômes, désertés (mais aussi visités), où se conserve une mémoire matérielle de la destruction, mais aussi des lieux où se reconstruit une communauté sociale, une urbanité, et cette dualité fait leur spécificité.

Une approche multisituée et comparée

Dans un bref article de synthèse publié dans l’encyclopédie en ligne « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », Alexandra Goujon, politiste qui a elle-même travaillé sur des exemples biélorusses, conclut ainsi : « En Europe, la mémoire des villages brûlés pendant la Seconde Guerre mondiale est très contrastée d’un pays à un autre, d’une région à une autre, en raison de leur traitement historiographique et des choix politiques opérés après la guerre. […] Ces disparités ne favorisent pas une mémoire commune des villages brûlés en Europe sans parler d’un travail historique pan-européen qui fait défaut. »

Le projet engage ce travail pan-européen à partir d’une réflexion croisée et d’une approche comparée des villages martyrs dans différents pays.

Le projet a reçu le soutien de la MSH Paris-Saclay et de l’ANR Ruines.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Collectif VILMA (8 septembre 2022). Le projet VILMA (villes et villages martyrs) : les axes de recherche. Ruines. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttsm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.