Définition de l’objet d’étude en vue de réaliser la base de données (BDD).

Notre réunion en février 2020 a fait apparaître un besoin légitime de définir au plus près notre objet d’étude : cette étape est en effet indispensable à la réalisation d’une base de données comparative. Pour ce faire, un petit groupe s’est régulièrement réuni par Zoom, dans le but de rédiger un dictionnaire des variables ainsi que le cahier des charges nécessaire à la construction de la BDD : ces travaux ne sont pas définitifs mais devraient permettre à l’ingénieur développeur, Nabil Aït Chrif, installé à la MESHS depuis le 1er septembre, de commencer à proposer une base structurée : le résultat de son travail sera soumis à l’ensemble du groupe de recherche en janvier, pour une ultime phase de finalisation. La BDD sera donc définitivement prête avant l’été 2021.

Objectif, principes.

L’objectif de la BDD est le suivant : la réalisation d’une typologie historique des usages des ruines de guerre. La question centrale pourrait être : comment une société fait-elle une ruine?

Le principe retenu est celui d’une base d’analyse scientifique fondée sur des échantillons réduits (une 40a de sites pour les 4 régions étudiées), centrée sur les XIXe-XXe siècles. Nous ne visons pas l’exhaustivité : la base doit être efficace compte tenu de la durée relativement réduite du programme (4 ans). Mais elle doit pouvoir connaître des développements ultérieurs qui toucheront d’autres régions et d’autres pays.

Autre principe, la base devrait être surtout à finalité documentaire plus que statistique, même si son exploitation par des requêtes sophistiquées permettra des comparaisons, des statistiques, des chronologies historiques, etc.

Définition minimale de l’objet d’étude

Nous avons proposé la définition suivante. La ruine est  : “un vestige bâti (architectonique, antérieur ou contemporain du conflit) apparent (préférentiellement existant aujourd’hui, présentant une cicatrice visible), résultant d’une action de destruction guerrière (trace), et objet d’un marquage ultérieur par des usages (marquage mémoriel en priorité, mais pas exclusivement)”.

Cette définition repose sur une distinction opérée par Vincent Veschambre dans ses travaux entre trace et marquage :

– Trace : ce qui subsiste du passé. Elle n’est pas intentionnelle. Elle n’est pas signée.

– Marquage : réinvestissement d’une forme matérielle afin de produire un signe. Il est destiné à signaler une appropriation (Brunet). Le marquage peut être réinvestissement de traces (les ruines) ou production de marques sans support de traces (monument commémoratif par ex).

De plus, nous admettons que les usages évoluent, de même que les processus de “reconnaissance” de la ruines qui, autrement, ne sont que des décombres ou des débris. Si les usages changent selon le temps et l’espace considéré, nous nous concentrons sur les usages mémoriels même si les autres usages doivent être pris en compte (ex : zone de jeu ou de récréation, pillage des matériaux, remplois, usage agricole, décor de cinéma,  etc.)

Nous admettons enfin que les représentations des ruines font partie de l’objet d’étude en tant qu’elles participent d’une forme de marquage.

Si la cohérence de cette définition est la condition de réalisation d’une BDD rigoureuse et par conséquent efficace lors des comparaisons, nous ne nous interdisons pas d’examiner des cas-limite : en effet, il semble que nous assistions à un “gonflement” de la notion de ruine (Anne Hertzog avance le concept d'”enruinement”) qui peut toucher des objets qui ne sont pas strictement des ruines. Un bel exemple est la chapelle du Mont Gargan, considérée comme trace des combats du maquis limousin en 1944, alors qu’elle fut ruinée au XIXe s. De même, le port artificiel d’Arromanches (non détruit lors du Débarquement) ou des blockhaus du Mur de l’Atlantique, en général intacts au lendemain de la guerre, mais aujourd’hui intégrés dans les circuits de mémoire. Nous considérons que ces cas-limite nous aident à mieux délimiter un objet d’étude qui varie selon les usages qui en sont faits.

Frotter cette définition à l’aune d’exemples

Nous avons procédé par logique d’inclusion/exclusion. Les débats ne sont pas clos!

INCLUS :

– un bâtiment détruit par un bombardement : oui

– une ruine disparue  : oui, si la disparition résulte d’un arasement ou d’un enfouissement volontaire (marquage). Non, si la disparition résulte d’une action du temps (pas d’usage avéré).

– un bâtiment détruit puis entièrement reconstruit : oui, jusqu’à sa reconstruction (usage). Mais plus ensuite, sauf si des éléments ruineux ont été conservés dans le bâtiment neuf.

– un bâtiment industriel : oui, si sa destruction résulte d’une action guerrière (non, si elle résulte de la désindustrialisation).

– un bâtiment en ruines dessinée mais aujourd’hui disparu : oui, la ruine bâtie est visible par sa représentation. (usage artistique) Þ ruine représentée

– une maquette de ruines : oui, idem. Þ ruine représentée

– une ruine déplacée : oui (usage : transfert).

EXCLUS :

– une tranchée : non. C’est un vestige de guerre mais pas architectonique.

– du matériel de guerre (tanks, douilles, armes…) : non. C’est un vestige de guerre mais pas architectonique. Ils ne peuvent nous intéresser que s’il a été intégré à une mise en scène de la ruine.

– un monument imitant une ruine : non. C’est une fausse ruine ne résultant pas d’une destruction guerrière. Þ fausse ruine

– un cimetière militaire : non, car postérieur au conflit et non affecté par la destruction guerrière.

– une carrière servant de refuge aux populations civiles ou un camp de prisonniers : non, idem.

– une zone naturelle détruite (Verdun) : non car pas du bâti. Les paysages où il y a eu des ruines qui ont disparu sont très nombreux en Normandie, marqués par des plaques commémoratives extrêmement nombreuses dans la région. Ce cas soulève cependant des questions : peut)on parler de “paysages en ruines”?

CAS LITIGIEUX :

– une casemate, un port artificiel : oui (un bâti) s’il est détruit par action de guerre. S’il n’est pas détruit : non (mais attention, l’endommagement ultérieur par le temps peut l’assimiler à une ruine de guerre. Þ enruinement)

– un bâtiment détruit par la guerre mais enfoui : non, sauf s’il est devenu apparent grâce à l’archéologie.

– un blockhaus : oui, s’il connaît des dommages de guerre. Non, s’il n’est pas endommagé, même s’il est objet d’usages. (mais l’endommagement ultérieur par le temps peut alors l’assimiler à une ruine de guerre Þ enruinement)

– un monument commémoratif : non, s’il n’intègre pas d’éléments ruineux. S’il est érigé en lieu et place d’une ruine et commémore une destruction Þ ruine par procuration)

– les épaves sous-marines au large d’Arromanches. mais est-ce du bâti?

Þ les ruines par assimilation, les fausses ruines, les ruines par procuration ne sont pas stricto sensu des ruines mais participent d’un usage mémoriel autour des ruines. Ce sont ces cas-limite qui nous intéressent mais ils ne seraient pas amenés à intégrer la base.

Constituer un répertoire par région

Sur ces fondements, encore à consolider, nous devrions pouvoir constituer une liste d’une 30a, voire d’une 40a de sites par région concernée. Nous appelons chacun des chercheurs à recenser les cas qu’ils souhaiteraient inclure.

À titre d’exemple :

– En Normandie : Pointe du Hoc, château de Thury Harcourt, Villes dans lesquelles ils restent des ruines, site de Longues-sur-Mer…

– Région Centre : Oradour-sur-Glane,  blockhaus de la côte atlantique, Royan, Maillé (mais reste-t-il des ruines ?)

– Région Rhône-Alpes : les villages du Vercors

– Nord de la France : Cf. travail doctoral de Mathilde Greuet.

Réalisation en cours d’un dictionnaire des variables (ou attributs)

Afin d’établir une comparaison, il nous faut définir un dictionnaire des variables, c’est-à-dire des champs de description. Ces derniers répondent à des définitions précises pour que la base s’enrichisse sur un modèle partagé par tous. 

Pour ce faire, il faut distinguer  les entités et les variables :

– entité = ce que l’on veut décrire ( ex : la localisation).

– Variable (ou attribut)  = chaque élément de la description (ex : le nom, la surface, les coordonnées géographiques de la ruine, etc.). Chaque variable doit contenir une information et une seule (elle est “insécable”).

Par exemple, “date” n’est pas une variable car elle comprend 3 informations : le jour/le mois/l’année.

Le travail préparatoire a donc consisté à définir une table (ex : le site ruiné), des entités (ex : identification, localisation, morphologie, etc.), puis à décliner chacune d’entre elles en autant de variables nécessaires (ex pour localisation : pays, région, département, commune, etc.)

Plusieurs tables peuvent être reliées entre elles. Pour l’heure, nous en disposons de 7 :

1. La description du site ruiné

2. La description des composantes du site

3. La description des éléments de la composante.

4. Les événements affectant la ruine

5. Sources et bibliographie

6. Acteurs

7. Fiche de liaison de l’informateur

Élément/composantes/éléments : un jeu d’échelles

Par ruine, nous désignons souvent des éléments divers de taille variable, allant globalement d’une pierre de remploi à un village-martyr de 18ha, comme Oradour! Le jeu d’échelle est donc essentiel pour comparer des éléments comparables… Nous proposons un jeu de 3 échelles emboîtées : l’ensemble/les composantes (de l’ensemble)/Les éléments (des composantes).

Par exemple : 1) l’ensemble : le village en ruine d’Oradour 2) les composantes : un édifice. Par ex : l’église 3) les éléments : une chapelle, un vitrail, une plaque commémorative sur un mur de l’église, etc.

Un enjeu important est de bien réfléchir à ce que nous identifions comme site/composante/élément.

À ceci, il nous semble essentiel d’ajouter la description, même succincte, de l’environnement de l’ensemble étudié parce que ce dernier entretient des liens avec l’ensemble étudié.

Par exemple, à Oradour : le cimetière, le Centre de la Mémoire, le nouveau bourg, la Glane.

Le cahier des charges

Parallèlement, nous rédigeons le cahier des charges qui permettra à l’ingénieur-développeur, Nabil, de comprendre nos attentes : cela correspond à la fiche “Gabarit” que Benjamin Deruelle nous avait transmis. Le cahier devrait être terminé pour la mi-octobre.

Tous ces travaux vous seront soumis lors de notre réunion d’équipe, en janvier 2021, à Lille. Vos retours seront indispensables pour “tester” la base et la finaliser.


Une réflexion sur « Définition de l’objet d’étude en vue de réaliser la base de données (BDD). »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.